30/01/2024 2 articles euro-synergies.hautetfort.com  4 min #241856

Agriculteurs en colère : la pression s'accentue autour de Paris

La révolte de la terre

La révolte de la terre

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Elle a commencé en Allemagne, immédiatement suivie par la Hollande. Puis, bien sûr, avec les Français, toujours prêts à saisir le vent de la contestation. Et à l'amplifier.

Elle s'est propagée, et maintenant elle est aussi en Italie. Dans le silence honteux des médias, des politiciens de tous les partis (majorité et opposition), des intellectuels... des plus hautes fonctions de l'État, en premier lieu le Quirinal...

La révolte des paysans. La révolution des tracteurs. Des milliers, des dizaines de milliers qui bloquent toutes les routes d'Europe. Qui marchent sur les capitales.

Et de tout cela, de maigres nouvelles dans les journaux locaux, sous la rubrique "problèmes de circulation". Comme s'il s'agissait d'un tel problème.

Mais il ne faut pas croire qu'il s'agit d'une simple protestation pour des raisons de taxes, de fonds, de subventions. L'ampleur et l'extension de cette révolte, ainsi que la manière dont elle s'est déroulée, sont une indication de quelque chose d'autre.

Pensez-y... elle a commencé juste avant le Forum de Davos. Et elle n'a cessé de s'amplifier.

Un forum où l'on a beaucoup parlé d'agriculture. Sous tous ses aspects. La planification... la mort de tout le secteur.

Est-ce que j'exagère ? Klaus Schwab, dans ses habits de grand prêtre, s'est lâché, sans retenue, dans des discours que l'on peut qualifier d'hallucinants. Par exemple : il y a quatre milliards d'hommes dans le monde qui mangent inutilement. Ils consomment des ressources, sans être utiles à quoi que ce soit.

Traduit : il faut réduire la population mondiale de près de la moitié. Quatre milliards à éliminer. Sic et simpliciter. Et personne, absolument personne n'a sourcillé. Normal, voire conséquent pour les politiques que Davos, et les "puissants" qui s'y pressent en pèlerinage. Ils sont en train de mettre en œuvre ce projet terrifiant. Et, dès que possible, l'imposent partout par la coercition.

Ce n'est pas le soupçon de quelques infatigables conspirationnistes ou terrapianistes qui est à l'origine de ce schéma. Il est d'une évidence déconcertante, et ressort très clairement des documents et propositions qui circulent. Dans le silence absolu (ou presque) des médias. Et dans le silence de l'opinion (dite) publique.

Détruire l'agriculture européenne. C'est-à-dire le secteur primaire de l'économie. Et la source de vie. Facile à faire, en étranglant les agriculteurs avec des taxes et des systèmes usuraires. Facile à faire, étant donné le contrôle des banques et des financiers.

Les agriculteurs sont contraints de vendre. Et remplacés, dans la propriété des terres, par des entreprises qui produisent de l'énergie solaire. Avec des panneaux. Qui ne polluent pas, disent-ils. Alors que le bétail et les cultures polluent. Ce qui explique le financement des lobbies pseudo-environnementaux et l'accent mis, ces dernières années, sur Greta et ses gretinades.

La production agricole européenne appauvrie sera remplacée par des importations en provenance de pays où la qualité et la sécurité des produits ne sont pas contrôlées. Et où la main-d'œuvre bon marché abonde. C'est-à-dire des esclaves.

Et, ensuite, encourager l'introduction d'aliments alternatifs. Insectes, viande synthétique...

Les aliments normaux et sains seront destinés à un petit nombre. Les élus. À eux, en somme. Les autres peuvent mourir. Ou plutôt, ils doivent mourir. C'est ce qu'a expliqué le grand prêtre de... Davos.

Les tracteurs qui marchent sur Berlin, qui assiègent Paris, qui défilent dans les rues et sur les routes d'Italie en ces heures, représentent bien plus que la protestation fiscale d'une catégorie spécifique. Au-delà de ce que pensent les agriculteurs qui les conduisent, il s'agit d'une révolte de la terre.

Contre les forces abstraites de l'argent. Qui veulent la rendre stérile.

C'est une bataille entre des figures mythiques. Qui semblent, aujourd'hui, s'incarner derrière des institutions et des événements sociaux.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter