L'effet domino : comment l'effondrement global sera vendu aux masses

01-10-2018 2 articles lesakerfrancophone.fr 21 min #146419

Par Brandon Smith - Le 31 janvier 2013 - Source  Alt-Market.com

Dans notre monde moderne, il existe certaines institutions de pouvoir. Je ne parle pas de comités gouvernementaux, d'agences à trois lettres, de groupes de pression corporatifs ou même d'organisations militaires classiques ; non, ceux-là ne sont que de simples « intermédiaires » du pouvoir, des garçons de courses, les tueurs bien payés de la mafia globale. Ce ne sont ni les stratèges ni les décideurs.

Au lieu de cela, je parle des institutions qui introduisent les nouveaux paradigmes, qui écrivent la propagande, qui émettent les ordres d'en haut. Je parle des pôles de l'élitisme qui ont lancé presque tous les mécanismes politiques de notre gouvernement au cours des dernières décennies. Je parle du Council On Foreign Relations, du Tavistock Institute, de la Heritage Foundation (une organisation socialiste se faisant passer pour conservatrice), du Groupe Bilderberg, ainsi que des entreprises qu'ils utilisent pour mettre en place la globalisation, comme Monsanto, Goldman Sachs, JP Morgan, le groupe Carlyle, etc.

De nombreuses organisations et sociétés exploitent un système de portes tambours au sein du gouvernement américain. Monsanto a ses champions, comme Donald Rumsfeld, qui siégeait au conseil d'administration de la branche Searle Pharmaceuticals, qui a ensuite aidé cette société à mettre sur le marché de nombreux produits dangereux, dont l'aspartame, en passant par dessus la FDA. Goldman Sachs et JP Morgan ont un véritable manège d'agents bancaires corrompus qui sont nommés à des postes importants de la Maison Blanche et du Trésor, indépendamment du parti qui se trouve en fonction. La plupart des politiciens éminents sont tous membres du Council on Foreign Relations, une organisation qui a ouvertement reconnu à plusieurs reprises que son objectif était la destruction de la souveraineté américaine et la formation d'un « gouvernement mondial unique » ou d'une « union supranationale » (leurs mots, pas les miens).

Toutefois, une organisation semble être à la pointe des opérations de propagande de masse les plus radicales de notre époque et a été associée à la création des méthodologies militaires les plus atroces, notamment l'utilisation d'opérations sous faux drapeaux. Je fais bien sûr référence à la Rand Corporation, un think tank californien dont l'influence touche presque toutes les sphères de notre société, de la politique à la guerre en passant par le divertissement.

La Rand Corporation traite ce que j'appellerais le « gris absolu ». Dès le départ, le groupe visait à promouvoir une atmosphère sociale d'ambiguïté morale au nom de la priorité personnelle et nationale. Ils l'ont fait d'abord par la création de la «  théorie du choix rationnel » ; une théorie qui prescrit que lorsque l'on fait un choix, une personne (ou un gouvernement) doit agir comme si l'on devait équilibrer les coûts et les bénéfices pour parvenir à une action qui maximise son avantage personnel. Fondamentalement, les fins justifient les moyens, et la conscience morale n'est pas un facteur à prendre au sérieux si l'on souhaite réussir.

Par le passé, les critiques pro-socialistes (collectivistes) ont, et c'est assez amusant, attaqué la théorie du choix rationnel, comme celle d'un « individualisme extrême » ; une philosophie qui nous permet d'être aussi « égoïstes » que possible tout en se sentant patriote. En réalité, les socialistes auraient dû applaudir la Rand Corporation.

Ce que la Rand Corporation avait fait à travers sa guerre de propagande contre le peuple américain, c'était infuser la culture exacte de l'égoïsme nécessaire pour pousser les États-Unis vers l'idéal socialiste. Au début de toute société communiste ou nationale socialiste (désolée pour vous les socialistes, mais les deux viennent de la même mentalité collectiviste), les masses sont d'abord convaincues de céder le pouvoir ultime à l'establishment afin de se sauvegarder elles, pas les autres. C'est-à-dire que l'homme collectiviste commun choisit de céder ses libertés et de participer au totalitarisme, non pas parce qu'il veut ce qu'il y a de mieux pour le monde, mais parce qu'il veut ce qu'il y a de mieux pour lui et il pense que la servitude face au système va lui apporter ce qu'il veut avec aussi peu de sacrifice personnel que possible (vous savez, sauf pour son âme...).

