18/07/2019 reseauinternational.net  7 min #159322

La Turquie n'est pas découragée par la menace de sanctions américaines

par M.K. Bhadrakumar.

La perte d'Istanbul au profit d'un candidat de l'opposition lors des récentes élections locales en Turquie a été soulignée par de nombreux commentateurs américains,  en particulier des analystes pro-israéliens, comme marquant la fin des 17 années de domination du Président Recep Erdogan dans la politique du pays depuis sa victoire éclatante lors des élections générales en 2002.

L'ordre du jour principal derrière les prédictions apocalyptiques et la « guerre psychologique » était de secouer Erdogan, de l'adoucir et de le forcer à abandonner sa politique résolument antisioniste et son soutien ouvert à la cause palestinienne, sa proximité avec la Président russe Vladimir Poutine - globalement, ses politiques étrangères indépendantes. En particulier, Washington a ciblé la décision de Erdogan d'acheter le système de missiles S-400 à la Russie.

Cependant, Erdogan a surpris les États-Unis en signant l'accord S-400, défiant ouvertement la menace de sanctions. La livraison du missile a commencé il y a cinq jours et presque tous les jours,  des avions de transport militaires russes atterrissent à Ankara pour transporter des chargements liés au système ABM S-400.

De plus, Erdogan fait un doigt aux Américains en annonçant que le président Trump lui a dit dans une conversation privée à Osaka, en marge du récent sommet du G20, qu'il n'y aurait pas de sanctions, quoi qu'en disent les responsables américains.

Selon Bloomberg, l'équipe de Trump s'est mise d'accord sur un lot de sanctions et prévoit de l'annoncer plus tard cette semaine dès que Trump l'aura approuvé. D'autre part, Erdogan a déclaré dimanche que Trump a l'autorité de renoncer aux sanctions contre la Turquie et « puisque c'est le cas, c'est à Trump de trouver le juste milieu«.

Mais le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré fermement au Washington Post dans une interview publiée dimanche dernier :

« La loi exige qu'il y ait des sanctions et je suis convaincu que nous nous conformerons à la loi et que le président Trump s'y conformera«.

On dirait que Erdogan joue à la poule mouillée. Il a révélé le week-end dernier que le système russe ne sera déployé et prêt qu'en avril de l'année prochaine. Dans le même temps, il a également évoqué la possibilité d'une « coproduction » du système russe en Turquie. Selon lui :

« Les S-400 sont le système de défense le plus puissant contre ceux qui veulent attaquer notre pays. Si Dieu le veut, nous le faisons en tant qu'investissement conjoint avec la Russie, et nous continuerons à le faire«.

Certes, Erdogan n'a pas l'air effrayé par la défaite du candidat de son parti aux élections municipales d'Istanbul. Il n'est pas perturbé par la propagande des médias et des think tankers américains contre lui. Son comportement ne donne pas non plus l'impression qu'il est en fuite.

Tous facteurs confondus, il n'est pas exclu que  Trump renonce ou reporte les sanctions contre la Turquie, un pays où le Président américain a des intérêts commerciaux importants. Ce que l'on peut prédire avec certitude, c'est que Erdogan réagira fortement à toute sanction américaine.

La Turquie renforce ses troupes dans la province de Hatai, adjacente à la frontière syrienne, selon l'agence de presse Anadolu

Erdogan a plusieurs options sur la table - allant de l'expulsion de l'armée américaine de ses bases en Turquie (ce qui impliquera bien sûr le retrait des 60 bombes nucléaires) au lancement des opérations militaires dont on parle beaucoup contre les milices kurdes dans le nord de la Syrie.

Dans ce dernier cas, si la Turquie décime les combattants kurdes, les États-Unis n'auront plus d'alliés en Syrie et toute forme de présence militaire américaine dans la région de l'Euphrate deviendra difficile à maintenir. Bien entendu, cela portera très gravement atteinte aux intérêts israéliens.  Le Pentagone est déjà nerveux.

Tout porte à croire que Erdogan a pris la décision stratégique que l'avenir de la Turquie réside dans l'intégration eurasienne et que le combat actuel est un jeu d'ombre. Sa récente rencontre avec le Président chinois Xi Jinping peu après le sommet du G20 à Osaka -  et à Pékin - et son ferme soutien aux politiques chinoises sur le problème ouïghour ne peuvent être considérés que comme un geste délibéré et bien calculé pour s'assurer qu'il n'y a aucune contradiction dans la gravitation de la Turquie à l'Est.

En particulier, Erdogan visualise que l'Initiative Ceinture et Route chinoise représente l'alternative dont il a besoin pour relancer l'économie turque et résister à la pression occidentale. Le tabloïd du Parti Communiste Chinois, le Global Times a commenté que la rencontre de Erdogan avec les dirigeants chinois a marqué un consensus politique entre la Chine et la Turquie sur un niveau de compréhension plus profond.

« La politique de la Chine à l'égard du Xinjiang fait partie de ses affaires intérieures qu'aucun autre pays n'a le droit d'entraver. Les remarques d'Erdogan sur la question du Xinjiang sont la prémisse et la garantie d'un renforcement de la coopération bilatérale«.
Le Président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le Président chinois Xi Jinping réagissent alors que les écoliers agitent les drapeaux chinois et turcs, Beijing, 2 juillet 2019

Dans  un éditorial paru dans le Global Times à la veille de son arrivée à Pékin, Erdogan a déclaré :

« La Turquie partage la vision de la Chine lorsqu'il s'agit de servir la paix mondiale, de préserver la sécurité et la stabilité mondiales, de promouvoir le multilatéralisme et de défendre le principe du libre-échange. Le monde cherche aujourd'hui un nouvel équilibre multipolaire. La nécessité d'un nouvel ordre international, qui servira les intérêts de l'humanité tout entière, est évidente. La Turquie et la Chine, les civilisations les plus anciennes du monde, ont la responsabilité de contribuer à la construction de ce nouveau système«.

Il est clair que Erdogan ne se soucie plus des sanctions américaines. Lisez un commentaire de Xinhua intitulé «  La visite d'Erdogan, signe de l'alignement des intérêts turco-chinois : les experts«.

 M.K. Bhadrakumar

Source :  Turkey undeterred by US sanctions threat

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Référencé par : 1 article