06/07/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3min #252013

Ce que la nouvelle cheffesse de la politique étrangère de l'Ue pense du conflit en Ukraine

Ce que la nouvelle cheffesse de la politique étrangère de l'UE pense du conflit en Ukraine

par Andrea Zhok

Source:  sinistrainrete.info

La Première ministre estonienne Kaja Kallas, nouvellement nommé chef de la politique étrangère de l'UE à la place de Josep Borrell, dans un discours prononcé aux côtés du président sortant de l'OTAN, M. Stoltenberg, a déclaré ce qui suit au sujet du conflit russo-ukrainien :

"Nous devons définir la victoire comme notre objectif dans la guerre, car vous ne pouvez pas gagner une guerre si la victoire n'est pas définie comme l'objectif".

Nous en déduisons, au cas où cela aurait échappé à quelqu'un, que nous sommes déjà en guerre avec la Russie, mais que nous ne l'avons pas encore déclarée.

La première ministre estonienne, chef du parti réformiste estonien (libéral), n'a jamais caché ses positions.

Il y a quelques mois, elle s'est prononcée en faveur de l'éclatement de la Russie.

Verbatim : "La défaite de la Russie ne serait pas si grave. Il y aurait alors un véritable changement. De nombreuses nations font partie de la Russie. S'il y avait plus de petits États, la situation ne serait pas si mauvaise. Ce n'est pas si mal qu'une grande puissance devienne beaucoup plus petite".

En d'autres occasions, Kallas n'a pas manqué de manifester la russophobie la plus viscérale, exprimée entre autres par une véritable campagne contre l'Église orthodoxe russe, dont le patriarche Evgeny a été expulsé et dont l'interdiction en tant qu'"organisation terroriste" a été demandée.

(Il convient de rappeler qu'en Estonie, environ un quart de la population est russophone et qu'elle n'est pas encore perçue comme une citoyenneté de seconde zone).

La représentativité démocratique de Mme Kallas, qui préside la politique étrangère de l'UE en tant que première ministre d'un pays dont la population équivaut à celle du Frioul-Vénétie Julienne (mais dont le PIB est inférieur d'un tiers), est également remarquable.

On pourrait dire qu'elle est au moins aimée par son peuple.

Peut-être, mais je dirais timidement, étant donné que dans un sondage réalisé en décembre dernier, 71 % des Estoniens ont demandé sa démission.

En résumé, à la tête de la "diplomatie" européenne, à l'heure d'une guerre nucléaire potentielle avec la Russie, les dirigeants européens ont décidé de placer une personnalité largement dépourvue de légitimité démocratique, manifestement russophobe et qui, comme elle l'a elle-même exprimé, n'envisage aucun plan B à l'égard de la Russie : il n'y a qu'un plan A, la vaincre.

D'accord, alors ne dites pas que vous n'avez pas été prévenu.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter