Routes de la soie : Du rêve au cauchemar... Par Guillaume Berlat

08-09-2019 les-crises.fr 22 min #161354

Source :  Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 05-08-2019

« Demain la Chine dominera le monde : ni rien ni personne ne pourra lui barrer la route » (citation d'un internaute, Franck Ntasamara, 1975). Maintenant que la Chine s'est éveillée et que l'empire du Milieu vient à notre rencontre, sommes-nous prêts à l'accueillir ? Et dans l'affirmative, à quelles conditions : soumission ou réciprocité ? Le projet pharaonique chinois dit des « Routes de la soie » (« Belt and Road Initiative ou BRI) est aujourd'hui particulièrement bien documenté par une kyrielle d'experts reconnus. Il traduit clairement la volonté chinoise de transformer sa puissance économique en puissance militaire et diplomatique. Jour après jour, nous découvrons les dernières ramifications de la toile que tisse méthodiquement Pékin en Asie1, en Europe de 2000 à 208, Pékin a investi 55 milliards de dollars aux Royaume-Uni, deux fois plus qu'en Allemagne et en France)2, au Moyen-Orient et en Afrique. Projets d'infrastructures gigantesques que le monde découvre avec effarement. Seuls les Chinois semblent capables de relever pareils défis technologiques et financiers. Mais aussi stratégiques : diluer les règles du jeu européennes, instaurer un « nouveau type de relations internationales », engagement dans un « plan d'action postalliance » basé du de nouveaux « partenariats » avec de « nouveaux amis ». Toutes choses qui pourraient conduire à une « nouvelle polarisation du monde », « repolarisation floue ».

Souvenons-nous, en lieu et place de céder à la tentation de la surprise stratégique, que « l'éternité est faite de trois dimensions, celle du passé, celle du présent, celle de l'avenir ». Et, c'est bien dans ce contexte spatio-temporel qu'il importe de replacer le projet déjà bien avancé des « Routes de la soie », un projet stratégique (« il faut avoir les yeux ouverts : la Chine est un concurrent, pas un partenaire », Michael Fallon, ancien ministre britannique de la Défense). « Les Chinois préfèrent devenir de plus en plus forts, si forts que leur adversaire renoncera à les affronter » souligne l'expert des questions stratégiques, Graham Allison ! Et, pourquoi pas de se livrer à un exercice ambitieux de prospective qui frise la politique fiction ? En faisant preuve d'imagination débridée - confessons-le -, l'on pourrait le comparer à une valse à trois temps, à une histoire d'amour (de désamour) à trois temps. Lançons-nous dans cet exercice incongru dans cette période de pensée cadenassée et aseptisée ! Nous passerons successivement du temps de l'admiration à celui de la soumission avant de parvenir à celui de la répulsion qui peut parfois conduire au divorce le plus sordide dans lequel tous les coups même les plus bas sont permis.

LE TEMPS DE L'ADMIRATION SANS BORNES

Avec l'Empire du milieu, le rêve chinois de déverser ses bienfaits économiques sur tous les États se situant sur les fameuses « Routes de la Soie », devient au fil des ans, et comme par un coup de baguette magique, une réalité tangible. Il prend corps.

Le rêve chinois : un idéal généreux

Que n'a-t-on entendu au cours des dernières années de sympathique, de lyrique, de désintéressé3, sur ce projet de « Routes de la Soie » ! Il avait un goût d'Orient compliqué, d'orientalisme, de Route des Indes, d'épices de soieries dont on fait les plus beaux carrés de la célèbre Maison de la Rue du Faubourg Saint-Honoré, Hermès ! De quoi faire vibrer la corde sensible des amoureux de l'Empire du Milieu. Grâce à ses ressources financières colossales, ses succès technologiques, sa magnificence et sa munificence, la Chine allait aider les pays dans l'embarras (et ils sont nombreux) à disposer d'infrastructures dernier cri leur permettant d'être entièrement branché sur le circuit de la mondialisation heureuse. Et au passage de profiter de tous les bienfaits de la civilisation « Made in China ». Une version romancée et romantique du « new Deal », un plan Marshall pour nécessiteux, pour paniers percés. Il suffit de demander pour obtenir immédiatement une remise à niveau de ses ports en déshérence, de ses chemins de fer désuets, de ses aéroports peu rentables, de ses bases maritimes inadaptées aux défis du monde ouvert. Tout y passe. Rien n'est délaissé tant le Chinois est méticuleux et prêt à tout pour contribuer au bonheur des peuples délaissés, des damnés de la terre.

La réalité chinoise : un dessein intéressé

Avec Pékin, c'est le Père Noël tous les jours. Rien n'est trop beau pour lui. Que de prouesses technologiques jalonnent cette aventure désintéressée, altruiste car venant de Chine et non d'affreux pays capitalistes et colonialistes tentés par le gain et la domination. Avec les Chinois, rien de tout cela. Pékin vient vers vous pour guérir tous vos maux. C'est bien connu, la médecine chinoise fait des miracles mais sans les effets secondaires de la pharmacopée allopathique. Tels sont les bienfaits reconnus universellement des médecines douces ! Et, comme cela était largement prévisible, nombreux sont les patients à confier leur santé au bon Docteur Xi Jinping4 et à tous ses collaborateurs. C'est une authentique histoire d'amour qui n'a rien à voir avec la morgue de l'Oncle Sam (ce voyou de Donald Trump5) qui vous met en coupe réglée pour prix de votre soumission stratégique. Les idiots utiles de l'OTAN sont bien payés pour le savoir. Ne voilà-t-il pas que ce grossier personnage ose réclamer son obole à ses alliés sous le vocable barbare de « partage du fardeau » ! Rien de tout cela avec la puissance bienfaitrice chinoise6 qui ne pense qu'au bien-être des peuples égarés. Rien de comparable entre le « hard power » (le bâton) de Washington et le « soft power » (la carotte de Pékin). Avec les Chinois, c'est comme entre Carla et Nicolas, c'est du sérieux. Pas une amourette sans lendemain ! Mais, l'amour est d'autant plus durable qu'il est concerté et consenti, non imposé et subi. Or, dans le sujet qui fait l'objet de toutes nos attentions, nous serions plutôt dans la seconde branche de l'alternative. Contrairement à ce que pensent certains Candide, nous ne sommes pas dans le monde des bisounours, mais dans celui des monstres froids qui défendent, d'abord et avant tout, leurs intérêts bien compris.

C'est qu'à trop dépendre de son bienfaiteur, vieille règle que nous enseigne l'expérience, on aliène petit à petit son autonomie, son indépendance si chèrement conquise pour se retrouver dans les mains de son créancier avec une marge de discussion réduite. Telle est l'une des leçons de l'Histoire ! Le banquier n'a pas pour qualité le désintéressement.

LE TEMPS DE LA SOUMISSION SANS RETENUE

Après le temps béni de l'idéalisme vient immanquablement le temps honni du réalisme avec son cortège de mesquineries, d'humiliations de toutes sortes qui rend le projet des « Routes de la Soie » de moins en moins sympathique pour ses bénéficiaires médusés ! La désillusion fait rapidement place à l'illusion candide.

« I want my money back » : un juste retour

Avec la Chine comme avec ses créanciers (les banquiers qui voient rouge lorsque votre compte passe au rouge), l'histoire d'amour se transforme vite en vulgaire histoire de gros sous. C'est que Pékin entend tirer le meilleur parti de ses atouts pour prendre toute sa place dans le système multilatéral délaissé par l'Oncle Donald et son acolyte John Bolton7. C'est que Pékin entend, plus prosaïquement tirer les marrons du feu de ses investissements dans les pays qui ont la chance de se trouver sur le tracé des « Routes de la Soie ». Peut-être, suggèrent-ils, mezzo voce, une douce rengaine qui pourrait se résumer ainsi : ne faudrait-il pas commencer à rembourser les intérêts de la dette avant le capital pour demeurer de bons amis ! Si tel ne pouvait pas être le cas - les bénéficiaires de la manne chinoise sont par nature fauchés comme les blés -, il faudrait penser à d'autres solutions moins élégantes. Nous ne sommes pas au Club de Paris où l'on rééchelonne les dettes, de facto on annule - les dettes des mauvais payeurs pour leur donner une bouffée d'oxygène salutaire afin de leur éviter la noyade par asphyxie. À Pékin, un sou est un sou et la fourmi n'est pas philanthrope, n'est pas prêteuse à croire Jean de la Fontaine. Et, les Chinois connaissent mieux les grands classiques de l'Occident que nous possédons les grandes figures de l'Orient. En particulier, un écrivain français qui a pour nom, Etienne de la Boétie, auteur d'un excellent traité qui a pour titre Discours de la servitude volontaire (1548). Il y professe que les peuples sont responsables de leur mise sous tutelle. Ce terme rappelle étrangement celui des Territoires sous Tutelle de quelques grands à l'époque de la Société des Nations (SDN) à qui a succédé l'ONU. Et, Pékin de proposer de prendre possession directement de la marche des infrastructures, d'en recevoir la manne pour se rétribuer. Voire même le cas échéant de mettre son nez dans le fonctionnement de l'État en délicatesse avec lui. C'est qu'en politique la comptabilité remplace les bons sentiments.

Vers une forme d'impérialisme chinois ? : une option envisageable

Que nous les voulions ou non, nous sommes aujourd'hui confrontés à une sorte d'ingérence de type colonial à la sauce chinoise. Une sorte de soumission librement consentie par l'un de deux membres du couple pour continuer, bon gré malgré, à être aimé de son bien aimé. Mais, il en va de la soumission comme des roses, elle ne dure qu'un temps. De la soumission à la répulsion - qui peut parfois prendre la forme de la révolution -, il n'y a souvent qu'un pas à franchir. Si ce n'est bien évidemment qu'une hypothèse d'école, à ce jour du moins, elle ne doit pas être pour autant écartée pour de simples raisons d'a priori par nos dirigeants peu clairvoyants et nos stratèges d'opérette. Gouverner, n'est-ce pas prévoir... et surtout l'imprévisible pour tenter de s'en prémunir autant que faire se peut de toutes éventualités ? Ce que nous avons trop tendance à perdre de vue alors même que la décennie écoulée fut riche d'expériences, le plus souvent mauvaises (Cf. les mal nommés « printemps rabes » et les fantasmes auxquels ils donnèrent lieu sur l'implantation pérenne de la démocratie dans les pays occidentaux). Surtout lorsque l'on sait que la Chine veut modifier l'ordre international à son avantage8 (elle investit massivement à l'ONU, profitant du vide laissé par Washington9) et que seuls les États-Unis leur tiennent tête, sanctions commerciales à la clé (Cf. le bras de fer actuel entre les deux concurrents dont les négociations bilatérales en cours n'ont pas eu raison)10. Certains évoquent l'idée d'une guerre froide technologique (Cf. le contentieux majeur au sujet du géant chinois des télécommunications qui a pour nom Huawei)11. Les instituts Confucius désormais sont perçus avec suspicion12. Les achats de vignoble et autres joyaux du patrimoine français suscitent désormais quelques réactions de rejet face à un corps étranger.

Comme dans l'histoire de nombreux couples, après le temps de l'amour fou, aveugle, vient celui de la routine moins romantique, voire le temps des querelles mesquines, de la séparation, du divorce plus ou moins pacifique avec lourdes pénalités à l'appui. Ce qui vaut pour les relations humaines vaut également pour les relations entre États.

LE TEMPS DE LA RÉPULSION SANS LIMITES

L'histoire du XXe siècle nous apprend que le réveil des peuples est souvent annonciateur de changements, de bouleversements inattendus qui peuvent conduire à des phénomènes paroxystiques incontrôlés surtout lorsque les comptables prennent le pas sur les politiques. L'on connait trop bien les aléas de la réponse du faible au fort, en particulier en Afrique et au Proche et au Moyen-Orient.

Le réveil des peuples : un classique de l'Histoire

Et c'est là que nous abordons - sans le moindre complexe et la moindre retenue - le temps de la prospective, de la science-fiction la plus pure pour envisager l'avenir des « Routes de la Soie » dans sa version la moins rose et lyrique qui soit. Toute médaille a son revers. La Chine fait peur13. Il arrive que les peuples humiliés se cabrent. Il y a des choses qui se racontent mal, et l'humiliation en est une. Rappelons, et les Occidentaux sont particulièrement bien placés pour le savoir, que l'on arrive souvent en terre étrangère comme libérateur (Irak, Afghanistan, Mali...) et que l'on en repart pour puissance occupante plus vite qu'on l'avait envisagé, parfois sous la pression d'un terrorisme rampant mais non moins meurtrier. Comme le souligne Pierre de Villiers, « en vingt ans nous avons perdu toutes les paix ». C'est que le monde a bien évolué au cours de la dernière décennie. « Le terrorisme vise à créer des amalgames et à fédérer des sensibilités différentes, en s'appuyant sur des sympathies, un sentiment d'humiliation, de rejet » (Dominique de Villepin, Le Figaro, 20 janvier 2015). Avons-nous tiré toutes les conclusions de ces changements de paradigme ? La réponse se trouve à l'évidence dans la question.

