11/01/2022 18 articles reseauinternational.net  4 min #200409

L'importance du 10 janvier

par Paul Craig Roberts.

Le Kremlin a exprimé son inquiétude quant à la sécurité de la Russie alors qu'elle est entourée de bases américaines et il a clairement indiqué que Washington devait répondre à l'inquiétude de la Russie. Mais Washington le fera-t-il ? En fait, Washington peut-il le faire ?

Les États-Unis sont dirigés par des groupes d'intérêt financiers, l'État profond et des mensonges. Les mensonges touchent tout le monde, non seulement le peuple mais aussi l'État profond et les intérêts financiers qui tirent les ficelles des politiciens. Par conséquent, les États-Unis ne peuvent avoir aucune politique sensée, intérieure ou extérieure.

La politique intérieure actuelle consiste à diaboliser la majorité de la population blanche en la traitant de « racistes » et de « terroristes intérieurs ». La politique étrangère consiste à utiliser les menaces et la coercition pour créer un maximum d'ennemis au nom du budget et du pouvoir, du complexe militaro-sécuritaire.

Le ministère américain de la propagande est si efficace que l'État profond en est venu à croire ses propres mensonges. Anne Applebaum, qui joue la musique de l'État profond pour des oreilles patriotiques dans « The Atlantic », en est un bon exemple.

« Les sirènes sonnent, affirme la « presstituée » Applebaum, en raison du comportement public des diplomates et des responsables russes, y compris le président Vladimir Poutine, qui ont passé les deux dernières semaines à accuser les États-Unis et leurs alliés d'une agression inexistante. » Pour Applebaum, renverser un gouvernement ukrainien démocratiquement élu et vivant en paix avec la Russie, armer un gouvernement néonazi de remplacement mis en place par Washington, et faire de l'ennemi de la Russie créé par Washington un membre de l'OTAN afin que les États-Unis puissent avoir des missiles nucléaires à la frontière de la Russie, n'est pas une agression américaine.

Selon Applebaum, ou n'importe quel fonctionnaire de l'État profond qui a écrit l'article pour elle, tout cela n'est qu'un fantasme de Poutine. La vraie vérité, selon Applebaum, est que « le seul agresseur dans la région est la Russie ». La ligne de l'État profond, exprimée par Applebaum, veut que Poutine ait l'intention de « détruire nos alliances », de « saper toutes les démocraties », de « briser l'OTAN. Détruire l'Union européenne, supprimer l'influence américaine en Europe et partout ailleurs, pour toujours. »

Ouf ! Quel programme ! Je suis raisonnablement bien informé, et je n'ai jamais entendu Poutine dire un mot dans ce sens. Tout ce que Poutine a dit, c'est que « l'Occident nous fait sentir menacés, et nous aimerions que vous cessiez ».

L'article de Applebaum est un condensé des mensonges qui constitue le fondement de la politique étrangère américaine. Ces mensonges représentent l'état d'esprit de l'establishment du département d'Etat, une collection de russophobes se vautrant dans l'hubris de « l'exceptionnalisme américain ». Le but de l'article d'Applebaum est d'empêcher la Maison Blanche de considérer la demande de Poutine, et de respecter les préoccupations sécuritaires de la Russie.

Alors, quelles seront les conséquences ? Biden n'est que partiellement présent. Il n'est pas réellement acteur. La situation le dépasse. Qui va suggérer à Biden la réponse qu'il fera à Poutine le 10 janvier ?

Compte tenu de l'influence néoconservatrice sioniste sur la politique étrangère américaine - la sous-secrétaire d'État Victoria Nuland, par exemple - Biden sera chargé de convaincre Poutine que nous l'entendons et que nous continuerons, indéfiniment, à réfléchir à la question.

Si Poutine, qui a besoin de présenter la réunion comme un « succès », accepte que Washington élude la question, les Etats-Unis gagneront du temps pour trouver d'autres moyens que le Kazakhstan pour causer des problèmes frontaliers à la Russie.

Si Poutine et le Kremlin, malgré les intégrationnistes atlantistes pro-occidentaux des médias russes, des universités et du gouvernement lui-même, voient clair dans cette ruse, ils concluront que l'intention de Washington n'est que d'aggraver les problèmes de sécurité de la Russie.

Si Poutine et Lavrov concluent que la négociation est inutile face à l'Occident, il est possible que le Kremlin se tourne vers sa supériorité militaire et que les bases américaines en Ukraine, en Pologne et en Roumanie soient menacées.

Si Israël peut supprimer les installations qu'il juge menaçantes en Irak, en Syrie et au Liban, la Russie peut supprimer les installations qu'elle juge menaçantes en Ukraine, en Roumanie et en Pologne, et partout ailleurs. Les Russes ont autant le droit à la sécurité que les Israéliens. L'article d'Applebaum met en évidence l'attitude dure et irréaliste du complexe militaro sécuritaire américain à l'égard des préoccupations de sécurité de la Russie. Si la diplomatie échoue, la force s'impose.

 Paul Craig Roberts

 Source - traduction AFR

via  associationfrancorusse.fr

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 2 articles 21/01/2022 reseauinternational.net  12 min #200943

Dialogue de sourds à Genève

🇬🇧

par Alastair Crooke.

Aujourd'hui, la politique occidentale n'est plus une question de stratégie réfléchie : Il est assez évident que l'équipe américaine est arrivée à Genève sans stratégie.

Un événement curieux s'est produit lundi à Genève. Il semble que le seul résultat substantiel des pourparlers entre les États-Unis et la Russie soit que les États-Unis aient promis de fournir une réponse formelle à la demande russe de garanties de sécurité dans un délai d'une semaine.

1 occurrence 18/01/2022 arretsurinfo.ch  9 min #200764

La Russie a raison: L'Occident a promis de ne pas élargir l'Otan

L'Occident a promis de ne pas élargir l'OTAN et ces promesses n'ont pas été tenues..

Par Tarik Cyril Amar

Paru le 15 Jan, 2022 sur  RT.com

Alors que la Russie défie l'unilatéralisme occidental d'une manière inédite depuis la fin de l'Union soviétique, deux questions majeures reviennent sans cesse sur le devant de la scène.

1 occurrence 15/01/2022 reseauinternational.net  7 min #200643

Menace de sanctions américaines contre les dirigeants russes : la Russie va-t-elle s'imposer ?

par Karine Bechet-Golovko.

Alors que se termine dans un vide attendu la « semaine diplomatique » initiée par la Russie pour tenter de trouver une sortie de crise politique avec les États-Unis et les organes de gouvernance globale, qui lui sont affiliés, le Sénat américain, soutenu par la Maison Blanche prépare un nouveau paquet de sanctions, équivalent à une rupture des relations entre les pays, conséquence à laquelle doivent s'attendre les États-Unis si le texte est validé.

1 occurrence 15/01/2022 reseauinternational.net  10 min #200632

Surprises de la paix et de la guerre : comment l'Ukraine s'est retrouvée prise entre la Russie et les États-Unis

1 occurrence 14/01/2022 entelekheia.fr  9 min #200601

Les Usa font du « dialogue » avec la Russie

🇬🇧

Les rumeurs de guerre à venir incessamment se font plus pressantes. Les USA jouent leur survie en ce moment :  les guerres, pour eux, c'est du business. Moins de guerres, et c'est l'économie du pays qui prend un énorme coup. Or, avec leur volonté de paix et de stabilité, Poutine et Xi avec sa Route de la soie, leur opposent obstacle sur obstacle.

1 occurrence 5 articles 14/01/2022 lesakerfrancophone.fr  15 min #200600

L'échec des réunions Us-Otan-Russie de cette semaine rend une guerre plus probable

Par  Moon of Alabama - Le 13 janvier 2022

À la fin des années 1990, le complexe militaro-industriel-médiatique américain a fait pression sur l'administration Clinton pour étendre l'OTAN. Le seul but était de gagner plus de clients pour les armes américaines.

1 occurrence 14/01/2022 reseauinternational.net  6 min #200592

2022 : On rejoue la crise des missiles de Cuba En plus sérieux

par Boris Karpov.

Pour ceux, nombreux sans doute, n'ayant pas suivi la situation de près, voici un résumé pour expliquer la tension entre la Russie et les américains. Je ne compte pas les européens puisqu'ils ne sont que les pantins de Biden.

À la chute de l'Union soviétique, les américains et l'OTAN s'étaient engagés à ce que l'OTAN ne s'élargisse pas « à l'est ». Engagement oral, ce qui a suffit à Boris Eltsine dans son euphorie alcoolique ! Or aujourd'hui force est de constater que non seulement l'OTAN est bien plus « à l'est », mais aussi que des pays non (encore) membres de l'OTAN bénéficient de matériel et d'encadrement de l'Alliance atlantique, comme par exemple l'Ukraine.

1 occurrence 14/01/2022 reseauinternational.net  5 min #200580

Moscou attend une réponse écrite

par Denys Pluvinage.

Les discussions que la Russie et l'Occident ont eues lors de la réunion du Conseil Russie-OTAN ce mercredi, premier événement de ce type depuis 2019, ont été utiles et directes. Elles n'ont débouché sur aucun accord, mais ont permis aux parties de comprendre la position de l'autre et de se rendre compte que la Russie et l'OTAN ont toujours des conceptions différentes sur les questions fondamentales.

1 occurrence 14/01/2022 reseauinternational.net  4 min #200578

Les États-Unis vont-ils sacrifier l'Otan sur l'échiquier du conflit avec la Russie ?

par Olivier Renault.

La crise ukrainienne a conduit à des négociations entre la Russie et l'Occident. Les États-Unis, l'OTAN et l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) sont la démonstration d'un grand jeu entre les parties. Il semble que Moscou et Washington soient parvenus à un certain consensus pour « refroidir » la situation en Ukraine, ce qui a semé une certaine confusion pour l'Alliance de l'Atlantique Nord qui est confrontée à une triste réalité.

1 occurrence 14/01/2022 reseauinternational.net  11 min #200575

Négociations entre la Russie, les États-Unis et l'Otan : Quel résultat ?

par Christelle Néant.

Du 10 au 12 janvier 2022, la Russie, les États-Unis et l'OTAN, ont discuté des demandes faites par Moscou en matière de sécurité militaire sur le continent européen, et entre autre l'exigence de cesser l'extension de l'alliance vers l'est. Sans surprise, les positions des deux parties étant diamétralement opposées, et chacun campant sur ses positions, ces négociations n'ont abouti à rien de concret, et il est à craindre qu'elles ne se poursuivent pas.

1 occurrence 13/01/2022 strategic-culture.org  7 min 🇬🇧 #200562

This Is How the Us. Does 'Dialogue'

🇫🇷

Pepe Escobar

Washington will not consider Russian proposals on no expansion of NATO, and has no intention of even discussing the idea. So much for "dialogue". 

It was the first high-level Russia-NATO meeting since 2019 - coming immediately after the non sequitur of the U.S.-Russia "security guarantee" non-dialogue dialogue earlier in the week in Geneva.

So what happened in Brussels? Essentially yet another non-dialogue dialogue - complete with a Kafkaesque NATO preface: we're prepared for dialogue, but the Kremlin's proposals are unacceptable.

1 occurrence 13/01/2022 lesakerfrancophone.fr  7 min #200532

Comme les pourparlers n'ont mené à rien, la Russie va être obligée de réagir

Par  Moon of Alabama - Le 12 janvier 2022

Les négociations de lundi entre les États-Unis et la Russie sur les demandes de sécurité de la Russie ont été, comme prévu, un échec.

La principale demande de la Russie, à savoir mettre fin à la poussée de l'OTAN vers ses frontières en excluant l'adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie, a été rejetée.

1 occurrence 13/01/2022 lesakerfrancophone.fr  8 min #200531

Êtes-vous attentifs ? La Russie demande l'annulation de l'ordre mondial fondé sur des règles

La Russie continue de signaler à l'OTAN ses « lignes rouges » en matière de sécurité, tandis que les États-Unis annoncent qu'ils sont prêts à négocier avec la Russie au sujet des préoccupations de cette dernière. Mais tout retour en arrière par rapport à la politique actuelle s'apparente à une hérésie pour les États-Unis.

Par Alastair Crooke - Le 26 décembre 2021 - Source  Al Mayadeen

1 occurrence 12/01/2022 voltairenet.org  2 min #200443

Washington refuse de discuter du déploiement de l'Otan

Les négociations russo-états-uniennes de Genève ont tourné court. La négociatrice US, Wendy Sherman, secrétaire d'Etat adjointe, n'était autorisée par le président Biden à ne discuter que du déploiement des missiles US en Ukraine et des troupes russes à la frontière russo-ukrainienne, pas d'autre chose.

La Russie avait envoyé son ministre adjoint des Affaires étrangères, Sergey Riabkov, pour débattre de la proposition de Traité garantissant la paix [1] publiée par le président Vladimir Poutine.

1 occurrence 11/01/2022 strategic-culture.org  8 min 🇬🇧 #200435

Last Chance Saloon: Best Chance to Ease East-West Tensions Cannot Be Missed

By Tony KEVIN

We are at a crunch point now in Russia-US relations. Their high-level talks starting next week will be closely observed by China, Russia's de facto strategic ally. The coming days and weeks will determine the shape of world security for decades to come.

On Monday, January 10, vital Russia-US  talks will start in Geneva. Russia's delegation will be headed by Deputy Foreign Minister Sergei Ryabkov and the US by National Security Adviser Jake Sullivan.

1 occurrence 11/01/2022 strategic-culture.org  5 min 🇬🇧 #200434

Something Hopeful for the New Year - Sort of

By Patrick ARMSTRONG

The wise men of that Academy of Wisdom (aka The Atlantic Council) tell us " How to deal with the Kremlin-created crisis in Europe". The piece is mostly codswallop, boasting, cheap threats and hot air but there is one good thing about it:

It doesn't threaten war.

Never mind that Russia won't "invade Ukraine" for a host of reasons which I (for one - I certainly don't pretend to be the only person who can see the obvious) laid out in 2014:  Why Russia Hasn't and Won't Invade Ukraine.

1 occurrence 11/01/2022 lesakerfrancophone.fr  7 min #200427

Les pourparlers entre la Russie et les États-Unis à Genève ont toutes les chances d'échouer

Par  Moon of Alabama - Le 10 janvier 2021

 Comme Scott Ritter, je suis profondément sceptique quant à l'issue des pourparlers d'aujourd'hui entre les États-Unis et la Russie à Genève :

Les États-Unis continuent d'affirmer à tort que la Russie est prête à  envahir l'Ukraine :

Référencé par : 1 article