Douleur et Gloire, nouveau fleuron du cinéma d'Almodóvar

13-07-2019 tlaxcala-int.org 6 min #159094

 Ricard González Samaranch

À 69 ans, Pedro Almodóvar a atteint la maturité, tant sur le plan personnel qu'artistique. Et cela se reflète clairement dans l'évolution de son œuvre. Fini le temps de ses films les plus drôles et flamboyants, comme Femmes au bord de la crise de nerfs ou Tout sur ma mère. Son dernier film, Douleur et Gloire, qui fut l'une des principales attractions de l'édition 2019 du Festival de Cannes, est probablement son film le plus sombre et nostalgique. Cependant, il conserve encore quelques traces du cinéma qui a fait de lui le réalisateur vivant espagnol le plus acclamé, comme des dialogues pétillants, les couleurs vives de certains décors ou l'esthétique de sa photographie.

Une bonne dose d'autobiographie

Bien qu'Almodóvar ait toujours rempli ses films d'histoires personnelles, Douleur et Gloire est probablement son film le plus autobiographique. Et le cinéaste espagnol original ne fait aucun effort pour le cacher. Le personnage principal, Salvador Mallo, interprété par la star hollywoodienne Antonio Banderas, est un metteur en scène espagnol vieillissant qui a acquis une reconnaissance internationale et qui souffre de toutes sortes de maux et de maladies qui limitent son travail. Même la coiffure et les gestes de Banderas rappellent inévitablement ceux d'Almodóvar. Il est aussi facile de reconnaître certains éléments de la biographie d'Almodóvar dans les flashbacks où Mallo se souvient de son enfance et de sa jeunesse.

En fait, je trouve que beaucoup de ces flashbacks sont les moments les plus intéressants d'un film irrégulier, avec trop de hauts et de bas. Par exemple, les histoires de l'enfance de Mallo et l'atmosphère de l'Espagne d'après-guerre sont fascinantes. Une autre star hollywoodienne espagnole chère à Almodóvar, Penelope Cruz, joue de manière convaincante le rôle de la mère du petit Mallo, une femme au caractère fort qui lutte pour joindre les deux bouts dans une famille dont le père est absent. À travers les yeux de l'enfant, on découvre la passion précoce pour le cinéma dans les vieux cinémas de plein air qui sentaient le "jasmin et l'urine", et ses premiers instincts homosexuels. Bien sûr, Mallo, comme Almodóvar, est gay.

Cependant, les scènes les plus touchantes sont peut-être des flashbacks plus récents : ceux de la relation du réalisateur avec sa défunte mère quelques mois avant sa mort. La mère âgée est interprétée par Julieta Serrano, une actrice de théâtre et de cinéma espagnole réputée. Et, encore une fois, elle fait un excellent travail. La relation d'Almodóvar avec sa mère est présente dans beaucoup de ses films, et Douleur et Gloire semble être son dernier testament. Dans ces flashbacks, elle lui raconte que ses amis au village sont dérangés par la façon dont ils sont représentés dans ses films, et qu'elle a été profondément blessée quand il a décidé de ne pas l'emmener avec lui à Madrid. « J'aurais pris soin de toi... Et j'aurais supporté ces choses que je n'aimais pas, comme je l'ai fait avec tant de choses toute ma vie », dit-elle à un Mallo triste, qui se demande s'il a été un mauvais fils juste à cause de son orientation.

En revanche, le point faible du film est la partie de l'intrigue qui se déroule à notre époque. La "douleur" qu'endure le réalisateur, qui est même présente dans le titre, semble un peu exagérée. Dans l'une des scènes d'introduction, le public se voit présenter une longue, très longue liste de maladies et d'affections qui tourmentent le personnage principal. En fait, il semble qu'il souffre de presque toutes les maladies existantes ! Les scènes où Mallo se plaint de ses nombreuses douleurs, où il va chez le médecin, etc. sont un peu répétitives et n'apportent pas grand-chose au film. Grâce à notre expérience personnelle ou à celle de nos proches, nous connaissons tous très bien les problèmes de la vieillesse...

Performance controversée

Et ce sujet nous amène à l'un des aspects les plus controversés du film : la performance de Bandera. L'acteur a reçu le prix du meilleur acteur au festival de Cannes, et il a été salué avec enthousiasme par certains critiques... et critiqué par d'autres. De mon point de vue, la performance de Bandera souffre des mêmes maux que son personnage : une certaine exagération. Parfois, les gestes de l'acteur semblent faux. Du moins, pour moi. Ou peut-être est-ce juste que j'ai du mal à imaginer Banderas en Almodóvar...

En tout cas, il ne fait aucun doute que Douleur et Gloire représente une évolution intéressante de l'œuvre d'Almodóvar, et qu'il mérite d'être regardé, surtout si vous êtes fan de ses films. Je ne l'inclurais pas parmi ses meilleurs films, mais il est bien meilleur que d'autres films où le réalisateur a essayé sans succès d'explorer de nouvelles facettes, comme La Mauvaise éducation ou Les Amants passagers.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  cinemattack.info
Publication date of original article: 12/07/2019

 tlaxcala-int.org

 Proposer une solution