Les leçons des élections de mi-mandat

08-11-2018 investigaction.net 5 min #148023

08 Nov 2018

Article de :  Workers World

Dans ce qui pourrait se révéler être les élections de mi-mandat les plus chères de tous les temps, les premiers résultats montrent que le Parti démocrate a remporté 26 sièges à la Chambre des représentants, ce qui lui confère une majorité de 229 contre 206. Dans le même temps, le Parti républicain a remporté deux sièges au Sénat pour porter à 51 sièges le contrôle de ce club de millionnaires, contre 43 pour les démocrates. La question que nous devons nous poser : quel effet cette élection, dans le cadre du système capitaliste bipartite, aura-t-elle sur les luttes des travailleurs en particulier des femmes, des personnes de couleur, des im/migrants et de la communauté LGBTQ ?

Les femmes ont joué un rôle majeur dans cette élection, à la fois en tant que candidates et en tant que militantes, cherchant et sollicitant les électeurs pendant des mois. Sur les 26 sièges de la Chambre gagnés par les démocrates, il semble que 16 seront occupés par des femmes.

Certaines des batailles électorales les plus difficiles, notamment dans le sud du pays, impliquaient des candidats afro-américains. L'une d'elles est la démocrate Stacey Abrams. Elle se présentait pour le poste de gouverneur de la Géorgie. Elle aurait terminé à environ 1 % derrière son adversaire républicain. Tôt mercredi, elle annonçait qu'elle ne reconnaissait pas le résultat et que son équipe de campagne s'assurerait que chaque vote a bien été compté. La Géorgie traine une longue histoire d'irrégularités visant à minimiser le vote noir.

Le démocrate Jered Polis a gagné au Colorado, c'est la première fois qu'une personne ouvertement homosexuelle est élue gouverneur d'un État. C'était également une première, un candidat transgenre était nommé par un grand parti. Christine Halquist concourrait ainsi pour les démocrates au poste de Gouverneur du Vermont. Elle a obtenu 40 % des votes. Pas suffisant pour gagner, mais c'est une véritable percée.

Tout cela pointe vers le rejet du racisme, du sexisme et de l'homophobie par une partie importante de la population après deux ans de politique virulente et réactionnaire du gouvernement Trump.

Dans les sondages à la sortie des urnes, les électeurs ont déclaré que les soins de santé constituaient le principal problème, devant l'économie. Quelque 39 % ont également indiqué qu'ils s'étaient rendus aux urnes pour exprimer leur opposition à Trump.

Il y a deux ans, l'élection de Trump a encouragé la montée de groupes d'extrême droite, ouvertement racistes et même fascistes. Cela a été contré par un mouvement progressiste croissant dans les rues qui a dépassé de loin le nombre des intolérants. Les travailleurs à bas salaire et les enseignants ont organisé des débrayages, exigeant des salaires plus élevés et de meilleures conditions. Des millions de femmes ont défilé contre la misogynie et les violences sexuelles.

Il ne fait aucun doute que l'énergie de ces luttes de masse se reflète maintenant dans une certaine mesure sur la scène électorale capitaliste. Mais cette scène peut aussi être un piège qui limite, au lieu de renforcer, ces mouvements progressistes.

Nancy Pelosi deviendra la Présidente de la Chambre maintenant que le parti démocrate y est majoritaire. Elle a déjà annoncé : "Nous aurons une responsabilité et nous nous efforcerons de parvenir à un bipartisme équitable de part et d'autre."

C'est plus qu'un rameau d'olivier tendu aux républicains. Selon cette déclaration, les dirigeants du parti démocrate ne veulent pas de guerre avec le gouvernement Trump réactionnaire et raciste, et ils chercheront à faire des compromis. Mais ce gouvernement est déjà en guerre avec toutes les forces progressistes du pays.

Ce n'est donc pas le moment de célébrer une victoire illusoire. Il est temps de construire un mouvement indépendant des deux partis capitalistes, en s'alimentant des sentiments progressistes exprimés par tant de millions de personnes lors de cette élection.

Source originale:  Workers World

Traduit de l'anglais par Investig'Action

Source:  Investig'Action

 investigaction.net

 Ajouter un commentaire