Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious»

Idriss Aberkane. Capture d'écran.

Invité d'André Bercoff sur Sud Radio ce jeudi 24 novembre, le conférencier et essayiste Idriss Aberkane s'est exprimé à propos de l'affaire « Facts and furious ». En grattant un peu la couche superficielle de cette structure de fact-checking se présentant comme « indépendante », Idriss Aberkane a réalisé que son fondateur, Antoine Daoust, n'avait aucune compétence journalistique mais avait obtenu des accords avec l'Agence France Presse (AFP).

Idriss Aberkane - Le scandale derrière l?affaire "Facts and Furious"

PAR  EMMANUELLE BOURDY

Publié le 26 novembre 2022 sur  Epoch Times

Le scandale Facts and furious a éclaté après que Malika, la femme d'Antoine Daoust, a porté plainte pour violence aggravée contre ce dernier. Idriss Aberkane explique avoir découvert que le fondateur de cette structure de Fact-checking est un ancien barman, interdit bancaire, qui n'a aucune expérience ni qualification journalistique. Pour autant, il est devenu un fact-checkeur validé par l'AFP en l'espace d'un mois seulement. Selon l'essayiste, il écrirait par ailleurs sous les ordres de Rudy Reichstadt, qui est membre de l'Observatoire des radicalités politiques et fondateur du site ConspiracyWatch.info, observatoire du conspirationnisme et des théories du complot.(*)

« Un pantin désarticulé » présenté comme « une agence de fact-checking sérieuse »

À la suite d'une enquête réalisée par France Soir et Idriss Aberkane, ce dernier explique que Malika Daoust a lancé l'alerte en faisant des révélations scandaleuses concernant cette officine Facts and furious, qu'Idriss Aberkane qualifie de « mafia » étant un « réseau organisé structuré » pour pratiquer le « terrorisme intellectuel ». « Le fact-checking normalement, c'était pour éviter qu'on vous dise que quelqu'un était mort alors qu'il ne l'était pas, par exemple », explique Idriss Aberkane.

Le fondateur de Facts and furious - officine créée en décembre 2021 et dont le but est de « lutter contre les infox » autrement dit les fausses informations - s'est retrouvé propulsé et entouré subitement d'un vaste réseau de journalistes entres autre.

« On a constaté que rien n'allait, dans Facts and furious », mentionne encore Idriss Aberkane, ajoutant que « c'était un pantin désarticulé, qui était présenté comme une agence de fact-checking sérieuse », et dont les dépêches et articles ont été repris par « au moins une quinzaine d'organismes de presse ». « Leurs articles étaient pris comme parole d'évangile sans qu'aucun de ces médias ne fasse les vérifications les plus élémentaires », alerte-t-il, comparant cette affaire à un scandale bancaire. Cet homme « ultra-sulfureux » qu'est Antoine Daoust fait partie d'un réseau de désinformation avec l'AFP et Google, ainsi que d'autres organisations, et les billets de son officine se sont retrouvés « blanchis » du jour au lendemain, précise-t-il au micro de Sud Radio.

« L'Agence France presse a protégé Antoine Daoust quand sa femme a lancé l'alerte »

« Interdit bancaire deux fois, une auto-entreprise qui devient une SASU [société par actions simplifiée unipersonnelle] et qui n'a qu'un mois d'existence avant d'obtenir ses contrats [avec l'AFP], non ce n'est pas régulier, ce n'est pas normal », martèle Idriss Aberkane à propos du fondateur de Facts and furious.

« Sans le moindre doute, on peut vous confirmer que le travail de Facts and furious était majoritairement commandé, avait des buts idéologiques, n'était ni neutre ni objectif et encore moins indépendant.. et ça nous en avons les preuves, à commencer par le fait que l'Agence France presse a protégé Antoine Daoust quand sa femme a lancé l'alerte », affirme-t-il, preuves formelles à l'appui.

Il souligne encore que Malika Daoust, qui a déposé plainte pénale contre son mari pour violence aggravée, a écrit au Palais de l'Élysée. Celui-ci lui a pris ses propos au sérieux et lui a assuré qu'elle allait être mise en contact avec le préfet. Une réaction très différente de celle de l'AFP, qui ne lui a pas donné suite. Ces entreprises de Fact-checking sont là « pour coller des étiquettes aux gens » et sont semblables à un blog, avec « des financements très opaques », dénonce enfin Idriss Aberkane.

Source:  Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious» Epoch Times

(*) Les lecteurs de cet l'article se souviendront des commentaires haineux de quelques individus agissant sous de faux profils - Ivan Sissoko, Pierre Alexandre, Eric Brunet - qui depuis le début de la guerre contre l'Ukraine, ont tout tenté pour discréditer le site Arrêt sur info et salir sa rédactrice. Ils se sont appuyés sur les affirmations mensongères de Rudy Reichstadt, pour associer Arrêt sur info et sa rédactrice Silvia Cattori à la mouvance conspirationniste.

Lire à ce propos:

 Gérald Bronner, Rudy Reichstadt et Pierre-André Taguieff: les experts du chantage à la « théorie du complot »

 Rudy Reichstadt : un opportuniste de la galaxie néo-conservatrice

 Quand les « complotologues » de Franceinfo font l'impasse sur la principale théorie du complot de l'ère Trump

 Fake news et Complotisme 1/3

 Fake news et Complotisme 2/3

 Gouvernement profond: quand les anti-complotistes voient des complots partout

 Les « 5 plus gros diffuseurs » de fake news selon les amis de Conspiracy Watch

 Thomas Huchon : le nouveau préposé en charge du catéchisme d'Etat

 La guerre est déclarée entre RT et les fact-checkers français !

 Théorie du complot: Comment le « Le Style paranoïaque » fut détourné par les néo-conservateurs (1/2)

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 02/12/2022 francesoir.fr  5 min 🇬🇧 #220007

 Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious»

« il faut assainir le domaine du fact-checking » des « procédés extrêmement malveillants » Jean-Dominique Michel

FranceSoir

Jean-Dominique Michel, anthropologue de la santé.

F. Froger / Z9, pour FranceSoir

Dans cet "Entretien essentiel", Jean-Dominique Michel, anthropologue spécialisé dans la santé, dont la position sur la politique de lutte contre l'épidémie de Covid-19 lui a valu non seulement des critiques dans la presse mainstream mais également d'être la cible d'officines de fact-checking, décortique les procédés "extrêmement malveillants" par lesquels des "cercles médiatiques proches des intérêts politico-économiques", ciblent des personnalités dans le but de les décrédibiliser.

1 occurrence 02/12/2022 dedefensa.org  9 min #219999

 Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious»

L''industrie du factchecking' prise de panique

 Journal dde.crisis de Philippe Grasset

2 décembre 2022 (17H00) - Qui a osé parlé de "désindustrialisation" de l'Europe (du  bloc-BAO) ? Alors qu'une nouvelle industrie, l''industrie du factchecking', s'est installée et se développe à une surprenante vitesse, promettant à nos âmes étonnées un nouvel âge d'or industriel dont la production essentielle sera une constante vérité factuellement affirmée, établie et verrouillée, et éternellement recommencée ? L'expression, je l'avoue, m'a séduit ; elle est sortie, pour mon compte, de plusieurs entretiens rassemblant Idris Aberkane et plusieurs médias de mauvaise réputation.

1 occurrence 29/11/2022 reseauinternational.net  5 min #219831

 Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious»

De la Chine jusqu'à Fact and Furious en France, le pouvoir vacille

par Le Courrier des Stratèges

Les mises en scène autoritaires auxquelles la pandémie de COVID a donné lieu sont- elles allées trop loin ? Les événements de ces dernières heures illustrent la fragilité du pouvoir lorsqu'il s'exerce avec excès et déraison, et lorsqu'il instrumentalise les crises pour opprimer les peuples. En Chine, comme en France, la carapace se lézarde et pourrait donner lieu à des retournements imprévus de situation.

1 occurrence 29/11/2022 reseauinternational.net  4 min #219830

 Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious»

Le scandale « Facts and Furious » ou la mafia du fact-checking

par Patrice Gibertie

Idriss Aberkane dénonce le scandale Facts and Furious, une officine de désinformation pro-injections qui travaillerait pour Libé France Info, l'Express...

Le fondateur de Fact and Furious, interdit bancaire, violences conjugales, sans aucune compétence, sans expérience ni qualification journalistique devenu en 1 mois factcheckeur validé par l'AFP, cité par tous ces médias AFP, Reuters, Libé, Le Parisien, France Info, Le Monde.

1 occurrence 28/11/2022 arretsurinfo.ch #219809

 Idriss Aberkane dénonce le scandale derrière l'affaire «Facts and Furious»

Les dernières révélations sur l'affaire Facts and Furious