Que pense Moscou du limogeage du «faucon» américain John Bolton ?

11-09-2019 francais.rt.com 7 min #161503

Le limogeage par Donald Trump du conseiller à la sécurité nationale néoconservateur John Bolton, connu pour ses prises de position interventionnistes, aura-t-il un impact sur la politique étrangère américaine ? La Russie n'y croit guère.

Le 10 septembre, Donald Trump a annoncé sur Twitter  avoir demandé à son conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis John Bolton de démissionner, en raison «de profonds désaccords sur nombre de ses suggestions». L'intéressé, de son côté, a tweeté : «J'ai proposé de démissionner hier soir [le 9 septembre] et le président Trump a dit : "Parlons-en demain".» En tout état de cause, le célèbre conseiller néoconservateur, connu pour ses prises de position interventionnistes sur la scène internationale, ne fait plus partie de l'entourage officiel du président américain. Un départ à même de peser sur la politique étrangère des Etats-Unis ? La Russie, en tout cas, n'affiche actuellement aucun espoir en ce sens.

Nous ne pensons pas que la présence ou la démission d'un fonctionnaire, même de haut rang, puisse avoir un impact sérieux sur la politique étrangère américaine

«Nous avons observé à plusieurs reprises dans le passé que les permutations dans l'administration américaine n'apportaient aucune amélioration. C'est pourquoi nous n'avons aucune attente», a déclaré Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, à l'agence de presse russe Ria Novosti. «Nous jugeons sur les actes, pas sur les déclarations ou les intentions. Quand nous verrons des progrès, alors nous pourrons dire que quelque chose a changé», a poursuivi le ministre russe.

🇺🇸 «J'ai informé John #Bolton hier soir que nous n'avions plus besoin de ses services à la Maison Blanche»
Le président américain Donald Trump ne cachait pas ses divergences d'opinion avec son conseiller à la sécurité nationale
➡️

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a également déclaré aux journalistes : «Nous ne pensons pas que la présence ou la démission d'un fonctionnaire, même de haut rang, puisse avoir un impact sérieux sur la politique étrangère américaine.»

John Bolton : un adepte de la confrontation sur la scène internationale

John Bolton, qui traînait la réputation de «faucon» pour sa ligne résolument néoconservatrice et interventionniste, affichait des positions particulièrement dures envers l'Iran, le Venezuela, la Corée du Nord ou encore la Russie. Sur ce dernier point, John Bolton avait, avant d'être nommé au poste de conseiller à la sécurité, fait état de positions pour le moins musclées,  qualifiant la  prétendue ingérence russe dans les élections américaines d'«acte de guerre» dans un article publié en juin 2017 sur le site du Telegraph. «Pour Trump cela devrait être une leçon hautement salutaire sur la nature du leadership russe de voir Poutine lui mentir. Et cela devrait être une []... alerte sur la place qu'accorde Moscou à l'honnêteté, que cela concerne l'ingérence électorale, la prolifération nucléaire, le contrôle des armes ou le Moyen-Orient : négociez avec la Russie à vos risques et périls»,  écrivait-il.

Donald Trump lui-même ne cachait pas ses divergences d'opinion avec John Bolton sur certains dossiers, comme lors d'une interview sur la chaîne NBC en juin 2019, lors de laquelle il avait évoqué ses conseillers très hétéroclites en politique étrangère : «J'ai deux groupes de personnes. J'ai des colombes et des faucons.» Et Donald Trump de poursuivre : «John Bolton est vraiment un faucon. Si ça ne tenait qu'à lui,  il s'en prendrait au monde entier en une seule fois

 Lire aussi : John Bolton menace l'Inde qu'il soupçonne de vouloir rompre le blocus pétrolier contre le Venezuela

 francais.rt.com

 Commenter