28/01/2024 reseauinternational.net  6 min #241696

La Cour internationale de justice ordonne à Israël d'empêcher un génocide à Gaza et de permettre l'acheminement de l'aide

Une victoire sud-africaine mettra-t-elle fin au génocide de Gaza ?

🇬🇧 🇪🇸 🇸🇹

par Pepe Escobar

Même si la CIJ peut être considérée comme une farce collective de l'Occident, le fait est que l'arrêt demande explicitement à Israël d'arrêter les massacres.

Allons droit au but :

Par 15 voix contre 2, la Cour internationale de Justice (CIJ) vient de se prononcer en faveur de l'Afrique du Sud, membre des BRICS, et d'ordonner à Israël de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher un génocide à Gaza.

S'agissant du génocide le plus scruté de tous les temps, suivi 24 heures sur 24 par tous les smartphones de la planète, on peut affirmer que l'Afrique du Sud vient de remporter une victoire étonnante contre le sionisme.

Et pourtant, comme l'affirme l'Armada des cyniques mondiaux, aucun appel au cessez-le-feu n'a été lancé à Gaza.

Bien sûr, on peut également faire valoir que l'appel au cessez-le-feu ne s'applique qu'à une guerre - comme dans le cas de la guerre par procuration en Ukraine. Gaza est un cas de génocide d'une population indigène perpétré par une puissance occupante. Cela exige un arrêt immédiat de tous les actes génocidaires. C'est essentiellement ce que la CIJ a ordonné.

Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a noté que «si l'on lit la phrase, il est implicite» qu'un cessez-le-feu doit être imposé.

L'inestimable ancien ambassadeur britannique Craig Murray a noté qu'«après un exposé des faits extrêmement accablant de la part de l'Afrique du Sud», puissamment «et méticuleusement bien exposé», les conclusions étaient inévitables.

En voici les grandes lignes :

«L'opération militaire menée par Israël à Gaza a fait un nombre incalculable de morts et de blessés, détruit d'importantes infrastructures et unités d'habitation, provoqué une malnutrition massive, effondré le système de santé et déplacé la majorité des habitants. Cette guerre a touché l'ensemble de la population de Gaza et aura des conséquences durables. La Cour a pris note du langage de déshumanisation utilisé par les hauts responsables du gouvernement israélien».

Par conséquent, la CIJ «accepte la demande sud-africaine tendant à ce que des mesures provisoires urgentes soient prises pour protéger les Palestiniens de Gaza contre Israël et recommande» ce qui suit :

15-2 : «L'État d'Israël doit prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher la commission d'un génocide à Gaza».

15-2 : «L'État d'Israël veillera à ce que l'armée ne commette aucun acte de génocide».

16-1 : «Israël prendra toutes les mesures pour punir toutes les sollicitations publiques au génocide».

16-1 : «Israël doit prendre des mesures immédiates et efficaces pour remédier aux conditions de vie défavorables dans la bande de Gaza».

15-2 : «Israël doit prendre des mesures efficaces pour préserver les preuves d'actions ayant un impact sur la Convention sur le génocide».

15-2 : «Israël soumet à la Cour un rapport sur toutes les mesures prises pour donner suite aux ordonnances de la Cour dans un délai d'un mois».

Les Houthis et la convention sur le génocide

La décision de la CIJ est contraignante. Pourtant, même si la CIJ a décidé qu'Israël devait «prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les décès et les blessures» et répondre à tous les besoins humanitaires des Palestiniens (y compris l'accès à la nourriture, aux médicaments et aux infrastructures), que se passera-t-il si Tel-Aviv ignore tout simplement la décision ?

Même en tenant compte du fait qu'Israël doit déposer un rapport sur les mesures correctives dans un délai d'un mois à compter de la décision, il n'est pas certain que les praticiens de la  psychopathie biblique se conforment à la décision.

La réponse ne s'est pas fait attendre. Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Ben Gvir, candidat caricatural au rôle de psychopathe incontrôlable dans un film d'horreur bon marché, a déclaré que «la décision du tribunal antisémite de La Haye prouve ce que l'on savait déjà : ce tribunal ne cherche pas la justice, mais plutôt la persécution du peuple juif. Ils sont restés silencieux pendant l'Holocauste et aujourd'hui ils continuent l'hypocrisie et vont encore plus loin».

Les psychopathes ne font pas d'histoire. La CIJ, dans sa version actuelle, a été fondée en 1945.

Ce que la décision de la CIJ a certainement fait, c'est légitimer de facto  la force morale des Houthis qui soutiennent «notre peuple» à Gaza.

Et ce, alors que les États-Unis et le Royaume-Uni répètent dans tout le Sud qu'ils doivent frapper les Houthis, dont la politique de défense de la Palestine se traduit par le respect de la Convention sur le génocide. Les États-Unis et le Royaume-Uni évoquent cyniquement la nécessité de «protéger le droit international».

L'écrasante majorité des pays du Sud l'interprète au contraire comme une force de maintien de la paix défendant la Convention sur le génocide - les Houthis - attaquée par les pourfendeurs de l'«ordre international fondé sur des règles».

Parallèlement, un point crucial a été souligné par le juriste international Juan Branco. La France préside actuellement le Conseil de sécurité des Nations unies. Selon l'article 94.2 de la Charte des Nations unies : à la demande de l'Afrique du Sud, l'ONU doit forcer Israël à appliquer l'arrêt de la CIJ.

Personne ne doit compter sur la France macroniste de pacotille pour faire ce qu'il faut.

Les massacres ne s'arrêteront pas

Du point de vue du Sud mondial, il est tout à fait consternant qu'une Africaine, la juge ougandaise Julia Sebutinde, se soit opposée à toutes les mesures conservatoires demandées par l'Afrique du Sud à l'encontre d'Israël.

La CIJ ayant statué que «les actions d'Israël à Gaza peuvent constituer un génocide avec l'intention de d'éliminer, en tout ou en partie, un groupe ethnique spécifique - les Palestiniens», il s'ensuit logiquement que la complicité des États-Unis avec Israël équivaut à une complicité des États-Unis dans le génocide des Palestiniens.

La décision de la CIJ met en fait en accusation les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et d'autres membres de l'Occident collectif qui ont tous déclaré que l'affaire sud-africaine était «sans fondement juridique» et devait être rejetée.

Il n'est donc pas étonnant qu'une équipe de 47 avocats sud-africains prépare déjà une action en justice contre les États-Unis et le Royaume-Uni pour complicité.

Quelle que soit la suite des événements, l'armada cynique mondiale hyper-engagée ne relâchera pas ses efforts. Le fait que la CIJ ordonne à Israël de «prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter les morts et les blessés» peut certainement être interprété comme un appel au cessez-le-feu, sans mentionner le mot magique.

Mais ce que l'Armada cynique mondiale voit en réalité, ce sont quatre éléments toxiques liés entre eux : Pas de cessez-le-feu ; tuer les Palestiniens, mais en douceur ; les nourrir avant de les tuer ; et vous avez encore un mois entier pour vous engager dans une tuerie généralisée.

Même si la CIJ peut être considérée comme une farce collective de l'Ouest, le fait est que l'arrêt demande explicitement à Israël d'arrêter les massacres. On pourrait dire que la CIJ a fait le maximum de ce qu'elle pouvait faire dans le cadre de sa juridiction et de ses procédures.

Cependant, si l'on considère que la CIJ a moins de zéro moyen de faire appliquer sa décision - elle dépend de l'ONU hyper-corrompue - l'Armada des cyniques mondiaux a peut-être vu juste : le massacre ne s'arrêtera pas.

 Pepe Escobar

source :  Strategic Culture Foundation

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter