Les tensions entre les États-Unis et la Chine mettent le Cambodge en péril

08-06-2019 reseauinternational.net 12 min #157519

par David Hutt

Les préoccupations des États-Unis au sujet d'une nouvelle installation appuyée par la Chine au Cambodge pourraient placer le pays au milieu d'une nouvelle guerre froide naissante.

Dans un refrain désormais commun, le ministre chinois de la Défense Wei Fenghe a publiquement nié lors d'un récent forum de défense que Pékin avait l'intention de construire une base navale au Cambodge.

C'était la dernière réponse de Pékin à la spéculation répandue selon laquelle un projet d'écotourisme soutenu par la Chine dans la province côtière de Koh Kong, au Cambodge, est secrètement conçu à des fins militaires.

« La Chine n'est pas en train d'établir sa présence militaire au Cambodge. Il n'y a rien de tel là-bas«, a déclaré M. Wei Lors du sommet sur la sécurité du Dialogue Shangri-La à Singapour le week-end dernier, un événement auquel le ministre cambodgien de la Défense Tea Banh a également participé.

Les débats sur la question font rage depuis novembre dernier, lorsqu'un journaliste a rédigé un article pour Asia Times dans lequel le vice-président américain Mike Pence avait prédit avec justesse que le premier ministre Hun Sen soulèverait ces allégations dans une lettre adressée au Premier ministre Hun Sen lors de sa tournée dans la région.

Plusieurs responsables américains et un rapport du ministère de la défense publié en décembre dernier ont souligné que Washington prend ces allégations au sérieux.

Si elle est construite, une installation navale au Cambodge pourrait permettre à la Chine d'accéder à un nouveau flanc sud dans la mer de Chine méridionale, où la Chine est plongée dans un conflit croissant avec les États-Unis au sujet de la liberté de navigation.

L'intention spéculée de la Chine de baser ses troupes au Cambodge, fortement démentie par Phnom Penh, mettrait certainement la région sur les nerfs à un moment où la pression s'accroît pour prendre parti entre les États-Unis et la Chine.

Des soldats cambodgiens se tiennent prêts alors que des navires de la marine chinoise accostent à Sihanoukville, au Cambodge, en janvier 2019

La législation locale interdit actuellement le stationnement de troupes étrangères sur le sol cambodgien.

Mais si l'état fonctionnel des relations entre militaires de la Chine et du Cambodge est encore largement opaque, il est clair que Pékin est désormais le principal primus inter pares - en tête des alliés stratégiques de Phnom Penh.

Après la suspension des opérations militaires conjointes entre le Cambodge et les États-Unis en 2017, Pékin est devenu le principal créancier des Forces armées royales cambodgiennes (ARC). En juin dernier, Pékin a donné 100 millions de dollars d'aide militaire au Cambodge, en plus des généreux dons des années précédentes.

Sihanoukville, ville côtière, a accueilli trois navires de guerre chinois en janvier. Entre-temps, le plus grand exercice militaire conjoint entre les deux pays, baptisé Golden Dragon, a eu lieu dans la province de Kampot en mars.

La réorientation du Cambodge vers Pékin intervient alors que les États-Unis et la Chine intensifient leur guerre commerciale et se lancent dans une course aux armements beaucoup plus sérieuse sur la technologie et la puissance militaire.

La décision de la Chine d'envoyer son ministre de la défense au sommet du Dialogue Shangri-La de la semaine dernière pour la première fois en huit ans en dit long, tout comme les commentaires de Wei selon lesquels la Chine est prête à « lutter jusqu'au bout » contre les États-Unis.

Le ministre chinois de la Défense, Wei Fenghe, participe au sommet du dialogue Shangri-La de l'IISS à Singapour le 2 juin 2019

Bradley Murg, professeur adjoint de sciences politiques à l'université Seattle Pacific, estime que s'il y a « un intérêt extrêmement vif pour Washington » pour les affaires politiques du Cambodge, l'intérêt est surtout centré sur « le développement d'une base navale chinoise au Cambodge«.

« Le sujet de Koh Kong est de plus en plus un thème central, presque dominant dans les discussions sur l'avenir des relations américano-cambodgiennes, à mon avis. J'irais même jusqu'à dire que c'est maintenant le point central de l'évolution future de la relation«, a-t-il déclaré.

Un rapport actualisé sur la Stratégie indo-pacifique publié par le Département de la Défense des États-Unis au début du mois de juin indique que Washington reste « préoccupé par les informations selon lesquelles la Chine cherche à établir des bases ou une présence militaire sur ses côtes[cambodgiennes], une évolution qui mettrait en cause la sécurité régionale et marquerait un changement clair dans l'orientation de la politique étrangère du Cambodge«.

Le dernier rapport annuel du bureau du directeur du renseignement national américain, Dan Coats, a également souligné que :

« La dérive du Cambodge vers l'autocratie... ouvre la voie à un amendement constitutionnel qui pourrait conduire à une présence militaire chinoise dans ce pays«.

« Il semble que la Chine s'empresse d'achever son projet de Union Development Group à Koh Kong ; c'est un endroit très stratégique si elle devait devenir comme par magie une base opérationnelle avancée pour la marine chinoise«, a déclaré Sophal Ear, professeur associé de diplomatie et des affaires mondiales à l'Occidental College à Los Angeles.

« Les États-Unis voient cela comme la pointe de la lance. Arrêtez la Chine avant qu'il ne soit trop tard. L'accueil au Cambodge de n'importe quelle sorte de base d'opérations avancée pour la Chine est inacceptable pour les États-Unis. Ne pas intervenir, c'est dormir au volant pour les États-Unis«, a-t-il ajouté.

Charles Edel, qui a fait partie de l'équipe de planification de la politique du Secrétaire d'État américain de 2015 à 2017, a écrit dans un article paru le 9 mai dans War On The Rocks que l'imagerie satellitaire semble montrer que :

« Union Development Group (la société chinoise derrière ce projet) a pris des mesures pour compléter une piste d'atterrissage à Koh Kong sur la côte sud-ouest, la province isolée du Cambodge«.
De récentes images satellites montrant une piste d'atterrissage d'aéroport dans la province reculée de Koh Kong, au Cambodge, suffisamment longue pour soutenir les avions de reconnaissance, les chasseurs et les bombardiers militaires chinois
« Elle semble assez long pour soutenir les avions militaires et correspond à la longueur des pistes construites sur les îles Spratly dans la mer de Chine méridionale pour soutenir les avions de reconnaissance, les chasseurs et les bombardiers militaires«, a-t-il ajouté.

Asia Times a passé en revue les images satellite de cette région pendant des mois et, bien que le développement se soit accéléré, les entretiens avec des experts sur les installations militaires chinoises n'ont pas fourni de preuves suffisantes que le site est bien destiné à un usage militaire.

Certains experts affirment que la piste pourrait servir à la fois à des fins commerciales et militaires, tandis que d'autres affirment que ses caractéristiques distinctives, y compris sa longueur de piste surdimensionnée et ses juteux, pourraient n'être qu'une coïncidence et ne pas nécessairement indiquer des applications militaires.

Malgré les avertissements répétés de Washington, l'ambassadeur cambodgien auprès de l'organisation américaine Chum Sounry a déclaré dans une interview que « les liens de défense entre le Cambodge et les États-Unis ont été resserrés«, une déclaration qui contredit ce que beaucoup considèrent comme des relations encore glaciales après la cessation des exercices conjoints en 2017.

Chum Sounry a souligné les visites effectuées au Cambodge par Joseph Felter, secrétaire adjoint à la Défense pour l'Asie du Sud et du Sud-Est, en janvier, et par le colonel Scott Burnside, du US Indo-Pacific Command, en mars, comme preuve du réchauffement des liens.

Il a également fait remarquer que Hun Manet, le fils du premier ministre Hun Sen, qui a été promu l'an dernier commandant en chef adjoint des Forces Armées Royales Khmères (RCAF) et commandant de l'armée, a été invité aux États-Unis en avril pour participer à une conférence antiterroriste.

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen, devant à gauche, et son fils, le général de corps d'armée Hun Manet, derrière à droite, Phnom Penh. Le 24 janvier 2019

Hun Manet, considéré par beaucoup comme l'héritier de Hun Sen lorsque le dirigeant de longue date finira par se retirer, a également rejoint pour la première fois l'année dernière le Comité Permanent du Parti Populaire cambodgien au pouvoir, qui compte 37 membres et qui est le principal organe décisionnel du parti.

L'ambassade des États-Unis à Phnom Penh, quant à elle, a maintenu une ligne dure à l'égard de la répression antidémocratique de Hun Sen, comme en témoigne la décision de 2017 de la Cour Suprême d'interdire la principale opposition du Parti du Sauvetage National du Cambodge (CNRP).

Kem Sokha, le président du CNRP, a été arrêté en septembre 2017 pour trahison pour avoir prétendument tenté de fomenter une « révolution de couleur » soutenue par les États-Unis pour renverser le gouvernement de Hun Sen. Il est toujours en détention provisoire.

« Nous ne reprendrons pas la pleine coopération militaire avec le Cambodge tant que le gouvernement cambodgien n'aura pas accompli des progrès substantiels dans l'élargissement de l'espace politique et le rétablissement de la démocratie, notamment en abandonnant toutes les accusations portées contre Kem Sokha et en permettant à la société civile et aux médias de fonctionner indépendamment«, a déclaré Michael Newbill, chargé d'affaires à l'ambassade des États-Unis au Cambodge.

Même si la pleine coopération militaire n'est pas à l'ordre du jour à court terme, il semble que les responsables américains considèrent les canaux militaires comme un moyen possible d'influencer la politique alors que les relations avec le gouvernement de Hun restent tendues.

Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, a répondu avec colère après la visite de Felter en janvier, au cours de laquelle il aurait discuté de politique avec des responsables militaires cambodgiens.

« Nous ne pouvons pas accepter qu'un représentant militaire américain soit venu ici pour parler de questions politiques avec l'armée cambodgienne«, a déclaré le porte-parole aux médias locaux.

Au cours de sa visite, Felter aurait également discuté des moyens de relancer les exercices militaires conjoints entre les États-Unis et le Cambodge.

Malgré cela, le Cambodge risque de plus en plus d'être considéré comme un satellite chinois à un moment où les pressions s'intensifient pour que les États de la région prennent le parti des superpuissances, en particulier pour ce qui concerne la mer de Chine méridionale.

Les forces armées cambodgiennes en démonstration à Phnom Penh, le 25 juillet 2018

Mais il n'y a pas que les États-Unis qui tentent de raviver les liens militaires avec le Cambodge pour réduire leur dépendance à l'égard de la Chine. En effet, Hun Manet semble prendre des paris stratégiques pour le pays alors que la rivalité sino-américaine menace de basculer vers le conflit.

Depuis février, Hun Manet a dirigé des délégations militaires en Chine, en Russie et en Thaïlande, participé à une conférence sur la lutte contre le terrorisme aux États-Unis et accompagné une délégation militaire lors d'une visite de quatre jours au Vietnam, où il a rencontré les plus hauts responsables de la défense à Hanoi.

Après la visite de Hun Manet au Vietnam le mois dernier, un organe du Parti Communiste a noté que le chef d'état-major général Phan Van Giang « a souligné que les relations de défense ont toujours été l'un des plus importants piliers des relations Vietnam-Cambodge«.

Cela intervient alors que le Vietnam, allié militaire historique du Cambodge, s'est rapproché des États-Unis pour se protéger contre la Chine, qui, selon Hanoi, militarise des parties contestées de la mer de Chine du Sud.

Pourtant, l'exaltation du gouvernement de Hun Sen en faveur de la « neutralité permanente et du non-alignement » apparaît souvent plus rhétorique que réelle à la lumière de l'ampleur de son pivot vers la Chine.

De toute évidence, Phnom Penh ne veut pas être assimilée à la mêlée des officiels de la défense de plus en plus bellicistes aux États-Unis et en Chine. Comme pour le Vietnam, il est clair que le Cambodge ne veut pas devenir un proxy dans une nouvelle guerre froide.

Mais comme la spéculation est forte autour de l'installation émergente soutenue par la Chine dans le sud-ouest du Cambodge, et à moins que Phnom Penh ne réoriente quelque peu ses liens vers les États-Unis, le risque augmente qu'il ne le devienne si les tensions entre les États-Unis et la Chine dégénèrent en conflit.

Source :  US, China tensions put Cambodia in potential peril

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution