07/02/2024 les-crises.fr  15 min #242349

Greenwashing : les grandes compagnies pétrolières protègent les combustibles fossiles en mentant sur leurs ambitions écologiques

Un récent sondage d'opinion a ébranlé le monde des lobbyistes de Big Oil dans leurs célèbres costumes à mille dollars et leurs chaussures en crocodile. Selon le Pew Research Center, 37 % des Américains estiment désormais que la lutte contre la crise climatique devrait être la priorité numéro un du président Joe Biden et du Congrès, et 34 % d'entre eux la placent parmi leurs priorités, même s'ils ne la placent pas au premier rang. Depuis les années 1990, des entreprises comme ExxonMobil et des pays comme l'Arabie saoudite ont tenté de faire croire au public que le changement climatique était une pure fantaisie ou que la combustion du charbon, du gaz naturel et du pétrole n'en était pas la cause. Ayant perdu cette bataille, les lobbyistes des combustibles fossiles se sont rabattus sur le plan B. Ils veulent vous convaincre que les grandes compagnies pétrolières sont en train de passer à l'action de manière importante pour passer - eh oui ! - aux énergies vertes.

Source :  Tom Dispatch, Juan COLE
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

L'accueil du récent sommet sur le climat COP28 par les Émirats arabes unis, l'un des principaux exportateurs de pétrole au monde, a illustré parfaitement ce genre de bouffonnerie et malheureusement, ce n'est qu'un exemple parmi d'autres de ce monde de greenwashing qui est le nôtre. Partout où vous regardez, vous trouverez d'autres cas, mais il s'agit certainement d'un exemple classique. L'homme d'affaires émirati Sultan Ahmed al-Jaber était le président de la 28e conférence des parties, basée à Dubaï, qui réunissait les pays signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Rio de Janeiro en 1992. S'il est vrai qu'il a été président du conseil d'administration de Masdar, une entreprise des Émirats arabes unis spécialisée dans les énergies vertes, il n'en reste pas moins qu'il est également PDG d'ADNOC, la compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis, ce qui a suscité la controverse. Pire encore, il s'est engagé à accroître la production de pétrole et de gaz de son pays de la taille d'un timbre-poste, qui compte un million de citoyens (et huit millions de travailleurs invités), et ce à grande échelle. Il souhaite que l'ADNOC augmente sa production quotidienne de pétrole de quatre millions de barils par jour actuellement à cinq millions d'ici à 2027, alors même que les climatologues soulignent que la production mondiale de combustibles fossiles doit être réduite de 3 % par an jusqu'en 2050 si le monde veut éviter les conséquences les plus dévastatrices du changement climatique.

Par ailleurs, comme la COP28 s'est tenue au cœur du Moyen-Orient, région productrice de pétrole, elle a également servi de tremplin à de piètres acteurs comme l'Arabie saoudite, qui a mené la charge pour empêcher la conférence de s'engager à mettre fin à l'utilisation des combustibles fossiles à une date précise. L'attribution de la COP28 aux Émirats par le secrétariat de la CCNUCC a permis à tout un pays, voire à toute une région, d'être blanchi, une décision véritablement choquante qui devrait faire l'objet d'une enquête du Bureau des services de contrôle interne de l'ONU. (Et l'année prochaine, il semble que la COP29 sera accueillie par un autre grand producteur de pétrole. En d'autres termes, les pays pétroliers semblent avoir le vent en poupe).