C'est qu'aujourd'hui, les « Routes de la Soie » soulèvent déjà quelques interrogations qui font figure de ce que la communauté du renseignement qualifie de « signaux faibles »14. Accusé d'entraîner l'Afrique dans « le piège de la dette », le ministre chinois des Affaires étrangères s'en défend (Forum de la coopération sino-africaine, 25 juin 2019), mettant en avant que Pékin soutient prioritairement des projets de développement durable sur ce continent. Ces propos reprennent mot pour mot ceux du président Xi Jinping15 lors du sommet Chine-Afrique en décembre 201816. Le chef de la diplomatie chinoise répondait indirectement aux critiques formulées récemment par le secrétaire d'État adjoint américain pour l'Afrique accusant Pékin de visées anticolonialistes et de mettre à genoux certains pays africains. Il se montrait disposé à faire un geste pour échapper aux critiques américaines. De là à ce que ces critiques soient reprises par certains gouvernements africains financièrement aux abois sous la pression du FMI, il n'y a qu'un pas. Qui sait, un sentiment antichinois pourrait progressivement se développer et prendre des formes diverses, y compris en Occident17 ! La câlinothérapie ne s'avère pas toujours suffisante pour calmer les inquiétudes grandissantes des investisseurs18.

La réponse du faible au fort : un classique de la stratégie

Dans ce domaine, l'imagination n'a pas de limites. Telle est la dure réalité de la guerre dite asymétrique, la réponse du faible au fort. On pourrait penser à quelques expulsions de nationaux chinois, d'enlèvements de ressortissants chinois avec libération conditionnée par le versement de coquettes rançons, d'assassinats ciblés (ce que les hommes de la force « Barkhane » connaissent parfaitement), de tueries à plus grande échelle, de nationalisations des biens chinois sans contrepartie... Dans ce domaine l'imagination n'a pas de limites. Le pire est toujours possible. L'Histoire des décennies passées est très instructive pour celui qui accepte d'en tirer les leçons même si comparaison n'est pas toujours raison. Il s'agit bien évidemment d'hypothèses extrêmes qui pourraient ne jamais survenir comme elles le pourraient aussi bien. La politique n'est-elle pas l'art de se préparer au pire et non d'attendre les bras croisés qu'il se produise ? Surtout lorsque le différend sino-américain n'a jamais été aussi profond, monopolisant une partie des débats du récent G20 d'Osaka (28-29 juin 2019)19 et que la situation à Hongkong commence à lasser Pékin qui estime que la parenthèse/plaisanterie démocratique n'a que trop durer (la Chine accuse les États-Unis de « saper la stabilité »)20. Gustave Flaubert nous donne un judicieux conseil : « Médite donc plus avant d'écrire et attache-toi au mot ». Or, de nos jours, sous la pression du temps, de l'immédiateté de la réaction, nous avons trop tendance à perdre le sens précis des mots. Car, comme nous le rappelle Albert Camus : « mal nommer les choses, c'est ajouter aux malheurs du monde » ! Accepterons-nous de bien les nommer, contrairement à l'habitude ?

L'angélisme est une plaie en ces temps conflictuels. Le futurible, c'est la part du futur que l'homme possède le pouvoir de créer. Et c'est bien de cela dont il s'agit aujourd'hui pour une Chine qui apparait comme une magistrale stratège de l'ambiguïté. « Elle est passé maître dans l'art de... dérouter »21. Pour la Chine laborieuse, la difficulté de l'effort - celui de la mise en place de son projet de « Routes de la Soie » - est le signe qu'il en vaut la peine à la condition expresse qu'il soit payé de retour. La Chine affiche clairement ses ambitions22 et ambitions il y a23. Les Chinois négligent ni la dimension diachronique, ni la dimension synchronique dans leur approche de l'Histoire. Il faut le leur reconnaitre volontiers cette immense qualité. Pour ce qui les concerne, les pays d'accueil des projets d'infrastructure des « Routes de la Soie » ne devraient pas perdre de vue que les puissants n'accordent leurs faveurs et leur amitié protectrice qu'en échange de la servitude. Et quel prix sont-ils disposés à supporter en échange de cette servitude volontaire (« L'homme est une prison où l'esprit reste libre », Victor Hugo) ?

« Regarde au loin ». Tel est le conseil que nous prodigue le philosophe Alain. Là est la question fondamentale que ne manquera pas de soulever dans les années à venir le projet ambitieux chinois. Souvenons-nous que les mots - abstraits par essence - restent toujours moins parlants que les impressions de terrain - concrètes par nature-, telle est la réalité de notre monde. « L'enfer, c'est là où il n'y a pas de pourquoi » (Primo Levi, 1947). Et c'est bien la question du pourquoi qui est au centre le problématique des « Routes de la Soie ». Où vont-elles conduire la Chine et les nombreux récipiendaires de ses mannes dans les années à venir ? Les antagonismes l'emporteront-ils sur les connivences ? Certains signaux ténus sont parfois plus éclairants que la lumière vive. Ce qui nous rappelle, « qu'au fond, l'essence de la diplomatie, c'est la compréhension de l'autre »24. Les Chinois ne devraient pas oublier que dans la vie internationale, le cauchemar peut souvent faire place au rêve et cela plus vite qu'on peut l'imaginer !

Guillaume Berlat
5 août 2019


1 Brice Pedroletti, L'expansionnisme militaire chinois trouve un appui au Cambodge, Le Monde, 26 juillet 2019, p. 5.
2 Éric Albert, À Londres, la tentation chinoise, Le Monde, Économie & Entreprise, 10 juillet 2019, p. 16.
3 Renaud Girard, La Chine ne dominera jamais l'Asie, Le Figaro, 21 mai 2019, p. 19.
4 Frédéric Lemaître/Brice Pedroletti, Xi jinping, le nouveau timonier, Le Monde, 30 juillet 2019, pp. 18-19.
5 François Bonnet, Donald le voyou menace le monde,  www.mediapart.fr, 25 juin 2019.
6 Frédéric Schaeffer, La Chine affirme ses ambitions de puissance militaire, Les Échos, 25 juillet 2019, p. 5.
7 Cyril Pluyette, Comment, pas à pas, la Chine étend son influence à l'ONU, Le Figaro, 25 juin 2019, p. 17.
8 Jean-Pierre Cabestan, « La Chine veut modifier l'ordre international à son avantage », le Monde, 2-3 juin 2019, p. 20.
9 Collectif de journalistes, Chine. À l'assaut des Nations Unies, Le Monde, 2-3 juin 2019, pp. 18-19.
10 Frédéric Lemaître, États-Unis-Chine : plus qu'un conflit douanier, Le Monde, Économie & Entreprise, 12-13 mai 2019, p 13.
11 Arnaud Leparmentier/Simon Leplâtre, Entre la Chine et les États-Unis, une guerre froide technologique, Le Monde, Économie & Entreprise, 22 mai 2019, p. 14.
12 François Bougon, Les Instituts Confucius inquiètent les États-Unis, Le Monde, 4 mai 2019, p. 27.
13 Alain Frachon, La Chine nous fait peur, Le Monde, 22 février 2019, p. 21.
14 Marie de Vergès, Routes de la soie : la défiance grandit en Asie, Le Monde, Économie & Entreprise, 27 février 2019, p. 14.
15 François Bougon/Frédéric Lemaître, Au nom du père et du Parti, Le Monde, 31 juillet 2019, pp. 18-19.
16 Frédéric Lemaître, Xi Jinping promet des « routes de la soie » plus transparentes, Le Monde, 27 avril 2019, p. 6.
17 Cécile Boutelet/Marie Charrel, Face à la Chine et aux États-Unis, l'industrie européenne vacille, Le Monde, 6 avril 2019, p. 16.
18 Frédéric Lemaître, En conflit commercial avec les États-Unis, la Chine veut rassurer les investisseurs étrangers, Le Monde, 17-18 mars 2019, p. 13.
19 Brice Pedroletti/Arnaud Leparmentier, Trump en position de force face à Xi au G20, Le Monde, 28 juin 2019, p. 20.
20 Simon Leplâtre, Pékin excédé par la révolte de Hongkong, Le Monde, 26 juillet 2019, p. 5.
21 Brice Pedroletti, La Chine magistrale stratège de l'ambiguïté, Le Monde, 27 mars 2019, p. 16.
22 Éditorial, La Chine affiche ses ambitions, Le Monde, 10-11 mars 2019, p. 28.
23 Éditorial, Xi Kinping, le pouvoir er l'ambition, Le Monde, 31 juillet 2019, p. 26.
24 Raoul Delcorde, Le métier de diplomate, Académie Royale de Belgique, 2018, p. 116.

Source :  Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 05-08-2019

 les-crises.fr

 Commenter