Le psychologue Carl Jung note dans ses observations sur le collectivisme en Allemagne nazie et en Russie stalinienne que la plupart des citoyens de ces pays ne souhaitaient pas nécessairement la formation d'une oligarchie tyrannique, mais qu'ils l'ont acceptée car ils craignaient pour leur propre confort et leur niveau de vie. Beaucoup d'Allemands ont soutenu le Troisième Reich simplement parce qu'ils ne voulaient pas perdre leur emploi, ou un salaire régulier, ou qu'ils aimaient que les « trains arrivent à l'heure ». Le socialisme est de loin le mouvement le plus égoïste de l'histoire, malgré le fait qu'il prétend faire ce qu'il fait « pour le plus grand bien du plus grand nombre ».

La Rand Corporation a également utilisé la théorie du choix rationnel comme moyen d'éliminer les questions de principe du débat sur le progrès social. Cette propagande présente généralement au public cible un faux choix. Un exemple parfait serait l'émission de propagande hardcore '24H' mettant en vedette Kiefer Sutherland, dans laquelle un agent « antiterroriste » du gouvernement est confronté à un scénario de choix contrôlé dans presque tous les épisodes. Ce choix se termine presque toujours par le fait que l'agent est forcé de mettre de côté sa morale et sa conscience pour torturer, tuer et détruire sans pitié, ou permettre à des millions d'innocents de mourir s'il ne le fait pas.

Bien sûr, le monde réel ne fonctionne pas de cette façon. La vie n'est pas une partie d'échecs. Les possibilités de résolution de toute crise ne sont limitées que par notre imagination et notre intelligence, sans parler de l'immense panel de choix qui pourraient être faits pour désamorcer une crise avant qu'elle ne se développe. Pourtant, la Rand Corporation aimerait que vous croyiez que nous (et ceux du gouvernement) sommes tenus de devenir monstrueux pour survivre. Que nous devrions être prêts à renoncer à la conscience et à la justice maintenant pour la promesse de paix et de tranquillité plus tard.

C'est la vieille stratégie de la centralisation ; supprimer tous les choix au sein d'un système, par la force ou la manipulation, jusqu'à ce que les masses pensent qu'il ne leur reste plus que les choix que leur donnent les élites. C'est le pain et le beurre d'institutions élitistes comme la Rand Corporation, et c'est au cœur de la poussée vers la globalisation.

Dans mes travaux sur le désastre économique en développement (ou la reprise économique selon la personne à qui vous parlez), j'ai souvent rencontré une méthodologie particulière qui a déclenché l'alarme dans mes analyses (ou un 6ème sens, si vous voulez). Cette dernière méthodologie, appelée « Linchpin Theory/Théorie des dominos », s'articule autour du travail de John Casti, docteur de l'USC, « scientifique de la complexité » et « théoricien des systèmes », un futuriste, et plus particulièrement, un ancien employé de la Rand Corporation :

Casti  introduit son idée de « Linchpin Theory » dans son livre Evénements-X : Tout va s'effondrer, et ce que j'ai trouvé de plus frappant dans l'idée de ces « événements Linchpin », c'est qu'ils offraient des scénarios parfaits pour créer un bouc émissaire pour les catastrophes conçues par l'establishment.

Selon cette « Linchpin Theory », la « complexité » sociale, politique et technologique manifeste est à blâmer pour les événements les plus destructeurs de l'histoire humaine moderne, et c'est en effet une suggestion séduisante pour ceux qui ne sont pas éduqués et ne sont pas conscients de la mécanique en coulisse derrière des événements mondiaux. Casti voudrait vous faire croire que les marées politiques et sociales sont non-guidées et chaotiques ; que tout est aléatoire, et que le désastre est le produit d'événements déclencheurs « fortuits » qui se produisent au plus fort d'un système dysfonctionnel devenu trop compliqué.

Ce qu'il omet de mentionner, et ce qu'il devrait bien savoir en tant que membre de la Rand Corporation, c'est que les événements mondiaux n'évoluent pas dans le vide. Il y a toujours eu ces groupes qui se considèrent comme les « élus », et qui aspirent à façonner l'avenir pour le faire coller à leur vision personnelle de l'utopie. Il a été ouvertement admis dans une myriade d'observations officielles sur des événements historiques que ces groupes ont été directement impliqués dans l'avènement de conflits particuliers.

Par exemple, Casti appellerait l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche un « événement-X », ou la cheville ouvrière, conduisant à l'éclatement de la Première Guerre mondiale, quand les faits historiques rappellent que la crise particulière a été soigneusement construite avec l'esprit spécifique d'y impliquer les États-Unis.

Norman Dodd, ancien directeur du Committee to Investigate Tax Exempt Foundations of the U.S. House of Representatives, a témoigné que le Comité a été invité à étudier le procès-verbal du Carnegie Endowment for International Peace dans le cadre de l'enquête du Comité. Le Comité  a déclaré :

« Les administrateurs de la Fondation n'ont soulevé qu'une seule question. S'il était souhaitable de modifier la vie de tout un peuple, y a-t-il des moyens plus efficaces que la guerre ? Ils ont discuté de cette question.... pendant un an et ont trouvé une réponse : Il n'y a pas de moyen connu plus efficace que la guerre, en supposant que l'objectif est de changer la vie d'un peuple entier. Cela les amène à poser une question : Comment impliquer les États-Unis dans une guerre ? C'était en 1909. »

Ainsi, bien avant l'avènement de l'assassinat de Ferdinand, des plans étaient mis en œuvre par des intérêts globalistes pour entraîner les États-Unis dans un conflit à grande échelle afin de « modifier la vie, ou la pensée, de toute une culture ». Lorsqu'un groupe de personnes décide d'orienter la pensée et les possibilités vers un résultat particulier, et que le résultat final est le point culminant de ce résultat, ce n'est évidemment pas une coïncidence, et ce n'est certainement pas de la providence. On ne peut appeler cela un dessein subversif.

Sur le plan économique, on pourrait dire que l'effondrement de Lehman Brother a été la « cheville ouvrière » qui a déclenché le glissement de terrain sur le marché des produits dérivés qui se poursuit encore aujourd'hui. Cependant, la bulle du marché des produits dérivés était un château de cartes soigneusement construit, délibérément créé avec l'aide de multiples agences et institutions. La Réserve fédérale, banque privée, a dû abaisser artificiellement ces taux d'intérêt et injecter des milliers de milliards de dollars sur le marché du logement, les banques internationales ont dû investir des milliards de dollars dans des hypothèques qu'elles SAVAIENT être toxiques et susceptibles de ne jamais être remboursées. Le gouvernement fédéral devait permettre que ces hypothèques soient ensuite découpées en produits dérivés et revendues sur le marché libre. Les agences de notation ont dû examiner ces produits dérivés et, de toute évidence, ces prêts hypothécaires étaient pourris, ils les ont pourtant estampillés AAA. La SEC a dû ignorer les fraudes massives commises en plein jour tout en balayant sous le tapis des milliers de plaintes officielles et de dénonciations.

Il ne s'agissait pas d'un événement « aléatoire » causé par une « complexité » incontrôlée. Il s'agissait d'une complexité « fabriquée » dans un but sournois. La création de l'effondrement du marché des produits dérivés a été faite en connaissance de cause, du moins par certains. Goldman Sachs a été pris en flagrant délit de pari contre ses propres instruments dérivés ! Ce qui veut dire qu'ils savaient exactement ce qui allait se passer sur le marché qu'ils ont aidé à construire ! C'est ce qu'on appelle un complot....

On pourrait attribuer l'idée de Casti à une croyance sincère dans le chaos et à un manque de compréhension de la nature du globalisme en tant que marque d'une religion. Cependant, dans son premier entretien avec la radio Coast To Coast, Casti fait la promotion des « Evénements-X » catastrophiques comme une « bonne chose » pour l'humanité, en accord avec l'idéologie de la Rand Corporation. Casti, futurologue et élitiste, considère les idées du passé comme obsolètes face aux avancées technologiques du monde moderne, et décrit ainsi les moments X comme une sorte de « coups d'accélérateur » évolutifs, nous faisant sortir de nos vieilles philosophies barbares de la vie et nous forçant, par l'épreuve du feu, à nous adapter à une culture plus rationalisée. L'événement Linchpin est, pour résumer la position de Casti, la manière dont la culture se « punit elle-même » pour s'être installée trop confortablement dans son propre patrimoine et ses propres traditions. En d'autres termes, NOUS sommes censés être responsables de la prochaine grande apocalypse, et non les élites...

Je pourrais suggérer que l'attitude de Casti semble être une attitude d'indifférence générale à la souffrance humaine dans le sillage de ses Evénements-X, et qu'il ne s'opposerait pas nécessairement à la mort de millions de personnes si elles provoquaient le « progrès » de l'humanité vers une idéologie particulière. Son concept d'« avancement » et le nôtre sont probablement très différents. Je soupçonne qu'il est bien conscient que les Evénements-X sont en fait des outils à la disposition des élitistes pour générer l'« évolution » qu'il désire tant, et que l'évolution inclut un résultat collectiviste.

Avec presque toutes les grandes économies du monde sur le point de s'effondrer et la plupart d'entre elles qui gonflent, taxent ou volent désespérément pour cacher leur situation, dans de multiples environnements comme dans le Pacifique avec la Chine, la Corée du Nord et le Japon, et au Moyen-Orient et en Afrique avec l'Égypte, la Syrie, l'Iran, le Pakistan, le Yémen, le Mali, etc. il ne fait aucun doute que nous vivons dans une ère riche en ce genre d'évènements. Il est inévitable qu'un ou plusieurs de ces points de tension explosifs entrent en éruption et provoquent une réaction en chaîne autour de la planète. La cheville ouvrière et la réaction en chaîne deviendront le point de mire de notre époque, plutôt que les hommes qui les ont rendues possibles en premier lieu.

Bizarrement, la théorie de Casti a même  été reprise récemment dans un épisode de l'émission Castle, appelée « Linchpin » (quoi d'autre ?), dans lequel un écrivain devenu détective découvre un complot d'un « groupe de l'ombre » pour utiliser la recherche de l'innocent Dr Nelson Blakely (apparemment basé sur le personnage de Casti) pour initier un effondrement de l'économie américaine en assassinant la fille de dix ans d'un homme d'affaires chinois de premier plan, déclenchant une vente massive de bons du trésors américains par la Chine et fomentant la troisième guerre mondiale.

Maintenant, je pense que n'importe qui avec un peu de bon sens peut voir où cela nous mène. Casti et la Rand Corporation nous donnent un aperçu de l'avenir de la propagande. C'est ce qui sera écrit dans les livres d'Histoire de nos enfants si les globalistes obtiennent ce qu'ils veulent. Le fait que la Théorie Linchpin soit présentée dans une émission de télévision aux heures de grande écoute témoigne de l'influence de la Rand Corporation dans les médias. Mais, en ce qui concerne le tableau d'ensemble, les points de déclenchement autour de nous sont-ils vraiment un produit d'une coïncidence complexe ?

Bien sûr que non.

Chaque grand point chaud mondial d'aujourd'hui peut facilement être relié aux conceptions des intérêts des entreprises et des banques internationales et des gouvernements marionnettes qu'ils utilisent comme messagers. Casti prétend que les Evénements-X et les Linchpins ne peuvent pas être prédits avec précision, mais il semblerait qu'ils peuvent certainement être instigués à dessein.

Les globalistes ont amené le monde entier au bord de la rupture. Ils ont enlevé presque tous les piliers de soutien de l'édifice autour de nous, et comme un jeu géant de Jenga, ils attendent que la dernière pièce soit enlevée, provoquant l'effondrement de la structure vacillante. Une fois que cette calamité se sera produite, ils appelleront cela un acte aléatoire du destin, ou une inévitabilité mathématique d'un système trop complexe. Ils diront qu'ils ne sont pas à blâmer, que nous étions au milieu d'un « rétablissement », qu'ils ne pouvaient pas le voir venir.

Leur solution sera prévisible. Ils affirmeront que pour éviter de telles destructions futures, le cadre global doit être « simplifié », et quel meilleur moyen de simplifier le monde que de mettre fin à la souveraineté nationale, de dissoudre toutes les frontières et de centraliser les États-nations sous un seul idéal économique et politique ?

Est-ce encore une fois la dialectique hégélienne ? Oui. Est-ce que c'est la vieille marotte du féodalisme et de la distraction ? Oui. Mais je dois l'accorder à Casti et à la Rand Corporation ; ils ont certainement affiné l'argument en faveur du collectivisme, de la centralisation, de la technocratie, de l'esclavage, du relativisme moral et de la duperie à travers des opérations sous faux drapeaux jusqu'à en faire une quasi-science...

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Ajouter un commentaire
newsnet 18/10/01 17:03

Extrêmement exact, on a ici tous les déroulements du le plan dont nous avons connaissance depuis 2015, et qui conduira au crash final le 21 avril 2021, ou avant si besoin.

je tiens juste à rajouter l'élément de mensonge propre à être répété, selon lequel le crash découle d'une logique mathématique. C'est un mensonge mais il sera mémorisé aimé et répété parce que c'est une manière biseautée de dire la réalité.
La réalité c'est que le crash était inévitable en raison précisément du fait de l'illogisme du système social, capitaliste, et plus précisément en raison de l'ineptie de ses fondements tels que la valeur d'échange.

Aucun système non-viable ne fonctionne, pas plus les plans absurdes des globalistes, qui en réalité son des généralistes, qui consistent à assouvir les peuples.

newsnet 18/10/01 17:06

avec cet article, on a les motifs,
avec  celui-là, on a les moyens
de la mise à genoux planifiée de l'humanité


Articles associés plus récents en premier
10-10-2018 lesakerfrancophone.fr 14 min #146827

Comment la guerre commerciale aide à cacher le sabotage de l'économie par les banques centrales

Par Brandon Smith - Le 18 septembre 2018 - Source  Alt-Market.com

Presque tous les aspects du ralentissement économique mondial, qui a ostensiblement commencé en 2007-2008 et qui se poursuit encore aujourd'hui, peuvent être attribués aux actions et aux politiques des banques centrales.

 Se réfère à :