La Commission européenne et le gouvernement russe se sont mis d'accord d'éviter la devise du dollar

15-06-2019 reseauinternational.net 3 min #157832

Qualifiant de «surréaliste» le fait que l'Union Européenne et la Russie utilisent systématiquement le dollar lors de leurs transactions, l'eurodéputé Thierry Mariani a apprécié l'idée de la Commission européenne et du gouvernement russe de créer un groupe de travail pour passer aux règlements en rouble et en euro.

Lors d'une réunion de travail qui s'est tenue jeudi 13 juin à Moscou, le premier vice-Président du gouvernement russe et ministre des Finances Anton Silouanov et le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic se sont mis d'accord sur la création d'une groupe de travail qui devrait élaborer des mesures en vue de passer dans le futur aux règlements en rouble et en euro dans le cadre de leurs échanges commerciaux.

Interrogé sur le sujet, Thierry Mariani, ancien ministre du gouvernement Fillon et député européen du Rassemblement national, a estimé que l'UE et la Russie n'avaient en réalité besoin d'«aucun accord» pour faire la plupart de leurs transactions en euro.

Toutefois, il a trouvé nécessaire d'en finir avec la suprématie du dollar sur les marchés russo-européens.

« Tout ce qui contribue à mettre fin à l'hégémonie du dollar est une bonne chose. Il m'a toujours semblé surréaliste que des grands pays tels que les pays européens, ou la Russie, utilisent systématiquement le dollar dans certaines transactions. Ce qui donne en plus une arme économique et juridique aux Américains. Car dès que leur monnaie est utilisée, ils considèrent qu'ils ont un moyen d'action ».

M.Mariani a également expliqué pourquoi les États-Unis cherchaient à conserver la prédominance du dollar dans le commerce international.

« L'un des vrais problèmes aujourd'hui est l'extraterritorialité du droit américain, puisque les USA se donnent au travers de l'utilisation de leur monnaie, des stockages, ou de toute une série d'autres points qui peuvent sembler être des points de détails, des moyens pour intervenir juridiquement voire pénalement dans toute une série d'affaires ».

Et d'ajouter:

« Les banques françaises en ont payé un prix très lourd. Je fais partie de ceux qui ne comprennent pas pourquoi devant ces sanctions et devant ces risques on ne multiplie pas l'usage des autres monnaies. Si cet accord rentre en vigueur, je ne peux trouver ça que positif. Mais je pense que c'est une déclaration d'intention, sans mécanisme concret ».

L'eurodéputé a souligné par ailleurs qu'en raison des nouvelles élections, le vice-président de la Commission européenne ne serait «plus personne» dans 15 jours.

source :  fr.news-front.info

 reseauinternational.net

 Commenter
 Référencé par : 1 article