02/04/2024 lesakerfrancophone.fr  10 min #246016

Démêler les politiques de genre des jeunes hommes. Partie 2

Le 10 mars 2023 - Source  The Next Wave

L'article précédent sur le genre des jeunes n'est pas terminé. Le terme "jeunes" désigne les personnes âgées de 18 à 29 ans. Commençons donc, brièvement, par les politiques des jeunes femmes, radicalisées au cours de la dernière décennie (au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis), et au cours de la dernière moitié de la décennie en Corée du Sud.

Dans son article du FT et dans le  fil de discussion qui lui est associé sur Twitter, John Burn-Murdoch note que cette radicalisation ne concerne pas seulement les questions de genre. Il utilise l'attitude à l'égard de l'immigration pour mesurer ce phénomène :

Les jeunes femmes allemandes sont devenues nettement plus progressistes en ce qui concerne les immigrants, tandis que les jeunes hommes allemands sont plus conservateurs que leurs aînés.

Voici le graphique :

Pourcentage de personnes qui sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle "Les étrangers vivant en Allemagne devraient mieux adapter leur mode de vie à celui des Allemands", par âge et par sexe (%)

Il observe une tendance similaire en Grande-Bretagne : enfin, en quelque sorte. Voici ce qu'il écrit :

Tous les groupes de personnes, jeunes et vieux, hommes et femmes, sont devenus plus libéraux en matière de race et d'immigration, à l'exception des jeunes hommes.

Tous les groupes de Britanniques sont devenus beaucoup plus progressistes en matière de race et d'immigration, à l'exception des jeunes hommes, ce qui a creusé un fossé parmi les jeunes adultes

Il qualifie cette évolution de "remarquable", même si je pense que les jeunes hommes britanniques sont un peu malmenés. Oui, les jeunes femmes sont devenues presque totalement progressistes en matière d'immigration - la ligne va presque jusqu'à zéro - et d'autres cohortes ont fait des progrès similaires, alors que les opinions des jeunes hommes sont pratiquement les mêmes qu'il y a six ans. Mais ils sont toujours plus progressistes sur la question que toute autre cohorte, à l'exception des jeunes femmes.

Cela vaut la peine de revenir au tableau récapitulatif que j'ai présenté dans la première partie :

(Graphique FT : John Burn-Murdoch / @jburnmurdoch. (C) FT)

Si l'on considère les jeunes hommes en Allemagne et aux États-Unis, ils se situent autour de la moyenne du pays dans son ensemble, entre conservatisme et progressisme, tandis qu'au Royaume-Uni, il n'y a eu qu'une divergence d'opinions politiques entre les jeunes hommes et les jeunes femmes. J'y reviendrai, car je pense qu'il y a là quelque chose d'important.

Mais l'exploration la plus détaillée de ces attitudes se trouve dans  l'article d'Alice Evans auquel j'ai fait référence dans la première partie - je n'ai pas eu la place d'aborder sa discussion sur les jeunes hommes à ce moment-là.

Dans la section consacrée aux opinions moins progressistes sur les jeunes hommes, elle propose quatre hypothèses, puis tente de tester chacune d'entre elles :

  • culture publique féminisée
  • ressentiment économique
  • bulles de filtres dans les médias sociaux
  • entrepreneurs culturels, comme Andrew Tate ?

Culture publique féminisée

Elle résume son argumentation : Il est vrai que nous avons assisté à une féminisation de la culture publique depuis la fin des années 1990, notamment dans certains domaines raisonnablement visibles tels que les médias, mais pas dans d'autres domaines tels que les affaires.

Dès 1997, la  plupart des responsables éditoriaux et commerciaux de Time Warner étaient des  femmes. En 2000, les femmes détenaient  50 % des droits d'auteur de livres aux États-Unis. D'ici 2020, elles seront les auteurs de la majorité des nouveaux livres. Leurs lecteurs sont souvent des femmes.

Rien qu'en écrivant cela, on a l'impression qu'il ne s'agit pas d'une hypothèse solide. Elle pourrait expliquer certaines des conditions émergentes qui rendent les jeunes femmes plus progressistes, mais elle n'explique pas le conservatisme croissant des jeunes hommes.

Le jeu à somme nul (détail). Par  Raoni sur Flickr : CC BY 2.0

Le ressentiment économique

En ce qui concerne l'économie, M. Evans écrit

De nombreuses recherches suggèrent que la stagnation économique alimente le ressentiment sexiste, la xénophobie, le vote d'extrême droite et les mentalités à somme nulle.

Elle cite un article  publié en 2022 par Off, Charron et Alexander, qui examine le "sexisme moderne" chez les jeunes hommes en Europe. Ils ont constaté que les jeunes hommes sont plus susceptibles d'être d'accord avec l'affirmation suivante

La promotion des droits des femmes et des filles est allée trop loin parce qu'elle menace les opportunités des hommes et des garçons,

et que ce ressentiment "est le plus fort chez les hommes qui pensent que les institutions publiques de leur région sont injustes et qui vivent dans des régions où le chômage augmente et où la concurrence pour l'emploi est rude".

Ce phénomène est lié à la perte de statut, sur laquelle elle a écrit  plus en détail ici. En fait, dans cet autre article, elle appelle le statut "l'éléphant dans la pièce". Mais la conclusion principale est la suivante :

La xénophobie et le ressentiment sexiste reflètent tous deux le désir insatisfait de  statut des hommes. Une caractéristique fondamentale du patriarcat est que les hommes veulent avoir un  statut élevé.

Ce désir est lié à l'idée de mentalité "à somme nulle" qui, sans surprise, est plus susceptible d'émerger lorsque l'on grandit dans une période d'immobilisme et de stagnation économiques. Les attitudes à somme nulle sont ce qu'elles disent : vous pensez que la seule façon de gagner est que quelqu'un d'autre perde.

John Burn-Murdoch a analysé cette question dans des travaux antérieurs et la corrélation est assez frappante :

Les personnes qui grandissent dans des conditions économiques défavorables ont tendance à avoir, à l'âge adulte, une mentalité de jeu à somme nulle et des croyances démotivantes

Daniel Cox souligne ce point dans un  article de Business Insider sur les hommes américains :

En raison d'un sentiment d'insécurité accru, de plus en plus de jeunes hommes adoptent une vision à somme nulle de l'égalité des sexes - si les femmes gagnent, les hommes perdront inévitablement. Cette vision les met sur la défensive, les encourage à ignorer ou à passer sous silence les défis auxquels les femmes sont confrontées dans la société, et peut même encourager la misogynie.

C'est un autre rappel que les travaux de Girard sur le  désir mimétique et ceux de Michael Marmot sur le statut ne devraient pas être négligés lorsque nous nous efforçons de comprendre la politique contemporaine.

Il n'y a pas grand-chose sur l'éducation dans toute cette analyse, bien que cela semble être une hypothèse évidente à tester. Mais les données dont nous disposons suggèrent qu'il y a probablement un effet de l'éducation ici aussi.

Il convient également de noter que les  politiques à somme nulle ne sont pas nécessairement de droite : "Mangez les riches" n'est pas un slogan de droite.

Les bulles de filtres des médias sociaux

Il s'agit là d'un point de départ évident, étant donné la chronologie des événements, qui se sont déroulés au cours de la décennie 2010 environ :

Le grand changement structurel qui coïncide avec le fossé croissant entre les hommes et les femmes est la technologie.... Les algorithmes favorisent les articles sensationnels et radicalisants. Ils créent également des " bulles de filtre" (un terme inventé par Eli Pariser), en alimentant les gens avec des histoires qui correspondent à leurs a priori. Cela renforce la résistance vertueuse et la pensée de groupe... Les médias polarisés alimentent les perceptions erronées et l'animosité.

Lewis suggère ici que les médias sociaux ont pour effet d'amplifier les petits changements d'opinion, dans quelque direction que ce soit. La perception que la politique de genre est injuste, combinée à des chambres d'écho culturelles, radicaliserait les jeunes femmes et ferait le contraire pour les jeunes hommes.

Entrepreneurs culturels

À l'instar de la politique à somme nulle, les bulles de filtre des médias sociaux et les chambres d'écho culturelles ne vont pas nécessairement dans la même direction. Mais les entrepreneurs des médias sociaux peuvent les orienter dans une direction à la fois idéologique et rentable. M. Lewis parle de l'influenceur misogyne Andrew Tate :

Un tiers des jeunes hommes britanniques l'évaluent favorablement. En tant qu'homme d'affaires multimillionnaire, faisant la fête avec des femmes séduisantes dans des jets privés et des super yachts, il incarne l'idée que beaucoup d'hommes se font de la réussite.

Que pensent les jeunes hommes britanniques d'Andrew Tate ?

Mais cela vaut la peine de s'arrêter à ce stade, car si l'on examine les intentions de vote actuelles des Britanniques âgés de 18 à 24 ans (également avec l'aimable autorisation de YouGov), on constate que 58 % des femmes âgées de 18 à 24 ans ont  l'intention de voter pour le parti travailliste, contre 55 % des hommes âgés de 18 à 24 ans.

Les canaux du ressentiment

L'une des autres questions qui se posent ici semble donc être celle des canaux politiques disponibles pour le ressentiment. En effet, dans ces différents articles, on trouve des données de sondage et de vote très claires. Les données relatives aux intentions de vote avant les  élections polonaises de l'année dernière, par exemple, ont montré que 46 % des hommes (18-21 ans) qui votaient pour la première fois avaient l'intention de voter pour la Confédération d'extrême droite, mais seulement 16 % des femmes qui votaient pour la première fois.

Il est possible que l'AfD joue le même rôle en Allemagne, en canalisant le ressentiment. Au Royaume-Uni, il est possible que l'absence d'un parti d'extrême droite populiste et l'émergence du Corbynisme aient tempéré les attitudes des jeunes hommes britanniques.

Dans un article consacré aux données de Burn-Murdoch, Robin James  rassemble certains de ces thèmes d'une manière un peu plus riche que ce que j'ai réussi à faire ici. (Merci à Paul Raven pour le lien).

Appel et réponse

Elle établit un lien entre le capitalisme financiarisé contemporain et les énormes bénéfices que l'on peut tirer des plates-formes de certains types de spectacles médiatiques, souvent liés à des aspects de genre. Elle cite l'universitaire Sara Banet-Weiser sur la façon dont le "féminisme populaire" et la "misogynie populaire" sont entrelacés :

dans le paysage médiatique contemporain, la misogynie populaire augmente en taille et en portée en même temps que le féminisme populaire circule plus largement que jamais auparavant. Nous devons penser à la relation d'appel et de réponse entre les deux.

Et James suggère - dans un long article qui a un objectif très spécifique et quelques liens intéressants - que la radicalisation des jeunes femmes et le conservatisme des jeunes hommes ont leurs racines dans la politique néolibérale du 21e siècle :

Dans cette économie, vous devez apparaître comme un bon investissement, et vous pouvez le faire soit en jouant l'identité d'un groupe historiquement marginalisé, soit, si vous n'êtes pas membre de l'un d'entre eux, en jouant le rôle d'un ayant droit blessé basé sur l'identité. À cet égard, la patronne et le frère de l'alt-right sont tous deux des statuts privilégiés, mais à des extrémités différentes du spectre des vibrations sexuées.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter