Dossier terrorisme d'Europol : Le cauchemar djihadiste dans l'Union Européenne

14-07-2019 reseauinternational.net 20 min #159143

par Fabio Giuseppe Carlo Carisio.

L'État Islamique défait en Syrie mais devient dangereux en Europe : 273 musulmans arrêtés en France en 2018, 40 en Italie. Mystère à propos de détenus au Royaume-Uni. Al-Qaïda et migrants terroristes : la grande menace.

« En 2018, le terrorisme a continué de constituer une menace majeure pour la sécurité des États membres de l'UE. Des attaques horribles perpétrées par des djihadistes comme celles de Trèbes, Paris, Liège et Strasbourg ont fait treize morts et de nombreux blessés. En outre, un attentat terroriste perpétré par un extrémiste d'extrême droite en Italie et de nombreuses arrestations de terroristes présumés d'extrême droite pour planification d'attentats dans l'Union Européenne (UE) indiquent que les extrémistes d'orientation divergente considèrent de plus en plus la violence comme un moyen justifié de confrontation. Les terroristes ne visent pas seulement à tuer et mutiler, mais aussi à diviser nos sociétés et à répandre la haine. Nous devons rester vigilants si nous voulons protéger nos citoyens et nos valeurs face aux tentatives d'utiliser la violence à des fins politiques«.

La directrice exécutive d'Europol, Catherine De Bolle, ancienne commissaire générale de la police belge

Ces mots sont écrits par Catherine De Bolle, ancienne commissaire générale de la police belge et depuis 2018 directrice exécutive d'Europol, dans le dossier « The Sat 2019«, le rapport annuel sur la situation et les tendances en matière de terrorisme élaboré par tous les services des forces de l'ordre de l'Union Européenne. Il vient d'être publié par Europol et n'a donc pas encore été diffusé par les médias internationaux. Le chiffre le plus frappant dans les statistiques est celui des arrestations : 1 056 terroristes présumés arrêtés en 2018, dont 511 étaient des partisans du Djihad au nom d'Allah.

La couverture du dossier Europol 2019 le 2018 - POUR LIRE LE DOSSIER COMPLET, envoyez une demande par e-mail à : redazione@gospanews.net

Le terrorisme nationaliste et le terrorisme de gauche

Il en ressort trois urgences graves : le terrorisme ethno-nationaliste surtout en Grande-Bretagne (Irlande du Nord), qui détient le record de 83 attentats (réussis, manqués ou déjoués par les policiers de différents pays), celui d'inspiration djihadiste particulièrement grave en France, où la moitié des 24 attentats (8 perpétrés et 16 tentatives) par des radicaux islamiques ont été enregistrés, et enfin celui des extrémistes de gauche : 19 cas dans toute l'Europe contre un seul d'inspiration de droite.

Attentats terroristes différenciés par nation et par idéologie

Mais l'orientation politique de l'Union Européenne ayant toujours été socio-démocrate, la directrice d'Europol se concentre sur le danger des terroristes d'extrême droite en omettant complètement de mentionner celui de gauche avec 19 attentats perpétrés en 2018 (10 en Italie) : Cette année-là, dans l'Union Européenne, 34 extrémistes de gauche ont été arrêtés et 44 de droite, confirmant que l'action préventive est beaucoup plus concentrée sur les groupes néonazis que sur les héritiers des tristement célèbres Brigades Rouges communistes italiennes.

La menace djihadiste en Europe dissimulée par le Royaume-Uni

Arrestations dans différents pays de l'Union Européenne

Mais la menace la plus importante pour l'Europe est représentée par les Djihadistes. Si au cours de l'année écoulée dans la France multiethnique, emblème de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, 273 suspects de terrorisme islamique ont été arrêtés, 45 aux Pays-Bas et 43 en Allemagne, en Italie 40 musulmans ont été emprisonnés pour conspirations visant à perpétrer des attentats, notamment en territoire français (10), dans les pays néerlandais et britannique (4) contre deux seulement en Allemagne et un en Italie.

Une analyse précise du document révèle également la tentative grossière de dissimuler la menace djihadiste en Grande-Bretagne : alors que dans tous les autres pays le nombre de terroristes islamiques radicaux est clairement établi, sous le règne de la reine Elizabeth II, où les tribunaux de la charia sont sollicités et reconnus depuis de nombreuses années pour la résolution des conflits civils dans les problèmes familiaux, les services de renseignement et de police ont préféré ne pas divulguer les données réelles des personnes de confession musulmane arrêtées.

Les arrestations sont différenciées par type dans tous les pays de l'UE, à l'exception du Royaume-Uni, qui n'a pas révélé le nombre de djihadistes arrêtés

Dans la lutte contre le terrorisme, « le Royaume-Uni a contribué avec 273 arrestations non réparties par type de terrorisme et n'inclut pas les 148 arrestations effectuées en Irlande du Nord«, indique une note du dossier « The Sat » qui montre que Londres, géré par un maire musulman, n'a pas voulu préciser le nombre de Djihadistes détenus, malgré l'alerte de la NCA (National Crime Agency, l'agence américaine homologuée par le FBI américain) pour  des viols en série contre des mineures commis par des gangs musulmans dans différents comtés, comme l'a rapporté Gospa News il y a quelques mois.

Le rapport d'Europol est donc déjà en partie « déformé », même si la directrice Catherine De Bolle elle-même est la première à souligner le grave danger de la menace djihadiste dans l'Union Européenne, de plus en plus bienveillante en raison de l'accueil sans discrimination des migrants africains malgré que l'Europe soit le terreau de la prolifération de l'Islam radical.

Pays et types d'attentats terroristes planifiés, échoués ou réussis

« Alors qu'en 2017, les djihadistes ont perpétré dix attentats terroristes dans l'UE, nous avons subi sept attentats terroristes djihadistes l'année dernière. Cependant, le nombre de complots terroristes djihadistes déjoués a considérablement augmenté. Ce dernier point inclut des tentatives de production et de déploiement de substances chimiques et biologiques, ce qui illustre le niveau d'intention et d'engagement des individus, des cellules et des réseaux à utiliser des tactiques terroristes pour nuire aux sociétés dans lesquelles ils vivent - écrit la directrice d'Europol, lançant une nouvelle alerte grave - Le niveau de la menace terroriste n'a donc pas diminué, malgré la défaite militaire de l'État Islamique au début de l'année. Au contraire, la situation est devenue plus complexe. Dans le milieu djihadiste, de multiples acteurs de motivation et d'allégeance divergentes complotent seuls ou conspirent avec d'autres, et les extrémistes de droite, dans le but de justifier la violence, exploitent le sentiment d'une menace de l'Islam perçue par certains, interprétant la propagande terroriste et le comportement criminel comme représentatif d'une religion mondiale«.

Les attaques djihadistes en 2018

Des policiers dans les rues de Strasbourg après l'attentat meurtrier de décembre dernier

Ce qui suit est un récapitulatif des attentats terroristes djihadistes perpétrés en 2018, dont 4 ont été revendiqués par l'État Islamique (EI).

Le 23 mars, un Marocain de 26 ans a volé une voiture à Carcassonne (France), tuant le passager et blessant le conducteur. Plus tard, il a tiré et blessé quatre policiers à proximité d'une caserne militaire, et a attaqué un supermarché à Trèbes, où il a tué deux civils, blessé plusieurs autres et pris les clients en otage. Un lieutenant-colonel de la gendarmerie nationale française, Arnaud Beltrame, qui s'est échangé contre un otage, a été abattu et poignardé par l'auteur et est mort plus tard de ses blessures. L'unité spéciale de la gendarmerie nationale française a tué l'attaquant. L'EI a affirmé dans un communiqué d'Amaq News que l'assaillant était « un soldat de l'EI ».

Le 5 mai, un homme a poignardé et grièvement blessé trois personnes à La Haye (Pays-Bas) avant d'être abattu et arrêté par la police. Les autorités ont par la suite estimé qu'il avait un mobile terroriste.

Le 12 mai, un Français d'origine tchétchène âgé de 20 ans, armé d'un couteau, a tué une personne et en a blessé plusieurs autres à Paris (France), avant d'être abattu par la police. L'EI a revendiqué la responsabilité de l'attaque par le biais d'Amaq News, affirmant que l'assaillant était « un soldat de l'EI », et a diffusé une vidéo de l'attaquant prêtant allégeance à l'EI.

Le 29 mai, un homme de 31 ans, libéré sur parole la veille, a poignardé deux policières et pris une de leurs armes à Liège (Belgique). Il s'est servi de l'arme de poing pour tirer et tuer deux policiers et le passager d'une voiture, et pour blesser quatre autres policiers en sortant du bâtiment scolaire où il avait brièvement retenu une femme en otage. L'agresseur a été tué par la police et, le lendemain, l'EI a revendiqué l'attentat par l'intermédiaire d'Amaq News. L'auteur s'est converti à l'islam et s'est radicalisé à la violence alors qu'il purgeait une peine pour des infractions liées à la drogue.

Le 31 août, un ressortissant afghan de 19 ans qui avait demandé l'asile en Allemagne a poignardé et gravement blessé deux touristes américains à la gare centrale d'Amsterdam (Pays-Bas), avant d'être abattu et arrêté par la police. Les autorités ont par la suite estimé qu'il avait un mobile terroriste.

Le 11 décembre, un ressortissant français d'origine algérienne âgé de 29 ans, armé d'une arme à feu et d'un couteau, a tué cinq personnes et en a blessé d'autres dans une attaque près du marché de Noël de Strasbourg (France).  Il a été blessé par la police avant de fuir les lieux. Après deux jours de recherche, l'auteur a été tué à Strasbourg et l'EI a affirmé qu'il s'agissait d'un « soldat de l'EI » dans un communiqué d'Amaq News le 13 décembre. Plusieurs personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'attaque, dont l'individu qui aurait fourni une arme à feu à l'agresseur.

Le 31 décembre, un homme de 25 ans d'origine somalienne armé d'un couteau de cuisine a poignardé et blessé trois personnes, dont un policier, au poste de Victoria à Manchester (Royaume-Uni). L'agresseur a été arrêté et les autorités ont par la suite estimé qu'il avait un mobile terroriste.

L'impact sur l'UE du Djihad au Sahel et au Moyen-Orient

« L'égalité et la liberté ne peuvent prospérer que si les citoyens peuvent exercer leurs droits et participer à la vie publique sans intimidation ni crainte de la violence. Dans des pays comme la Syrie, la Libye, le Mali, l'Afghanistan, entre autres, les groupes terroristes ont acquis une influence telle qu'ils rivalisent avec l'État, dont l'autorité a déjà été sapée dans de nombreux cas par des politiques particularistes, des structures faibles et la corruption, a ajouté Catherine De Bolle. Les citoyens de ces pays sont exposés à des menaces existentielles pour leur vie et leurs biens en raison de leur appartenance à des communautés particulières ou de leur adhésion à des pratiques ou croyances particulières. La perpétuation de ces crises a eu un impact sur l'Europe, que ce soit par la création de nouveaux griefs ou de préjugés entre les différentes communautés en Europe, en discréditant les efforts internationaux de résolution des crises par la diplomatie ou en laissant prospérer les idéologies destructrices et les réseaux terroristes«.

« Je suis fière de dire que le rapport sur la situation et les tendances en matière de terrorisme dans l'UE (TE-SAT) fournit des faits vérifiés sur le terrorisme en Europe depuis 2006 - a ajouté Catherine De Bolle - ce rapport a été accepté comme une référence dans les discussions sur les politiques antiterroristes et les études universitaires européennes. J'ai le privilège de remettre au public l'édition 2019 du TE-SAT. Ce faisant, je voudrais remercier les États membres de l'UE et les tiers pour leurs contributions au TE-SAT 2018. En outre, le travail des membres du Conseil Consultatif, composé de la « troïka » (présidences du Conseil de l'UE, à savoir l'Autriche, la Roumanie et la Finlande), la France, l'Espagne, Eurojust, le Centre de Renseignement et de Situation de l'UE (INTCEN) et le Bureau du Coordinateur UE-Autriche pour le terrorisme, a été indispensable pour la version 2019 du TE-SAT«.

Une analyse des innombrables aspects intéressants du dossier nécessiterait un article complet. C'est pourquoi nous nous concentrons uniquement sur les innovations les plus significatives, ignorant délibérément la longue partie sur  la menace djihadiste en Asie et en Afrique, déjà largement attestée par  les multiples rapports de Gospa News.

Les attaques meurtrières de terroristes islamiques au cours des dernières années

Avec la défaite de l'EI en Irak et en Syrie, « le nombre de combattants terroristes étrangers européens voyageant ou essayant de se rendre dans des zones de conflit a été très faible » mais l'objectif des réseaux djihadistes est désormais dans l'UE : « ils ont été orientés vers la réalisation d'activités dans l'Union Européenne«.

Le nombre et le type d'attentats terroristes (déjoués ou perpétrés) au cours des dernières années

« En 2018, tous les décès dus au terrorisme étaient le résultat d'attaques djihadistes : 13 personnes ont perdu la vie. En outre, 46 personnes ont été blessées lors d'attaques djihadistes. Il s'agit d'une baisse considérable par rapport à 2017, année où dix attentats avaient fait 62 victimes«.

Cela souligne le résumé du dossier, notant que dans les États membres de l'UE il y a eu jusqu'à 16 attaques déjouées et 7 perpétrées :

« Un fait qui indique à la fois la poursuite d'une forte activité terroriste mais illustre l'efficacité des efforts de lutte contre le terrorisme«.

Tous les attentats terroristes djihadistes ont été commis par des personnes qui ont agi seules pour frapper des symboles d'autorité, mais souvent « le mobile de l'auteur et ses liens avec d'autres individus ou groupes radicalisés n'étaient pas clairs«. Les armes à feu et les couteaux étaient les outils utilisés pour dénoter une « sophistication diminuée dans la préparation et l'exécution d'attaques terroristes » qui a fait « moins de victimes«.

La menace d'Al-Qaïda et l'utilisation d'engins explosifs improvisés

« Il y a aussi eu une augmentation de l'utilisation de mélanges pyrotechniques pour produire des engins explosifs improvisés (EEI) dans des complots djihadistes. Trois complots terroristes utilisant des matières CBRN (chimiques, biologiques, radioactives ou nucléaires)«.

Après la défaite de l'EI en Syrie, le dernier bastion de Baghouz vaincu par des milices kurdes des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), il y a eu un déclin des affiliés en dehors de l'Union Européenne mais cela ne devrait pas susciter trop d'optimisme. Europol estime qu'il est « susceptible d'être remplacé par des efforts accrus d'Al-Qaïda pour reprendre le pouvoir et l'influence dans la région. La stratégie d'Al-Qaïda repose sur la construction d'alliances avec les tribus locales tout en exploitant les doléances politiques aux niveaux local et international, notamment en Europe«.

Des événements comme  le massacre dans les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, perpétré par Brenton Tarrant, d'origine israélienne et formé par l'EI et le Mossad comme l'a rapporté Gospa News, et  les massacres de Pâques dans les églises chrétiennes du Sri Lanka, planifiés par un imam instruit par l'EI en Syrie, constituent un phénomène idéal pour créer cette stratégie de terrorisme capable de propager un extrémisme en pleine expansion et justifier un Islam radical et ses antagonistes.

La propagande de l'État Islamique sur le web et l'intronisation des mineurs

« La défaite militaire de l'EI en Irak et en Syrie a eu un impact significatif sur la fonctionnalité numérique du groupe » et « la cohérence narrative a été compromise par l'incapacité d'unifier ses positions idéologiques internes. Cependant, l'EI a réussi à maintenir une présence en ligne en grande partie grâce à des réseaux non officiels de sympathisants et de la presse. Tant l'EI qu'Al-Qaïda ont continué à chercher de nouveaux supports en ligne pour leur propagande«.

Mais si l'utilisation des plates-formes technologiques et de l'open source s'est développée comme moyen de communication cryptée, les capacités d'attaque informatique du groupe sont restées rudimentaires.

Un terroriste avec un drapeau de l'EI

Dans le cas contraire, le risque de prosélytisme radical reste élevé :

« Il existe un risque permanent que des personnes ayant des antécédents criminels, notamment les personnes actuellement emprisonnées, soient vulnérables à l'endoctrinement et puissent se livrer au terrorisme«.

Alors que le nombre de combattants terroristes étrangers et de combattants européens au Moyen-Orient, a considérablement diminué :

« Plutôt que de tenter le voyage dans la zone de conflit, les réseaux djihadistes des États membres de l'UE se sont concentrés sur la réalisation d'activités dans l'Union Européenne, en ligne et hors ligne«.

Le nombre de personnes retournant dans l'UE est resté très faible : des centaines de citoyens européens sont toujours détenus en Irak et en Syrie. Tous les hommes et certaines femmes se préparent à recevoir un entraînement aux armes, voire à acquérir de l'expérience au combat.

« Bien que les enfants soient essentiellement des victimes, les membres de l'UE craignent qu'ils n'aient été endoctrinés et formés dans d'anciens territoires de la société de l'information, ce qui pourrait constituer une menace potentielle dans l'avenir. L'utilisation abusive des flux migratoires par les terroristes pour entrer dans l'UE ne semble pas systématique«.

Mais même si le dossier d'Europol n'est pas encore définitivement reconnu, l'urgence est certaine.

Le terrorisme ethno-nationaliste en Irlande du Nord

Comment se confirme l'alerte sur les menaces terroristes ethno-nationalistes. Si en 2018, aucune attaque terroriste n'a été attribuée au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), confirmant que la menace était en réponse aux persécutions de Saddam Hussein des Kurdes en Irak et en Turquie, où le Parti Démocratique des Peuples (HDP) est entré pour la première fois au Parlement en 2018, les tensions restent élevées en Irlande du Nord et en Espagne pour les partis séparatistes.

Attentats terroristes (déjoués et perpétrés) et arrestations en 2018 en Europe

« En 2018, les groupes de dissidents républicains (DR) ont continué de représenter une menace importante pour la sécurité de l'Irlande du Nord, a rapporté Europol. La menace est principalement représentée par la New Irish Republican Army (NIRA), la Irish Republican Continuity Army (CIRA), Arm na Poblachta (ANP, Armée de la République) et Óglaigh na Hireann (ONH, Guerriers d'Irlande) qui sont répartis en deux groupes«.

Les attaques visent presque toujours la police britannique et ont été menées avec des cocktails molotov, des explosifs et des armes à feu par des individus liés au crime organisé.

En Espagne, cependant, la menace terroriste de l'année dernière est restée très contenue après que l'ETA Euskadi Ta Askatasuna (Patrie et Liberté basques) a suspendu les attaques depuis 2009, annonçant le démantèlement du réseau en mai 2018. Les seuls épisodes de violence, des attaques contre les infrastructures publiques de communication ou de transport, ont eu lieu par quelques extrémistes de cette organisation qui ont fusionné avec le groupe Ernai, lié aux partis basques d'extrême gauche. Mais ils n'ont pas causé de dégâts ou de pertes graves.

Seule l'extrême gauche, comme mentionné au début, reste l'une des composantes terroristes les plus actives en Europe, bien que les réminiscences de la période nazie incitent la politique et la police à souligner les préoccupations relatives à la menace de droite. Ce n'est rien d'autre que la conséquence de la propagande habituelle des médias grand public, largement soutenue par des éditeurs démocratiques comme le groupe Gedi en Italie, propriété de la sociéte de Carlo De Benedetti, numéro un du Parti Démocrate italien.

Source :  EUROPOL TERRORISM DOSSIER: JIHADIST NIGHTMARE IN EU

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Proposer une solution