Variantes de coups d'Etat en douceur et coïncidences de la droite

01-06-2018 10 articles elcorreo.eu.org 6 min #141986

Ces dernières années ont été marquées en Amérique latine par une offensive néolibérale contre les gouvernements progressistes qui ont mobilisé les peuples de la région en recherchant l'intégration, la justice sociale et la réduction de la pauvreté.

Face à cette vague de changements en faveur des majorités plusieurs types de « coups d'Etat mous » ont eu lieu dirigés par les droites nationales exécutant un schéma tracé il y a des années par les stratèges de l'Agence Centrale d'Intelligence (CIA) à Washington.

Le vieux « Plan Condor » exécuté par des gouvernements dictatoriaux dans les années 70 et 80 a physiquement réussi à éliminer beaucoup de dirigeants de la gauche régionale et à disloquer les partis politiques et les organisations progressistes en Amérique du Sud.

La réaction populaire devant ces crimes a inversé la situation à la fin du siècle dernier et aux débuts de l'actuel et a placé au pouvoir grâce au mécanisme électoral des gouvernements progressistes au Venezuela, en Argentine, au Brésil, en Équateur, en Bolivie, au Paraguay, au Nicaragua et au Salvador.

Sans ignorer les erreurs dans la conduite de certains de ces processus, au Brésil la droite a réussi à renverser le gouvernement de Dilma Rousseff grâce à un coup judiciaire et cherche à empêcher maintenant la candidature de l'ex-président Lula da Silva sans procès et condamne sans preuves.

L'Argentine qui est sortie d'une longue nuit néolibérale avec les présidents Néstor Kirchner et Cristina Fernández, a perdu les élections en 2015 en face du candidat du patronat Mauricio Macri, qui a démoli les conquêtes populaires réussies et a mis le pays en crise à nouveau.

Avec différentes variantes la droite est retournée en position de gouverner au Paraguay, et grâce au mécanisme électoral les alliances et mouvements populaires révolutionnaires ont cédé des postes et des positions à des partis traditionnels et patronaux en Équateur et au Salvador.

Au Nicaragua le gouvernement du Front Sandiniste, élu avec un fort appui populaire aux élections de 2016 avec plus de 70% des votes, affronte aujourd'hui une crise profonde qui a réussi à déstabiliser le pays et à rompre la tranquillité habituelle citoyenne.

Malgré la guerre économique et les tentatives du coup d'État et de déstabilisation dès l'arrivée au pouvoir par voie électorale du président Hugo Chávez en 1998, le Venezuela a obtenu ce mois la réélection du président Nicolás Maduro avec 68 % de votes et son peuple se montre ferme sur la défense de ses conquêtes.

Et la Bolivie, le pays qui fut à la tête de la croissance économique de l'Amérique du Sud pendant les dernières années et arbore des chiffres impressionnants de réduction de la pauvreté, fait face depuis 2006 aux tentatives de la droite pour diviser le pays et pour empêche la réélection populaire d'Evo Morales en 2019.

On peut se demander : Quels sont les traits communs qui définissent le schéma de ce nouveau Plan Condor dont le nouvel objectif n'est pas de tuer des dirigeants, mais de les démoraliser ou de les empêcher de continuer au pouvoir ?

Un premier trait du livret de Washington est l'échelonnement et la superposition des conflits qui empêchent les gouvernements progressistes de se concentrer sur les objectifs de transformation réclamés par les masses populaires en les choisissant.

Quand surgit un conflit, de manière incroyablement « fortuite » les principaux médias de communication au pouvoir de la droite le favorisent en le promouvant et avant que celui-ci n'arrive à son apogée la droite fait surgir un nouveau conflit, et ainsi successivement.

Le deuxième point est de chercher des prétextes pour disqualifier moralement les dirigeants populaires, spécialement les leaders des processus de changement social et leur environnement, grâce à des tentatives pour les lier à des faits de corruption, d'immoralité ou inaptitude à gouverner.

Le principe exposé par Joseph Goebbels, ministre de Propagande d'Adolf Hitler selon lequel un mensonge répété mille fois finit par être considéré comme une vérité, est le mécanisme utilisé pour cet objectif, maintenant avec la domination qu'ils ont sur les réseaux sociaux qui manient le profil de tous leurs utilisateurs pour mieux influer sur la matrice d'opinion.

Un troisième point commun est la « fabrication »de martyrs des manifestations sociales, comme les morts au Venezuela dont on a vérifié que ce fut l' œuvre de francs-tireurs des adversaires [comme en Ukraine ou en Syrie, Libye, etc] contre leurs propres partisans pour imputer le crime à des forces policières ou défenseurs du gouvernement.

Le quatrième trait commun dans les recettes de Washington révélées dans quelques documents publics est de rompre la tranquillité citoyenne et de semer la terreur grâce à des groupes organisés : « guarimbas » en Venezuela, « maras » au Salvador ou des bandes au Nicaragua, parmi d'autres formes de provoquer de la violence.

Cinquième trait et pas moins important, est, l'appui d'organisations internationales et du gouvernement des États-Unis d'Amérique pour boycotter les tentatives d'intégration régionales et pour menacer par des sanctions les gouvernements progressistes en appliquant la classique « carotte et le baton ».

Le financement extérieur et de la droite locale aux tentatives déstabilisatrices prétend se cacher sous le manteau des « appuis populaires » et le « manteau protecteur » des médias de communication propriété de la droite ou compromis avec elle.

Ce nouveau Plan Condor a beaucoup de facettes. Le sujet est ouvert.

Pedro Rioseco pour  Prensa Latina

 Prensa Latina. La Paz, le 27 mai 2018.

Traduit de l'espagnol pour  El Correo de la Diaspora de ; Estelle et Carlos Debiasi.

Cette création par  elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

 elcorreo.eu.org

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
04-07-2018 investigaction.net 24 min #143237

Paul Oquist : « Il y a une tentative de coup d'État au Nicaragua »

04 Juil 2018

Article de :  Alex Anfruns

L'aube du XXIe siècle a donné lieu à de grands changements sociaux dans l'un des pays d'Amérique latine les plus touchés par la pauvreté. C'est pour cette raison que comprendre la crise politique actuelle au Nicaragua revêt une grande importance. Les questions affluent : Qui est responsable de ce déchaînement de violence ? Quelle possible issue au conflit ? Qui en sortira gagnant ? Les médias internationaux pointent les autorités comme étant responsables du conflit, tout en donnant la parole à l'opposition, celle-ci étant présentée comme un bastion de démocratie.

01-07-2018 investigaction.net 20 min #143130

Paul Oquist: « en Nicaragua hay un intento de golpe de estado »

30 Juin 2018

Article de :  Alex Anfruns

Este inicio de siglo XXI ha dado lugar a grandes cambios sociales en uno de los países más empobrecidos de Latinoamérica. Por eso, entender la actual crisis política en Nicaragua es de una gran importancia. Las preguntas nos asaltan ¿Quién es responsable de la violencia desatada? ¿Cuál es la posible salida al conflicto? ¿Quién saldrá beneficiado? Los medios internacionales únicamente responsabilizan del conflicto a las autoridades mientras dan la voz a la oposición, presentándola como un baluarte de la democracia.

29-06-2018 cadtm.org 6 min #143063

Que se passe-t-il au Nicaragua ? Trois questions à Bernard Duterme

(CC - Flickr - Jorge Mejía Peralta)

Un sujet de Wahoub Fayoumi (RTBF) avec Bernard Duterme (CETRI), sur La Première (RTBF, Bruxelles).

Les affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants au Nicaragua ont fait 210 morts depuis le 18 avril. Les dernières violences se poursuivaient lundi. L'alliance de l'opposition nicaraguayenne a accusé le gouvernement de Daniel Ortega de ne pas faire preuve d'« ouverture ou de volonté politique », notamment au sujet de la proposition visant à faire avancer les élections de 2021 à mars 2019.

25-06-2018 francais.rt.com 13 min #142889

Nicaragua : des manifestants pas si pacifistes... (Decryptage)

© Oswaldo Rivas Source: Reuters

Un rapport de la Commission interaméricaine des droits de l'homme sur la situation au Nicaragua fait état de 212 morts dans des manifestations et pointe la responsabilité exclusive du gouvernement. Des événements pourtant loin d'être aussi simples.

Le Nicaragua, pays le plus pauvre d' Amérique après Haïti, traverse une période explosive et complexe à décrypter pour les observateurs internationaux.

24-06-2018 investigaction.net 33 min #142837

Nicaragua : du terrorisme considéré comme l'art de manifester

24 Juin 2018

Article de :  Alex Anfruns

Depuis deux mois, le Nicaragua traverse une crise politique majeure, nourrie par des affrontements entre les forces de l'ordre et un mouvement insurrectionnel. Les organisations humanitaires font état d'un bilan terrifiant qui approche les 200 morts. Cette violence compromettant les tentatives de négociations politiques, il convient de comprendre qui a intérêt à paralyser ce pays d'Amérique centrale.

23-06-2018 entelekheia.fr 13 min #142817

Nicaragua : la mécanique de la révolution de couleur en cours, expliquée

Cet article a été vérifié en croisant ses informations avec celles que rapporte l'excellent journaliste d'investigation américain Max Blumenthal dans  son article sur Grayzone, « US Gov. Meddling Machine Boasts of 'Laying the Groundwork for Insurrection in Nicaragua ». A quelques détails près comme la participation de l'UE signalée ici ou le rôle central de la  NED (National Endowment for Democracy, Fondation nationale pour la démocratie, une organisation émanée du gouvernement des USA consacrée à la « promotion de la démocratie dans le monde ») sur lequel se concentre Blumenthal, les deux rapportent des informations similaires ou complémentaires.

18-06-2018 investigaction.net 17 min #142628

Lettre ouverte à Amnesty International de la part d'un ancien prisonnier de conscience

18 Juin 2018

Article de :  Camilo E. Mejia

Par cette lettre je souhaite exprimer ma condamnation sans équivoque d'Amnesty International pour le rôle déstabilisateur qu'elle joue au Nicaragua, mon pays de naissance.

Je commencerai cette lettre en citant Donatella Rivera, qui au moment de cette citation travaillait sur le terrain pour Amnesty International depuis plus de 20 ans.

11-06-2018 investigaction.net 8 min #142343

Nicaragua: Rébellion ou contre-révolution Made In Usa?

11 Juin 2018

Article de :  Achim Rodner

Beaucoup se demandent si les Etats-Unis sont impliqués dans les protestations d'étudiants qui essaient de déstabiliser le Nicaragua, ce dernier mois. Les médias occidentaux n'écrivent rien sur le sujet au moment même où des scénarios identiques se déroulent au Venezuela, au Brésil, à Cuba, au Honduras, en Bolivie et dans d'autres pays où la gauche a fait des avancées.

09-06-2018 legrandsoir.info 8 min #142282

Nicaragua : Rébellion ou contre-révolution Made In Usa ?

Achim Rödner

Beaucoup se demandent si les Etats-Unis sont impliqués dans les protestations d'étudiants de ce dernier mois qui essaient de déstabiliser le Nicaragua. Les médias occidentaux n'écrivent rien sur le sujet au moment même où des scénarios identiques se déroulent au Venezuela, au Brésil, à Cuba, au Honduras, en Bolivie et dans d'autres pays où la gauche a fait des avancées.

 Se réfère à : 1 article