La responsabilité des évangéliques dans la destruction de l'Amazonie.

08-09-2019 histoireetsociete.wordpress.com 7 min #161356

par Bernard Tornare 6 Septembre 2019, 18:38

Messe animée par Silas Malafaia, un des leaders les plus influents de l'Assemblée de Dieu, soutien de Bolsonaro. RICARDO MORAES/REUTERS

Par Ferney Yesyd Rodríguez Vargas

Le même homme politique qui avait menacé les indigènes de l'état amazonien de Roraima et de la jungle amazonienne en disant qu'il donnerait des armes aux propriétaires terriens pour finir les réserves indigènes, a été applaudi le 20 juin dernier à Sao Paulo par des milliers d'évangéliques dans la » Marche pour Jésus «.

Il s'agit de Jair Messias Bolsonaro, un homme politique sexiste, homophobe, raciste et violent, sans amour pour la jungle amazonienne. Son succès électoral, de même que celui de Donald Trump aux Etats-Unis, n'aurait pas été possible sans le soutien décisif des évangéliques, des pentecôtistes et des charismatiques présents aux urnes.

Dans la « Marche pour Jésus », alors qu'il plissait les yeux et levait la main vers le ciel, le mari de l'évêque Sonia Hernandes disait en prière : « Nous bénissons notre président. Dieu le bénira encore plus. Les changements ont déjà commencé et le Seigneur va l'amener à la marche pour encore huit ans. Huit ans! Ce pays est en train d'être libéré de la corruption, de l'impunité et de l'immoralité ».

Les changements avaient commencé, mais pour le pire. Le président célébré par les évangéliques avait déjà montré sa disposition destructrice avant d'être élu président. Lorsqu'il était sénateur, il a averti qu' »en 2019, nous allons détruire la réserve de Serra do Sol Raposa. Nous allons donner des armes à tous les propriétaires terriens ». Dans sa campagne présidentielle, Bolsonaro a proposé de réviser les limites de la réserve dans le cadre de ses efforts pour abroger l'interdiction de l'agriculture commerciale et de l'exploitation minière sur les terres autochtones. Après son élection, sa première décision en tant que président a été de transférer les décisions sur les terres autochtones au ministère de l'Agriculture, qui est contrôlé par des représentants du secteur agricole, désireux d'élargir la frontière agricole.

Son inaction de plus de 16 jours face aux grands incendies qui ont ravagé la jungle amazonienne en août 2019 lui a sans doute valu une place dans les pages de la plus infâme histoire. Alors que le président voyait dans ces conflagrations l'occasion de bannir les Indiens indésirables et de donner plus de terres aux éleveurs de bétail et aux producteurs de soja, la planète perdait des portions importantes des forêts qui lui donnent 20% d'oxygène et contiennent 20% de l'eau douce de la planète, qui constituent un grand réservoir de carbone sous forme de biomasse et abritent une vaste biodiversité. Détruire l'Amazonie, c'est changer le régime des pluies en Amérique du Sud, faire disparaître des milliers d'espèces, détruire un puits de dioxyde de carbone et le remplacer par du bétail qui émet du méthane. En fin de compte, il accélère le changement climatique.

N'importe quel citoyen moyennement instruit aurait pu se rendre compte de l'origine environnementale de Jair Bolsonaro avant son élection, avec tant de recherches sur Internet, alors pourquoi tant de Brésiliens ont-ils voté pour lui? Il y avait plusieurs causes. Mais une partie de la réponse réside dans l'immense pouvoir exercé par les pasteurs évangéliques et pentecôtistes sur des millions de citoyens peu instruits qui croient aveuglément ce qu'on leur dit.

Après son baptême en 2016, Jair Bolsonaro est devenu un « frère dans la foi », un homme qui croit en la Bible, aux yeux de millions de Brésiliens ordinaires. Pour les pasteurs, le fait que quelqu'un prenne les drapeaux contre les droits LGBT, l'avortement et maintienne les exemptions fiscales des églises, a déjà fait de lui un homme moral, car comme nous l'avons vu, parler de « valeurs et principes » dans le droit évangélique signifie restreindre les droits sexuels et génésiques. Rien d'autre n'a d'importance.

« Pour la première fois depuis la présidence brésilienne, le nom de Dieu a été entendu avant tout. Pour la première fois depuis la présidence brésilienne, la famille a été honorée «, a déclaré Mgr Sonia. Pour une « famille honnête », cela se traduit par un chef qui dit que les garçons gays doivent être battus à mort par leurs parents pour les redresser et qu'il préfère avoir un enfant mort plutôt qu'un enfant gay, c'est l'honneur de la famille traditionnelle que les évangéliques du Brésil vantent.

Un des pasteurs qui a influencé la victoire électorale de Bolsonaro a été Edir Macedo, le multimillionnaire à la pointe de la dîme leader et chef de l'Église universelle "Pare de Sufrir". On estime que son approbation de l'extrême droite a poussé 10 millions d'évangéliques à lui donner le vote.

Aux Etats-Unis, la situation est similaire. Des millions d'évangéliques se fichent que Trump ait retiré son pays de l'Accord de Paris contre le changement climatique. En fait, beaucoup d'évangéliques considèrent que c'est presque une hérésie de croire que le réchauffement climatique a son origine dans les activités humaines, et le nient presque au même titre que la théorie de l'évolution et du Big Bang.

Dans l'hémisphère nord, les évangéliques, ayant gravi les échelons de Trump, sont aussi en partie responsables du retard dans les actions urgentes que le géant du nord doit prendre avant que le réchauffement climatique ne soit irréversiblement irréversible.

Le pasteur évangélique de Seattle Mark Driscoll a dit dans un sermon de mai 2013 que « les chrétiens n'ont pas besoin de prendre soin de l'environnement parce que Jésus reviendra pour nous. Pour sa part, en septembre 2016, le pasteur Dawlin Ureña, un républicain furieux devenu trompettiste, a agressé les environnementalistes avec ces mots : « Celui qui lit les études sérieuses sur cette fraude ne peut que conclure que le prétendu changement climatique est une des plus astucieuses combines que les socialistes ont inventées pour redistribuer la richesse.

Apparemment, les croyances sur la fin du monde, les signes d'une seconde venue et tout cet univers fantastique de croyances prophétiques obscurcissent la raison des pentecôtistes et ne leur permettent pas de réaliser la réalité et l'urgence de la protection environnementale.

En Colombie, le panorama n'est pas très différent. Les pasteurs évangéliques ont pour la plupart serré les rangs avec le Centre Démocratique, un parti qui n'avait pas comme priorité le soin de l'environnement. Depuis une dizaine d'années, les pasteurs soutiennent par la prière et surtout le vote les candidats qui promettent de mettre fin aux droits des homosexuels, à l'avortement et à l'euthanasie, et de maintenir leurs privilèges, même s'ils sont confrontés à des partis corrompus, pollueurs et destructeurs de forêts.

Jamais auparavant l'ignorance, l'anti-science, le fanatisme religieux et le conservatisme n'avaient été aussi unis. Pas depuis l'Inquisition. Les historiens du futur pourront regarder ce moment de l'histoire et être horrifiés par ce que l'ignorance a causé dans la société et la nature, et il y aura sans aucun doute un procès fort contre les dirigeants de la droite évangélique. Bien sûr, si nous arrivons à un futur.

Traduction Bernard Tornare

 Source en espagnol

Yesyd Rodriguez Vargas Ferney est un professeur colombien. Il est titulaire d'un diplôme en biologie.

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter