24/05/2022 14 articles arretsurinfo.ch  4 min #208795

Kissinger: « Il existe une petite fenêtre d'opportunité pour mettre fin au conflit armé en Ukraine »

Le président Vladimir Poutine a rencontré l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger. Date 26 avril 2007. Domaine public

Kissinger met en garde sur le délai d'un règlement de paix en Ukraine

 RT news - 24 mai 2022

Le conflit avec la Russie doit prendre fin dans deux mois, sinon il deviendra incontrôlable, a averti l'homme d'État chevronné.

Il existe une petite fenêtre d'opportunité pour mettre fin au conflit armé en Ukraine et trouver un accord de paix, a déclaré l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger lors d'un rassemblement des élites occidentales à Davos, en Suisse. Au-delà, la Russie pourrait rompre définitivement avec le reste de l'Europe et devenir un allié permanent de la Chine, a-t-il déclaré lundi lors d'un discours au Forum économique mondial.

« Les négociations sur la paix doivent commencer dans les deux prochains mois environ, [avant que le conflit] ne crée des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter », a déclaré ce diplomate chevronné de 98 ans à propos de la crise. L'issue déterminera les relations du reste de l'Europe avec la Russie et l'Ukraine, a-t-il ajouté. « Idéalement, la ligne de démarcation devrait revenir au statu quo ante », a-t-il déclaré.

« Je pense que poursuivre la guerre au-delà de ce point la transformerait non pas en une guerre pour la liberté de l'Ukraine, qui avait été entreprise avec une grande cohésion par l'OTAN, mais en une guerre contre la Russie elle-même », a-t-il ajouté.

Kissinger est un éminent praticien de l'approche realpolitik des relations internationales - qui place les intérêts pratiques des nations avant leurs positions idéologiques. Il a rappelé qu'il y a huit ans, lorsque la crise ukrainienne a été lancée par un coup d'État armé à Kiev, il a plaidé pour que l'Ukraine devienne un État neutre et un « pont entre la Russie et l'Europe plutôt que une ligne de front de groupements au sein de l'Europe. »

Kiev a plutôt poursuivi l'adhésion à l'OTAN comme un objectif stratégique, ouvrant la voie aux hostilités actuelles. L'opportunité qu'il avait alors promue n'existe plus, a déclaré Kissinger, mais « elle pourrait encore être conçue comme un objectif ultime. »

L'Occident devrait garder à l'esprit le tableau d'ensemble et se rappeler que « la Russie est depuis 400 ans une partie essentielle de l'Europe«, a déclaré le diplomate. Il a averti que le continent devait faire attention « à ce que la Russie ne soit pas poussée dans une alliance permanente avec la Chine. »

M. Kissinger a abordé l'escalade de la confrontation entre la Chine et les États-Unis, affirmant que les deux nations se perçoivent désormais comme leur seul concurrent stratégique viable sur la scène mondiale. Il a déclaré qu'une course aux armements entre les deux pays était un scénario particulièrement inquiétant pour le monde entier.

« Un conflit avec des technologies modernes mené en l'absence de toute négociation préalable sur le contrôle des armements, de sorte qu'il n'existe aucun critère de limitation établi, sera une catastrophe pour l'humanité », a-t-il déclaré.

Le rassemblement de Davos cette semaine est le dernier forum international à avoir invité le président ukrainien Volodymyr Zelensky à défendre les intérêts de son pays. Dans son discours, il a demandé plus d'armes pour Kiev et plus de sanctions contre la Russie. Il a affirmé que Moscou n'était pas intéressé par des négociations de paix.

La Russie a déclaré à plusieurs reprises que c'était l'Ukraine qui avait bloqué les pourparlers de paix après que des progrès aient été réalisés à Istanbul fin mars.

