03/02/2024 2 articles reseauinternational.net  6 min #242089

Paris « condamne » les appels à réimplanter des colonies israéliennes à Gaza

Le piège de la proposition de trêve de Paris : La duplicité Us sur un «État» palestinien sert l'agenda génocidaire d'Israël

par Abdel Bari Atwan

La direction du Hamas à Gaza n'a pas encore répondu officiellement à la proposition de cessez-le-feu issue de la réunion quadripartite du week-end dernier à Paris entre les chefs des services de renseignement des USA, d'Israël, de l'Égypte et du Qatar. Ce retard est très probablement délibéré, et si l'accord est approuvé, il sera conditionné à la satisfaction des exigences de la résistance, à savoir le retrait total d'Israël et l'arrêt définitif de sa guerre contre la bande de Gaza.

Ces dirigeants, qui bénéficient du soutien massif des Palestiniens de la bande de Gaza et de Cisjordanie, doivent savoir que l'objectif de ce projet d'accord est de sauver l'État d'occupation israélien, de consolider l'influence déclinante des USA au Moyen-Orient et de réduire les perspectives d'extension de la guerre, après qu'il est apparu clairement qu'il serait impossible de détruire ou de vaincre le Hamas. Après près de quatre mois d'agressions israéliennes incessantes, le Hamas conserve intacts plus de 80% de ses armes, de ses forces de défense, de ses tunnels et de ses manufactures d'armement.

Benjamin Netanyahou cherche à obtenir la libération du plus grand nombre possible de captifs, en particulier des civils, afin de pouvoir mettre en œuvre, sans pression intérieure ou extérieure, son plan de dépeuplement de la bande de Gaza par le biais d'une évacuation forcée ou «volontaire». Il s'agirait d'un prélude à la mise sous tutelle militaire israélienne, au vol de ses énormes réserves de pétrole et de gaz offshore et au rétablissement des 16 colonies israéliennes qui ont été démantelées en 2005 lorsque l'occupation directe a pris fin en raison du nombre croissant de victimes parmi les colons et les militaires aux mains de la résistance.

Avec une duplicité typique, les USA tentent de vendre ce plan israélien en faisant miroiter un État palestinien «démilitarisé» en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, une fois la guerre de Gaza terminée. Le département d'État US a révélé jeudi que Blinken envisageait la possibilité de reconnaître un tel État et qu'il avait demandé à ses collaborateurs de proposer des modèles de «démilitarisation» qui pourraient lui être appliqués.

Amorim, Brésil

Un dicton populaire dit que plus le mensonge est gros, mieux il passe. Cela vaut pour les fuites des USA et de la Grande-Bretagne sur cette question. Les deux alliés qui ont lancé ensemble toutes les guerres dévastatrices récentes au Moyen-Orient tentent de tendre un nouveau piège à la résistance et au peuple palestiniens en leur vendant une fois de plus la même vieille illusion. Leur véritable objectif est d'annuler la victoire obtenue par le raid du 7 octobre de l'année dernière et de réduire les pertes matérielles et humaines d'Israël.

La prudence est donc de mise. Les preuves de cette duplicité ne manquent pas.

Mercredi, le Congrès usaméricain a voté à une écrasante majorité (422 voix contre 2) l'interdiction d'entrée sur le territoire usaméricain pour tous les membres de l'OLP, du Hamas ou du Jihad islamique palestinien. Comment Washington peut-il soutenir la création d'un État palestinien tout en interdisant l'entrée aux membres de l'OLP qui a signé les accords d'Oslo, reconnu Israël, cédé 80% du territoire de la Palestine historique et recruté 60 000 agents de sécurité pour protéger les colons et réprimer son propre peuple ?

Les USA ont parrainé les accords d'Oslo et organisé leur cérémonie de signature dans la roseraie de la Maison-Blanche il y a 30 ans. Pourtant, au cours des vingt dernières années, ils ont utilisé leur droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies pour faire échouer la décision de l'Assemblée générale d'accorder à la Palestine le statut d'État membre à part entière des Nations unies. Il semble que si les USA reconnaissent un jour un tel État, ce sera uniquement pour les placards d'archives de l'ONU, sans le faire sur le terrain.

Abdellah Derkaoui, Maroc

L'administration usaméricaine a toujours affirmé qu'un État palestinien ne pouvait voir le jour qu'avec l'accord d'Israël et qu'il devait être démilitarisé. Comment un État démilitarisé peut-il survivre aux côtés d'un ennemi qui pratique le génocide et le nettoyage ethnique et sans avoir les moyens de se défendre contre une nouvelle agression ?

Aujourd'hui, ce n'est pas Joe Biden qui mène la barque à Washington, mais Benjamin Netanyahou. En témoigne le refus répété d'Israël de répondre aux appels des USA à mettre fin aux massacres et aux déplacements massifs de civils dans la bande de Gaza.

Les USA se sont déjà engagés à garantir le cessez-le-feu et les accords de reconstruction à Gaza, notamment l'accord de Charm El Cheikh qui a suivi la guerre de 2013. Mais ils n'ont jamais respecté cet engagement et n'ont jamais fait pression sur Israël pour qu'il s'y conforme. Des milliers de maisons et de tours détruites lors de cet assaut sont toujours en ruines à ce jour, malgré l'allocation de 5 milliards de dollars pour leur reconstruction.

La direction du Hamas, qui a infligé à Israël la plus grande défaite depuis sa création il y a 75 ans, devrait s'en tenir à ses propres conditions dans leur intégralité. Elle ne doit pas accepter le piège de l'accord que les agences de renseignement US et arabes ont conçu et tentent de lui vendre. Ses principaux objectifs sont d'épargner à Israël une défaite ou d'en réduire l'impact, d'imposer ses conditions à la résistance palestinienne par la terreur et le génocide, de désamorcer la colère populaire croissante à l'égard des USA et d'Israël dans le monde arabe et d'anticiper les rébellions contre les dirigeants complices.

Le sponsor usaméricain de l'accord, ainsi que la plupart de ses alliés européens, n'ont jamais exigé l'arrêt de la guerre génocidaire à Gaza, mais l'ont soutenue au nom de la «légitime défense». Il ne s'est jamais opposé à l'interdiction de l'aide humanitaire ou à la famine délibérée des deux millions d'habitants de la bande de Gaza qui peuvent à peine trouver une bouchée de pain ou une goutte de lait pour garder leurs enfants en vie.

La victoire exige de la patience et sa réalisation approche à grands pas. 550 000 soldats israéliens n'ont pas réussi à contrôler totalement la bande de Gaza, à écraser la résistance, à tuer ou à capturer ses dirigeants. L'État d'occupation a reçu un coup de massue qui a ébranlé les piliers de son existence et veut, avec l'aide des USA, déraciner la résistance en détruisant la population qui l'abrite.

Patrick Chappatte, Le Temps, Suisse, 2019

source :  Rai Al Youm

 reseauinternational.net

 Commenter
newsnet 2024-02-03 #13965

comme quoi la décision de la Cij n'est qu'une contrainte de plus dans la stratégie opérée.

Avec une duplicité typique, les USA tentent de vendre ce plan israélien en faisant miroiter un État palestinien «démilitarisé»

argument russe, rhétorique américaine


Articles enfants
03/02/2024 reseauinternational.net  16 min #242090

Le piège de la proposition de trêve de Paris : La duplicité Us sur un «État» palestinien sert l'agenda génocidaire d'Israël

Pourquoi les plans occidentaux pour un autre régime clientéliste palestinien sont voués à l'échec

par Joseph Massad

Les ennemis occidentaux du peuple palestinien s'égosillent sur la façon d'inventer une nouvelle direction palestinienne.

Ils imaginent un leadership qui continuerait de fournir à Israël et à l'Occident tous les services que l'Autorité palestinienne (AP) leur garantit depuis 1993, mais cette fois, en conservant sa légitimité aux yeux du peuple.

Fondamentalement, ces conspirateurs occidentaux ne parviennent pas à reconnaître que la fonction de l'AP en tant que principal collaborateur d'Israël est précisément la raison pour laquelle elle a perdu sa légitimité auprès des Palestiniens.