28/05/2022 arretsurinfo.ch  8 min #209088

Davos 2022 : le combat en coulisse de l'oligarque octogénaire

🇬🇧

Copyright World Economic Forum. Photo by Remy Steinegger Flickr

Je n'aurais jamais cru voir le jour où la  » bande des trop vieux pour diriger le monde, mais trop jeunes pour mourir  » (excusez Ian Anderson) se réunirait à Davos et se disputerait sur ce qu'il faut faire au sujet de la Russie.

Par Tom Luongo - 26 mai 2022

En l'espace de vingt-quatre heures, deux des hommes les plus influents de la planète se sont prononcés sur la ligne de conduite à adopter par la bande de Davos en Ukraine.

Les premiers coups ont été portés par M. Realpolitik, Henry Kissinger, dont la plupart des gens ont été surpris de constater qu'il était encore en vie. Fidèle à lui-même, Kissinger a déclaré qu'il était temps d'entamer rapidement  négociations en vue d'un accord avec la Russie.

« Les négociations sur la paix doivent commencer dans les deux prochains mois environ, [avant que le conflit] ne crée des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter », a déclaré le diplomate chevronné de 98 ans à propos de la crise. L'issue déterminera les relations du reste de l'Europe avec la Russie et l'Ukraine, a-t-il ajouté. « Idéalement, la ligne de démarcation devrait revenir au statu quo ante », a-t-il déclaré.

« Je crois que poursuivre la guerre au-delà de ce point la transformerait non pas en une guerre pour la liberté de l'Ukraine, qui avait été entreprise avec une grande cohésion par l'OTAN, mais en une guerre contre la Russie elle-même », a-t-il ajouté.

Kissinger est tout simplement sensé, car il sait pertinemment que la situation en Ukraine est sur le point de devenir militairement irrécupérable pour l'Ukraine. Vous savez que les choses vont mal lorsque la  presse britannique le reconnaît maintenant, même si le Telegraph a été prié de modifier le titre original :

Même les reporters occidentaux sur le terrain admettent la vérité...

Le front du Donbass s'effondre suite à la reddition, pardon « évacuation », de l'usine sidérurgique d'Azovstal des principaux commandants du régiment d'Azov.

Les Ukrainiens ne sont pas seulement à court de munitions, les hommes n'ont plus le moral. Lorsque vous brisez la volonté d'une armée, peu importe ce que vous essayez de faire entrer de force dans le conflit, cela ne changera pas le résultat. Si les rapports sont exacts, l'Ukraine ne verra qu'environ 15 % des 40 milliards de dollars que la junte de Biden a approuvés la semaine dernière.

Après le pragmatisme de Kissinger, George Soros a présenté un pastiche étourdissant de récits occidentaux entièrement construits sur les objectifs de la Russie et de la Chine et les défauts de leurs dirigeants respectifs. Soros est resté fidèle au scénario du bellicisme néolibéral/néoconservateur selon lequel l'Ukraine s'est mise en position de gagner cette guerre et qu'il est de notre devoir, en tant que défenseurs de sa société ouverte, de l'aider coûte que coûte.

Parce que si nous ne le faisons pas, « la civilisation pourrait ne pas survivre ». Parce que si nous ne le faisons pas, « la civilisation pourrait ne pas survivre ». Le type particulier de sollicitation et d'orgueil démesuré dont fait preuve M. Soros n'est pas seulement à la limite du pathologique: M. Soros affirme que nous devrions le faire pour toutes les frontières.

Dans sa vision du monde, les frontières devraient être éradiquées. Alors pourquoi ses marionnettes et acolytes sont-ils si obsédés par « l'intégrité territoriale de l'Ukraine » ?

Soros est un idéologue. Il a défini le monde en des termes qui sont incompatibles avec la nature humaine. Et il est en train de perdre. C'est pourquoi il veut plus d'engagement pour tuer les méchants Russes qui refusent de manger des insectes, d'être stérilisés et d'être éradiqués de l'histoire, ce qu'il a dépensé des milliards à faire en Ukraine au cours des huit dernières années.

Il ne vaut presque pas la peine de consacrer du temps à passer en revue les mensonges de son discours. Ce ne sont, en fin de compte, que des projections de Soros sur ce qu'il croit être les motifs et les objectifs de Poutine et de Xi dans leurs opérations actuelles sur la guerre en Ukraine et le blocages en Chine.

Soros ressasse la victoire épique de l'Ukraine à Kiev pour brosser le tableau dont il a besoin pour faire valoir son point de vue, mais c'est quelque chose qui est dépassé depuis deux mois maintenant. Tout ce que la défense de Kiev a fait, c'est enhardir la belligérance américaine et britannique, elle n'a cependant pas contrecarré les objectifs ultimes de Poutine. Elle n'a pas non plus modifié le sentiment populaire. Elle nous a donné la situation que nous connaissons aujourd'hui et c'est une situation qu'il décrie comme nécessitant un effort immense pour l'empêcher d'aller complètement en faveur de la Russie.

Ces projections alimentent des conclusions qui ne sont pas fondées sur la réalité mais sur des vœux pieux. Soros, comme tous les investisseurs (et il a beaucoup investi dans le renversement de Poutine et de Xi) va toujours « parler de son livre » et faire en sorte que cela ressemble à une analyse convaincante et sobre.

Les décisions concernant les combats en Ukraine n'ont pas été prises d'un point de vue militairement stratégique depuis des semaines. Si elles l'étaient, un cessez-le-feu aurait été recherché. Le gouvernement fantoche de Soros aux États-Unis refuse d'accéder à la réalité parce que Soros lui-même refuse de s'y confronter.

Mais, comme c'est lui qui signe les chèques pour aider les démocrates à remporter les élections de mi-mandat en novembre, il obtient ce qu'il veut. Je sais que je suis réducteur ici. Les forces qui agissent au sein de l'establishment politique et militaire américain sont bien plus profondes et diverses que la seule mégalomanie de Soros, mais il en fait une aussi bonne métaphore que n'importe quoi d'autre.

Au cours des deux dernières semaines, on a assisté à un changement pas si subtil dans les nouvelles entourant les événements en Ukraine. Il est désormais admis à contrecœur que la guerre d'usure menée par la Russie contre les forces armées ukrainiennes a été brutale, coûteuse et efficace.

Elle commence maintenant à porter ses fruits en termes de gains de territoire, à mesure que le centre du front dans le Donbass s'effondre.

La seule raison pour laquelle les Russes n'ont pas pris plus de territoires est que des hommes courageux ont tenu bon pendant que le président Zelenskyy partait en tournée pour vendre une guerre ingagnable à un public épuisé et désintéressé en Europe et aux États-Unis.

Nous avons finalement atteint ce point où même le bouton Skinner Box perd tout son pouvoir. Maintenant que les positions de l'UAF se sont dégradées au-delà de toute réparation, il ne reste plus qu'à battre en retraite ou à se rendre. Nous ne sommes plus qu'à quelques semaines de cela maintenant.

Et ces hommes courageux sont sur le point d'être réduits en pâte pour leur loyauté envers une idée qui aurait dû mourir il y a des mois.

Lorsque vous décodez à la fois le pragmatisme de Kissinger et la quasi-hystérie de Soros, vous obtenez une conclusion : la Russie est en train de gagner la guerre terrestre dans l'est de l'Ukraine. Et en gagnant ces batailles, ils dépensent la force de combat effective de l'UAF dans le processus.

L'Ukraine a toujours été le Rubicon pour beaucoup de gens. Tant de capitaux y ont été versés que tout le monde s'y est engagé. Elle a représenté la ligne de démarcation entre le succès et l'échec de générations de préparatifs pour un ordre mondial global.

Henry Kissinger a été au centre de tout cela pendant des décennies. Il a formé Klaus Schwab pour faire du WEF ce qu'il est aujourd'hui, le premier groupe de trafiquants d'influence et de promoteurs des pires idées avancées dans l'histoire de l'humanité.

George Soros est un nouveau riche, un vautour opportuniste qui se fait des illusions. Il a joué au poker de haut vol avec les plus grands joueurs du monde et a brisé des pays entiers à plusieurs reprises. Son fils a son héritage maintenant, mais il va le perdre maintenant que son père est devenu fou à lier.

Mais il n'a jamais battu un pays dont le peuple a tenu bon. Que vous aimiez ou non ce que la Russie fait en Ukraine, vu de façon impartiale, elle tient bon. Que vous soyez d'accord que cette guerre était la bonne façon de faire n'est pas pertinent.

Kissinger serait d'accord avec moi.

Ceux qui doutaient de la détermination ou de la profondeur de la préparation de la Russie sur tous les axes de la guerre - militairement, économiquement, socialement, culturellement - sont sur le point d'être confrontés à une conclusion choquante : vous ne pouvez pas prendre le contrôle d'un peuple du haut vers le bas qui est uni de la base vers le haut.

Kissinger serait également d'accord avec cela. C'est pourquoi il a préconisé de trouver des moyens d'empêcher la Russie d'abandonner son caractère européen et de ne pas embrasser son caractère asiatique. Maintenant que la guerre économique a échoué, la seule option raisonnable consiste à accepter ce qui a été perdu avant que ce qui ressemble aujourd'hui à une impasse ne se transforme rapidement en déroute.

Soros n'est que le tyran narcissique typique, prêt à vous dire pourquoi vous devez lui obéir pour le rendre puissant. C'est la dernière fois qu'il prononce un discours que quelqu'un écoute et la dernière fois que quelqu'un se préoccupe de savoir qui remporte le combat entre deux vieux infirmes dans un pugilat mondialiste.

Source:  Gold Goats 'n Guns.

Traduction  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter
admin [Commentaire] 2022-05-28 #11968
vous ne pouvez pas prendre le contrôle d'un peuple du haut vers le bas qui est uni de la base vers le haut
Référencé par : 1 article