Le printemps européen qui s'annonce

30-12-2018 reseauinternational.net 12 min #150184

Les Européens se révoltent contre l’ordre politique et moral et c’est merveilleux.

La sentence la plus vide et la plus stupide de notre époque, qui est revendiquée à la fois par les plus intransigeants de l’establishment comme l’archevêque de Canterbury et par ceux qui s’auto-proclament radicaux de gauche, est que les années 1930 sont revenues en force. Traitant cette sombre période comme s’il s’agissait d’une force douée de conscience, d’une chose qui existerait encore. Les observateurs inquiets, à la fois ceux de la bourgeoisie et ceux de la gauche radicale, affirment que les années trente ont repris vie et que l’Est a retrouvé une grande partie de son emprise mortelle. Si l’on considère le Brexit, le tournant européen contre la social-démocratie, la montée des partis populistes et la propagation de la révolte des « gilet jaune », les faiseurs d’opinion voient partout le fascisme surgir de sa tombe, tel des zombies sortants de leur tombe, faisant perdre les progrès réalisés au cours des décennies précédentes.

Cette analyse est aussi erronée qu’une analyse peut l’être. Comparer la vie politique contemporaine aux événements du passé est toujours un moyen peu fiable de comprendre où en est la politique. Mais si nous devons vraiment chercher des échos d’aujourd’hui dans le passé, ce n’est pas dans les années 1930 que notre époque semble se refléter – c’est dans les années 1840. En particulier 1848. C’est l’année où les peuples de toute l’Europe se sont révoltés pour un changement politique radical, commençant en France et s’étendant à la Suède, au Danemark, aux États allemands, aux États italiens, à l’Empire des Habsbourg et ailleurs. Il s’agissait de révolutions démocratiques, exigeant l’établissement ou l’amélioration de la démocratie parlementaire, la liberté de la presse, la suppression des anciennes structures monarchiques et leur remplacement par des États-nations ou républiques indépendants. 1848 est souvent appelée le printemps des nations.

Ça vous rappelle quelque chose ? Bien sûr, 2018 n’a pas été aussi tumultueuse que 1848. Il y a eu des protestations par les urnes et des révoltes dans les rues, mais aucune tentative de réelles révolutions. Et pourtant, notre époque ressemble aussi à un printemps des nations. Surtout en Europe. Il y a maintenant des millions de personnes à travers l’Europe qui veulent rétablir les idéaux de la nation, de la souveraineté nationale et de la démocratie populaire, contre ce que nous pourrions considérer comme les structures néomonarchiques de la technocratie du XXIe siècle. La révolte soutenues des gilets jaunes en France le saisit bien. Nous avons ici un dirigeant de plus en plus monarchique – la présidence jupitérienne distante et autoproclamée d’Emmanuel Macron – qui est défié semaine après semaine par des gens qui veulent avoir leur mot à dire et une plus grande indépendance nationale. Un graffiti indiquait « Macron = Louis 16 » dans une des rues ou la révolte des gilets jaunes a eu lieu. Et nous savons ce qui est arrivé à ce dernier (bien que ce fût en 1793 bien sûr, pas en 1848).

Lamartine devant la Mairie de Paris rejetant le drapeau rouge le 25 février 1848.
© Henri Félix Emmanuel Philippoteaux

La Révolution française de février 1848 – qui mit fin à la monarchie constitutionnelle établie en 1830 et conduisit à la création de la Deuxième République – fut l’un des principaux déclencheurs du printemps populaire qui se répandit en Europe en 1848. Aujourd’hui, de même, la révolte des gilets jaunes ne cesse de se répandre. Ces dernières semaines, des manifestants belges ont tenté  de prendre d’assaut la Commission européenne – un événement sans précédent, qui a été étonnamment peu médiatisé – alors que les Pays-Bas ont appelé à un référendum sur l’adhésion à l’UE et que l’Italie s’est rassemblée pour exprimer son soutien à son gouvernement eurosceptique. Cette élection en Italie a été un événement clé de 2018. Elle a porté au pouvoir, en mars, la Ligue et le Mouvement des cinq étoiles, des partis détestés par l’establishment de l’UE et, ce faisant, elle a brisé les illusions qui avaient saisi de nombreux observateurs européens après l’élection de Macron l’année dernière – que la victoire de Macron était le début de la fin de la crise populiste. L’Italie a réfuté cela, les insurgés français l’ont confirmé, et les élections locales et nationales de partout, de l’Allemagne à la Suède, ont ajouté du poids au fait que la révolte populiste n’allait pas disparaitre de sitôt.

Luigi Di Maio, chef du Mouvement des cinq étoiles, de gauche, se mobilise avec ses partisans lors d’une réunion à Naples, en Italie, le 20 mai 2018.
© Ciro Fusco / European Press Agency

Quand on est au cœur de quelque chose, quand on lit les articles quotidiens sur la guerre de l’élite contre le Brexit, quand on voit sur Twitter des photos de Paris brûler et regarder l’UE déclarer la guerre politique au gouvernement italien élu, il peut être difficile de comprendre la nature historique de ce qui se passe. Ou simplement l’ampleur de la situation. Nous nous faisons tous enliser par les tenants et aboutissants des « négociations » sur le Brexit (en réalité, il n’y a pas de véritables négociations, mais plutôt de légers désaccords entre les établissements britanniques et européens sur la manière dont le Brexit pourrait être tué le plus discrètement possible). Nous parcourons les graphiques qui montrent l’effondrement du soutien du public aux anciens partis traditionnels, en particulier les partis sociaux-démocrates. Nous exprimons notre surprise face à l’érosion de la politique du consensus,  même en Suède, traditionnellement la plus consensuelle des pays. Mais il peut être difficile de faire la synthèse des choses et d’avoir une vue d’ensemble. Nous devrions toutefois nous y essayer, car nous pourrions alors voir que notre époque est vraiment une ère de révolte, de chaos même – mais un chaos bienvenue, bon et fructueux.

Dans toute l’Europe, nous avons des gens qui remettent en question l’ordre politique, moral et culturel en vigueur. Il ne s’agit pas de simples révoltes économiques, même en France, où les questions économiques ont certainement joué un rôle. Les observateurs de gauche, lorsqu’ils peuvent se dresser contre la révolte, tentent de réduire le soulèvement populiste à un appel au secours des « laissés-pour-compte » ou des « économiquement vulnérables ». Le vote en faveur du Brexit était en réalité dû au sentiment d’insécurité économique des gens, affirment-ils. Une telle analyse démotive la révolte populiste ; elle la vide de son caractère véritablement radical, de son défi conscient face non seulement au néolibéralisme qui est au cœur du projet européen, mais bien plus important encore, aux normes culturelles et aux pratiques politiques des nouvelles élites de l’Europe du XXIe siècle. Dire que ces gens sont pauvres et que c’est pour cela qu’ils sont en colère, c’est les priver de leur attitude radicale.

En un sens, 2018 ressemble moins à 1848 qu’aux décennies qui ont précédé cette année tumultueuse. Il s’agissait, selon les termes de Trygve Tholfsen dans son étude de 1977 sur le radicalisme de la classe ouvrière à l’approche de 1848, de « décennies de famine » – décennies au cours desquelles le mécontentement et le radicalisme ont pris de l’ampleur avant de se transformer en revendications fermes. Et bien que de nombreuses personnes aient été d’une pauvreté alarmante au cours de ces « décennies de famine », ce n’est pas les « privations immédiates » qui les a poussées à s’organiser et à agir, dit Tholfsen ; leur instinct de révolte s’est plutôt construit sur « des bases intellectuelles solides » et a exprimé un « déni de la légitimité de l’ordre social et politique ». Nous avons quelque chose de semblable aujourd’hui. Oui, la taxe sur l’essence de Macron a atteint le portefeuille des gens ; oui, de nombreux électeurs du Brexit sont moins aisés que les élites qui restent ; oui, des jeunes italiens eurosceptiques luttent pour trouver du travail. Mais leurs révoltes, que ce soit dans les urnes ou dans la rue, ne sont pas seulement motivées par des « privations immédiates » – elles sont construites sur la négation de la légitimité de l’ordre politique et culturel existant.

© Jack Taylor/Getty Images

Les votants sur le Brexit l’ont bien compris : un vote de masse au mépris des classes politique et experte qui insistaient sur le fait que l’euro-technocratie était le seul moyen réaliste d’organiser un continent aussi vaste et complexe que l’Europe. Nous avons dit non à cela. Nous avons remis en question la légitimité de cette orthodoxie politique. La France le saisit aussi. Nous assistons à l’émergence d’un nouveau mouvement contre-culturel, bien que la culture contrecarrée par les gilets jaunes soit la culture des nouvelles élites, de la génération post-1968 elle-même en fait. La nouvelle religion du multiculturalisme idéologique, de la gouvernance technocratique, de l’élitisme anti-nation-État, des diktats environnementaux, voilà ce à quoi les révoltés français s’opposent, de manière tout à fait consciente. Certains portaient même des pancartes appelant à la création d’une Sixième République : une opposition explicite au style de gouvernance très centralisé de la Ve République et de l’UE bien sûr, qui affaibli le pouvoir du Parlement.
Nous vivons donc, encore une fois, dans des « décennies de famine ». Les gens ont soif de changement, car l’alternative que l’on nous promet depuis 40 ans n’existe pas (« Il n’y a pas d’alternative » selon les termes tristement célèbres de Thatcher). Ces années de famine, dont 2018 a été la plus affamée à ce jour, doivent être saluées, célébrées et mises à profit. La question de savoir qui, le cas échéant, façonnera et dirigera cette faim reste ouverte. La gauche ne peut pas, car soit elle a lié son sort à l’élitisme de la technocratie en déclin qui voit notre faim populiste comme une nouvelle forme de fascisme, soit elle essaie de réduire le populisme à un cri économique, ce qui a le terrible effet de minimiser et même de tuer sa nature culturelle beaucoup plus historique et révoltante. De nouvelles voix sont nécessaires. Cette révolte affamée, c’est vraiment un peuple qui cherche une voix, une voix politique, morale. En 2019, des voix émergeront, espérons-le, de ce néo-printemps des nations.

Traduction Sott, source  sp!ked.

Commentaire : Les révolutions prennent du temps à se former. Mais il semble que ce temps soit arrivé. Mais comme l’auteur se le demande, qui va façonner et diriger l’énergie refoulée, et à quelle fin. Les révolutions, du moins au cours des deux derniers siècles, ont eu tendance à dérailler.

source: fr.sott.net

 reseauinternational.net

 Ajouter un commentaire