Des algues imaginaires

Bien évidemment, les États pétroliers du Golfe sont loin d'être de grands écologistes. Après tout, le secteur privé s'est surpassé dans ce domaine. Une enquête du Congrès sur les grandes compagnies pétrolières a donné lieu à un long rapport et à une annexe qui ont été publiés l'année dernière, y compris des courriels internes à l'entreprise montrant une mauvaise foi répétée et systémique sur le sujet du changement climatique. Les dirigeants d'ExxonMobil, par exemple, avaient publiquement engagé leur entreprise à respecter les objectifs de l'accord de Paris de 2015 visant à limiter l'augmentation de la température moyenne à la surface de la terre à 1,5° centigrade (2,7° Fahrenheit) par rapport à l'ère préindustrielle. Bien qu'une augmentation de 1,5 degré puisse sembler faible, il faut garder à l'esprit qu'en tant que moyenne mondiale, elle inclut les océans froids des hautes latitudes, les pôles Nord et Sud et l'Himalaya. Dans des climats déjà chauds comme l'Asie du Sud et le Moyen-Orient, cela signifie qu'au fil du temps, cela pourrait se traduire par une augmentation stupéfiante de 10 à 15 degrés qui pourrait rendre certains endroits littéralement invivables.

Les scientifiques craignent que le dépassement de ce niveau ne plonge le système climatique mondial dans un chaos généralisé, produisant des méga-tempêtes, une élévation substantielle du niveau de la mer, des incendies de forêt ravageurs, ainsi qu'une chaleur et une sécheresse mortelles sur de grandes parties de la surface de la terre. Pourtant, malgré son engagement public en 2019, le PDG d'ExxonMobil, Darren Woods, a demandé à un groupe de pression de l'industrie pétrolière de supprimer une référence à l'accord de Paris sur le climat de 2015 dans le projet de déclaration sur le développement durable qu'il avait préparé. Cette mention, a déclaré Darren Woods : « pourrait créer un engagement potentiel à défendre les objectifs de l'accord de Paris. » Voilà pour les engagements des compagnies pétrolières !

De la même manière, en 2020, les dirigeants de la société londonienne Shell PLC ont demandé à leurs employés chargés des relations publiques de souligner que le vœu de la société d'atteindre zéro émission nette de carbone d'ici 2050 était « une ambition collective pour le monde, plutôt qu'un objectif ou une cible de Shell ». Comme l'a admis sans ambages un cadre de l'entreprise : « Shell n'a pas de projets immédiats pour passer à un portefeuille d'émissions nettes nulles sur notre horizon d'investissement de 10 à 20 ans. » (Et au cas où cela vous aurait échappé, les bénéfices des grandes entreprises du secteur des combustibles fossiles ont explosé ces dernières années).

Le greenwashing des entreprises ne se limite pas non plus aux déclarations publiques des dirigeants des compagnies pétrolières. ExxonMobil a mené une campagne de publicité télévisée et en continu de plusieurs millions de dollars pour tenter de tromper les gens sur ce qu'elle fait. Dans un cas, elle a payé le New York Times pour qu'il diffuse une longue publicité présentée comme un article d'actualité, une procédure honteuse que le Times a acceptée. Des études montrent que la plupart des lecteurs ne voient pas les clauses de non-responsabilité indiquant que ces articles sont en fait des publicités payées. L'article s'intitulait : « Grand Plant Waste to Fuel a Sustainable Energy Future » (Les déchets des grandes usines pour alimenter un avenir énergétique durable). L'annonce était extrêmement trompeuse. Comme l'a expliqué Chris Wells, professeur agrégé d'études sur les médias émergents à la faculté de communication de l'université de Boston, à BU Today en février dernier : « Exxon fait beaucoup de publicité autour de ses investissements dans les biocarburants à base d'algues. Mais ces technologies ne sont pas encore viables, et il y a beaucoup de doutes sur le fait qu'elles le seront un jour. »

En fait, environ un mois après l'interview de Wells, ExxonMobil a admis publiquement qu'elle s'était entièrement retirée de la recherche sur les biocarburants à base d'algues à la fin de l'année 2022, après avoir investi environ 29 millions de dollars par an pendant 12 ans. L'entreprise a toutefois dépensé des millions supplémentaires en publicité pour donner au public l'impression que cet investissement dérisoire l'emportait sur les efforts de plusieurs milliards de dollars déployés par l'entreprise pour mettre en circulation toujours plus de pétrole.

Le groupe écologiste Client Earth note qu'ExxonMobil dépense entre 20 et 25 milliards de dollars par an pour trouver - oui, bien sûr ! - de nouveaux gisements de pétrole et s'engage à le faire au moins jusqu'en 2025. L'entreprise a réalisé un bénéfice net de 55,7 milliards de dollars en 2022. En d'autres termes, elle consacre encore près de la moitié de ses bénéfices annuels à la recherche de nouveaux gisements de pétrole, alors qu'elle pourrait bien sûr les utiliser pour amorcer sa transition vers des formes d'énergie durables. Une telle inertie - pour le dire poliment - n'est manifestement pas judicieuse. Les ventes de nouveaux véhicules électriques aux États-Unis ont grimpé à environ un million rien que cette année, et les VE auront permis d'éviter l'utilisation de 1,8 million de barils de pétrole en 2023. Mieux encore, le coût des batteries de ces véhicules a chuté de 14 % et devrait continuer à baisser, ce qui garantit que les VE seront de plus en plus abordables au fil du temps. En outre, comme l'a récemment rapporté le New York Times, dans une grande partie du reste du monde, les véhicules électriques à deux ou trois roues commencent à donner du fil à retordre aux géants de l'industrie pétrolière. Dans les décennies à venir, l'inflexibilité d'ExxonMobil et son refus d'innover condamneront sans aucun doute l'entreprise, mais la question demeure : Dans la foulée, serons-nous tous également condamnés ?

Une campagne de marketing trompeuse de blanchiment écologique

Dans un autre monde, meilleur, les tribunaux pourraient punir les majors pétrolières pour leur greenwashing. Cette publicité mensongère publiée dans le New York Times n'est que l'une des pierres angulaires d'un vaste procès intenté à ExxonMobil par l'État du Massachusetts en 2019, qui a jusqu'à présent survécu aux contestations juridiques de l'entreprise. Comme l'explique le bureau du procureur général, Andrea Campbell, il « affirme que l'entreprise viole la loi du Massachusetts par le biais d'une campagne de marketing trompeuse d' »écoblanchiment qui présente de manière trompeuse Exxon comme un leader de la recherche de pointe sur les énergies propres et de l'action climatique [...] et [...] ses produits comme verts alors que l'entreprise augmente massivement sa production de combustibles fossiles et ne consacre qu'environ la moitié de 1 % de ses revenus au développement des énergies propres. » Campbell, un Afro-Américain né à Boston, est tout à fait conscient que le changement climatique est une question d'équité, puisque ses effets délétères seront d'abord ressentis plus fortement par les moins privilégiés. (Bien entendu, compte tenu de l'actuelle Cour suprême, n'en espérez pas trop sur ce point).

Dans sa plainte, l'État met en avant des campagnes de marketing telles que celles présentées sur la chaîne YouTube d'ExxonMobil, qui montre encore une publicité produite il y a huit ans : Making the World's Energy go Further, qui, en seulement 30 secondes, présente un pot-pourri des plus grands succès de l'écoblanchiment - biocarburant à base d'algues, nouvelle technologie pour capturer les émissions de CO2, et voitures deux fois plus efficaces en termes de consommation d'essence. Les biocarburants à base d'algues ont toutefois mordu la poussière ; il n'existe pas de méthode abordable et sûre pour capturer et stocker le dioxyde de carbone ; et les voitures électriques sont entre « 2,6 et 4,8 fois plus efficaces pour parcourir un kilomètre qu'un moteur à combustion interne à essence », selon le Conseil de défense des ressources naturelles (Natural Resources Defense Council).

Le plus grand défaut de ces publicités, cependant, est que les concepteurs de la compagnie pétrolière essayaient de convaincre le public qu'ExxonMobil investissait des ressources importantes dans des alternatives durables. Comme le souligne l'État du Massachusetts, en réalité : « ExxonMobil a augmenté sa production et serait aujourd'hui le foreur le plus actif dans le bassin permien, le champ de pétrole de schiste situé dans l'ouest du Texas et le sud-est du Nouveau-Mexique qui produit du pétrole à bas prix en quelques mois, au lieu des années nécessaires aux grands projets offshore pour commencer à produire du brut [...] ExxonMobil a investi des milliards de dollars dans le développement d'énormes projets de sables bitumineux au Canada, qui sont parmi les projets d'extraction de pétrole les plus coûteux et les plus polluants au monde. »

La capture du carbone et le lac Nyos

Une escroquerie encore plus dangereuse que les biocarburants à base d'algues (invraisemblable mais pas mortelle) est l'idée du captage et du stockage du carbone (CSC). Rappelez-moi : Pourquoi essayer de stocker des milliards de tonnes d'un gaz toxique ? Le 21 août 1986, des dépôts souterrains de dioxyde de carbone ont fait surface dans le lac Nyos, au Cameroun, tuant près de 2 000 personnes, des milliers de bovins et d'autres animaux, et transformant quatre villages locaux en cimetières. Certains scientifiques craignent qu'un stockage souterrain similaire de dioxyde de carbone dans d'autres régions ne déclenche des tremblements de terre. Et que se passerait-il si ces tremblements de terre libéraient à leur tour le gaz ? Honnêtement, comme je me souviens encore de la catastrophe de l'Exxon Valdez en 1989, où 42 millions de litres de pétrole se sont déversés dans les eaux au large de l'Alaska, détruisant des centaines de kilomètres de littoral et tuant un nombre inconnu de créatures marines et d'oiseaux, je préférerais qu'ExxonMobil ne stocke pas de dioxyde de carbone près de chez moi.

Pire encore, la majeure partie du CO2 récolté jusqu'à présent par les compagnies pétrolières a été injectée dans les sites de forage pour aider à produire - oui, vous l'avez deviné ! - plus de pétrole. Pire encore, des études ont montré que la technologie de capture du carbone émet elle-même beaucoup de dioxyde de carbone, qu'elle ne peut capturer qu'une fraction du CO2 émis par les combustibles fossiles et que l'arrêt pur et simple de la production de charbon, de gaz fossile et de pétrole au profit de l'éolien, du solaire, de l'hydraulique et des batteries est bien plus sûr, moins coûteux et meilleur pour l'environnement.

Le piégeage du carbone est cependant l'un des outils d'écoblanchiment préférés des grandes compagnies pétrolières, puisque les dirigeants de ces dernières peuvent prétendre qu'une percée technologique quelque part à l'horizon justifie de continuer à rejeter des quantités record de CO2 à l'heure actuelle. Le sénateur Joe Manchin (Démocrate-Virginie ouest) a gaspillé des milliards de dollars du contribuable en incluant des dispositions relatives à la recherche et au développement du CSC dans la loi de Joe Biden sur la réduction de l'inflation, par ailleurs admirable. Ce faisant, il est parvenu à insérer une technique clé de blanchiment écologique dans la législation climatique la plus progressiste jamais adoptée par un État industrialisé producteur d'hydrocarbures.

Quant au sultan Al-Jaber, qui dirige la COP28, il a laissé tomber son masque en novembre lors d'un échange tendu avec l'ancienne présidente irlandaise Mary Robinson, qui l'avait invité à une discussion en ligne sur la manière dont la vie des femmes pourrait être améliorée si l'on s'attaquait efficacement à la crise climatique. Lorsqu'elle l'a invité à présider la COP28, il a explosé : « Je ne participerai en aucun cas à une discussion alarmiste. Il n'y a pas de données scientifiques, ni de scénario, qui disent que l'élimination progressive des combustibles fossiles permettra d'atteindre l'objectif de 1,5 °C. » Il s'oppose à l'objectif préconisé par les scientifiques et de nombreux diplomates d'éliminer rapidement les hydrocarbures. Il se dit partisan d'une réduction progressive de leur utilisation, et non d'une élimination présumée. Il a ajouté : « Aidez-moi, s'il vous plaît, montrez-moi la feuille de route pour une élimination progressive des combustibles fossiles qui permettra un développement socio-économique durable, à moins que vous ne vouliez ramener le monde dans les cavernes. » Al-Jaber a pris des gants, car il sait certainement que l'Agence internationale de l'énergie a publié une telle feuille de route, qui exige effectivement une réduction rapide de l'utilisation des combustibles fossiles. Et dans le cas contraire, il est tout à fait concevable que, quelque part, la capitale des Émirats arabes unis, Dubaï, devienne trop chaude pour être habitable.

Compte tenu de l'effondrement du coût des énergies vertes, il est clair que l'abandon rapide et complet des combustibles fossiles améliorera la qualité de vie des populations du monde entier tout en rendant l'énergie moins chère. En fin de compte, la COP28 n'a pu que lancer un appel anodin à la « transition vers la sortie » des combustibles fossiles. Malgré l'écoblanchiment de al-Jaber lors du sommet sur le climat, il n'existe pas d'alternative réaliste à l'abandon progressif des combustibles fossiles, et ce dans un délai accéléré, si l'on ne veut pas que le climat de notre planète se transforme en un monstre de Frankenstein. Après tout, 2023 s'est déjà avérée être une année exceptionnelle en termes de chaleur, avec des mois et des mois de chaleur record sur l'ensemble du globe. Malheureusement, comme la production de combustibles fossiles ne cesse d'augmenter, ce n'est que le début, et non la fin, de l'ébullition potentielle de notre planète.

Certes, dans les meilleures circonstances, cette transition sera difficile et, selon les Nations unies, nécessitera certainement plus d'investissements que les pays du monde n'en font aujourd'hui, mais elle semble éminemment réalisable. Quant à ExxonMobil et aux autres majors pétrolières, chaque jour où elles résistent à investir leurs profits obscènes dans des technologies d'énergie verte réellement innovantes est un jour où elles se rapprochent de leur future ruine financière. En attendant, elles causent bien sûr des dommages sans précédent à la planète, comme l'ont montré les catastrophes climatiques en série de 2023, que l'on pense être la plus chaude des 125 000 dernières années.

Copyright 2023 Juan Cole

Suivez Tom Dispatch sur Twitter et rejoignez-nous sur Facebook. Découvrez les nouveaux livres de Dispatch, le nouveau roman dystopique de John Feffer Songlands (Terres de chants) (le dernier de sa série Splinterlands), le roman de Beverly Gologorsky Everybody Has a Story (Tout le monde a une histoire), et de Tom Engelhardt A Nation Unmade by War (Une nation défaite par la guerre), ainsi que d'Alfred McCoy, In the Shadows of the American Century: The Rise and Decline of U.S. Global Power (Dans l'ombre du siècle américain : L'ascension et le déclin du pouvoir planétaire américain) ; de John Dower, The Violent American Century: War and Terror Since World War II (Le siècle violent américain : guerre et terreur depuis la seconde guerre mondiale), et d'Ann Jones, They Were Soldiers: How the Wounded Return from America's Wars: The Untold Story. (Ils étaient soldats : comment les blessés sont revenus des guerres américaines : l'histoire non racontée). [aucun de ces livres n'est traduit en français, NdT]

Juan Cole, un habitué de TomDispatch, est titulaire de la chaire d'histoire Richard P. Mitchell à l'université du Michigan. Il est l'auteur de The Rubaiyat of Omar Khayyam : A New Translation From the Persian et de Muhammad : Prophet of Peace Amid the Clash of Empires. Son dernier ouvrage s'intitule Peace Movements in Islam [Mouvements pour la paix en terres d'Islam]. Son blog qui a été récompensé est Informed Comment. Il est également membre non résident du Center for Conflict and Humanitarian Studies à Doha et de Democracy for the Arab World Now (DAWN).

Source :  Tom Dispatch, Juan COLE, 19-12-2023

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter