Requête de l'Afrique du Sud auprès de la Cour internationale de justice contre Israël pour génocide (texte complet en français)

La Cij n'ordonne pas de cessez-le-feu à Gaza pour mettre fin au génocide

Par  Joe Lauria

Image : L'audience commence à la 36ème minute de la vidéo ci-dessus.

La décision de la Cour ne va pas au-delà de ce que les USA ont publiquement déclaré à Israël, bien loin de répondre aux demandes de l'Afrique du Sud. Le jugement prendra des années.

La Cour Internationale de Justice a statué que l'armée israélienne ne doit pas commettre d'actes interdits par l'article 2 de la Convention sur le génocide, mais s'est abstenue d'ordonner à Israël de cesser son opération militaire à Gaza.

La Cour mondiale a statué vendredi que l'armée israélienne doit s'assurer qu'elle ne commet pas d'actes à Gaza en violation de l'article 2 de la Convention sur le génocide. Israël doit également poursuivre en justice les Israéliens qui ont fait des déclarations d'intention génocidaire. Israël doit rendre compte à la Cour des mesures qu'il prend pour exécuter les ordonnances.

La décision de la Cour ne va guère au-delà de ce que les États-Unis ont publiquement déclaré au sujet de la conduite d'Israël, à savoir qu'il ne doit pas commettre d'actes assimilables à des crimes de guerre. Les États-Unis ne sont pas allés jusqu'à dire à Israël de ne pas commettre de génocide, mais l'action de la Cour est loin de répondre aux demandes de l'Afrique du Sud et d'une grande partie du monde.

La Cour a déclaré que l'Afrique du Sud avait avancé des arguments plausibles, au moins dans certains cas, dans sa requête de mesures conservatoires visant à mettre fin à ce qu'elle considère comme un génocide en cours d'Israël contre les Palestiniens de Gaza. Mais les mesures conservatoires demandées par l'Afrique du Sud – à savoir l'arrêt des massacres – ont été refusées.

La Cour a établi qu'il existait un différend entre Israël et l'Afrique du Sud pour lui donner compétence. La Cour a également présenté une série d'éléments de preuve attestant qu'il existe des preuves accablantes qu'Israël commet vraisemblablement un génocide et que la Cour autoriserait la poursuite de l'affaire, dont le jugement prendra des années.

La juge américaine Joan Donahue, présidente de la CIJ, lisant l'arrêté de la Cour vendredi. (Capture d'écran de la télévision des Nations unies)

Naledi Pandor, ministre sud-africaine des affaires étrangères, a tenté de donner une tournure positive aux décisions de la Cour en s'adressant aux journalistes à l'extérieur du Palais de justice de La Haye. "Je suis satisfaite que notre requête de mesures conservatoires ait été prise en compte", a-t-elle déclaré.

Mme Pandor s'est dite déçue que le terme "suspension" des hostilités n'ait pas été inclus dans les ordonnances de la Cour, mais elle a ajouté que pour exécuter les ordonnances visant à fournir des services humanitaires à Gaza, Israël devait mettre fin à ses opérations militaires.

"Pour appliquer la décision du tribunal, je pense qu'il faudrait un cessez-le-feu", a déclaré Mme Pandor. Elle a toutefois ajouté : "Je ne dirai en aucun cas que je suis déçue" par la décision de la Cour. "Je l'avais espéré [une injonction au cessez-le-feu], mais pour exécuter les mesures du tribunal, il s'impose".

Mme Pandor a déclaré qu'elle jugeait "très significatif" le fait qu'Israël doive faire rapport à la Cour internationale de justice dans un mois pour indiquer comment il empêche ses troupes de commettre un génocide. Il ne semble pas y avoir de procédure permettant à la Cour d'agir si elle n'est pas satisfaite du rapport d'Israël selon lequel ce dernier respecte l'ordre de faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher le génocide.

Les directives de la Cour n'étant guère plus que des déclarations publiques des États-Unis, Washington devrait se réjouir de la décision prise ce vendredi.

L'équipe juridique israélienne écoute l'arrêt de la Cour vendredi. (Capture d'écran de la télévision des Nations unies)

La majeure partie de la déclaration de 40 minutes lue par la juge Joan Donahue, présidente américaine de la Cour, a été consacrée à une énumération de preuves qui semblaient provenir directement de la plainte de l'Afrique du Sud.

Elle s'est largement appuyée sur les déclarations de hauts fonctionnaires de l'ONU, dont le secrétaire général et de hauts responsables de l'aide, pour dresser le tableau de toute l'abomination de ces agissements imposés à la population de Gaza. Elle a également lu dans le dossier des déclarations claires d'intention génocidaire du ministre israélien de la défense et du président israélien.

Israël affirme depuis le début et l'a clairement déclaré dans sa plaidoirie devant la Cour le 12 novembre qu'il fournit une aide humanitaire et qu'il s'efforce avec le plus grand soin d'éviter les victimes civiles. On peut s'attendre à ce que le rapport d'un mois d'Israël répète des déclarations similaires, qui ont déjà été réfutées par les fonctionnaires de l'ONU, y compris le secrétaire général.

BREAKING: BENJAMIN NETANYAHU OFFICIAL STATEMENT ON ICJ RULING
“Israel's commitment to international law is unshakable. Equally unshakable is our sacred commitment to continue to defend our country and protect our people.
Like any country, Israel has an inherent right to defend…
 x.com

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyah, décrit par Al Jazeera comme étant satisfait du résultat, s'est rendu sur Twitter pour dénoncer tous ceux qui ont osé suggérer qu'Israël aurait pu commettre ce que l'on nomme un génocide.

( Le compte-rendu est en cours de traitement. Merci de consulter cette page pour la mise à jour.)

Les juges lors de leur entrée dans la salle d'audience vendredi. (Capture d'écran de la télévision de l'ONU)

Joe Lauria

Article original en anglais :  consortiumnews.com

Traduction : Spirit of Free Speech

*

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant aux Nations unies pour le Wall Street Journal, le Boston Globe et d'autres journaux, dont The Montreal Gazette, le London Daily Mail et The Star of Johannesburg. Il a été journaliste d'investigation pour le Sunday Times of London, journaliste financier pour Bloomberg News et a commencé sa carrière professionnelle à 19 ans comme pigiste pour le New York Times. Il est l'auteur de deux livres, A Political Odyssey, avec le sénateur Mike Gravel, préfacé par Daniel Ellsberg, et How I Lost By Hillary Clinton, préfacé par Julian Assange. Il peut être contacté à l'adresse  email protected et suivi sur Twitter  @unjoe

La source originale de cet article est  Consortium News

Copyright ©  Joe Lauria,  Consortium News, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
26/01/2024 mondialisation.ca  5 min #241606

La Cij n'ordonne pas de cessez-le-feu à Gaza pour mettre fin au génocide

Conflits armés et Cour internationale de justice

Par Craig Murray

Demain [le 26 janvier 2024], la Cour internationale de justice rendra sa décision sur la requête sud-africaine de mesures conservatoires visant à empêcher un génocide à Gaza. Nombreux sont ceux qui retiennent leur souffle dans l'attente d'une main tendue. Quelle en sera l'issue ?

Vous pouvez lire mon point de vue sur certains des arguments en jeu dans mon article pour Middle East Eye.

La Cij n'ordonne pas de cessez-le-feu à Gaza pour mettre fin au génocide

La Cour internationale de justice ordonne à Israël d'empêcher un génocide à Gaza et de permettre l'acheminement de l'aide

Par MEE

La Cour internationale de justice s'est prononcée sur les mesures provisoires proposées par l'Afrique du Sud dans le cadre de l'affaire de génocide qui l'oppose à Israël

La Cour internationale de justice (CIJ) a rendu un arrêt provisoire appelant Israël à s'abstenir d'entraver l'acheminement de l'aide dans la bande de Gaza et à améliorer la situation humanitaire.

Se réfère à :

1 article