1943-45 : les bombardements alliés en Allemagne...

09-07-2019 lesakerfrancophone.fr 7 min #158922

... un demi million d'Allemands brûlés vifs à Dresde, Hambourg, Kassel, Berlin et des dizaines d'autres villes

Par Michael Walsh − Le 27 juin 2019 − Source  Russia Insider

Dresde avant et après les bombardements de la seconde guerre mondiale

Submergé par une émotion brute, j'ai écarté mon siège loin de ma machine à écrire pour me ressaisir. C'est pourquoi je voulais partager une lettre écrite par mon ami David, qui vit en Australie, et rajouter mes commentaires.

Voici sa lettre : ["Après avoir écouté votre dernière émission de radio avec Andy, j'ai pensé à lire votre livre sur la terreur des bombardements incendiaires à Hambourg. Hier soir, j'ai pris le train pour Melbourne et, en chemin, j'ai [https://www.amazon.com/Death-City-Book-They-Dont/dp/1535394285/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1469115801&sr=1-1&keywords=death+of+a+city+Mike+Walsh

Question posée lors de l'émission à laquelle la lettre fait référence :

Quels ont été les plus grands défis auxquels vous avez été confrontés entre 1968 et 2019 ? L'élite politique, les médias ou la gauche organisée, était-ce une prison ? Michael Walsh : Le défi ? Collecter suffisamment de fonds pour bien faire mon travail"

Quiconque a le courage de lire ce livre ne peut manquer d'être touché par ses révélations. Le bombardement allié de Dresde a jeté 300 000 âmes démentes dans un holocauste. L'horreur et la magnitude étaient telles qu'un autre holocauste a été créé pour le justifier. Pourtant, Dresde n'était que l'une des centaines de villes européennes qui, avec leurs populations innocentes, ont été incinérées par les Alliés.

De nombreuses villes ont subi le même sort effrayant que Dresde : lorsque, le 4 avril 1945, la ville de Kassel s'est rendue, sur une population de 250 000 Européens, il ne restait que 15 000 habitants.

L'enthousiasme de Winston Churchill pour la destruction, au delà du front, des populations civiles peut se voir dans son commentaire : «L'air a ouvert des voies par lesquelles la mort et la terreur pouvaient être apportée, loin derrière les lignes de l'ennemi réel, aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées, aux malades, qui auraient nécessairement été épargnés lors des guerres d'autrefois. »- Winston Churchill, The Great War. Vol. 3 P1602.

Ces crimes de guerre apocalyptiques étaient-ils des représailles symétriques ? Non, Selon M. Spaight, CB. CBE. secrétaire principal du ministère de l'Air, la RAF [Royal Air Force britannique] : « Hitler n'a entrepris de bombarder, à contrecœur, des cibles civiles britanniques que trois mois après le début du bombardement de cibles civiles allemandes par la RAF. »

« Nous avons commencé à bombarder des objectifs sur le continent allemand avant que les Allemands ne commencent à bombarder des objectifs sur les îles britanniques. »

«Parce que nous avions des doutes sur l'effet psychologique de la déformation propagandiste de la vérité selon laquelle c'est nous qui avons lancé l'offensive stratégique des bombardements, nous avons hésité à donner à notre importante décision du 11 mai 1940 la publicité qu'elle méritait.»

«Les représailles étaient certaines si nous portions la guerre en Allemagne... il était raisonnablement possible que nos capitales et nos centres industriels n'auraient pas été attaqués si nous avions continué à nous abstenir d'attaquer ceux de l'Allemagne.»

Le travailliste M.P. Richard Crossman, qui devint en 1964 ministre du Logement dans le gouvernement de Harold Wilson, parla sévèrement du tissu de mensonges mis en place pour tromper le public sur la terreur des bombardements en Allemagne. « L'une des caractéristiques les plus malsaines des bonmbardements était que le Cabinet de guerre, et en particulier le secrétaire à l'Air, Sir Archibald Sinclair, ont jugé nécessaire de renier publiquement les ordres qu'ils avaient eux-mêmes donnés au Bomber Command. »

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Berlin a été bombardée plus lourdement que la Grande-Bretagne pendant toute la guerre. 55 888 membres de la RAF sont morts, mais leur campagne a prolongé la guerre.

Le  livre « Mort d'une Ville » détaille les effets d'un tel tapis de bombes sur une population civile avec des détails si horribles qu'il est recommandé de faire preuve de prudence lors de la lecture. Mort d'une ville, de Mike Walsh : le livre qu'ils ne veulent pas que vous lisiez.

Michael Walsh est un journaliste, auteur et animateur irlandais né au Royaume-Uni. Il a été nommé «Écrivain de l'année 2011» en Grande-Bretagne. Avec 60 livres portant son nom, des milliers de nouvelles histoires et de nouvelles chroniques, Michael est sans doute l'auteur le plus prolifique de livres à thèmes multiples en Grande-Bretagne et en Europe, dont aucun n'a été écrit par un « nègre littéraire ».

 À lire : Été 1943, les Alliés gagnent la guerre (3/7) : le bombardement de Hambourg

Note du Saker Francophone Les victimes civiles allemandes ne doivent pas non plus nous faire oublier les victimes civiles japonaises. Entre 130 000 et 250 000 japonais furent victimes des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki, le 6 et 9 août 1945.

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr]]

 Proposer une solution