Un Nuremberg bis pour les basses oeuvres et autres histoires de tabac sucré...

09-06-2019 reseauinternational.net 4 min #157547

Quand on veut faire diversion, noyer le poisson dans l'eau d'un seau, travestir n'importe quel débat ou masquer ses propres implications, on invente de fausses problématiques futiles en se basant sur des analogies fort improbables : Paris veut créer un tribunal international pour juger les ressortissants français ayant rejoint "Daech" en Irak (mais pas en Syrie) tandis que Londres veut mettre le sucre à égalité avec le tabac. Les industriels du tabac tiennent là une petite revanche sur ceux du sucre.

Il y a des jours comme ça où le burlesque s'invite dans l'actualité internationale.

Créer une sorte de Nuremberg pour des mercenaires perdus utilisés par proxy à des fins de déstabilisation d'autres États "souverains" est une trouvaille digne d'une masturbation mentale très bureaucratique puisant plus dans le sensationnalisme et l'effet d'annonce que d'un réel désir de trouver des solutions-existantes par ailleurs, à un problème créé de toutes pièces par les services du gouvernement à l'origine et du problème et de la solution proposée. C'est ce que l'on appelle se tirer une balle dans le nombril : Encore un peu et ce Nuremberg bis s'appliquerait au gouvernement français en premier lieu.

Il y a certaines vérités toujours bonnes à dire : qui sont ces mercenaires français appelées (délibérément) à tort des "djihadistes" dans les geôles irakiennes ou kurdes (de Syrie) ? Qui les a envoyés dans une zone de conflit où l'enjeu est de semer un chaos durable et d'y abattre un régime classé comme "hostile" ou "dérangeant" [certains gros intérêts privés] ? Vous le savez. Ils le savent. Nous ne le savons pas.

Pardonnez nous cette ignorance mais les dizaines d'éléments ayant la nationalité française qui croupissent au fin fond des geôles d'une entité autonome non officielle au Nord de la Syrie et celles d'un gouvernement fantoche étaient tous connus et fichés par les services habilités de leur pays de départ.

Bien plus, la plupart de ces personnes (quelques convertis et une prépondérance absolue de Français d'origine tunisienne ou marocaine) étaient plus ou moins "encadrées" et "orientées". Faux ! M'objectera un officier recruteur, c'est l'art du métier. De la manipulation plus ou moins consciente, certes, mais manipulation quand même. Certains reviendront et seront recyclés pour d'autres missions. Une poignée fuira le carcan une fois découvert et l'un d'eux finira bien par se faire exploser ou passer à l'acte en quelque lieu public.

Des mercenaires français ont été condamnés à mort en Irak pour terrorisme tandis que d'autres, bien plus important, ont fait l'objet d'un rapatriement express en France en toute quiétude et loin de toute médiatisation. Après un débat orienté sur l'utilité de rapatrier les femmes et les enfants de cette nouvelle catégorie de personnes, quoi de mieux qu'un tribunal pénal international pour les juger pour avoir pris les armes pour défendre les intérêts privés ayant pris en otage ce que fut la République française pour faire taire une opinion toujours à côté de la plaque ?

Toujours est-il que Londres fait bien mieux : les Anglais vont jusqu'à mettre sur un pied d'égalité le sucre et le tabac. Mesure de salubrité publique qui cache très mal de gros conflits d'argent...

Bref on a rien dit !

source: strategika51.org

 reseauinternational.net

 Proposer une solution