17/06/2024 chroniquepalestine.com  13 min #250663

 Le Conseil de sécurité de l'Onu vote le cessez-le-feu à Gaza sur demande des Usa

Cessez-le-feu : les mensonges de Blinken trahissent les véritables intentions de l'administration Biden

8 novembre 2023 - Les Palestiniens s'efforcent de retrouver les morts et de secourir les blessés de la famille Shaqura, enterrée sous les décombres de leur maison dans le centre de Khan Yunis, alors que les forces coloniales israéliennes intensifient leurs frappes aériennes dans le sud de la bande de Gaza. Selon le ministère palestinien de la santé, à la date du 11 novembre, 11 078 personnes ont été tuées par les attaques israéliennes à Gaza depuis le 7 octobre, dont 4 506 enfants. Des milliers de personnes sont toujours portées disparues sous les décombres et 27 490 Palestiniens ont été blessés - Photo : Mohammed Zaanoun/ Activestills

Par  Mitchell Plitnick

Avec le cessez-le-feu à Gaza, l'administration Biden se livre à un jeu de dupes visant à faire croire à l'électorat démocrate qu'une action significative est en cours pour mettre fin aux combats, tout en permettant à Israël de poursuivre sa campagne génocidaire.

« La proposition que le président Biden a présentée il y a 12 jours était pratiquement identique à celle que le Hamas avait acceptée et présentée lui-même le 6 mai. Il n'y a donc aucune raison pour que cet accord ne soit pas conclu. La seule raison serait que le Hamas continue d'essayer de changer les termes de l'accord. »

C'est ce qu'a  déclaré le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors d'une interview accordée à Al Jazeera mercredi. Cette déclaration s'inscrit dans le cadre d'une vaste campagne de tromperie menée par M. Blinken.

Cette campagne a été marquée par la publication à grand spectacle d'une proposition de cessez-le-feu par le président Joe Biden, suivi d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et de la dernière tournée de M. Blinken au Moyen-Orient, le tout prétendument dans le but de parvenir à un cessez-le-feu.

La subtilité cachée dans l'expression « pratiquement identique » utilisée par M. Blinken tente de dissimuler certaines différences cruciales et trahit le véritable objectif du voyage de M. Blinken dans le domaine des relations publiques.

La proposition de M. Biden est très  similaire à celle que le Hamas a acceptée le 6 mai. Il est à noter que les États-Unis avaient alors  explicitement déclaré que le Hamas n'avait pas accepté la proposition.

La contradiction flagrante de M. Blinken avec les propos de sa propre agence est typique des tergiversations que les États-Unis et Israël ont entretenues tout au long de ces dernières semaines, au cours desquelles l'administration Biden s'est donné beaucoup de mal pour créer l'illusion de faire pression en faveur d'un cessez-le-feu.

Il existe cependant une différence essentielle entre la proposition du 6 mai et la proposition actuelle, qui réside dans la deuxième phase du plan.

Le plan de M. Biden prévoit une négociation au cours de la première phase qui aboutirait à un cessez-le-feu permanent. Il a même noté, comme l'a fait le Conseil de sécurité, que si les négociations ont besoin de plus de temps pour aboutir, la phase 1, y compris son cessez-le-feu temporaire, sera prolongée aussi longtemps qu'il le faudra.

Mais le plan prévoit également que si Israël décide que le Hamas ne négocie pas « de bonne foi », il peut reprendre ses massacres dans la bande de Gaza. Et si cela se produisait, il le ferait avec la pleine bénédiction publique des États-Unis - une bénédiction encore plus explicite que celle qu'ils ont donnée jusqu'à présent.

Le plan du 6 mai, en revanche, envisage la phase 2 comme l'échange final d'otages et de prisonniers vivants, le retrait total de toutes les forces israéliennes de Gaza et la mise en place d'un cessez-le-feu permanent.

La phase 2 se poursuit si les deux parties remplissent les obligations pratiques qu'elles se sont engagées à respecter. En d'autres termes, il n'est pas nécessaire de « négocier », car le respect des conditions de la phase 1 entraîne l'exécution des conditions de la phase 2.

La différence réside essentiellement dans le fait que, selon le plan de M. Biden, Israël peut libérer de nombreux otages - mais pas tous - et peut ensuite simplement accuser le Hamas de ne pas avoir négocié de bonne foi, reprenant ainsi le génocide. Les responsables israéliens l' ont fait savoir à plusieurs reprises.

C'est le point d'achoppement depuis le début. En substance, Israël veut un accord qui libère les otages et lui permette de « finir le travail ». Le Hamas, à juste titre, veut que le massacre et le siège cessent, qu'Israël se retire et que la reconstruction commence immédiatement.

Aucune des deux parties n'est ambiguë à ce sujet. « La réponse du Hamas a réaffirmé la position du groupe, à savoir que tout accord doit mettre fin à l'agression sioniste contre notre peuple, faire sortir les forces israéliennes, reconstruire Gaza et parvenir à un accord sérieux d'échange de prisonniers », a  déclaré un responsable du Hamas à Reuters.

Telle est la  position du groupe depuis la dernière trêve temporaire et l'échange d'otages en novembre.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est également resté fidèle à sa  position, à savoir qu'Israël n'arrêtera pas son offensive tant que tous ses objectifs n'auront pas été atteints.

En effet, lorsque le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté sa résolution sur le cessez-le-feu cette semaine, Israël a réitéré cette position, comme l'a  déclaré son représentant à la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies, Reut Shapir Ben Naftaly, après le vote : « Nous continuerons jusqu'à ce que tous les otages soient rendus et jusqu'à ce que les capacités militaires et de gouvernement du Hamas soient démantelées ».

Ces propos sont conformes non seulement aux points de discussion d'Israël tout au long du génocide de Gaza, mais aussi aux déclarations de Netanyahu, même après que Biden a présenté ce qu'il prétendait être la proposition d'Israël.

Le lendemain de la présentation de la proposition par Biden, le bureau de Netanyahu a  déclaré : « Selon la proposition, Israël continuera d'insister pour que ces conditions [que la déclaration décrit comme 'la destruction des capacités militaires et de gouvernement du Hamas, la libération de tous les otages, et la garantie que Gaza ne constitue plus une menace pour Israël'] soient remplies avant qu'un cessez-le-feu permanent ne soit mis en place. L'idée qu'Israël acceptera un cessez-le-feu permanent avant que ces conditions ne soient remplies ne tient pas la route ».

Cela contredit directement la proposition de M. Biden, que le président et M. Blinken ont vendue comme un plan pour parvenir à un cessez-le-feu permanent, et qui ne fait aucune mention de ces conditions. En effet, les conditions posées par Israël ne sont pas possibles dans le cadre d'un cessez-le-feu concevable, et certainement pas dans le cadre d'un cessez-le-feu auquel le Hamas dirait « oui ».

La diplomatie de la diversion médiatique : « le chat mort »

Malgré cela, M. Blinken continue d'insister sur le fait que c'est le Hamas, et non Israël, qui empêche la conclusion de l'accord. Comment cela peut-il avoir un sens ?

 Cessez-le-feu : les manipulations sordides entre Israël et les États-Unis sautent aux yeux
chroniquepalestine.com

Si nous examinons la proposition sur la table d'un œil rationnel, les affirmations de M. Blinken ne sont pas conformes à la réalité. Mais si nous considérons la proposition sous un angle plus cynique, c'est possible.

Le Hamas n'est manifestement pas disposé à accepter un accord qui ne garantisse pas la fin des massacres à Gaza. Bien que nous ne disposions pas de tous les détails de l'accord proposé (même la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU ne contenait qu'un résumé général de la proposition) ni de la confirmation des amendements spécifiques demandés par le Hamas, il n'est pas difficile de voir que la principale difficulté est la même que celle qui s'est toujours présentée : Le Hamas veut mettre fin au génocide, et Israël ne le veut pas.

La proposition de M. Biden pourrait garantir que la phase 2 initierait un cessez-le-feu permanent, si les deux parties respectent leurs obligations dans le cadre de la phase 1.

On peut raisonnablement supposer que les amendements proposés par le Hamas sont orientés vers ce résultat. Il est éminemment sensé que le Hamas ne laisse pas la question de la reprise de la campagne israélienne entre les mains de Netanyahu et de Biden. Il veut des garanties claires, c'est-à-dire des actions spécifiques qui conduisent inexorablement à un retrait complet d'Israël.

Mais Israël dépeint le Hamas comme « déraisonnable », tandis que Blinken qualifie au moins certaines des exigences du Hamas d' «  irréalisables ». Les États-Unis répètent le  mantra selon lequel le Hamas est le seul obstacle à un cessez-le-feu, bien que les dirigeants israéliens eux-mêmes les contredisent à chaque instant.

Le comportement de M. Blinken a un motif différent. Aaron David Miller, diplomate de longue date qui a servi dans les administrations démocrates et républicaines en tant qu'envoyé principal au Moyen-Orient, a 𝕏 tweeté mercredi : « Plus ça avance, plus ça ressemble à ce que mon ancien patron James Baker appelait la diplomatie du chat mort [faire porter la responsabilité d'un échec à l'autre partie]. L'objectif n'est pas de parvenir à un accord, mais de s'assurer qu'en cas d'échec, le chat mort se trouve sur le pas de la porte de l'autre. Même si un accord est conclu, il est probable qu'il ne dépassera pas la phase 1 pour cette raison ».

Il a probablement raison en ce qui concerne les perspectives et certainement en ce qui concerne la diplomatie du chat mort. Compte tenu de l'impasse dans laquelle se trouve la voie à suivre pour mettre fin à l'agression israélienne, toutes les parties se livrent à ce jeu. Mais le caractère est différent pour chacune d'entre elles.

Le Hamas n'a aucun intérêt à prolonger cette campagne, mais il n'a pas non plus de raison d'accepter un accord qui laisse la décision de reprendre la violence entre les mains d'Israël et des États-Unis.

S'il libère les captifs et qu'Israël reprend la campagne génocidaire, une grande partie du mouvement de protestation déjà insuffisant en Israël se dissipera et Netanyahu aura les mains plus libres sur le plan politique.

Il est également probable que cela réduise la pression américaine, aussi maigre soit-elle, l'objectif étant avant tout de faire semblant de vouloir mettre fin à ce massacre.

Israël adorerait voir le Hamas dépeint comme le parti du refus, car cela alimenterait davantage la soif de sang de ceux qui encouragent leur  campagne génocidaire et accentuerait la pression sur les quelques personnes à Washington qui s'opposent activement à la guerre d'Israël contre la population civile de Gaza.

Mais c'est l'administration Biden qui est la plus désireuse de placer le chat mort sur le pas de la porte du Hamas.

La véritable ligne rouge de Biden

Malgré le  mépris constant que Biden, Blinken et l'ensemble de l'administration ont manifesté à l'égard des vies palestiniennes, il est devenu évident que leur soutien au génocide israélien leur porte préjudice sur le plan politique.

Pourtant, même la préoccupation manifestement feinte qu'ils essaient parfois de montrer pour les civils palestiniens n'a pas été bien accueillie par la partie  pro-israélienne du  parti démocrate.

Cela crée un dilemme. Toutes choses égales par ailleurs, ils préféreraient, à ce stade, qu'Israël mette un terme à sa campagne de génocide et ont tenté de convaincre Netanyahu de le faire. Toutes leurs demandes sont tombées dans l'oreille d'un sourd en Israël, et il est embarrassant pour Joe Biden et ses porte-parole de devoir  répondre aux questions des journalistes après chaque massacre, en expliquant qu'Israël n'a pas franchi leurs soi-disant « lignes rouges ».

Beaucoup ont fait remarquer que cela revenait à ne pas avoir de 'No red lines' for Israeli military in war on the Gaza Strip: Analyst du tout. Mais ce n'est pas tout à fait exact. Il y a une ligne rouge que M. Biden ne franchira pas : il n'arrêtera pas les livraisons d'armes à Israël et n'utilisera aucun autre moyen pour forcer Israël à cesser ses agissements. C'est la véritable ligne rouge dans toute cette affaire.

Tant que cette ligne rouge existe, Netanyahu a les coudées franches. En privé, il dit sans doute à Blinken et à Biden suffisamment de choses qu'ils veulent entendre pour qu'ils puissent annoncer qu'Israël accepte cet accord qu'ils ne cessent de rejeter publiquement.

Mais en fin de compte, Netanyahu fait ce qu'il veut et les armes, l'argent et la couverture diplomatique continuent d'affluer de Washington, gratuitement. Le mensonge ne l'a  jamais dérangé.

Tant que cette ligne rouge qu'il s'est imposée est là, Biden doit trouver un autre moyen d'apaiser les électeurs de son pays. Le chat mort de Miller, espère Biden, lui permettra d'apaiser les libéraux modérés du parti qui ne sont pas à l'aise avec le génocide mais qui cherchent une raison de voter pour Biden par peur de Donald Trump, même s'il continue à soutenir le génocide israélien.

Il espère également que ce soutien continu apaisera les principaux donateurs pro-israéliens et d'autres qui pourraient apporter leur soutien soit à Trump, soit aux Républicains dans les courses au Congrès.

Ce qui ne figure pas dans ce calcul, comme d'habitude, ce sont les vies des Palestiniens de Gaza, qui continueront à payer le prix de ces jeux politiques.

Espérer que M. Biden exercera une réelle pression sur Israël n'aucun sens. La seule décision rationnelle serait un arrêt des livraisons d'armes et l'application de restrictions commerciales de la part des États-Unis.

C'est précisément la raison pour laquelle les mouvements de protestation du monde entier, y compris aux États-Unis et en Europe, doivent joindre à leurs appels au cessez-le-feu des demandes d'embargo sur les armes, ainsi que des  boycotts, des désinvestissements et, surtout, des sanctions.

La résolution du Conseil de sécurité des Nations unies fournit une base diplomatique pour de telles actions. Il est difficile d'envisager un cessez-le-feu sans elles.

Auteur :  Mitchell Plitnick

* Mitchell Plitnick est le président de ReThinking Foreign Policy. Il est le co-auteur, avec Marc Lamont Hill, de  Except for Palestine : The Limits of Progressive Politics. Mitchell a notamment été vice-président de la Fondation pour la paix au Moyen-Orient, directeur du bureau américain de  B'Tselem et codirecteur de  Jewish Voice for Peace.Son compte  Twitter.

15 juin 2024 -  Mondoweiss - Traduction :  Chronique de Palestine

 chroniquepalestine.com

 Commenter