06/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  13 min #249976

Féminisme: comment une idéologie de gauche est devenue un précurseur du néolibéralisme

Féminisme: comment une idéologie de gauche est devenue un précurseur du néolibéralisme

Michael Kumpmann

Source:  geopolitika.ru

J'ai consacré ici plusieurs articles à la genèse du « libéralisme 2.0 » de gauche. J'y ai énuméré un certain nombre de facteurs, comme la prédominance de la « vie nue » comme principe éthique, décrite par Leo Strauss, et l'abandon de l'éthique de la vertu (cf:  euro-synergies.hautetfort.com -  euro-synergies.hautetfort.com

De même, j'ai mentionné le progressisme américain, qui représentait quasiment une pseudo-social-démocratie favorable aux entreprises, mais où le sujet social-révolutionnaire n'est pas l'ouvrier, mais l'entrepreneur et la grande entreprise. (L'historien marxiste Gabriel Kolko, l'inventeur de l'anarcho-capitalisme Murray Newton Rothbard et l'auteur allemand Stefan Blankertz ont effectué des recherches sur ce sujet, qui ont révélé des choses étonnantes) [i]. Ce système américain des grandes entreprises, que les gauchistes détestent, a été créé par les « progressistes ». Le progressisme a également introduit dans la politique américaine l'idée de l'efficacité économique et technique comme objectif politique, ce qui, en cas de doute, serait même supérieur à la libre entreprise. L'accent mis sur l'efficacité technique comme objectif est particulièrement intéressant, en raison du concept heideggerien du Gestell comme centre de la modernité technicienne).

On peut également identifier les tribunaux des crimes de guerre de Nuremberg comme une racine du libéralisme 2.0. En particulier en ce qui concerne l'importance du « méchant nazi » en tant qu'ennemi de la gauche libérale, et la politique du culte de la culpabilité, où l'Holocauste et la réparation de celui-ci sont invoqués comme raison d'être de la politique. Et le fait que dans d'autres pays, on cherche quasiment d'autres choses avec des thèmes comme l'esclavage ou le colonialisme, qui, au lieu du phénomène allemand de la Shoah, peuvent mieux y être considérés comme des péchés originels locaux. Il est également frappant de constater que l'Occident tient à traduire des personnes étrangères comme Pinochet ou Joseph Kony devant des tribunaux occidentaux, plutôt que de les laisser à leur propre peuple. C'est pourquoi le libéralisme 2.0 peut aussi être considéré, d'une certaine manière, comme une manière de poursuivre les tribunaux de Nuremberg en tant que mouvement politique international et en tant que « révolution permanente ». (Il faut aussi dire que le projet d'une révolution culturelle anti-traditionnelle a échoué avec fracas en Russie, en Chine et en Corée du Nord, etc. et que ces pays sont aujourd'hui les gardiens de la tradition dans le monde. La RFA, qui voulait passer toute son histoire intellectuelle au crible des références nazies et annuler des auteurs comme Heidegger, Nietzsche, Kant, etc. peut toutefois être considérée comme la première révolution culturelle réussie de l'histoire. Cela joue un rôle ici).

Mais un autre facteur important est le féminisme et son cheminement vers le soutien au néolibéralisme, en assumant presque la fonction que Weber attribuait à l'esprit protestant au 19ème siècle.

De nombreux conservateurs se moquent à juste titre des contradictions internes du féminisme. Celles-ci sont très frappantes, notamment grâce au postmodernisme et à l'intersectionnalité (où le statut d'étranger, de handicapé, de trans, etc. peut déterminer si un même acte est criminel, normal ou même héroïque). Mais même avant que le « bon sens » ne soit déclaré instrument d'oppression patriarcale, certains illogismes ont été fortement remarqués.

Une en particulier : Les féministes décrivaient la famille hétérosexuelle comme une exploitation de la femme et une oppression, mais décrivaient en même temps le travail et la carrière comme émancipateurs, libérateurs et un moyen de se réaliser. En dépit des pratiques bien connues des entreprises, comme le « hire and fire ». (Et malgré des faits tels que ceux où des entreprises comme Foxconn ont dû installer des filets anti-suicide sur les bâtiments de l'entreprise).

Si l'on considère ces contradictions en tenant compte du fait que le féminisme faisait à l'origine partie de la seconde théorie politique (l'impulsion initiale du féminisme remonte en grande partie à Friedrich Engels et le terme féminisme a été inventé par le socialiste Charles Fourier), il est également frappant de constater que ces contradictions dans le féminisme ont en fait trouvé leur origine dans une rupture des féministes avec le marxisme. Selon la théorie marxiste orthodoxe, le travail est par définition l'exploitation et l'aliénation. Il est donc totalement illogique, d'un point de vue marxiste, que les féministes pensent pouvoir se libérer en « remplaçant le travail salarié par la famille ». La dissolution de la famille en une communauté de travailleurs (comme le voulait par exemple Léon Trotsky) ne peut se produire qu'après la révolution et non au sein du capitalisme. En même temps, selon la théorie marxiste, l'oppression des femmes et le capitalisme sont liés, c'est pourquoi l'un ne peut pas être résolu sans l'autre. A fortiori, l'exploitation capitaliste ne peut pas être un remède à l'exploitation sexiste.

Il est alors frappant de constater que la deuxième théorie politique était en fait une critique des hiérarchies au nom de l'égalité. Certaines de ses variantes ne voulaient pas abolir les hiérarchies, mais remplacer les hiérarchies capitalistes injustes par de nouvelles formes d'organisation, plus justes à leurs yeux. Mais le fait est que l'idée du féminisme de carrière va complètement à l'encontre de ces deux attitudes. Une féministe de carrière veut, comme son nom l'indique, gravir les échelons dans son entreprise. Cela affirme fondamentalement les hiérarchies capitalistes existantes et revient de facto à dire « l'exploitation est mauvaise si l'exploiteur est un homme, mais si les femmes exploitent d'autres hommes et femmes, il n'y a rien de répréhensible à cela ». (Voir aussi le célèbre livre féministe « The Will to Lead », c'est-à-dire « La volonté (féminine) de diriger ») [ii].

Ce féminisme de carrière comprend également une « morale de l'inclusion », en fait neutre en termes de valeurs, qui transforme d'un coup le féminisme d'une idée de gauche en une idée qui devient compatible avec le libéralisme et même, à proprement parler, avec le fascisme, parce qu'il élève l'inclusion des femmes (et plus tard des groupes tels que les homosexuels, les transsexuels, les handicapés, etc.) au rang de valeur en soi, sans poser la question évidente de « l'inclusion dans quoi ? Comme si les camps de torture tels que Guantanamo et Abu Ghraib s'amélioraient automatiquement du fait d'un plus grand nombre de femmes et de personnes trans parmi leur personnel.

En ce qui concerne l'affirmation de la hiérarchie, contrairement à l'approche libérale classique, on n'a pas encouragé les femmes à créer leur propre entreprise et à se hisser au sommet de la hiérarchie mondiale. Au lieu de cela, on a encouragé les mégacorporations établies à faire entrer des femmes dans leurs conseils d'administration par le biais de quotas de femmes. On a donc empêché les féministes de faire une révolution socialiste et une révolution capitaliste. Au lieu de renverser les grandes entreprises « patriarcales » comme VW, Mercedes ou Monsanto, on a convaincu les féministes de rejoindre ces entreprises. Ainsi, le féminisme est également devenu un soutien économique pour les « grands » du marché, au lieu de perturber le marché.

Il faut ensuite dire que le féminisme de carrière a connu son heure de gloire à l'époque néolibérale des années 2000 et a coïncidé de manière très frappante avec la propagande selon laquelle les chefs d'entreprise et les membres des conseils d'administration étaient des « prestataires » particulièrement importants, plus précieux que les classes inférieures pauvres et les « parasites sociaux » vivant dans une « décadence romaine tardive ». (Et même aujourd'hui, de très nombreuses personnes en Allemagne pètent les plombs lorsque de jeunes débutantes se plaignent de la dureté et de l'inhumanité du travail rémunéré à temps plein. On assiste alors à de véritables lynchages) [iii].

Ensuite, le féminisme de carrière, en supposant que la participation au capitalisme confère aux femmes une indépendance économique par rapport aux autres (et en niant ainsi le fait que le capitalisme est précisément un réseau massif d'interdépendances), et que cet objectif est non seulement souhaitable mais essentiel pour l'épanouissement de l'individu, tombe exactement dans la conception de la Première Théorie Politique de l'individu indépendant (dont l'indépendance doit être encouragée au maximum) et de l'homo oeconomicus. De plus, ce féminisme se rapproche de l'idéal progressiste de l'entrepreneur en tant que classe sociale révolutionnaire : dans ce système, la grande entreprise aide le féminisme de carrière, notamment en fournissant aux femmes des emplois en haut de l'échelle professionnelle. (Ce qui a certaines conséquences souvent très ridicules a posteriori, comme le fait absurde que Harvey Weinstein, par exemple, ait pu se célébrer comme un combattant des droits des femmes).

Le féminisme de carrière est quelque peu passé de mode avec la crise économique de 2008 et la présidence d'Obama, et a plutôt été remplacé par l'approche de Butler en matière de genre. Cependant, comme Douguine l'a montré à plusieurs reprises, cette approche suit un paradigme individuel. Dans l'approche de genre, la définition du sexe est considérée comme une restriction pour l'individu et il faut donc politiquement libérer l'individu de la biologie par des règles linguistiques, des mères porteuses, des opérations chirurgicales, le transhumanisme, etc. Et on a ainsi séparé en partie le libéralisme et le féminisme du thème de l'économie. (Cette séparation n'a toutefois été que partielle. En effet, pour d'autres questions telles que l'inclusion des handicapés, etc., le féminisme a maintenu le concept d'émancipation de l'individu par la participation au capitalisme en tant que travailleur).

Un grand groupe de victimes du travail à tout prix, particulièrement glorifié par le « néolibéralisme », sont à nouveau les jeunes hommes. Evola a écrit que l'homme connaît fondamentalement deux archétypes. L'ermite et le guerrier. L'ermite n'est pas très pertinent ici, car il vit seul et se retire de la société. Le guerrier l'est d'autant plus. (Le meilleur exemple en est le Japon, où l'éthique du guerrier, déformée, est devenue une éthique du travail). Seulement, le guerrier vit pour sacrifier, comme le disait Evola, tout ce qui est simplement humain en lui pour le « plus haut du plus haut ». Pour la plupart des travailleurs masculins, la femme et la famille étaient également une incarnation du Très-Haut. Seulement, le néolibéralisme féministe rend la fondation d'une famille plus difficile. Il diabolise même les hommes pour leur désir de femme et d'enfants en les qualifiant de toxiques, de dangereux, de violeurs potentiels, etc. Au lieu de cela, il faut se sacrifier soi-même et son indépendance dans le cadre d'un individualisme sauvage, et cette indépendance doit être obtenue principalement par l'accumulation d'argent dans le « capitalisme sauvage ». Par conséquent, le jeune homme doit aujourd'hui se sacrifier pour son compte en banque. On a ainsi perverti l'éthique du guerrier et on dit aux jeunes de se sacrifier non pas pour ce qu'il y a de plus élevé, mais pour ce qu'il y a de plus bas. Le fait qu'il en résulte une crise de sens chez les jeunes hommes (voir Jordan Peterson et ses partisans) est plus que logique [iv].

D'une certaine manière, le féminisme et l'idée d'émancipation sont également devenus la base de la nouvelle définition de l'individu libéral. Cela a abouti à ce que Wesley Yang entendait par son concept d'« idéologie de la succession ». Il a décrit le phénomène selon lequel il y avait une lutte entre la définition libérale classique de l'individu et les libéraux de gauche, et que les libéraux de gauche voulaient transformer fondamentalement le libéralisme. Les libéraux de gauche voulaient changer l'idée de l'individu, en s'éloignant de la définition classique d'un être humain doué de raison et porteur de droits et de devoirs égaux, pour aller vers une définition intersectionnelle. Le concept d'intersectionnalité est issu de la Critical Race Theory et combine le féminisme avec l'antiracisme et d'autres thèmes de la gauche libérale.

Dans un texte précédent, j'ai déjà fait référence à la théorie de l'intersectionnalité. Il s'agit grosso modo d'un abandon du récit de gauche de la lutte des classes (la comparaison avec l'idée de postmodernité en tant que rejet de tous les « grands récits » et idéologies est également importante ici) au profit d'une sorte de réconciliation de l'idée de classe avec celle d'individu. L'intersectionnalité dit en gros qu'un individu n'est pas seulement un travailleur, un homme, une femme, etc. mais que différentes catégories de rapports de domination se combinent en un seul individu. Quelqu'un peut être un homosexuel discriminé qui a tout de même 60 milliards sur son compte en banque et n'est donc pas un prolétaire. Mais on peut aussi être à la fois homosexuel, sans domicile fixe, handicapé, femme, etc. Et la vie de ces deux personnes serait fondamentalement différente en théorie. Ceci n'est qu'un exemple pour illustrer l'idée d'intersectionnalité. En gros, ce système n'est pas un récit d'une classe opprimée contre une classe oppressante, ni un individu totalement indépendant, mais en même temps, il réunit en quelque sorte les deux. (Ou, puisque, selon les intersectionnels, on peut aussi réunir, par exemple, des identités opprimées comme « handicapé » et des identités opprimantes comme l'homme cis, l'intersectionnalité peut aussi être interprétée comme une forme de dissolution de l'homme dans le dividu schizophrène au sens de Deleuze et Guattari).

Notes:

[i] L'ère progressiste : préhistoire de l'État social impérialiste - Murray Rothbard Institut für Ideologiekritik (murray-rothbard-institut.de)

[ii] Ici, sur le thème des hiérarchies, etc., on remarque une grande différence entre les personnalités entrepreneuriales masculines et les féministes carriéristes. Par exemple, l'inventeur de Super Mario, Shigeru Miyamoto, malgré son succès, a refusé des privilèges spéciaux chez Nintendo et a insisté pour être traité comme un travailleur normal. L'inventeur de la Game Boy, Gunpei Yokoi, s'est si peu vanté de ses compétences qu'il n'a d'abord obtenu qu'un poste de concierge, et ce n'est que par hasard que l'on s'est aperçu plus tard qu'il possédait les compétences tant convoitées en matière de production électronique. Et lorsque le Virtual Boy a fait un flop, il a pris tout le blâme (bien que la direction ait également joué un rôle dans ce flop) et a accepté son licenciement. Steve Jobs ne s'est même pas plaint pendant ses heures de travail chez Atari, lorsqu'il a été relégué dans un petit bureau dans une aile isolée parce que d'autres employés étaient gênés par son manque d'hygiène corporelle.

Pendant ce temps, chez Disney, les féministes de carrière ont évincé des talents légendaires comme John Lasseter (photo), et la féministe de carrière Kathleen Kennedy est sérieusement célébrée comme une visionnaire progressiste, même si elle a réussi à faire de Star Wars et d'Indiana Jones des échecs. Et lorsque l'un de ses subordonnés masculins, John Favreau, a réussi à produire des produits qui ont été mieux accueillis que les siens, mais qui auraient également sauvé Star Wars en tant que marque, Kathleen Kennedy l'a écarté de son poste. Ce type de personnalité chez les féministes de carrière est très frappant. (Et bien sûr, cela a tendance à nuire aux entreprises au final).

[iii] Les jeunes ne veulent plus travailler !!! (youtube.com)

[iv] Ici, il faut toutefois prendre quelque peu la défense des libéraux classiques. Joseph Schumpeter a décrit le souci de la famille comme un moteur central de l'action économique et a décrit que la destruction de la famille et de l'esprit de sacrifice qui l'accompagne priverait à long terme le capitalisme de sa base vitale.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter