12/02/2024 basta.media  8 min #242672

Chasse aux arrêts de travail : des médecins dénoncent « une campagne d'intimidation générale »

L'Assurance maladie contrôle des centaines de médecins généralistes qui prescriraient, selon elle, trop d'arrêts de travail, et leur impose des quotas au mépris de la situation des patients. Des médecins, « écœurés », contestent la démarche.

« Ça m'a fait perdre confiance en ma pratique. Je me suis dit : où est le problème, qu'est-ce que je ne fais pas bien ? » Comme d'autres confrères et consœurs, Valérie* (1) fait partie des 1000 médecins généralistes ciblés par l'Assurance maladie, parmi 6000 préalablement identifiés. En cause : leur trop grande prescription d'arrêts de travail. En juin 2023, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, dénonçait l'« explosion » des arrêts de travail et disait vouloir lutter contre les « dérives » et « abus ».

Selon le gouvernement, les arrêts maladie (auraient augmenté de 7,9 % en un an, et  de 30 % entre 2012 et 2022, passant de 6,4 millions arrêts prescrits en 2012 à 8,8 millions désormais. Les indemnités journalières, versées par l'Assurance maladie pour compenser le salaire lors d'un arrête maladie, coûteraient 16 milliards d'euros par an.

D'où la chasse aux arrêts de travail, initiée par le gouvernement, qui se poursuit avec  le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2024, adopté le 4 décembre dernier. Parmi les mesures que la loi prévoit : la limitation à trois jours des arrêts de travail prescrits lors d'une téléconsultation, sauf prescription par le médecin traitant ou incapacité de se rendre chez le médecin. « Il y a véritablement eu un changement de politique en 2023 », constate Théo Combes, vice-président du syndicat des médecins généralistes MG France. L'homme voit dans cette offensive « une campagne d'intimidation générale contre la profession ».

La particularité des patients oubliée

« Qu'on discute de nos pratiques oui, mais on est dans le soin, pas dans l'abus », réagit Valérie. Installée en Vendée, elle a eu la surprise de recevoir en juin dernier un courrier recommandé de l'Assurance maladie l'informant de sa trop grande prescription d'indemnités journalières. « En six ans, il y a une personne de 36 ans qui m'a demandé de lui faire un arrêt pour un rhume, que j'ai refusé. Là je suis d'accord qu'il ne faut pas abuser, mais ça m'est arrivé une fois ! » met-elle en avant. Surtout, les critères de contrôles ne tiennent selon elle pas du tout compte des particularités des patientèles.

Partagée entre son cabinet en libéral et l'hôpital, Valérie est spécialisée en addictologie. « Pour les patients avec des problématiques d'addiction, on sait que les arrêts de travail, pour virus ou autre, sont source de rechute. Donc après la pente est plus longue à remonter, et les arrêts aussi par conséquent. Pareil pour des patients qui ont des troubles psychiatriques, pour qui c'est vraiment source de décompensation », explique-t-elle. La professionnelle de santé a en effet constaté que ses prescriptions d'indemnités journalières ne font qu'augmenter : « Mais parce que ma patientèle ciblée augmente », précise-t-elle.

Médecin depuis 30 ans dans le troisième arrondissement de Lyon et membre du Syndical des médecins libéraux (SML), Laurent Negrello fait le même constat : « Je suis dans un quartier un peu défavorisé, avec 50 % de logements sociaux et plus de difficultés, ce qui impacte probablement mes quotas d'arrêts de travail », appuie-t-il. Contrôlé pour la deuxième fois en cinq ans, il insiste aussi sur le contexte sanitaire global, qu'il a vu nettement évoluer ces dernières années. « L'inflation des arrêts est à mon avis aussi due à des conditions de travail qui sont devenues très difficiles. Les gens sont en burn-out, ont des accidents, une pression de rentabilité... ». Les conditions de travail (contraintes posturales, exposition à des produits toxiques, risque d'accidents, etc.)  ne se sont globalement pas améliorées depuis 30 ans selon le ministère du Travail.

Crainte de dépasser le quota

Et il devient de plus en plus compliqué d'obtenir un rendez-vous chez un spécialiste. « À Lyon, il faut trois mois pour voir un orthopédiste ou un rhumatologue, et je ne parle même pas des psys avec qui c'est impossible... », explique le généraliste. Plus les délais de prise en charge s'allongent, plus l'état d'un patient peut se dégrader et nécessiter un arrêt de travail. La Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) assure de son côté à Basta! que ses données sont « standardisées » : « On essaie d'avoir des patientèles comparables. » La limite d'arrêts à ne pas dépasser, c'est plus de deux fois la moyenne du département. « Une approche purement statistique », déplore Théo Combes de MG France, qui pointe une « méthodologie contestable à plusieurs niveaux ».

Alors que Michel Chevalier, médecin depuis 36 ans à Ousse, près de Pau, se remémore d'anciens contrôles par « entretiens confraternels », il déplore aujourd'hui « une absence de dialogue ». Après la réception d'un courrier recommandé en juin, il a été convoqué avec deux jeunes consœurs : « L'une exerce dans un quartier très pauvre de Pau et une autre dans un désert médical. Elle a 34 ans et n'en dort plus depuis le mois de juin », rapporte ce membre du Syndicat de la médecine générale (SMG). Valérie confie elle aussi s'être sentie « stressée d'être pointée du doigt » à la réception de ce courrier : « Je trouve la procédure violente en elle-même. Sachant qu'on a des délégués médicaux qui viennent régulièrement nous voir, avec qui ça se passe très bien. Je pense que ça aurait pu être fait autrement », met-elle en avant.

À la réception du courrier, chaque médecin dispose d'un mois pour répondre et faire ses observations à l'Assurance maladie, qui décidera si les éléments apportés sont « suffisamment probants », nous détaille le service communication de la Cnam. Si ce n'est pas le cas, la procédure prévoit qu'il soit proposé au médecin ciblé une mise sous objectif (MSO) : pendant six mois, ce dernier doit réduire ses prescriptions d'arrêts de travail de 15 à 20 %. Ce que Valérie a refusé, comme de nombreux autres : « Heureusement, car au sein du cabinet médical où j'exerce, plus personne ne prend de nouveaux patients sauf moi quand ça touche des problématiques d'addiction. »

Déjà contrôlé il y a cinq alors, Laurent Negrello avait alors accepté « la mise sous objectif » : « Pendant six mois, j'ai réduit mon temps de travail, donc les patients allaient voir ailleurs et j'ai atteint mes objectifs », relate-t-il avec ironie. Cette année, il a refusé ce procédé qu'il juge « très pesant et stressant » : « On travaille toujours dans la crainte de dépasser le quota qui nous est imparti. Mais on est un peu dans le flou parce qu'on ne sait pas vraiment quels sont les quotas exacts. On nous dit qu'il faut baisser de 20 %, mais c'est une zone grise, on ne sait pas comment baisser nos arrêts. Quels sont les critères ? On a face à nous des situations concrètes, donc baisser de 20 % c'est absurde », critique-t-il.

En cas de refus de mise sous objectif, les médecins peuvent être « mis sous accord préalable », procédure pendant laquelle un médecin conseil de l'Assurance maladie doit valider tous les arrêts de travail prescrits par le médecin sous 48 heures. Valérie raconte avoir été convoquée à une commission ayant pour but de statuer sur sa soumission à ce dispositif en novembre.

Convoqués à des « commissions des pénalités »

« Ça m'a occasionné beaucoup de stress et pris beaucoup de temps. J'ai préparé un argumentaire, fait des recherches. Sans compter les deux heures de route pour 30 minutes d'entretien prises sur ma journée de repos », relate-t-elle. La commission a voté à l'unanimité le refus de sa « mise sous accord préalable ». Mais la professionnelle de santé a dû attendre la réception d'un courrier de la CPAM, mi-décembre, pour avoir la confirmation de « l'abandon de la procédure ».

Le 7 novembre dernier, Théo Combes a participé à l'une de ces « commissions des pénalités », notamment composées de représentants syndicaux et médecins d'un côté, et de représentants des employeurs et salariés de l'autre. « Des médecins sont venus s'expliquer. Ils étaient proches de la rupture d'un point de vue moral et psychologique, avec des risques suicidaires qui transparaissaient. J'aurais pensé que leurs récits auraient ému un mort, même si c'est peut-être un peu fort. Mais après quatre heures d'audition on s'est dit que c'était vraiment une mascarade. C'est un système pour broyer les gens, les humilier », décrit le vice-président de MG France, écœuré.

À l'issue des contrôles, des pénalités financières de plusieurs milliers d'euros peuvent s'appliquer s'il n'y a pas d'évolution du nombre de prescriptions d'arrêts de travail. « C'est très, très infantilisant. On a l'impression d'être dans la punition plutôt que dans le dialogue, et de faire ça intelligemment », déplore Valérie, qui craint pour ses patients tout autant que pour sa profession. « On peut très bien imaginer maintenant que les médecins vont sélectionner les patients et ne plus s'occuper de ceux qui leur font faire trop d'arrêts », ajoute Michel Chevalier.

L'Assurance maladie espère de son côté avoir un bilan chiffré de ces mesures « autour du deuxième trimestre 2024 ». Michel Chevalier, lui, ne sera plus là : « Le côté dramatique, c'est que j'ai décidé de prendre ma retraite à la suite de ces contrôles, ça a été la goutte d'eau. » Comme il n'a pas trouvé de successeur, ses patients n'ont plus de médecin depuis le 1er janvier.

Rozenn Le Carboulec

Photo d'illustration : une médecin généraliste en consultation dans un centre de santé en région parisienne/©Anne Paq

Notes

(1) Son prénom a été changé, la personne ayant souhaité rester anonyme.

 basta.media

 Commenter