« Ce n'était pas notre initiative de geler les pourparlers«, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Andrey Rudenko aux journalistes lundi, réitérant cette position. « Nous sommes prêts à revenir aux négociations dès que l'Ukraine démontrera une position constructive et réagira au minimum aux suggestions que nous lui avons envoyées. »

La Russie a attaqué son État voisin fin février, après que l'Ukraine n'a pas appliqué les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et que Moscou a fini par reconnaître les républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole négocié par l'Allemagne et la France visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l'État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l'Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l'OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l'offensive russe n'a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

 Source: RT news

Traduction  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 13/06/2022 dedefensa.org  13 min #210104

Rapsit-Usa2022 : le désespoir de Kissinger

 Brèves de crise

L'interview débute par un aspect complètement inhabituel pour Kissinger, peut-être même un aspect complètement inédit qui est la situation politique intérieure du pays. Il évita constamment dura nt sa carrière de le traiter publiquement, comme si ce n'était pas de "ses affaires", même durant la période cruciale du Watergate jusqu'à la démission de Nixon du 10 août 1974 où le pouvoir américaniste, et donc la situation interne du pays, constituaient la crise principale à laquelle devaient faire face les États-Unis.

1 occurrence 12/06/2022 arretsurinfo.ch  8 min #210055

L'Occident doit prendre en compte les intérêts de Moscou - Kissinger

Le président Vladimir Poutine a rencontré l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger. 26 avril 2007


L'ancien secrétaire d'État américain a affirmé que, dans le cas contraire, la Russie pourrait se transformer en « un avant-poste de la Chine en Europe ».

 RT.com - 12 Juin 2022

1 occurrence 03/06/2022 reseauinternational.net  8 min #209489

Kissinger est lucide, pour une fois

par Mike Whitney.

Savez-vous pourquoi le discours d'Henry Kissinger au Forum économique mondial a suscité une telle fureur ?

Kissinger n'a pas critiqué la façon dont la guerre en Ukraine est menée ou le manque de progrès sur le terrain. Non. Ce que Kissinger a critiqué, c'est la politique elle-même, c'est ce qui a déclenché la tempête. Il a jeté un seau d'eau froide sur les personnes qui ont concocté cette politique farfelue en leur disant en face qu'ils « se sont trompés ».

1 occurrence 02/06/2022 entelekheia.fr  11 min #209434

Inquiétude informulée à Davos : et si l'Ukraine était vaincue ?

Si détestés soient le WEF et son fondateur Klaus Schwab, Davos est un bon indicateur des dernières tendances psycho-sociologiques (voire psychiatriques) des « élites » autoproclamées de l'Occident. Or, à la lecture de l'article qui suit, on réalise qu'elles ne s'attendaient en aucune façon à la tournure qu'ont actuellement pris les événements en Ukraine, et plus largement dans le monde (avec la crise énergétique et agro-alimentaire), et pire, qu'elles n'ont pas de plan B.

1 occurrence 01/06/2022 arretsurinfo.ch  9 min #209310

La guerre en Ukraine pourrait être impossible à arrêter. Et les États-Unis en sont en grande partie responsables

Henri Guaino. Fabien Clairefond

OPINION

M. Caldwell contribue à la rédaction de la revue Opinion et est l'auteur de « The Age of Entitlement : L'Amérique depuis les années 60 » et « Réflexions sur la révolution en Europe : l'immigration, l'islam et l'Occident ».

Par Christopher Caldwell, 31 mai 2022

Dans le quotidien parisien Le Figaro de ce mois-ci, Henri Guaino, l'un des principaux conseillers de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était président de la France, a averti que les pays européens, sous la direction myope des États-Unis, étaient « somnambules » dans la guerre avec la Russie.

1 occurrence 31/05/2022 les-crises.fr  7 min #209249

Henry Kissinger : « Nous entrons dans une ère totalement nouvelle. »

Le stratège de la Guerre froide discute de la Russie, de la guerre en Ukraine et de la Chine au festival FTWeekend à Washington.

Source :  Financial Times, Edward Luce
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Henry Kissinger estime qu'il n'y a pas assez de discussions sur le risque des armes nucléaires © Gregory Bobillot/FT

1 occurrence 8 articles 31/05/2022 reseauinternational.net  10 min #209244

L'inquiétude à Davos et la peur non-dite de l'échec - Les premiers signes d'un changement de cap des États-Unis en Ukraine

🇬🇧

par Alastair Crooke.

La crainte non-dite qui inquiète les participants à Davos est celle d'une nouvelle débâcle, après celle de l'Afghanistan.

Klaus Schwab, passionné par l'Ukraine, a essentiellement configuré le Forum économique mondial (WEF) pour  mettre en scène Zelensky et exploiter l'argument selon lequel la Russie devrait être mise à la porte du monde civilisé.

1 occurrence 31/05/2022 strategic-culture.org  8 min 🇬🇧 #209227

Disquiet at Davos and the Unsaid Fear of Failure - The First Shoots of a Us. Ukraine Shift

🇫🇷

Alastair Crooke
May 30, 2022

The unspoken fear disquieting Davos attendees is the fear of another débacle, following that of Afghanistan.

Klaus Schwab, passionate for Ukraine, essentially configured the World Economic Forum (WEF) to  showcase Zelensky and to leverage the argument that Russia should be kicked out of the civilised world.

1 occurrence 28/05/2022 arretsurinfo.ch  8 min #209088

Davos 2022 : le combat en coulisse de l'oligarque octogénaire

🇬🇧

Copyright World Economic Forum. Photo by Remy Steinegger Flickr

Je n'aurais jamais cru voir le jour où la  » bande des trop vieux pour diriger le monde, mais trop jeunes pour mourir  » (excusez Ian Anderson) se réunirait à Davos et se disputerait sur ce qu'il faut faire au sujet de la Russie.

Par Tom Luongo - 26 mai 2022

En l'espace de vingt-quatre heures, deux des hommes les plus influents de la planète se sont prononcés sur la ligne de conduite à adopter par la bande de Davos en Ukraine.

1 occurrence 26/05/2022 francesoir.fr  3 min #208953

Au forum de Davos, Henry Kissinger a appelé l'Ukraine à des concessions territoriales pour la paix

Auteur(s): FranceSoir

Invité au Forum économique mondial de Davos par Klaus Schwab, l'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger a plaidé pour un retour des négociations entre l'Ukraine et la Russie le 24 mai dans une prise de parole par visioconférence, estimant que l'Ukraine devait envisager des concessions territoriales à la Russie, plutôt que de vouloir reconquérir la Crimée et le Donbass,  relate Yahoo Finance.

1 occurrence 25/05/2022 francais.rt.com  3 min #208880

Au forum de Davos, Henry Kissinger appelle l'Ukraine à des concessions territoriales pour la paix

© CNS Source: AFP

Henry Kissinger s'adresse en vidéoconférence à une assemblée à Shanghai en février 2022 (image d'illustration).

25 mai 2022, 16:06

L'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger a estimé le 24 mai devant le Forum économique mondial de Davos que l'Ukraine devait envisager des concessions territoriales à la Russie, plutôt que de vouloir reconquérir la Crimée et le Donbass.

1 occurrence 25/05/2022 lewrockwell.com  4 min 🇬🇧 #208861

'Blue-Checks' Furious After Henry Kissinger Says Ukraine Should Cede Territory For Peace With Russia

By  Tyler Durden

 Zero Hedge

May 25, 2022

Veteran US statesman Henry Kissinger has urged the West to stop trying to inflict a crushing defeat on Russian forces in Ukraine, warning that it would have disastrous consequences for the long term stability of Europe.

 As The Telegraph's Ambrose Evans-Pritchard reports, Kissinger's comments came amid growing signs that the Western coalition against Vladimir Putin is fraying badly as the food and energy crisis deepens, and that sanctions may have reached their limits.

1 occurrence 25/05/2022 arretsurinfo.ch  4 min #208826

Henry Kissinger : L'Ukraine devrait céder des territoires à la Russie pour parvenir à la paix

Henry Kissinger. Wikimedia

L'ancien secrétaire d'État a déclaré que les négociations devraient commencer dans les deux prochains mois.

Par Dave DeCamp - 24 Mai 2022

L'ancien secrétaire d'État Henry Kissinger a déclaré lundi que l'Ukraine devrait céder à la Russie le territoire que Moscou et les séparatistes de Donbass contrôlaient avant d'envahir pour mettre fin à la guerre et a appelé à des négociations.

Référencé par : 4 articles