Pavel Dorokhin: Les entreprises populaires peuvent devenir la principale institution de développement en Russie (2)

21-09-2018 histoireetsociete.wordpress.com 8 min #145962

Deux interventions du député communiste qui est en charge de l'union nationale des entreprises nationales et collectives, sur le secteur coopératif, notons que si la référence semble être des pays qui soit n'ont rien de socialiste (Singapour) ou sociaux-démocrates comme la Norvège et la Suède, la parenté avec le kolkhoze est évidente, d'ailleurs bien des entreprises citées sont agricoles. La désertification des campagnes après la fin des kolkhozes est une réalité, elle tient autant à la fin des coopérations qu'à l'absence de soutien de l'Etat en matière d'infrastructures et d'aide à l'investissement. Il est à noter que bien des candidats du Parti à commencer celui présenté à la présidentielle ont fait la preuve de leurs capacités en la matière. C'est vrai également de celui de Vladivostok qui a commencé dans la pêche et travaille actuellement dans le logement social. La référence est également chinoise, il s'agit à partir d'un planification nationale orientée vers la consommation nationale, les entreprises à forte valeur ajoutée d'en finir avec la seule vente à l'étranger des ressources nationales, modèle qui favorise l'oligarchie. C'est un nouveau paradigme qui s'inspire à la fois des réussites étrangères, de la Chine, mais également de l'URSS et qui veut déjà être mis en oeuvre sur le terrain, à travers l'exemple des coopératives (note et traduction de Danielle Bleitrach).

19 septembre 2018 - Parti communiste de la Fédération de Russie

Secrétaire du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, président de l'Union nationale des entreprises nationales et collectives (NCNPP) Pavel Dorokhin

Dans les pays où le niveau de vie est élevé, les premières places sont tenues par des États dans lesquels le secteur coopératif est développé. Selon le secrétaire du Comité central du Parti communiste, président de l'Union nationale des entreprises nationales et collectives, Pavel Dorokhin, la participation au capital de son entreprise permet à une personne de gagner plus, et ce n'est pas le seul avantage pouvant être tiré des activités des fermes collectives

Selon l'étude de l'institut britannique Legatum, la Norvège est le pays le plus prospère du monde. Viennent ensuite la Nouvelle-Zélande, la Finlande, la Suisse et la Suède. La Russie est à la 101ème place. « Il est clair que cette note est basée sur un ensemble d'indicateurs, mais même si nous comparons les états grâce à l'un de ces critères - la qualité de l'économie - notre place sera la même, les pays listés resteront dans le groupe des leaders. Et il y a au moins une explication », commente Pavel Dorokhin.

Selon le président de l'Union nationale des entreprises nationales et collectives (SNSCP), «les puissances les plus prospères ont tendance à avoir des économies dans lesquelles le secteur coopératif est très développé. En Norvège et en Suède, il représente 60% du nombre total d'entreprises. Même si la Norvège est parmi les dernières riches en pétrole et en gaz, il n'en demeure pas moins que les entreprises populaires peuvent toujours donner à la population et au travail un salaire élevé et un environnement confortable pour la vie. « Le secrétaire du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie cite des exemples de pays attentifs aux coopératives: «À Singapour, près de 100% des entreprises appartiennent à leurs salariés et cela pèse dans la qualité de l'économie. La petite Finlande est dépourvue de ressources naturelles, à l'exception des forêts, mais nous connaissons bien la coopérative Valio, qui appartient à son collectif. En Nouvelle-Zélande, le groupe Fonterra, également engagé dans l'industrie laitière et également dans une ferme collective, fonctionne avec succès. «

« La raison pour laquelle les coopératives contribuent à la prospérité générale de l'État et de la population est simple. Premièrement, les entreprises populaires sont des unités économiques efficaces, car leurs employés sont intéressés par un travail efficace, notant que cela affecte directement leur bien-être. Deuxièmement, les coopératives n'achètent pas de yachts, de bijoux et d'autres attributs de surconsommation, mais investissent dans la production, le personnel et la sphère sociale, construisent des installations éducatives, médicales, culturelles, etc. En effet, ce sont ces investissements qui permettent d'améliorer encore l'efficacité de l'entreprise, qui appartient aux employés », commente Pavel Dorokhin.

« Ainsi, souligne le président du NCSNP, » si nous revenons aux indicateurs sur lesquels cette note est calculée, ils se développent avec l'aide considérable des entreprises populaires. Que ce soit la qualité de l'économie, de la santé, de l'éducation ou du capital social. »

Cependant, comme le note le secrétaire du Comité central du KPRF, pour que les fermes collectives puissent faire en Russie ce qu'elles ont fait en Finlande ou à Singapour, elles ont besoin de l'aide de l'État. « L'Union nationale des entreprises populaires et collectives est prête à soutenir les autorités dans le soutien juridique et institutionnel des coopératives. Nous avons déjà pratiquement achevé des travaux sur la loi sur les entreprises nationales et son lancement constituera la première étape du renforcement du secteur des coopératives nationales. »

Le 31 juillet 2018

La productivité du travail en Russie est à un faible niveau et, dans certains secteurs, nous sommes très en retard sur les leaders de l'économie mondiale. Améliorer de façon significative la situation peut créer des conditions pour le développement d'un vaste mouvement coopératif, j'en suis sûr, déclare le Secrétaire du Comité central du Parti communiste, président de l'Union nationale des entreprises nationales et collectives Pavel Dorokhin

Selon l'édition de Market Watch, la Russie occupe la 34ème place du classement des 36 pays les plus développés sur le plan économique en termes de productivité du travail. Selon McKinsey, le fait est que dans notre pays tout n'est pas conforme à l'efficacité de la production. Selon leurs estimations, les activités de l'industrie extractive dans la Fédération de Russie sont toujours bonnes. Dans le domaine de la recherche scientifique, nous sommes presque cinq fois plus faibles que les États-Unis. Le secteur agricole est quatre fois moins performant qu'en Australie.

À cet égard, Pavel Dorokhin a noté que « l'État peut accroître la productivité de la main-d'œuvre et, par conséquent, assurer la croissance économique s'il prête attention au secteur coopératif ». « On sait que les entreprises populaires peuvent se développer même en cas de crise, dans des conditions où les entreprises privées préfèrent « fermer », notamment en réduisant leur production. Les fermes collectives, au contraire, voient dans la crise d'autres opportunités de développement, sans parler des moments où l'économie va bien », a-t-il déclaré.

Selon Pavel Dorokhin le, « propre exemple des participants montre ce qui peut une société co-détenue par le collectif du travail. » « En particulier, je me réfère aux expériences positives : « Sovkhoze Lénine » de la région de Moscou, « élevage de porcs Usolsk», « SHPK Zvenigovsky», « Naberejnye Tchelny carton et papeterie Titov » et d'autres entreprises. Certains de nos collègues, sans exagération, sont mondialement connus, notamment en raison de la qualité de leurs produits. Et n'est-ce pas la preuve de leur efficacité? », demande le secrétaire du Comité central du parti communiste. Sergey Katyrin, président de la Chambre de commerce et d'industrie de la Fédération de Russie, a déclaré que « la productivité et le profit des entreprises nationales sont supérieurs à ceux de leurs concurrents ».

« Nous avons un soutien inconditionnel dans le milieu des experts et dans les associations professionnelles de Russie. De plus, les régions de notre pays écoutent attentivement le fait que nous leur parlons des entreprises nationales et que, avec certains sujets de la fédération, le NSNCR a déjà établi un dialogue de fond », déclare Pavel Dorokhin.

« Je suis convaincu que les entreprises populaires sont en mesure d'assurer une efficacité accrue de notre économie et de lui donner l'impulsion nécessaire à la croissance », a déclaré le secrétaire du CCF du CC.

 histoireetsociete.wordpress.com

 Proposer une solution