Que deviennent les prix quand l'or est la monnaie ?

26-11-2018 lesakerfrancophone.fr 16 min #148780

Par Alasdair Macleod - Le 8 novembre 2018 - Source  Gold Money

Nous prenons de l'avance sur nous-mêmes ici. L'or ne circule pas comme la monnaie - pas encore. Cela pourrait ne jamais se faire. Peut-être que la fin de la monnaie gouvernementale, la monnaie fiduciaire imposée par les lois du gouvernement, pourrait ne jamais être remplacée par ce qui, depuis des millénaires, est l'argent du peuple, l'or. Est-ce qu'on le souhaite même ? Compte tenu de ce que nous devons faire pour y arriver, probablement pas.

Il est difficile de penser à une vie sans que l'État providence nous donne ses jetons d'argent pour acheter nos friandises, nous disant quoi manger et quels médicaments prendre. Mais l'État providence est usé. Quand il était plus jeune, il contrôlait moins. Son refus constant de nous laisser, à nous gens ordinaires, le droit de faire ce que nous voulons est une source croissante de friction.

De plus en plus nombreux sont ceux d'entre nous qui constatent que l'État providence devrait faire ses bagages. Mais ses favoris ont peur de l'absence d'une nounou. Ceux d'entre nous qui veulent une vie sans nounou ne peuvent pas s'accorder sur ce que serait cette vie, et ne savent pas, ce qui se passera quand elle partira.

Surtout, nous sentons que notre monde sécurisé et contrôlé touche à sa fin. L'instabilité financière croissante et l'incertitude économique sont notre destin commun. l'État providence a gaspillé tout notre argent de poche et il s'avère que l'escarcelle est maintenant vide.

Nous pouvons voir que l'État est irrémédiablement effondré. Les économistes nous disent que les gouvernements ne font pas faillite, ils émettent simplement plus d'argent pour payer les factures. C'est faux : le système fait faillite par d'autres moyens, et ceux d'entre nous qui ne le voient pas sont motivés par des vœux pieux. En fin de compte, les fonds émis par le gouvernement ne seront que la preuve de la faillite complète de son émetteur. Et il ne sert à rien de faire suivre l'effondrement d'une devise fiduciaire par une autre. Le dollar zimbabwéen est remplacé par des obligations, et le bolivar du Venezuela est suivi du bolivar soberano [souverain]. Ce qui est foutu est foutu. C'est le résultat logique pour toutes les monnaies nationales émises par les gouvernements dépensiers.

Dans toute l'histoire humaine, l'argent du gouvernement a toujours été éphémère. Il flotte sur l'eau pendant un jour ou deux avant de couler et de mourir. Un jour, dans l'avenir, nous reviendrons à l'or, comme nous l'avons toujours fait par le passé. Les gouvernements, comme en témoignent les régimes Mnangagwa et Maduro, résisteront jusqu'au bout. Comme les enfants privés de tout leur argent de poche, les citoyens ordinaires n'auront plus rien. La seule valeur échangeable sera l'or, et probablement aussi l'argent.

Ceux qui ont de l'or échapperont à la pauvreté de ceux qui n'en ont pas. Avec le temps, il commencera à circuler au fur et à mesure que les nantis achèteront des choses aux démunis, et progressivement, avec une distribution plus large de l'or, un sentiment de normalité reviendra. Peu importe que nous calculions le prix en or-grammes ou qu'un gouvernement minimal lui donne un nom. Sovereigns, Eagles, Krugerrands. Peu importe même si nous les utilisons par voie électronique, tant que les lingots sont facilement disponibles et que tout le crédit est remboursé en or physique.

Cet article explique le fonctionnement des prix dans un monde où l'or est utilisé comme monnaie. Cela suppose toutes les formes d'argent liquide et la monnaie électronique est de l'or sous une autre forme. Nous supposons qu'il n'y a pas de risque d'émission, car il n'y a pas de monnaie fiduciaire. Pour expliquer les prix en or, nous devons inventer un idéal. C'est cet idéal que nous assumerons.

Le rôle fondamental de la monnaie

La fonction fondamentale de la monnaie est de faciliter l'échange de biens et de services, son rôle étant toujours temporaire. Les deux parties dans une transaction doivent avoir la conviction que l'argent utilisé est facilement accepté par toutes les personnes avec lesquelles elles effectuent des transactions, ce qui signifie que chacun doit avoir la certitude que l'autre l'acceptera également. Cela a toujours été la force de l'or. C'est un inconvénient considérable de la monnaie fiduciaire, dont l'acceptation est limitée aux frontières nationales.

Nous échangeons des biens et des services car il est infiniment plus efficace d'acheter à d'autres ce que nous ne pouvons pas nous fournir nous-mêmes, ou nous ferait perdre notre temps inutilement. Au lieu de cela, nous nous spécialisons dans notre propre production, la vendant pour de l'argent afin de pouvoir acheter d'autres choses. Cela signifie que nous devons conserver une petite réserve d'argent, ou au moins un moyen d'y avoir accès, afin de satisfaire nos besoins et nos désirs quotidiens. Et qui fixe ce montant ? Eh bien, nous mêmes, en tant qu'individus participant à l'échange.

Lorsque nous avons un excédent temporaire d'argent, par exemple lors de la vente d'un actif, nous le réinvestissons. Soit nous achetons un autre actif, soit nous le prêtons à quelqu'un d'autre (généralement par l'intermédiaire d'un intermédiaire) pour obtenir des intérêts. Peu importe qu'il s'agisse de monnaie fiduciaire ou d'or.

Le niveau général des prix est déterminé par le pouvoir d'achat de la monnaie dans laquelle il est mesuré. Les deux variables les plus importantes sont la quantité de monnaie en circulation et la préférence relative des personnes qui veulent garder leur monnaie plutôt que d'acquérir des biens. Les modifications dans les préférences relatives ont le plus grand impact immédiat sur les prix.

Si les gens décident globalement de réduire leur préférence pour l'argent, ils le dépenseront et le niveau général des prix augmentera. En effet, l'hyperinflation, décrite comme une hausse catastrophique des prix, est le symptôme visible d'une fuite généralisée devant l'argent. En d'autres termes, les préférences consistent à ne pas détenir d'argent du tout et à s'en débarrasser le plus rapidement possible.

D'un autre côté, s'il y a une préférence accrue pour détenir de l'argent, les prix vont chuter. Cette préférence supplémentaire pour l'argent peut être exprimée de deux manières. Il peut être conservé comme de l'argent physique disponible ou, plus généralement, augmenter l'épargne. Une augmentation de l'épargne entraîne une modification des méthodes de production pour compenser la baisse des prix des biens de consommation. L'augmentation de l'offre de capital à investir - l'épargne - tend à réduire les taux d'intérêt et à modifier les calculs de l'homme d'affaires par rapport à sa production.

C'est ce qui explique l'usage de l'argent dans une communauté, qu'il s'agisse de monnaie fiduciaire ou d'or. C'est la façon dont les acteurs économiques utilisent au mieux l'argent disponible et, sur les marchés libres, qui se sont révélés être les systèmes les plus progressistes, la production n'a pas besoin de la stimulation d'argent supplémentaire par rapport à celui déjà en circulation. C'est un mythe néo-keynésien.

Négocier l'or en tant que monnaie

Les citoyens d'une communauté, d'une ville, ou même d'un pays définissent eux-mêmes leurs besoins monétaires. Supposons que, ce faisant, le niveau général des prix, c'est-à-dire l'équilibre des préférences pour ou contre l'or par rapport aux biens, diffère de celui d'une population voisine. Dans ce cas, un arbitrage aura lieu, selon lequel l'or ira à la communauté avec les prix les plus bas pour payer la consommation courante, de sorte que le pouvoir d'achat de l'or dans les deux communautés aura tendance à s'équilibrer.

