Alfred de Zayas critique le rapport de Bachelet

09-07-2019 mondialisation.ca 6 min #158932

Il a déclaré que « il est lamentablement déséquilibré et ne tire pas de conclusions qui puissent aider le peuple vénézuélien qui souffre. »

L'étasunien Alfred de Zayas a souligné qu'il faut une condamnation ferme des mesures coercitives et unilatérales imposées par les Etats-Unis au Venezuela et que des responsabilités pénales pour les conséquences du blocus qui fait des milliers de morts soient déterminées et doivent être qualifiées de crime contre l'humanité. « Le rapport devrait condamner clairement la violence des dirigeants de l'opposition d'extrême-droite et les appels à l'intervention étrangère au Venezuela, » a publié Alfred de Zayas sur son compte Twitter @Alfreddezayas.

Il recommande à la Haute Commissaire de remplacer l'équipe qui l'assiste et de s'assurer que le nouveau personnel travaille avec professionnalisme et impartialité.

En mars 2012, de Zayas fut nommé par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies n tant qu'expert indépendant pour la promotion de l'ordre international démocratique et égalitaire.

Voici ce qu' Alfred-Maurice de Zayas a écrit sur le rapport de l'ACNUDH au Venezuela :

La visite historique de Michelle Bachelet au Venezuela avait du potentiel mais le rapport, écrit par le même secrétariat qui écrivait les rapports de Zeid, est fondamentalement défectueux et décevant. C'est une occasion de perdue parce que le Venezuela a demandé et a besoin de conseils et d'assistance technique de bonne foi. Je recommanderais à la Haute Commissaire de remplacer l'équipe qui l'assiste afin de s'assurer que le nouveau personnel travaille avec professionnalisme et impartialité.

Le personnel des Nations Unies commet une faute professionnelle en ignorant et en ne donnant pas le juste poids aux présentations de FUNDALATIN, du Groupe Sures, du Réseau National des Droits de l'Homme et les réponses spécifiques fournies par le Gouvernement. Le principe fondamental qui guide tout chercheur honnête est d'entendre toutes les parties, tous les côtés doivent être écoutés.

Le rapport devrait aussi s'être centré sur la criminalité des tentatives répétées de coup d'Etat. L'Amérique Latine a subi assez de coups d'État de droite. Rien n'est plus antidémocratique qu'un coup d'État.

Le rapport aurait du au moins rappeler le retour en arrière en matière de Droits de l'Homme effectué par Pedro Carmona en 2002 et le contenu du Décret Carmona qui sera probablement remis en place par les dirigeants de droite.

Le rapport de la Haute Commissaire au conseil des ressources humaines prête peu d'attention au problème central : le blocus financier et les sanctions qui causent tant de souffrance et de morts.

Les problèmes du Venezuela peuvent être résolus mais d'abord, les sanctions des Etats-Unis doivent être levées, voir le rapport du professeur Jeffrey Sachs y Mark Weisbrot.

Les déficits des Droits de l'Homme au Venezuela peuvent se régler par le dialogue et la coopération. Le secrétariat général de l'ONU et Michelle Bachelet devraient jouer le rôle de médiateurs.

Source originale :  AZC

Article en espagnol :  Albaciudad

Traduction Françoise Lopez pour  Bolivar Infos

La source originale de cet article est  Alba Ciudad
Copyright ©  Alfred de Zayas et  Alba Ciudad,  Alba Ciudad, 2019

 mondialisation.ca

 Proposer une solution