Allemagne: Comment une conspiration de droite dans l'appareil d'État étouffe l'enquête sur l'affaire du meurtre de Lübcke

13-07-2019 wsws.org 10 min #159086

Par Ulrich Rippert
13 juillet 2019

Plus de cinq semaines se sont écoulées depuis que le président du district de Kassel Walter Lübcke (Union chrétienne-démocrate, CDU) fut assassiné sur la terrasse de sa maison par un néo-nazi qui lui a tiré une balle dans la tête. Depuis lors, tout a été mis en œuvre pour dissimuler l'implication étroite de l'auteur présumé dans un réseau terroriste d'extrême droite qui s'infiltre profondément dans les services secrets et l'appareil d'État.

Quiconque s'attendait à ce que le meurtre brutal par un fasciste d'un homme politique de haut rang du parti de la chancelière Angela Merkel provoque un choc dans la politique allemande; quiconque s'attendait à des enquêtes approfondies sur la question de savoir comment il se fait que 75 ans après la terreur nazie des politiciens sont à nouveau assassinés par des fascistes; quiconque s'attendait à ce que les médias couvrent cette affaire avec une attention particulière et posent des questions critiques, a vite appris qu'il n'en serait rien.

La chancelière et quelques politiciens ont exprimé leurs regrets et offert leurs condoléances aux personnes endeuillées, après quoi l'attaque terroriste de droite a été traitée comme une banalité politique: «Regrettable, mais pas inhabituel.» Bien qu'il s'agisse d'un rappel fatal des assassinats politiques perpétrés dans la République de Weimar dans les années 1920 et 1930, où des organisations paramilitaires étroitement liées à l'appareil d'État ont assassiné de hauts responsables politiques, l'activité politique continue comme si de rien n'était.

Dans les milieux politiques berlinois, la principale préoccupation concerne l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) d'extrême droite. Selon ces cercles, le parti d'extrême droite ne devrait pas être marginalisé ou autrement endommagé à cause de l'assassinat de Lübcke. Deux semaines seulement après l'assassinat, l'ancien président allemand Joachim Gauck s'est exprimé et a exigé que le terme «droite» soit «désintoxiqué». Dans son bavardage pastoral, il a exigé «une plus grande tolérance envers la droite» et a critiqué les partis parlementaires parce qu'ils n'avaient pas encore élu un membre de l'AfD à la vice-présidence du Bundestag (parlement).

Il en va de même pour Friedrich Merz, qui, il y a dix ans, a dirigé le groupe parlementaire de la CDU, puis fait carrière chez BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, et qui vise à nouveau une position de leader en politique. Il a exigé que la coopération politique avec l'AfD ne soit jamais exclue.

Les raisons qui sous-tendent le refus d'évoquer pleinement les questions judiciaires et politiques liées à l'assassinat de Lübcke sont inquiétantes. Il est clair que la conspiration de droite à l'intérieur de l'appareil d'État, qui s'étend profondément dans tout le système politique, a pris une dimension qui ne peut plus être contrôlée.
Le meurtre d'un politicien principal de la CDU n'est pas le moindre de tous les avertissements du fait que personne ne peut être sûre de sa propre sécurité. Les politiciens, les partis et les médias sont menacés et intimidés pour empêcher que la vérité sur le réseau d'extrême droite ne soit révélée.
Entre-temps, il est indéniable que Stephan Ernst, le principal suspect de l'assassinat, fait partie d'un vaste réseau terroriste qui poursuit le travail du Nationalsozialistischer Untergrund (NSU) néonazi, qui a assassiné neuf migrants et une policière entre 2000 et 2007.

Le professeur Hajo Funke, expert en terrorisme de droite et auteur du livre Sicherheitsrisiko Verfassungsschutz (Services secrets des risques de sécurité), a écrit sur son blog le week-end

dernier: «L'assassinat de Walter Lübcke, le président du district de Kassel, a été perpétré par un auteur qui a vécu et agi dans la zone sensible de la scène terroriste entourant Combat 18 - la " force de combat Adolf Hitler " - à Kassel.... Cette scène et ce réseau de contacts à Kassel et dans les environs incluent le who's who de la scène des supporters du C18 et du NSU.»

Suit un compte rendu détaillé du réseau terroriste de droite que l'assassin de Lübcke fréquentait. Funke fournit près d'une douzaine de noms de néo-nazis connus, dont Ralf Wohlleben, qui a siégé sur le banc des accusés au procès du NSU de Munich et qui a finalement été condamné, et Thorsten Heise, un chef de C18 et de la Fraternité aryenne, «une sorte de fraternité d'élite ou supérieure avec un degré correspondant de familiarité.»

Parmi les amis de Stephan Ernst se trouve Benjamin G., qui a appartenu à la scène néonazie et hooligan de Kassel pendant des années et qui a travaillé comme Informateur Confidentiel (CI) pour les services secrets sous le nom de code «Gemüse» [légumes]. Son contrôleur, Andreas Temme, était présent dans un cybercafé de Kassel le 6 avril 2006, lorsque le NSU a assassiné sa neuvième victime, Halit Yozgat. Par la suite, Temme est passé de l'agence des services secrets de Hesse au conseil de district de Walter Lübcke, où il travaille encore aujourd'hui.

Selon d'autres rapports, les assassins du NSU Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt fréquentaient également la scène néonazie de Kassel.

Le NSU avait des liens étroits avec les services de renseignement; il y a de nombreuses indications selon lesquelles il était même contrôlé par eux. Par exemple, le groupe Thuringia Homeland Security a été créé par Tino Brandt, un informateur confidentiel (CI), qui a reçu 200.000 D-Marks pour ses services, dont la plupart ont été utilisés dans la construction de l'organisation d'extrême droite. Mais Brandt n'était pas le seul CI; près d'un tiers des 150 membres de la Sécurité intérieure de Thuringe travaillaient pour l'État.

Dans le procès du NSU de Munich, qui a duré cinq ans, plusieurs avocats des victimes ont tenté de faire la lumière sur le rôle des autorités de l'État dans la série de meurtres. Ils ont été accueillis par un mur de granit. Le procureur général qui dirigeait l'accusation et le tribunal ont tous deux mis fin à toute mesure d'enquête appropriée. Les employés des services secrets n'ont reçu aucune autorisation de témoigner ou seulement une autorisation limitée; des dossiers ont été déclarés secrets et n'ont pas été communiqués au tribunal.

Aujourd'hui, avec Lübcke, un représentant de l'État a été victime de ce réseau terroriste de droite, et les efforts pour étouffer l'affaire se poursuivent.

Entre-temps, le procureur général a repris l'enquête elle-même. Comme dans le procès du NSU, il essaie de cacher ou de minimiser les connexions d'Ernst au réseau NSU et aux services de renseignement.

Il y a quelques jours, les aveux d'Ernst, qu'il a depuis retirés pour des raisons tactiques, sont tombés entre les mains de la presse. De nombreux articles sont parus en conséquence, qui le présentaient comme un individu souffrant de troubles mentaux et de dépression. Ernst, selon le récit, s'était libéré de la scène d'extrême droite il y a 10 ans pour mener une «vie normale avec une famille et un travail». Seuls les meurtres commis par des immigrés l'avaient «remué» et avaient conduit à l'assassinat de Lübcke.

Les dossiers du NSU des services secrets de Hesse pourraient probablement donner un aperçu du réseau de terroristes d'extrême droite, de néonazis, d'informateurs confidentiels et d'agents des services secrets dont Lübcke a été victime. L'exécutif du Land de Hesse, dirigé par l'ancien ministre de l'Intérieur Volker Bouffier, a toutefois décidé de garder ces dossiers secrets jusqu'en 2044.

«Le fait que le rapport des services secrets régionaux sur la scène violente de la droite en Hesse doit être gardé sous clé pendant des décennies confirme le fait que des informations ont été délibérément cachées ici», écrit Funke. «Les autorités de sécurité, en particulier les services secrets, ont une connaissance approfondie des réseaux terroristes violents et de droite en Allemagne, sans la partager avec les autorités policières, le plus souvent en la retenant.»

Le Premier ministre de Hesse Bouffier est issu de l'aile conservatrice «Stahlhelm» de la CDU, dans laquelle Alexander Gauland, patron de l'AfD, a également fait carrière pendant 40 ans. Les Verts, qui forment le gouvernement du Land de Hesse avec la CDU, soutiennent la décision de garder secrets les dossiers concernant le NSU pendant 25 ans encore.

La complicité avec les extrémistes de droite s'étend au niveau de la direction des services secrets. En 2012, lorsque l'ancien vice-président des services secrets Klaus-Dieter Fritsche fut convoqué devant la commission d'enquête du NSU du Bundestag pour fournir des informations sur son rôle et sa responsabilité dans la destruction des dossiers du NSU, il a attaqué violemment les parlementaires, disant que la sécurité de l'État était bien supérieure au droit de regard du parlement.

Le président du comité, Sebastian Edathy, qui l'a réprimandé à juste titre, en a payé le prix fort. Peu de temps après, des images pédopornographiques auraient été découvertes sur son ordinateur du Bundestag et Edathy a été ruiné politiquement et personnellement. Fritsche s'est élevé pour devenir représentant spécial à la chancellerie pour la coordination des services secrets. Après avoir pris sa retraite pour des raisons d'âge, il est devenu conseiller les extrémistes de droite du Parti de la liberté autrichien au ministère de l'Intérieur de Vienne.

Le lien étroit entre l'ancien président des services secrets Hans-Georg Maassen et la droite est encore plus clair. Il a travaillé en étroite collaboration avec l'AfD, a attaqué la politique des réfugiés de la chancelière Merkel et a minimisé les actions des radicaux de droite à Chemnitz l'été dernier. Depuis sa destitution de son poste de chef des services secrets, il est actif dans l'aile droite de la CDU et s'est engagé à encourager la coopération entre les chrétiens-démocrates et l'AfD.
Des réseaux terroristes de droite existent également au sein de la Bundeswehr (forces armées) et de la police, qui restent largement intacts, malgré leur caches d'armes et l'établissement de listes de victimes potentielles.

Cinq semaines après l'assassinat de Walter Lübcke, un tableau alarmant se dessine.

Les services secrets et une grande partie de l'appareil de sécurité sont dominés par des extrémistes de droite et des néofascistes et bloquent systématiquement les enquêtes et les poursuites contre le terrorisme de droite. L'AfD est le bras politique du terrorisme de droite et vire constamment vers la droite. Elle domine la politique gouvernementale non seulement en ce qui concerne la question des réfugiés.

Parallèlement, les universités «réévaluent» l'histoire allemande, minimisant systématiquement les crimes allemands des deux guerres mondiales. Le professeur Jörg Baberowski, qui a réhabilité l'apologiste hitlérien Ernst Nolte il y a cinq ans et a affirmé que «Hitler n'était pas cruel», est toujours défendu par l'université et le gouvernement.
Il y a trois semaines, nous avons écrit que le meurtre de Lübcke était un avertissement: «Dans des conditions de tensions sociales croissantes et de conflits géopolitiques, l'élite dirigeante recourt à ses traditions autoritaires et militaristes. Sous le vernis de la démocratie appliquée au capitalisme allemand après la chute d'Hitler, la couleur brune originelle du fascisme est clairement visible.» Cette évaluation est confirmée tous les jours.
(Article paru en anglais 12 juillet 2019)

 wsws.org

 Proposer une solution