De plus, l'épargne en or recherchera les rendements les plus élevés entre les deux centres et ira de l'autre côté à la recherche de prix plus bas. Cependant, les quantités d'or conservées en tant qu'épargne sont toujours nettement inférieures aux quantités dépensées en consommation. En fait, l'arbitrage se fait à la fois par le commerce de biens et par le mouvement du capital exploitant les différentiels de taux d'intérêt, de manière à équilibrer les prix et les taux d'intérêt.

Il est donc facile de voir que dans un monde commercial caractérisé par des transports et des communications efficaces, quelles que soient les préférences locales en matière de rétention monétaire par rapport aux biens, l'arbitrage entre divers centres tend à produire un niveau de prix commun et un niveau commun de taux d'intérêt. Ces facteurs d'ajustement favorisent les échanges, non seulement entre les communautés, mais entre les nations. Et le commerce coté et réglé en or est, toutes choses égales par ailleurs, bien plus efficace que lorsque des monnaies fiduciaires individuelles sont impliquées, car avec l'or en tant que monnaie commune, les frontières nationales ne sont pas une barrière et le commerce est véritablement global.

Compte tenu de l'ubiquité de l'or en tant que monnaie, l'effet de changements localisés dans les préférences générales pour la détention d'or, par rapport à l'acquisition de biens, peut être considéré comme minime. Une autre considération à prendre en compte est l'effet de l'augmentation des stocks d'or résultant de l'exploitation des mines, mais il est largement compensé par la croissance démographique. [Ce fût vrai mais cela va changer dans le monde hors Afrique, NdSF]

L'innovation technologique et l'amélioration des méthodes de production ainsi que la concurrence ont toutes tendance à réduire à long terme le niveau général des prix des biens et services. Ainsi, bien que le niveau général des prix ait peu changé du côté de l'or, il peut y avoir une réduction significative des prix sur de longues périodes du côté des biens. L'effet est d'améliorer le pouvoir d'achat de l'épargne, ce qui conduit à des taux d'intérêt stables et bas et à l'accumulation de la richesse privée.

Évaluer les matières premières en monnaie fiduciaire

Jusque là nous avons considéré le pouvoir d'achat de l'or au sens le plus large. De toute évidence, dans un ensemble de prix des biens et services, il y a des fluctuations constantes des valeurs individuelles, reflétant l'évolution de la technologie, l'amélioration des méthodes de production et l'évolution de la demande des consommateurs. Au niveau des produits de base, c'est toujours l'évolution de leur utilisation qui détermine la demande. Par exemple, il y a vingt-cinq ans, l'argent (le métal) était principalement utilisé en photographie, un usage qui a presque cessé à présent. Aujourd'hui, le plus grand marché de l'argent (métal) concerne les panneaux solaires, alors que les applications électroniques et antimicrobiennes sont en pleine croissance. Les sources d'énergie évoluent également, les sources principales étant le nucléaire, le gaz, le pétrole et l'hydroélectricité. Il n'y a pas si longtemps, le charbon était un carburant essentiel pour la production d'électricité. Il est maintenant mis de côté pour des considérations environnementales.

Sous le régime de la monnaie fiduciaire, les prix des produits de base ont parfois été extrêmement volatils, augmentant généralement à long terme en raison de la baisse du pouvoir d'achat des devises fiduciaires. La tendance sous-jacente du prix du pétrole, par exemple, a été de passer de quelques dollars le baril dans les années 60 à plus de 60 dollars aujourd'hui. Au cours des dix dernières années, le prix du baril de pétrole West Texas Intermediary a fluctué entre $140 et $27. Pendant ce temps, les fluctuations de la demande ont été mineures. Entre la hausse des prix en 2008 et la baisse en 2016, la demande mondiale a augmenté de manière assez constante, passant de 85,8 millions de barils à 96,2, tandis que le prix du pétrole a chuté dramatiquement.

Les analystes nous donnent volontiers une analyse au coup-par-coup des raisons pour lesquelles le prix du pétrole était élevé ou bas, mais le fait demeure que la volatilité de ses prix a été bien supérieure à celle suggérée par les caractéristiques de l'offre et de la demande. Il semble raisonnable de conclure que les fluctuations du prix en dollars sont une cause importante de l'instabilité des prix du pétrole. L'exemple ci-dessus est loin d'être unique. En juin 2008, le prix du pétrole a bondi suite à la crise de la banque Lehman Brother et l'indice pondéré des échanges en dollar [par rapport au poids respectif des échanges avec les autres devises]( TWI) a atteint son plancher à peu près au même moment. Le prix du pétrole a chuté de 70% en janvier 2009, tandis que le TWI du dollar a augmenté de 17%. Sur un marché houleux pour le dollar, après avoir perdu ses gains précédents sur la base du TWI, le pétrole est passé de $42 à $114 entre janvier 2009 et avril 2011. Entre juin 2014 et février 2016, le pétrole est retombé de $105 à 27, alors que l'indice TWI est passé de 80 à 99. Il existe clairement une forte corrélation négative avec le dollar, ce qui suggère que le prix du pétrole est davantage influencé par les fluctuations du dollar que par les facteurs d'offre et de demande de pétrole.

Le revers de la médaille, alors que le prix du pétrole a une corrélation négative marquée avec le TWI du dollar, le dollar a évidemment une corrélation négative avec les devises composant l'indice TWI. La volatilité des prix est donc plus évidente dans la valeur du pétrole exprimée en dollars que dans les autres monnaies. Celles-ci sont, si vous préférez, des acteurs négligeables dans la relation entre le prix du pétrole et la valeur de la monnaie fiduciaire. La volatilité des prix réside principalement dans le dollar.

Nous constatons le même phénomène avec d'autres produits de base, tels que le cuivre. Lorsque le pétrole a culminé en 2008, le cuivre a fait de même. Le prix du pétrole a atteint un plancher en janvier, tout comme le cuivre. Le cuivre a atteint son plus haut niveau en janvier 2011 et le pétrole a atteint un sommet quelques mois plus tard. La correspondance avec le prix du pétrole n'est certes pas parfaite, mais les cycles de prix du pétrole et du cuivre présentent suffisamment de similitudes pour que nous puissions dire qu'ils sont largement corrélés.

Vous pourriez penser que c'est la variation de la demande marginale qui fixe le prix du cuivre. Cela permet aux analystes d'expliquer pourquoi le prix du cuivre est si sensible aux niveaux des stocks en entrepôt, aux fluctuations de la demande chinoise et à toutes les autres raisons liées au marché. Mais essentiellement, avec le prix du cuivre exprimé en dollars, si vous vendez du cuivre, vous achetez des dollars. Si vous différez votre achat de cuivre, vous conservez vos dollars. Le dollar est toujours de l'autre côté de tous les échanges de matières premières et d'énergie.

C'est la nature de la monnaie qui vous fait présumer automatiquement que tout mouvement de prix provient du côté des matières premières. Cependant, l'analyse de l'offre et de la demande de pétrole et les fluctuations du prix du dollar démontrent que l'instabilité est principalement due au côté monétaire des transactions. Cela semble également être le cas pour toute une gamme d'autres produits, tels que le cuivre. Par conséquent, si le principal représentant du grand nombre de monnaies fiduciaires, le dollar, était banni avec tous ses épigones, la volatilité des prix des produits de base disparaîtrait de manière substantielle. La question se pose alors de savoir si le remplacement judicieux des monnaies fiduciaires par l'or encouragerait des fluctuations de prix similaires.

Nous ne pouvons pas simplement comparer les prix historiques des produits de base mesurés en or, et celui de l'or, car les deux sont exprimés en dollars. Nous devons éliminer complètement le dollar.

Évaluer les matières premières en or

Lorsque l'or est devenu la monnaie et que le crédit bancaire est éliminé, aucun déséquilibre commercial ne peut se produire. Autrement dit, les achats transfrontaliers ne peuvent pas être financés par un crédit, sinon peut-être par un financement auto-extinguible du commerce spécifiquement aux fins du règlement d'une transaction. Les importations, y compris le pétrole et les autres produits de base, doivent être acquittées sur une base agrégée avec les exportations. C'est pour cette raison que les déséquilibres commerciaux ne peuvent pas se produire entre les pays qui règlent leurs échanges avec une monnaie saine.

Il en découle que la plupart des spéculations sur les produits de base dans les économies à monnaie fiduciaire sont éliminées avec de l'or, parce que la spéculation, qu'elle soit adossée à des lignes de crédit ou à des contrats à terme - qui sont finalement adossés à un crédit - devient sévèrement restreinte. La spéculation ne peut être entièrement éliminée, car rien n'empêche deux parties de s'engager dans un pari sans les services d'un banquier émetteur de crédit. Par conséquent, les tendances déstabilisatrices des prix ont moins de chances de se mettre en mouvement.

La demande de gestion des risques par le recours à des instruments dérivés devrait également reculer, en raison de l'absence de volatilité des prix en monnaie. La protection contre les fluctuations des prix des produits de base devient essentiellement une fonction d'assurance, car sans la capacité des entités financières à puiser facilement dans des lignes de crédit bancaire, les bourses ne pourront pas compter sur des appels de marge. Si elles doivent supporter des risques de contrepartie, elles doivent obliger les auteurs d'options et les vendeurs à découvert à engager les liquidités et les actifs nécessaires pour faire face à toutes les obligations éventuelles.

Les biens et services attachés au prix de l'or seront donc plus stables. Les tendances déstabilisatrices déclenchées par les flux de crédit disparaissent. Au contraire, ce sont plutôt les structures changeantes de la demande réelle et leurs effets sur l'offre qui fixent les prix individuels des matières premières et des différentes sources d'énergies nécessaires à notre vie.

Enfin, l'absence d'intervention de la banque centrale, qui devient inutile avec une monnaie saine, met fin au cycle déstabilisateur du crédit. C'est cela qui alimente les fluctuations du pouvoir d'achat des monnaies, à la fois en augmentant la quantité de monnaie et de crédit et en déstabilisant nos préférences monétaires. La volatilité des prix que nous connaissons aujourd'hui est presque entièrement due à des quantités excessives de dollars qui ballottent dans le système. Éliminez cela, et vous éliminez la source la plus importante de la volatilité des prix.

Alasdair Macleod

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter
newsnet 18/11/26 12:27

Déjà si on utilise une monnaie-or, ça veut dire qu'on utilise une quantité définie et immuable de monnaie circulante. Dans ce cas pas besoin d'or physique, et d'ailleurs en pratique la monnaie est rendue électronique. Donc dans ce cas si on veut profiter de l'avantage d'avoir une monnaie mondiale dont la quantité soit connue, on peut aussi bien le faire de façon électronique. Ce que fait le bitcoin.
Mais au final les fractions infinitésimales de bitcoins rendent cette monnaie aussi expansible que les autres.

Le problème n'est donc pas là, il faut remonter à la source.
L'économiste ici, décrit ce qu'il connait d'un système basé sur de mauvais préceptes.
Le premier fondement est celui de ce qui fait la valeur.
Ensuite il y a la raison des échanges.
Enfin il y a une dimension nouvelle prodiguée par cette époque, le fait d'étalonner les valeurs en fonction des quantités. L'économie du futur ser forcément basée sur les niveaux de valeurs consacrés à des genres de biens qui sont destinés à différents niveaux de fédération des activités.