La Chine va-t-elle attaquer Hong Kong?

16-08-2019 reseauinternational.net 3 min #160419

Des unités militaires de l'armée chinoise se sont déployées dans la ville portuaire de Shenzhen, le point le plus proche de la frontière de Hong Kong dans le but, selon les observateurs, d'envoyer un message aux protestataires à Hong Kong.

Des sources chinoises ont également annoncé que des éléments en uniforme de la Police armée du peuple (PAP) équipés de boucliers antiémeute et de matraques ainsi que de nombreux véhicules semi-militarisés sont positionnés en état d'alerte à la frontière.

Le PAP est une force paramilitaire composée de 1,5 million d'hommes que le gouvernement déploie régulièrement pour apaiser les manifestations à l'intérieur de ses frontières. Il est placé sous le commandement de la commission militaire centrale chinoise, présidée par le président chinois, Xi Jinping.

Depuis quelques semaines, Hong Kong est la scène d'émeutes de rue. Les protestations à Hong Kong ont éclaté après l'extradition d'un accusé à la Chine mais les protestataires ont changé de cap, souhaitant désormais une autorité autonome et la destitution effective de la cheffe du gouvernement pro-pékin, Carrie Lam. Auparavant, la Chine avait averti qu'en cas de poursuite des manifestations, Hong Kong se confrontera à la pire situation jamais connue et il pourra perdre son statut de centre économique de l'Asie.

Hier, Pékin a interdit à deux navires de guerre américains de faire escale au port de Hong Kong.

Pékin a en effet interdit à de deux navires de guerre de la marine américaine d'ancrer dans le port de Hongkong. Le USS Green Bay, un navire amphibie de débarquement, devait faire escale à Hongkong samedi alors que le croiseur à missile guidé USS Lake Erie prévoyait une escale au port le mois prochain, a annoncé le commandant Nate Christensen, porte-parole adjoint de la Flotte du Pacifique des États-Unis, dans un rapport.

« Le gouvernement chinois a rejeté les demandes des deux navires d'accoster dans le port de Hongkong », a déclaré Christensen.

Pékin accuse l'Occident et les États-Unis de soutenir les protestataires à Hongkong. Au début du mois, Pékin a demandé aux diplomates américains basés à Hong Kong de « cesser de s'immiscer » dans les affaires de la région, après des informations selon lesquelles ils auraient rencontré des militants « pro-démocrates ».

Les manifestations dans l'ancienne colonie britannique semi-autonome de Hong Kong se sont intensifiées, les manifestants bloquant et paralysant l'aéroport mardi dernier.

source: parstoday.com

 reseauinternational.net

 Commenter