12/05/2024 euro-synergies.hautetfort.com  6 min #248459

Exaspérations touristiques

Exaspérations touristiques

par Georges FELTIN-TRACOL

Dans la dernière semaine d'avril, de nombreux habitants des îles Canaries, cet archipel espagnol de l'Atlantique situé en face du Maroc, ont manifesté contre le surtourisme. Il menacerait leurs ressources naturelles, leurs paysages et leur cadre de vie. Les revendications des vingt à cinquante mille manifestants portaient aussi sur les mauvaises conditions de vie des travailleurs du secteur touristique, principal employeur de l'archipel (plus de 40% des emplois). Ils dénonçaient enfin le prix inabordable de l'immobilier qui empêche d'obtenir un logement décent.

Cette réaction aux méfaits du tourisme de masse aux Canaries (14 millions de touristes en 2023 pour une population de 2,2 millions d'habitants) n'est pas unique en Espagne. Un autre archipel, en Méditerranée, les Baléares, subit une situation semblable. La réaction y est plus ancienne. Les opposants au surtourisme montent des panneaux en anglais près des plages pour dissuader les touristes de s'y faire bronzer. Les prétextes avancés insistent sur des menaces inventées (présence de méduses dangereuses, risque de chutes de pierres ou bien baignades interdites).

Île connue pour son ambiance exubérante, Ibiza a longtemps attiré des flots continus de touristes britanniques, néerlandais et allemands grâce aux compagnies aériennes à très bas coût pour des fins de semaine sur-alcoolisées, festives et débridées. Des centaines de touristes plus qu'éméchés vomissaient, urinaient et déféquaient partout. D'autres complètement ivres, mais pas toujours, se jetaient au péril de leur vie dans la piscine de leur hôtel depuis le balcon de leur chambre au dixième, quinzième ou vingtième étage.

En Italie, face à la marée croissante des touristes occasionnels, la mairie de Venise a instauré, le 25 avril dernier, une taxe de séjour journalière, qualifiée de « contribution d'accès », d'un montant unique de cinq euros. Elle concerne toutes les personnes étrangères à la Cité des Doges qui désirent visiter la vieille ville en une seule journée, de 8 h 30 à 16 h 00. Outre des dérogations prévues, cette contribution ne concerne pas ceux qui passent au moins une nuit à l'hôtel. Elle n'est pas non plus permanente. Elle n'est effective qu'une trentaine de jours au moment des très grandes affluences touristique, les jours fériés et tous les samedis et dimanches entre les mois de mai et de juillet.

Ce droit d'entrée – une première au monde – a suscité le mécontentement d'une partie des Vénitiens. Souvent militants de gauche et de l'écologie radicale, les manifestants se scandalisent de cette disposition qui ferait de leur ville le plus grand parc d'attraction de la planète. Ils préfèrent l'établissement de quotas d'accès quotidiens. Ils oublient que ce serait une discrimination répréhensible pour le droit dit européen. Parmi les protestataires, d'autres s'indignent que les parents et les amis des Vénitiens qui n'habitent pas la ville s'acquittent aussi de la taxe. Les réunions de famille ou amicales tenues à Venise deviennent ainsi payantes… Enfin, une faction des contestataires s'inquiète de l'infrastructure technique et numérique nécessaire à sa supervision. Tout visiteur doit passer par quelques points d'entrée contrôlés, ce qui revient dans les faits à l'établissement d'une douane intérieure ainsi qu'au retour de l'octroi. Cela n'irait-il pas à l'encontre de la libre circulation des personnes prévue dans les accords de Schengen ? D'habitude si sourcilleuse sur le respect des droits individuels les plus loufoques, la Commission pseudo-européenne garde un silence éloquent sur cette violation indéniable des traités dits européens.

La procédure d'inscription pour payer la taxe risque de donner de très mauvaises idées aux tristes sires que sont les commissaires européens. Avant de franchir les accès d'entrée filtrés, il faut au préalable se déclarer sur Internet, payer avec sa carte bancaire et s'enregistrer avec un QR-code. La police municipale réalise des contrôles inopinés et dressent des amendes de cinquante à trois cents euros… Mis en avant au moment de la mystification covidienne, le QR-code va avantageusement remplacer un possible puçage des êtres humains puisque ces derniers ne peuvent plus se passer de leurs téléphones super-connectés. Dans un Occident terminal toujours plus liberticide, cette inclination vers une servitude techno-numérique volontaire ravit la super-classe cosmopolite mondiale. Signalons qu'en Grèce, il faut désormais que les voyageurs réservent sur un site spécial leur envie de parcourir l'Acropole d'Athènes. 

Les îles Canaries s'inspireront-elles de l'exemple vénitien ? Leur insularité modifie en partie la portée d'autant que l'activité touristique représente en 2022 35 % de leur PIB. L'absence de touristes plongerait l'archipel dans des difficultés économiques considérables. Le problème structurel de la surfréquentation touristique ne se limite pas aux îles Canaries, à Venise, à Athènes et aux Baléares. Tout lieu qui accueille maintenant des touristes en nombre rencontre d'inévitables inconvénients.

Observons par ailleurs que, si les habitants des Canaries s'élèvent contre l'afflux massif des touristes qui contribuent par leurs dépenses à faire tourner l'économie locale, les mêmes se taisent souvent à propos de l'arrivée sur les plages de l'archipel d'immigrés clandestins originaires d'Afrique. Les mêmes qui beuglent « Dégagez les touristes ! » ne réagissent pas devant le déferlement migratoire allogène. Certes, le tourisme est une forme de migration même si elle n'est que temporaire. Une réflexion similaire s'adresse aux musées. La réservation en ligne s'impose pour arpenter les couloirs du Louvre. Des bourgades au cachet historique conservé rencontrent la rançon du succès en attirant bien trop de monde.

Le tourisme de masse appartient à la Modernité. Il concrétise l'aspiration démente à une « société ouverte » qui tend dorénavant vers la plus grande inclusion possible. Son hypertrophie parasite l'activité économique et place le pays dans une mono-activité peut-être rentable, mais guère satisfaisante pour un essor plus global. Ce constat sert de moyen de pression pour tous ceux qui en vivent officiellement ou non.

A contrario, une société fermée, strictement cloisonnée, autarcique et autocentrée sur le plan socio-économique, n'a pas besoin de touristes. Avec le développement de la réalité virtuelle, ne serait-il pas temps de s'en servir ? En restant chez soi, il deviendrait possible de visiter des monuments lointains et/ou disparus. La consommation d'énergie nécessaire à cet usage compenserait-elle le gain obtenu en combustible non utilisé ? Plutôt que de recourir encore une fois à une technique envahissante et dépendante, un livre ne permet-il pas un meilleur dépaysement ? Et si on veut voyager, pourquoi ne pas l'entreprendre en vélo, à cheval ou à pied ? Le touriste symbolise la Modernité tardive chaotique. Pour paraphraser Guillaume Faye, il sera bientôt temps de remplacer les villages de vacances, les centres de loisirs formatés et les musées abscons par des pas de tir à missiles nucléaires.

GF-T

  • « Vigie d'un monde en ébullition », n° 114, mise en ligne le 7 mai 2024 sur Radio Méridien Zéro.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter