Le Big Data a changé la politique (et le pouvoir et la guerre) pour toujours

08-07-2019 reseauinternational.net 12 min #158858

par Willian Serafino.

Avec l'évolution de la mondialisation néolibérale au cours des dernières décennies, l'industrie des médias s'est imposée comme une puissance mondiale aussi prépondérante (et parfois supérieure dans sa capacité d'influence) que les États-nations.

Cette industrie n'agit plus comme intermédiaire ou interlocuteur entre les différentes tendances et forces sociales qui régissent la vie dans une société donnée. Elle ne le fait même pas au nom des partis politiques classiques ou des institutions de la démocratie représentative contemporaine.

« Son pouvoir, à l'heure actuelle, réside dans sa capacité à influencer le pouvoir : le pouvoir des gouvernements, des juges et des législateurs ; le pouvoir de la politique ; le pouvoir de décision des citoyens«, souligne un article de Estefanía Avella et Omar Rincón dans la revue Nueva Sociedad.

Déjà au XVIIIe siècle, les médias étaient catalogués comme le « Quatrième État », en raison de leur influence de plus en plus décisive dans les affaires gouvernementales dans un certain alignement avec les pouvoirs classiques de la démocratie moderne : les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Trois siècles plus tard, cette description acquiert un plus grand réalisme, car les médias deviennent un facteur central en période électorale et dans la définition des tendances politiques et culturelles de la société mondiale.

De même, l'industrie des médias n'échappe pas à la concentration et à la centralisation que le système capitaliste connaît actuellement comme une tendance générale.

Selon le service de communication du Forum Économique de Davos, seules neuf sociétés privées (américaines pour la plupart) contrôlent le paysage mondial de la télévision et des médias numériques. Parmi les entreprises les plus remarquables se trouvent News Corporation, Time Warner, Disney, Comcast, entre autres, qui se sont presque entièrement accaparé l'appareil médiatique.

La conclusion politique de ce phénomène est aussi évidente qu'inquiétante : la capacité d'influence du cartel américain des médias est partiellement inéluctable pour les institutions classiques de l'État-nation et la démocratie contemporaine, qui exercent un pouvoir énorme sur les attentes, tendances politiques, goûts et comportements culturels de la société mondiale dans son ensemble.

***

Mais nous sommes sans aucun doute dans une nouvelle étape de ce phénomène de médiatisation de la vie politique et sociale en général. Elle est connue sous le nom de Big Data.

« Google est plus puissant que l'Église ne l'a jamais été«, a déclaré Julian Assange.

Celui qui aujourd'hui souffre de tortures diverses pour des raisons que nous connaissons tous, a élargi cette hypothèse en affirmant :

« Pourquoi est-il plus puissant ? Parce que dans le passé, il n'était pas si facile pour le centre de contrôler la périphérie, puisque dans l'Église il y avait le Vatican, mais aussi des représentants locaux. Dans Google, tout est médiatisé par le centre de contrôle, comme si seul le Vatican existait, comme si chaque personne avait un contact direct avec un seul confessionnal«.

Les transformations scientifiques et technologiques que le capitalisme mondial a connues ces derniers temps ont fait de l'information un champ de bataille stratégique où les intérêts politiques locaux sont contestés, jusqu'aux grandes tendances du paysage géopolitique actuel.

C'est là qu'intervient le Big Data, la toute dernière grande technologie informatique de traitement des données qui modifie non seulement les capacités d'influencer le comportement politique, mais aussi la philosophie (et l'application) de la guerre moderne.

Dans une interview réalisée par The Clinic, Martin Hilbert, expert du Big Data, a commenté l'utilisation de cet outil par Donald Trump, basé sur l'infrastructure de Facebook, Google et d'autres entreprises.

Hilbert a dit :

« Bien sûr, ce sont des données que Trump a utilisées. Avec entre 100 et 250 de vos likes sur Facebook, on peut prédire votre orientation sexuelle, votre origine ethnique, vos opinions religieuses et politiques, votre niveau d'intelligence et de bonheur, si vous consommez des drogues, si vos parents sont séparés ou non. Avec 150 likes, les algorithmes peuvent prédire le résultat de votre test de personnalité mieux que votre partenaire. Et avec 250 likes, mieux que vous. Cette étude a été réalisée par Kosinski à Cambridge, puis un entrepreneur qui l'a reprise a créé Cambridge Analytica et Trump a contracté Cambridge Analytica pour l'élection.

Il a utilisé cette base de données et cette méthodologie pour créer le profil de chaque citoyen qui peut voter. Près de 250 millions de profils. Obama, qui a aussi beaucoup manipulé les citoyens, avait 16 millions de profils en 2012. En moyenne, vous avez environ 5 000 points de données pour chaque Américain. Une fois qu'ils ont classé chaque individu en fonction de ces données, ils ont commencé à exploiter la base de données. Par exemple, lors du troisième débat avec Clinton, Trump a présenté un argument, je ne me rappelle plus sur quel sujet, mais le fait est que les algorithmes ont créé 175 000 versions de ce message - avec des variations de couleur, d'image, de sous-titre, d'explication, etc., et il a été présenté de manière personnalisée.

Par exemple, si Trump dit que je suis pour le droit de posséder des armes à feu, certains recevront ce message avec l'image d'un criminel entrant dans une maison, s'ils sont de nature plus craintive, et d'autres qui sont plus patriotes la reçoivent avec celle d'un homme qui va chasser avec son fils. C'est la même phrase de Trump et là vous avez deux versions, mais pour ce cas ils en ont créé 175 000. Bien sûr, ils vous lavent le cerveau. Cela n'a rien à voir avec la démocratie (...) ils vous disent exactement ce que vous voulez entendre«.

***

D'autre part, cette technologie modifie également les structures de la guerre moderne et son application sur le terrain. Comme données matérielles, nous avons le lancement du projet Jedi (2018), avec lequel l'armée américaine propose une nouvelle étape de « guerre algorithmique ».

Ce type de guerre consisterait en une synergie entre les données informatiques dans les zones de conflit, l'intelligence artificielle militarisée et l'utilisation de drones et autres armements à distance, afin d'identifier des objectifs et d'améliorer les opérations terrestres et aériennes dans des pays dits « hostiles » aux intérêts géostratégiques des États-Unis.

L'utilisation de la technologie des données ouvre la voie à de nouvelles méthodes de guerre et de combat militaire, où une analyse et un traitement supérieurs de l'information peuvent modifier l'équilibre des forces dans la guerre du futur.

Contrairement aux paramètres classiques de la guerre moderne, les combats du XXIe siècle remplacent les confrontations ouvertes par des attaques chirurgicales, l'avantage technique de l'armement par une gestion informationnelle de la situation, et les bombardements à grande échelle par la guerre cybernétique ou numérique qui peuvent miner la stabilité et la préparation de l'État victime.

L'utilisation des technologies de l'information a permis d'éliminer, comme à aucun autre moment de l'histoire de l'humanité, les frontières entre l'espionnage, la politique et la guerre. L'ancien représentant de la CIA et de la NSA, Edward Snowden, a déclaré que le gouvernement américain a tendance à détourner et à militariser les innovations dans le domaine des télécommunications, profitant du désir humain naturel de communiquer et les exploitant pour un pouvoir illimité.

Plus précisément, Snowden a déclaré :

« Ils ont fait de notre capacité nucléaire l'arme la plus horrible dont le monde n'ait jamais été témoin », rappelant que le XXIe siècle connaît la même tendance, mais avec l'informatique, « sa portée est illimitée... mais les mesures pour la protéger ne le sont pas ! (...) C'est par l'utilisation de nouvelles plates-formes et de nouveaux algorithmes (...) que nous pouvons changer notre comportement. Dans certains cas, ils sont capables de prédire nos décisions, et ils peuvent aussi les influencer vers des résultats différents.

... Ils ont des centaines et des centaines de pages de jargon juridique que nous ne sommes pas en mesure de lire et d'évaluer et pourtant nous sommes sous leur contrainte. Et maintenant, ces institutions, qui sont à la fois commerciales et gouvernementales, (...) l'ont structurée et ancrée dans les moyens de contrôle social les plus efficaces de l'histoire de notre espèce«.

***

La relation entre les géants technologiques de Google, Facebook et Amazon et le gouvernement américain a été symbiotique depuis sa création. Les récentes sanctions à l'encontre de l'entreprise chinoise de télécommunications Huawei et la rhétorique anti-russe qui a suivi les élections de 2016, au cours desquelles Donald Trump a été élu, le confirment.

Ces sociétés technologiques concentrées font partie de la puissance géopolitique américaine et sont utilisées pour soutenir l'hégémonie de l'empire américain (en phase de crise devant la montée de la Chine et de la Russie).

Les conséquences matérielles du pouvoir de ces sociétés ne se limitent pas seulement au travail d'espionnage et de renseignement abusif de la vie privée des citoyens américains, sous le prétexte d'améliorer la « lutte contre le terrorisme ». Cela va beaucoup plus loin.

Sur le plan géopolitique, cette puissance technologique a été instrumentalisée pour bloquer, dans une offensive mondiale de censure, le fonctionnement des médias alternatifs appartenant à des « États rivaux » comme la Russie ou l'Iran.

Récemment, les plateformes Facebook et YouTube ont censuré la chaîne publique russe Russia Today ainsi que la chaîne de presse iranienne Russia Today et Hispan TV, dans le but de réduire leur audience et de contrecarrer les récits anti-hégémoniques contre Washington qui ont émergé ces dernières années des centres géopolitiques.

***

Mais en ce qui concerne les opérations politiques et informatives en période électorale, ces grandes entreprises transforment également les outils d'influence, de captation et de pénétration des électeurs afin de consolider certaines tendances politiques.

Le cas le plus frappant et le plus actuel de ce nouveau phénomène a été l'utilisation de WhatsApp lors de l'élection présidentielle brésilienne de 2018, qui a abouti sur la victoire de l'extrême droite de Jair Bolsonaro.

La marque de cette élection a été la désinformation, d'une part, et l'utilisation de WhatsApp comme outil remarquable pour remodeler le comportement politique et électoral de la société brésilienne, d'autre part.

Le média The Conversation a rapporté comment la stratégie a fonctionné :

« En utilisant WhatsApp, un service de messagerie appartenant à Facebook, les partisans de Bolsonaro ont livré un flot quotidien de désinformation directement sur les téléphones de millions de Brésiliens.

Il a été développé à tel point qu'ils comprenaient des photos illustrées représentant des membres du Parti Travailliste célébrant avec le communiste Fidel Castro après la Révolution cubaine, des clips audios manipulés pour déformer les politiques d'Haddad, et de fausses vérifications discréditant des informations authentiques.

La stratégie de désinformation a été efficace car WhatsApp est un outil de communication essentiel au Brésil, utilisé par 120 millions de ses 210 millions de citoyens. Comme les messages texte WhatsApp sont envoyés et transmis par les amis et la famille, l'information semble plus crédible«, a déclaré le média.

« J'apporte la vérité, il ment sur Whatsapp »

***

Toutefois, l'utilisation de ces nouvelles stratégies ne doit pas être considérée comme un événement isolé. Elles correspondent au portefeuille d'opérations politiques et de propagande d'un nouveau type de droite alternative médiatisée, dirigée par l'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon.

Un article du The Guardian britannique sur les stratégies de Bannon a mis l'accent sur l'utilisation de plates-formes de Big Data telles que Cambridge Analytica pour améliorer la pénétration de certaines offres électorales, l'utilisation de la désinformation pour submerger l'adversaire et la mise en œuvre de politiques audacieuses en matière d'identité, accompagnée d'un discours controversé, disruptif et contestataire de l'ordre établi.

Sur le plan politique, il y a diverses leçons à tirer de ces nouveaux phénomènes sociaux et de l'usage politique que les forces d'extrême droite en ont fait ces derniers temps.

Les canaux de communication ont abandonné les espaces traditionnels (télévision, radio, presse, etc.) pour faire place aux nouvelles technologies qui sont maintenant introduites dans la consommation de masse des jeunes.

Ainsi, la stratégie de communication nationale-populaire, à orientation critique et mobilisatrice, doit faire un usage créatif de ces outils pour contrecarrer le vide politique proposé par la droite.

La perte de confiance à l'égard des médias traditionnels doit être considérée comme une réalité. Et face à cela, il est prioritaire de rechercher dans les nouvelles tendances culturelles des jeunes, dans leurs revendications et aspirations collectives, les apports pour contester le sens commun et les contenus socio-culturels et informatifs qui le façonnent.

Laisser ces espaces vides est une erreur stratégique.

Source :  El Big Data cambió la política (y el poder y la guerra) para siempre

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution