05/06/2024 reseauinternational.net  4 min #249885

La Géorgie présente ses nouvelles lois contre la propagande Lgbt

par Pierre-Alain Depauw

Comme nous l'écrivions dans d'autres articles de ce jour, la Géorgie semble avoir résolument décidé de tourner le dos à l'Union européenne et de rester fidèle à ses valeurs ancestrales. Après avoir voté la  loi contre les agents étrangers qui déplaît tant à l'UE et à Washington, la Géorgie a instauré la  journée de la sainteté familiale et du respect des parents. Et, dans la foulée, le président du Parlement de Géorgie a annoncé une série de nouvelles dispositions législatives pour contrer la propagande LGBT et défendre la définition traditionnelle de la famille.

Ce mardi, la majorité parlementaire géorgienne a présenté un ensemble de nouvelles lois «sur les valeurs familiales et la protection des mineurs», composé d'une loi fondamentale et de 18 projets de loi connexes, qui modifient diverses lois : le Code civil, le Code du travail, la législation sur l'éducation, etc.

Selon le président du Parlement de Géorgie Shalva Papuashvili, ce paquet législatif réglementera huit questions liées au mariage, à l'adoption, aux procédures de changement de sexe, à la propagande LGBT et aux rassemblements des activistes LGBT.

«Je vais vous résumer les aspects de ce qui sera réglementé par ces lois. Il s'agit d'un ensemble composé de 19 lois, dont une est la loi principale accompagnée de 18 lois secondaires.

La première concerne la question du mariage. Comme vous le savez, en 2017, la Constitution a réglementé la question du mariage en tant qu'union entre un homme et une femme dans le but de fonder une famille, même si nous entendons diverses conversations concernant l'introduction de formes alternatives de mariage en Géorgie. avec des tentatives d'enregistrer une union matrimoniale alternative qui contredit la condition du mariage établie par la législation géorgienne, à savoir l'union entre un homme et une femme.

Le deuxième problème concerne les questions d'adoption, et ici aussi, l'adoption d'un mineur ne sera pas autorisée par des personnes qui s'identifient comme un genre différent du leur ou qui ne sont pas des personnes hétérosexuelles. Cela concerne également les personnes seules qui souhaitent adopter un enfant.

Le troisième problème concerne la chirurgie d'affirmation de genre, en particulier. Il sera interdit à une personne de pratiquer une opération chirurgicale ou d'utiliser tout autre type de manipulation médicale dans le but de changer de sexe.

Quatrièmement, la question de l'indication du sexe dans les documents délivrés par l'État : il sera interdit d'indiquer le sexe d'une personne différent du sien sur une pièce d'identité ou un autre document délivré par l'État.

Le cinquième point est l'interdiction de la propagande dans le secteur de l'éducation : il ne sera pas permis de diffuser de la propagande LGBT dans un établissement d'enseignement, en particulier pour promouvoir la diffusion d'informations visant à promouvoir l'appartenance d'une personne à un genre différent du sien, les relations homosexuelles ou l'inceste.

En outre, le sixième problème concerne la diffusion d'informations, parmi lesquelles il concerne les radiodiffuseurs. Il ne sera pas permis à un radiodiffuseur de diffuser des informations visant à promouvoir l'appartenance d'une personne à un genre différent du sien, les relations entre personne du même sexe ou inceste.

Il n'est pas permis de diffuser une scène illustrant une relation intime entre représentants du même sexe ou une scène d'inceste. De plus, la publicité du même contenu sera interdite, ce qui dans le cas du diffuseur signifie que ces scènes ne pourront pas être diffusées.

Le septième problème concerne les rassemblements et les manifestations : les rassemblements publics ou les manifestations visant à promouvoir l'identité de genre d'une personne, les relations homosexuelles ou l'inceste ne seront pas autorisés.

Et le dernier et huitième thème concerne les relations de travail, tant dans les institutions privées que publiques. Une obligation imposée dans le cadre des relations de travail, qui vise à négliger le sexe biologique, sera nulle.

Ce sont les huit questions qui seront réglées à travers les 19 lois, et en plus, dans la loi fondamentale elle-même, ainsi que dans le Code du travail. Le 17 mai sera institué comme journée du caractère sacré de la famille et du respect des parents, et sera déclaré jour férié.

Quant aux procédures, nous examinerons ce projet de loi au cours de la session de printemps en cours et l'adopterons en première lecture, et ce paquet sera adopté en deuxième et troisième lectures lors de la session d'automne», a déclaré Papuashvili.

Certains commissaires européens doivent s'étrangler en lisant la déclaration du président du Parlement géorgien.

source :  Médias-Press-Info

 reseauinternational.net

 Commenter

Se réfère à :

1 article