La Pravda américaine. Alexander Cockburn et les espions britanniques

10-07-2019 lesakerfrancophone.fr 21 min #158967

Par  Ron Unz - Le 29 août 2016 - Source  Unz Review

Il y a une dizaine d'années, je m'étais lié d'amitié avec feu  Alexander Cockburn, l'un des premiers journalistes radicaux américains et fondateur de Counterpunch, un webzine de gauche de premier plan. Face à la quasi-totalité des grands médias américains qui n'ont de cesse d'encourager la folie totale de notre guerre en Irak, Counterpunch a été un phare dans la tempête et a acquis une crédibilité considérable à mes yeux.

Bien qu'Alex vivait dans l'extrême nord de la Californie, la côte nord rurale près de la frontière de l'Oregon où une grande partie de l'économie locale était basée sur la culture illégale de la marijuana, il faisait périodiquement des voyages dans la région de la Baie, et passait parfois à Palo Alto pour déjeuner avec moi. Souvent, il apportait un livre qu'il était en train de lire, et après ses fortes recommandations, il finissait habituellement sur ma propre liste.

Parfois, mon évaluation différait nettement de la sienne. Par exemple, le best-seller international de Shlomo Sand,  The Invention of the Jewish People, a été très largement salué par les milieux libéraux de gauche et antisionistes, et a attiré une attention considérable dans les grands médias. Mais bien que j'aie trouvé de nombreuses parties de l'histoire extrêmement intéressantes, la revendication centrale me semblait incorrecte. Pour autant que je sache, il semble y avoir des  preuves génétiques accablantes que les Juifs ashkénazes d'Europe remontent en grande partie à la Terre Sainte, étant apparemment les descendants de quelques centaines (probablement juifs) de gens du Moyen-Orient, principalement des hommes, qui se sont installés en Europe du Sud quelque temps après la chute de Rome et qui ont pris des femmes locales, italiennes du Nord, après quoi ils sont restés largement endogames pendant les mille et quelques années suivantes, au fil de leur présence en Europe centrale et orientale. Cependant, en tant qu'historien plutôt que chercheur en génétique, le professeur Sand n'était apparemment pas au courant de ces preuves tangibles et s'est concentré sur des indicateurs littéraires et culturels beaucoup plus faibles, étant peut-être aussi quelque peu influencé par ses propres prédilections idéologiques.

D'un autre côté, j'ai trouvé certaines des autres recommandations d'Alex absolument fascinantes et très convaincantes. Un jour, il a mentionné qu'il lisait un livre sur le réseau d'espionnage étranger qui avait pris un considérable contrôle du système politique américain juste avant notre entrée dans la Deuxième guerre mondiale. « Oh » dis-je, « vous voulez dire le réseau d'espionnage communiste soviétique ? ». J'avais récemment pris conscience du volume de preuves révélées par les décryptages de Venona. « Non », répondit-il en souriant, « l'autre réseau d'espions étrangers, celui dirigé par l'Angleterre ».

Il a expliqué que les espions britanniques avaient joué un rôle caché massif dans l'implication de l'Amérique dans la Seconde guerre mondiale malgré l'opposition écrasante des citoyens, et qu'ils avaient très probablement assassiné un haut responsable du Parti républicain en prenant secrètement le contrôle politique du GOP et son processus de nomination présidentielle. Étant lui-même issu d'une famille de membres du Parti communiste britannique, il trouvait assez amusant que des réseaux rivaux d'espions britanniques et d'espions communistes aient discrètement rivalisé ou coopéré pour le contrôle de notre propre gouvernement national à cette époque, même lorsque les moutons américains, totalement ignorants et inconscients, paissaient dans l'herbe de temps à autre, émettant un « Bééééh ! » à l'occasion et ne voyant jamais que la direction du troupeau changeait périodiquement, apparemment inexplicablement.

J'ai donc commandé le livre,  Desperate Deception de Thomas E. Mahl, et je l'ai mis sur ma pile, car étant occupé avec mon travail dans le logiciel, il m'a fallu quelques années avant de finalement le lire. Malheureusement, à ce moment-là, Alex n'était plus parmi nous, alors je n'ai pas pu lui laisser une note de remerciement pour cette recommandation. En tant que personne qui n'a qu'une connaissance superficielle de l'histoire américaine du XXe siècle, acquise en grande partie dans les manuels scolaires du secondaire et les articles de journaux, j'ai trouvé le matériel assez choquant, mais d'après quelques conversations que j'ai eues, je suppose que de nombreux Américains, y compris ceux qui s'y connaissent beaucoup mieux que moi, auraient réagi de la même façon.

Ces jours-ci, les observateurs avertis sont devenus un peu blasés à l'idée que notre pays soit manipulé par des agents d'une puissance étrangère et ses alliés influents, et bien que les ovations interminables et staliniennes que le Congrès a adressées l'an dernier au premier ministre israélien Benjamin Netanyahu aient  suscité quelques froncements de sourcils temporaires, l'incident fut rapidement oublié. Mais à l'époque plus innocente des années 1930, on avait encore le sentiment naïf que les élus américains devaient agir au service de ce qu'ils percevaient comme les intérêts nationaux de l'Amérique, et si les faits du livre du professeur Mahl avaient été connus à l'époque, il y aurait certainement eu une grave réaction politique.

En effet, l'auteur note à de nombreux endroits que les opposants politiques sont restés perplexes face à notre participation à la Seconde guerre mondiale. Ils ont senti qu'il semblait y avoir une main invisible de coordination derrière les individus et les forces qui se trouvaient à leur merci, mais ils n'ont jamais deviné que c'était simplement un service de renseignement étranger.

L'histoire officielle nous apprend que la Grande-Bretagne et la France sont entrées en guerre contre l'Allemagne et qu'ils se sont rapidement retrouvés enlisés, voire surclassés. Seule l'entrée de l'Amérique dans la Première guerre mondiale avait renversé le cours de ce conflit, menant à une victoire alliée, et le même facteur a semblé nécessaire lors du deuxième round en 1939, bien plus dur. Cependant, l'implication de l'Amérique dans la Première guerre mondiale avait fini par être perçue par le peuple américain avec le recul comme une erreur désastreuse, et l'idée d'aller faire la guerre en Europe une deuxième fois était extrêmement impopulaire. D'où la nécessité d'une campagne secrète de subversion politique et de manipulation des médias pour saper les personnalités publiques qui s'opposaient à l'intervention et faire en sorte que l'Amérique entre en guerre, même si très peu d'Américains le voulaient réellement.

Cette tâche a été rendue beaucoup plus difficile par un autre facteur que l'auteur n'a que peu abordé. Au cours de la période en question, un réseau d'agents communistes fidèles à l'Union soviétique a exercé une énorme influence politique, comme l'a démontré de manière concluante de nombreuses décennies plus tard la déclassification des décryptages Venona. Cependant, Staline et Hitler étaient devenus des alliés juste avant le début de la Seconde guerre mondiale, et jusqu'à l'invasion allemande de la Russie en juin 1941, les communistes étaient généralement opposés à tout soutien américain à la Grande-Bretagne ou à la France, et encore moins à toute intervention militaire directe. Ainsi, pendant presque toute la période en question, les espions et les agents d'influence britanniques qui ont poussé l'Amérique à aller en guerre se sont parfois heurtés à la résistance des espions et des agents d'influence communistes qui poussaient dans la direction opposée.

L'audace du réseau d'espionnage britannique était vraiment remarquable et s'expliquait en partie par l'énorme degré de contrôle qu'eux-mêmes et leurs alliés américains exerçaient sur la plupart des principaux médias, ce qui les protégeait largement du risque de divulgation publique dommageable. Dans le cadre de cette immunité médiatique, des documents ont été falsifiés pour embarrasser les opposants politiques, des sondages d'opinion ont été manipulés ou peut-être même truqués, et des femmes attrayantes ont été déployées pour influencer des élus de premier plan.

Par exemple, j'avais toujours vu le nom du sénateur Arthur Vandenberg, du Michigan, cité comme le leader républicain dont la remarquable conversion de « l'isolationnisme » à l'interventionnisme et à l'internationalisme a jeté les bases de décennies de politique étrangère bipartisane américaine. Et dans un chapitre complet, Mahl fournit des preuves convaincantes que le changement idéologique de Vandenberg a été grandement facilité par trois femmes successives qui ont été ses principales auxiliaires pendant un certain nombre d'années, toutes agissant au nom du renseignement britannique.

Mahl consacre un autre chapitre à la chronique des tentatives répétées et finalement réussies de ces forces extérieures pour vaincre le représentant Hamilton Fish, retranché pendant des décennies dans son district du nord de l'État de New York, qui a été l'un des principaux opposants de l'intervention étrangère du pays et qui siégeait au Comité des affaires étrangères de la Chambre. De grosses sommes d'argent extérieur affluaient régulièrement dans son quartier, ainsi que des attaques massives et coordonnées par tous les médias disponibles, lançant les accusations les plus absurdes, y compris qu'il était soutenu par des agents nazis ou en était un lui-même, ces accusations étant parfois basées sur de simples falsifications. En fait, les seuls agents étrangers impliqués dans ces campagnes étaient les espions britanniques qui coordonnaient secrètement l'effort anti-Fish.

Fait intéressant, parmi les principaux arguments avancés pour pousser les Américains ordinaires à considérer l'Allemagne comme une dangereuse menace nationale, il y avait l'affirmation selon laquelle Hitler avait l'intention de violer la doctrine Monroe en prenant le contrôle de l'Amérique latine, comme en témoigne une carte secrète nazie indiquant les zones éventuelles d'occupation militaire. Mais l'Allemagne possédait une marine de surface d'une force négligeable, de sorte que toute tentative de traverser l'océan Atlantique pour ensuite envahir et conquérir la moitié de l'hémisphère occidental aurait été une entreprise étonnante, et naturellement la carte avait été fabriquée par les Britanniques, peut-être à la demande de l'administration Roosevelt. Les personnes qui ont falsifié les «  Niger Yellowcake papers » pour promouvoir la guerre en Irak n'étaient que des pique-assiettes en comparaison.

Un autre détail historique fascinant concerne la création de l'OSS, le service de renseignement américain qui a été l'ancêtre de la CIA. Le FBI existait déjà, tout comme le service de renseignement militaire américain, mais ces organisations bien établies étaient évidemment beaucoup moins vulnérables à l'influence politique extérieure, sans parler d'un contrôle étranger. Par conséquent, l'impulsion à l'origine de la création du nouvel OSS provenait apparemment en grande partie d'éléments des services de renseignement britanniques, qui ont également aidé à choisir les hauts dirigeants, ce qui a soulevé des questions intéressantes quant à la loyauté première de ces derniers à l'égard de ces individus. En effet, les agents britanniques ont souvent décrit Bill Donovan, directeur de l'OSS, comme « notre homme » dans leurs communications internes.

Mais l'histoire la plus remarquable, que je ne connaissais pas du tout, était peut-être la nature bizarre de la course présidentielle de 1940. Franklin Roosevelt avait en partie remporté sa réélection écrasante en 1936 en se présentant comme un puissant opposant à toute intervention dans une future guerre européenne, mais en 1937, l'économie s'était à nouveau effondrée, avec un nouveau crash boursier, un retour à un chômage presque record et une perception répandue que malgré des dépenses gouvernementales sans précédent, le New Deal tant vanté avait finalement été un échec. En outre, la tentative du FDR de « circonscrire » la Cour suprême avait subi une défaite bi-partisane majeure en 1937, ce qui avait encore réduit sa popularité et donné l'impression que sa présidence avait été un échec. Preuve de l'impopularité de Roosevelt, les républicains ont remporté 80 sièges de plus à la Chambre lors des élections de mi-mandat de 1938, l'une des plus grandes fluctuations de l'histoire américaine.

Le déclenchement de la guerre en Europe en 1939 a donné un énorme coup de fouet à l'économie américaine et a fourni à Roosevelt une excuse potentielle pour briser toutes les traditions politiques américaines et chercher un troisième mandat présidentiel. Mais le soutien de Roosevelt à l'engagement militaire dans ce conflit constituait un obstacle majeur à de tels plans puisque tous les principaux adversaires républicains étaient de puissants anti-interventionnistes, le sénateur Robert Taft de l'Ohio en tête, tout comme le peuple américain. Roosevelt devrait donc apparemment soit risquer une défaite électorale, soit s'engager une fois de plus à maintenir la future neutralité militaire de l'Amérique, limitant ainsi sa ligne de conduite future s'il était élu et aliénant peut-être aussi certains de ses principaux partisans, qui étaient entièrement concentrés sur la nécessité pour les États-Unis d'entrer rapidement en guerre contre l'Allemagne.

Évidemment, l'idéal aurait été que l'adversaire républicain de Roosevelt à la présidence soit en quelque sorte son jumeau idéologique « internationaliste », ne laissant ainsi à la majorité probable des électeurs « isolationnistes » aucun choix de vote dans l'isoloir. De puissantes personnalités de l'aile du Parti républicain de l'establishment WASP de la côte Est, dont Henry Luce de l'empire médiatique Time-Life et Thomas Lamont de J.P. Morgan & Company, ont ardemment recherché à obtenir ce résultat, mais sans candidat républicain potentiel ni soutien populaire significatif, l'effort semblait sans espoir.

Pourtant, lorsque la convention du parti de 1940 a finalement pris fin le 28 juin, le candidat républicain inattendu à la présidence, Wendell Willkie, a atteint cet objectif improbable. Il a également été un choix assez étrange à bien d'autres égards, étant un démocrate de toujours, quelque peu obscur sur le plan politique et qui n'avait jamais occupé auparavant un poste électif, ni même participé à aucune élection primaire républicaine. Les observateurs politiques expérimentés de l'époque considéraient la nomination de Willkie comme l'une des plus bizarres et des plus déroutantes de l'histoire politique américaine, le redoutable H.L. Mencken laissant entendre que l'intervention divine était la seule explication possible.

Mahl, cependant, souligne des facteurs plus terre à terre. Il existe d'énormes preuves de vantardises importantes de la part d'agents britanniques, y compris la manipulation totale du processus de nomination par le directeur de la convention, qui était leur proche allié. Des micros ont été sabotés à des endroits cruciaux et des billets en double ont été imprimés pour s'assurer que toutes les travées seraient complètement remplies par des bruyants partisans de Willkie, dont l'enthousiasme a aidé les délégués hésitants à se décider. Le succès aurait pu être très difficile sans de telles machinations illégales, et il est intéressant de noter que le monsieur qui les a organisées n'a acquis son poste d'autorité que lorsque le directeur du congrès original, un ardent partisan de Taft, s'est soudainement effondré et est mort plusieurs semaines auparavant. Cet événement, apparemment si crucial pour la nomination de Willkie, a peut-être été entièrement fortuit, mais Mahl note que les individus recrutés dans le réseau d'espionnage britannique local ont été explicitement avertis qu'ils pourraient avoir à commettre un meurtre dans le cadre de leurs fonctions.

Malgré le succès remarquable de Willkie dans l'obtention de l'investiture, sa campagne présidentielle s'est avérée un désastre total, nombre de ses anciens partisans ayant rapidement abandonné ou même transféré leur allégeance à Roosevelt. Son histoire en tant que démocrate et sa défense d'un internationalisme agressif n'ont guère inspiré l'enthousiasme des électeurs républicains, tandis que ses antécédents à Wall Street constituaient un contre-feu parfait pour les positions populistes de Roosevelt. Ainsi, malgré d'énormes doutes du public au sujet de Roosevelt, Willkie a subi une défaite écrasante, ce qui a permis à Roosevelt d'occuper le poste pour un troisième mandat.

Ce dernier s'est montré remarquablement magnanime dans la victoire, devenant très amical avec Willkie, lui offrant plusieurs nominations importantes, notamment une position américaine de premier plan en Grande-Bretagne, et le considérant même comme un remplaçant du très pro-soviétique Henry Wallace comme son choix de vice-président en 1944 et probablement successeur, avant de finalement se tourner vers Harry S. Truman. C'est ainsi qu'un démocrate de toute une vie est sorti de l'ombre pour s'emparer soudainement de l'investiture présidentielle républicaine en 1940 avant de devenir presque le candidat démocrate à la vice-présidence en 1944, ce qui l'aurait mis à la Maison Blanche à la mort de Roosevelt en 1945.

Un coup d'œil sur Wikipédia suggère que la tension psychique d'être arrivé si près du pouvoir suprême est peut-être devenue trop forte pour le pauvre Willkie, qui, peu de temps après s'être vu refuser la vice-présidence, a commencé à souffrir de nombreuses crises cardiaques, pour finalement s'écrouler et mourir à 52 ans juste avant les élections de 1944. Toute l'étrange histoire de ces événements nous rappelle l'accent mis par Lénine sur les avantages énormes qu'il y a à créer ou du moins à contrôler sa propre opposition politique, et souligne peut-être aussi les risques possibles pour la santé des individus pris dans de tels stratagèmes.

La monographie de Mahl, basée sur sa thèse de doctorat en histoire diplomatique à la Kent State University, a été publiée il y a près de 20 ans dans la Brassey's Intelligence & National Security Library, une presse spécialisée respectée. Elle a reçu l'appui de plusieurs spécialistes et a été brièvement revue dans Foreign Affairs et d'autres revues spécialisées. Mais la seule couverture américaine étendue de cet important travail ne semble l'avoir été que dans de petites publications idéologiques telles que les  Chroniques paléoconservatrices, les publications libertariennes  Independent Review et  Mises Review, qui fournissent commodément des revues et des résumés beaucoup plus détaillés du matériel que je ne l'ai présenté ci-dessus. Cependant, malgré l'absence de tout signe de réfutation substantielle, je ne vois pas non plus d'indication que la recherche ait jamais été intégrée de manière substantielle dans notre vision de l'histoire de cette époque. Par exemple, l'entrée de 11 000 mots de Willkie sur Wikipédia contient une bibliographie exhaustive et plus de 150 références, mais ne fait aucune mention des résultats importants de la recherche de Mahl.

Il n'est pas rare qu'une nation supposée souveraine voit son système politique ou ses élections démocratiques subverties et contrôlées par les actions cachées d'une puissance étrangère, et le siècle dernier a été rempli de tels exemples. Mais même si je suis sûr que le Guatémaltèque ou le Colombien moyen instruit est parfaitement conscient des nombreuses manipulations de la politique publique que son malheureux pays a subies au fil des décennies des mains de la CIA, je doute que trop de ses homologues américains devinent que l'histoire des États-Unis a aussi été fortement influencée par les interventions subtiles d'une ou plusieurs agences étrangères de renseignement.

 Ron Unz

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Proposer une solution