11/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  6 min #242655

Protests in Europe Could Lead to a Major Social Crisis

Convulsions rurales

par Georges FELTIN-TRACOL

À cinq mois des élections européennes, les campagnes du Vieux Continent s'emballent dans une exaspération variée. Espagnols, Britanniques, Belges, Allemands et Français suivent avec deux à cinq ans de retard la révolte de leurs homologues néerlandais. Ces derniers protestèrent contre les normes administratives, les injonctions officielles et les oukases écologiques punitifs. La Commission européenne a, d'une part, incité à prendre ces mesures et, d'autre part, insisté à ratifier les traités déments de libre-échange au moins disant agricole avéré.

Depuis bientôt trois semaines, les syndicats majoritaires de l'agriculture hexagonale, productiviste et mécanisée, la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et les Jeunes Agriculteurs, rencontrent la concurrence non plus de la Confédération paysanne altermondialiste, mais de la Coordination rurale. Dissidence de la FNSEA en 1991 en réaction contre la réforme libre-échangiste de la PAC (Politique agricole commune), la Coordination rurale fusionne avec la FFA (Fédération française de l'Agriculture) dont l'une des figures marquantes fut l'infatigable défenseur de l'enracinement et grand activiste agricole à l'instar d'Henri Dorgères, Alexis Arette. Qu'on se souvienne du magnifique blocus paysan de Paris en 1992 ! Quant au MODEF (Mouvement de défense des exploitants familiaux), proche du PCF, il se met à la remorque des événements…

La présente crise agricole résulte de plus de six décennies d'« industrialisation », de « tertiarisation » et de « bureaucratisation » du secteur primaire. Les agriculteurs sont de nos jours les formidables aventuriers d'une ère moderne finissante. Certains commentateurs voient dans ces manifestations et autres blocages autoroutiers la synthèse des Bonnets rouges bretons de 2013 et des Gilets jaunes de 2018 – 2019, d'où le bonnet jaune porté avec fierté par les mécontents. D'autres y transfèrent leur nostalgie ruraliste et agrarienne alors que le monde agricole est à 100 % urbanisé dans les mentalités. La césure entre les aires rurales et les espaces urbains n'existe plus d'un point de vue psychologique.

Photo: Jacques Ellul et Bernard Charbonneau

Ce constat, Bernard Charbonneau l'a fait dès 1973 dans son essai Tristes Campagnes (Éditions L'Échappé, coll. « Poche », 2023, 232 p., 12 €). Ami personnel du philosophe anti-technicien Jacques Ellul (1912 – 1994), Bernard Charbonneau (1910 – 1996) reste à l'écart des milieux politiques écologistes. C'est un paradoxe ! Son œuvre riche en essais édifiants constitue une belle somme intellectuelle non-conformiste. Méfiant envers le progrès technique, il clame son amour des patries charnelles. Il regardait d'un œil critique et sceptique l'entrée des écologistes dans l'électoralisme.

Amoureux des paysans du Béarn, des Landes et du Pays Basque, Bernard Charbonneau remarque qu'« autrefois maître de sa terre, le paysan béarnais n'en est plus que l'exploitant provisoire ». Il souligne que « la grande nouveauté de l'après-guerre c'est l'intégration de la campagne dans l'ensemble industriel et urbain, avec pour effet sa transformation en banlieue ». Il note en outre que « nous vivons dans une société qui n'a guère qu'une idée : produire ». Cette course au rendement explique l'endettement des exploitants agricoles, l'extension nécessaire des parcelles au grè des remembrements incessants et l'acquisition, de plus en plus en GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun), de machines automatisées coûteuses. L'introduction de la compétition dans le travail des champs explique le passage du paysan libre au salarié, plus ou moins direct, de l'industrie agro-alimentaire.

Dès 1973, Bernard Charbonneau écrit, visionnaire, qu'« au nom de la rentabilité on détruit l'exploitation familiale de polyculture établie ici depuis des siècles sur sa terre, pour la remplacer par la grande entreprise travaillant pour le marché européen ou mondial. Ou bien on persuade les derniers jeunes de mener un jeu pour lequel ils ne sont pas faits : Dieu – l'Économie – reconnaîtra les siens. Abandonnés dans un désert parsemé de ruines, ils vieilliront dans une angoisse de la faillite, sans pouvoir prendre femme, en attendant le jour où, liquidés par leur tracteur et les hasards de la monoculture, ils devront partir, laissant le nouveau Béarn aux mains de gros propriétaires ou de sociétés étrangères. »


La « fin des paysans », pour reprendre le titre d'une célèbre enquête du sociologue Henri Mendras en 1967, n'implique toutefois pas la disparition des terroirs. Au contraire, les terres arables conservent toute leur valeur. Elles deviennent plutôt la propriété de multinationales chinoises, indiennes ou moyennes-orientales, car l'agriculture demeure un enjeu crucial pour le maintien de toute communauté politique surtout à un moment où la mondialisation atteint enfin ses limites. L'autosuffisance alimentaire comme d'ailleurs l'autosuffisance énergétique auraient dû être érigées depuis bien longtemps en priorités absolues. Or cela aurait impliqué l'affirmation de l'homme de la terre aux dépens de l'individu de bitume. En fin détracteur du modèle stato-national, Bernard Charbonneau observe que la « modernisation agricole » « a été décrétée d'en haut, en vertu d'un esprit hostile aux particularités, à l'invention et à l'originalité locale, ennemi de tout pays ou patrie ». Ainsi déplore-t-il qu'« un pays, une patrie – je ne dis pas un État-nation - c'est-à-dire un paysage et un style de vie, disparaît ».

Réaliste pessimiste, Bernard Charbonneau estime aussi que « la campagne ne fait pas les révolutions; si elle subit le changement, elle ne favorise guère l'aptitude à le concevoir ». Il faut se défaire de l'envie de voir dans l'actuelle agitation agricole une répétition de la révolte paysanne du Schleswig-Holstein en 1928 - 1932 décrite dans La Ville (1932) d'Ernst von Salomon. Les conditions ne sont guère propices à un tel soulèvement. Il manque aux côtés des agriculteurs des penseurs organiques, des poètes et des artistes authentiques non subventionnés. En effet, dans un récit d'anticipation qui clôt Tristes Campagnes, Bernard Charbonneau rappelle à propos du rôle social de l'art – qu'il ne confond surtout pas avec l'art contemporain ! - qu'« une action révolutionnaire aurait la vertu de lui rendre, comme à la parole, sa dignité. L'art, ou plutôt la pensée vécue jusqu'au sang du cri, serait à nouveau force sociale, créateur de rites et de cérémonies ».

Par leurs actions coups de poing sur les autoroutes et au marché d'intérêt national de Rungis, les adhérents intrépides de la Coordination rurale et des fédérations départementales des exploitants agricoles démontrent cependant leur grand sens de la médiatisation. Hélas ! Ces convulsions rurales actuelles n'empêcheront pas la mort lente des campagnes et leur mutation en zones d'accueil permanent d'une immigration de peuplement en hausse constante. Le cosmopolitisme déteste toute pérennité. La société liquide inonde désormais les campagnes. On assiste en direct à la noyade du monde rural. Qui s'en soucie vraiment ? 

GF-T

  • « Vigie d'un monde en ébullition », n° 101, mise en ligne le 7 février 2024 sur Radio Méridien Zéro.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter