Sahara occidental occupé : 10 jeunes condamnés à des années de prison pour la manifestation du 19 juillet à El Ayoun

09-09-2019 tlaxcala-int.org 4 min #161418

 Equipe Media Sahara Media Team ايكيب ميديا

Ce 4 septembre s'est tenu à El Ayoun le procès de dix jeunes des territoires occupés, neuf Sahraouis et un Marocain.

Les policiers ont bloqué les rues menant au tribunal. Ils y ont empêché l'accès à Mohamed Dadach, président de CODAPSO, ainsi qu'à Laila Lili et Hadi Matou. Ces deux militantes des droits humains ont pu entrer dans la salle d'audience dans l'après-midi.

La salle était pleine de membres de la DGST (Direction Générale de la Surveillance du Territoire), un service de renseignement. Étaient aussi présentes les familles des prévenus, et des militants sahraouis des droits de l'homme.

Aucun observateur international n'était présent à ce procès.

Les prévenus ont été arrêtés après les manifestations qui fêtaient la victoire de l'Algérie à la Coupe d'Afrique des Nations. La répression de cette manifestation a été très dure. Une jeune fille est morte écrasée par une voiture des forces d'occupation. Nous avons diffusé des vidéos à l'opinion publique où l'on peut voir les tabassages, les coups de fusil, les camions-citernes lançant de l'eau sous pression.

Les chefs d'inculpation étaient les suivants :

Humiliation des forces de l'ordre.
Entrave à la circulation.
Dégradations de propriétés avec usage de la force.

Le procureur a mis les accusés au défi de prouver que les forces de l'ordre n'avaient pas respecté les usages civilisés et légaux dans leur intervention pour disperser les manifestations d'El Ayoun le 19 juillet.

Et la défense n'a pas bronché alors qu'elle avait des preuves -des vidéos d'Équipe Média et autres- montrant toute la répression de ce jour du 19 juillet. Au contraire, l'un des avocats a fait les louanges du roi et des forces de l'ordre « grâce auxquelles nous vivons dans un espace de paix et de stabilité ». La défense était composée de deux avocats sahraouis et de deux avocats marocains. Leur seul plaidoyer a consisté à exposer des vices de forme : la police n'a pas prévenu les familles des détenus de leur arrestation, et les avocats n'ont eu accès aux dossiers que 72 heures plus tard, c'est-à-dire le 22 juillet.

Ils ont demandé que, étant donnée la spécificité des détenus -jeunes étudiants-, de ne pas donner l'opportunité à certains partis d'exploiter le dossier pour des motifs politiques.

Le juge a demandé aux prévenus s'ils voulaient demander le pardon à la Direction Générale de la Sûreté Nationale. Les détenus ont répondu qu'ils n'avaient commis ni crime ni infraction et n'avaient donc rien à se faire pardonner.

Les prévenus ont nié tous les chefs d'inculpation et affirmé leur innocence.

Ils ont été condamnés à :

Deux ans et demi pour quatre des accusés.
Un an et demi pour trois d'entre eux.
Un an pour les trois autres.

Après le verdict, les policiers ont agressé les prisonniers avant de les menotter pour les envoyer à la Prison Noire. La réaction d'un des prisonniers a été de lancer une bouteille d'eau en direction du juge et du procureur.

Les quatre mineurs qui avaient aussi été arrêtés restent en liberté provisoire.

EM, El Ayoun, Sahara Occidental occupé

Le 04/09/2019

Courtesy of  Equipe Media/Tlaxcala
Source:  tlaxcala-int.org
Publication date of original article: 04/09/2019

 tlaxcala-int.org

 Commenter