Les capitalistes ont peur

18-09-2019 investigaction.net 14 min #161821

18 Sep 2019
Article de :  Chris Hedges

Quand les grands patrons des États-Unis signent une charte sur la bonne gouvernance et promettent un avenir meilleur, Chris Hedges nous rappelle ce qu'est le capitalisme. C'est clair, net, précis et ça montre à quel point ces grands patrons débordent d'hypocrisie. Mais cela montre aussi à quel point ils ont peur et tentent par tous les moyens de redorer un blason qui ne fait plus illusion. (IGA)

Les capitalistes cherchent à maximiser les profits et à réduire le coût du travail. Cela résume la base du  capitalisme. Il est défini par ces objectifs immuables. Il ne s'agit pas de démocratie. Il ne s'agit pas, comme certains l'affirment, de créer de la richesse pour la classe ouvrière. Cela n'a rien à voir avec la liberté non plus. Dans les grandes entreprises en particulier, les capitalistes sont remplacés quand ils ne sont pas en mesure d'augmenter les profits et de réduire les coûts de la main-d'œuvre à coups de licenciements, de réductions salariales, de destruction des syndicats, de délocalisations, de sous-traitance ou d'automatisation des emplois. L'éthique personnelle est hors sujet. Le capitalisme est juste une histoire d'acquisition et d'exploitation.

Les capitalistes poussent le vice jusqu'à l'absurde dès lors qu'il leur faut mentir sur la vraie nature du capitalisme. Dernièrement, la  Business Roundtable a publié une nouvelle version des Principes de la bonne gouvernance d'entreprise. Le document est signé par 181 PDG très importants, notamment les directeurs d'Amazon, de General Motors et de Chevron qui, tous les trois, n'ont payé  aucun impôt fédéral sur le revenu en 2018. Cette déclaration apparait comme un double discours digne des pires régimes totalitaires du 20e siècle.

Si maximiser les profits implique de transformer les océans en zones mortes, d'emplir l'atmosphère d'émissions de carbone et de toxines qui rendent le climat invivable pour les humains, d'injecter des produits chimiques et des déchets dans le sol, l'eau, l'air et les réserves alimentaires en s'assurant ainsi que le cancer devienne épidémique; si ça implique également d'acheter des responsables élus et des juges pour servir les intérêts exclusifs du capital, de privatiser les services sociaux, y compris les soins de santé, le transport, l'éducation et tous les services publics de manière générale; si ça implique d'arnaquer le public, eh bien, c'est le prix des affaires.

Si réduire le coût de la main-d'œuvre implique de contraindre les travailleurs à rester désorganisés, si ça implique d'abolir les réglementations relatives au travail, à la santé et à la sécurité, s'il s'agit de délocaliser l'industrie dans des pays où les travailleurs triment comme des serfs du  19 e siècle, si ça implique de supprimer chez nous des salaires et de contraindre des populations appauvries à la servitude de la dette, eh bien, c'est le prix des affaires.

Ce n'est pas un hasard si les États-Unis connaissent aujourd'hui la pire inégalité de revenus depuis les années 1920. Cela a été conçu par la classe capitaliste. Mais ce que nous révèle la déclaration de la Business Roundtable, c'est que les capitalistes ont peur d'être démasqués. Un capitalisme libéré de toute contrainte extérieure et interne va piller et exploiter une population captive jusqu'à ce qu'elle se lève avec fureur. C'est cette éruption que les capitalistes d'aujourd'hui craignent.

Le capitalisme, parce qu'il est une force tellement destructrice sur le plan social, sature le paysage médiatique de publicités visant à désinformer et à manipuler l'opinion publique. Il utilise ses immenses richesses pour acheter la presse, domestiquer les universités, les organisations à but non lucratif et les groupes de réflexion. Il utilise aussi ses richesses pour diaboliser et museler ses détracteurs. Il finance des pseudo-intellectuels et des pseudo-économistes qui propagent inlassablement l'idéologie du néolibéralisme, cette croyance selon laquelle le transfert des richesses entre les mains des oligarques au pouvoir serait bénéfique pour la société. Le capitalisme forme des monopoles mondiaux qui s'attaquent au public. Dans sa quête de profit, il mène des guerres sans fin. Il associe l'agitation anticapitaliste au terrorisme. Concrètement, cela implique que toute personne aux États-Unis  qui filme ou photographie la sauvagerie et la cruauté de l'agriculture industrielle - l'une des principales causes d'émissions de carbone - peut être accusée de terrorisme. Et lorsque ses systèmes pyramidaux, ses fraudes et ses bulles financières éclatent, le capitalisme pille le trésor national et laisse la facture aux contribuables. (Lors de la crise économique étasunienne de 2008, les sociétés ont englouti 4 600 milliards de dollars d'argent public.)

Le capitalisme, comme l'a compris Karl Marx, est une force révolutionnaire s'il n'est ni réglementé ni entravé. Il crée d'abord une économie mafieuse, comme l'a écrit  Karl Polanyi, puis un gouvernement mafieux. C'est la cupidité de la classe capitaliste qui a transformé nos villes en ruines et qui a appauvri plus de la moitié du pays. C'est l'avidité de la classe capitaliste qui nous a mis sur la voie de l'écocide. C'est la cupidité de la classe capitaliste qui a créé les mécanismes de répression interne, y compris une police qui fonctionne comme des unités de voyous paramilitaires dans nos propres colonies intérieures, la surveillance de masse du public, un vaste système d'incarcération massive, sans oublier des agences comme la NSA, la Sécurité intérieure et le FBI qui espionnent le public pour contrecarrer toute résistance. C'est encore la cupidité de la classe capitaliste qui a démantelé les institutions démocratiques des États-Unis. C'est toujours l'avidité de la classe capitaliste qui nous a donné Donald Trump. Ce dédain marqué pour le bien commun et la démocratie font de ces capitalistes des traitres.

Jamie Dimon, PDG de JP Morgan Chase et président de la Business Roundtable, a reconnu dans le communiqué de presse contenant la « Déclaration sur l'objectif d'une société » que « le rêve américain est vivant, mais en train de s'effriter«. Il nous a cependant assuré que « les grands employeurs investissent dans leurs travailleurs et leurs communautés, car ils savent que c'est le seul moyen de réussir à long terme. Ces principes modernisés reflètent l'engagement indéfectible du monde des affaires de continuer à faire pression pour une économie au service de tous les Américains. »

Alex Gorsky, président du conseil d'administration et PDG de Johnson & Johnson, mais aussi président du comité de gouvernance d'entreprise de la Business Roundtable, a ajouté de son côté que la déclaration « affirme le rôle essentiel que les entreprises peuvent jouer pour améliorer notre société«.

Darren Walker, président de la Fondation Ford, a qualifié la déclaration de « formidable nouvelle » et a dit que cela « se traduirait par une prospérité partagée et durable tant pour les entreprises que pour la société«.

Les passages sentencieux et autosatisfaits de la déclaration peuvent être résumés par ses premiers paragraphes:

« Les Américains méritent une économie qui permette à chaque personne de réussir grâce au travail acharné et à la créativité, une économie qui permette de mener une vie remplie de sens et de dignité. Nous pensons que le système de libre marché est le meilleur moyen de créer de bons emplois, une économie forte et durable, l'innovation, un environnement sain et des perspectives économiques pour tous.

Les entreprises jouent un rôle vital dans l'économie en créant des emplois, en encourageant l'innovation et en fournissant des biens et des services essentiels. Les entreprises fabriquent et vendent des produits de consommation; fabriquent du matériel et des véhicules; soutiennent la défense nationale; cultivent et produisent de la nourriture; fournissent des soins de santé; génèrent et délivrent de l'énergie; et offrent des services financiers, de communication et autres qui sous-tendent la croissance économique. »

Des capitalistes tels que Dimon (valeur nette de  1,4 milliard de dollars) et Gorsky devraient être en prison dans une démocratie qui fonctionne. La société du premier a payé plus d'amendes réglementaires qu'aucune autre en Amérique. Celle de Gorsky a été chargée d'aider à alimenter la crise des opioïdes en Oklahoma pour se voir ensuite condamnée par un tribunal à verser  572 millions de dollars à cet État. Johnson & Johnson, Purdue Pharma, Pfizer et McKesson sont responsables de la mort de plusieurs milliers d'Américains. Selon le gouvernement fédéral, plus de 130 personnes sont décédées chaque jour en 2016 et 2017 aux États-Unis à la suite d'overdoses liées aux opioïdes.

Les crimes financiers de Dimon sont à eux seuls assez nombreux et notoires. Ils comprennent notamment la souscription de titres frauduleux dans les années qui ont précédé le krach financier de 2008, la surfacturation à des membres de l'armée de prêts hypothécaires et d'opérations de refinancements hypothécaires, la surfacturation de frais de découvert, la manipulation d'offres sur les marchés de l'électricité en Californie et dans le Midwest, la surfacturation d'assurances contre les inondations, la facturation de services inexistants de surveillance de cartes de crédit, la pratique de taux et de commissions hypothécaires plus chers pour les minorités que pour les emprunteurs blancs, ou encore le non-paiement des heures supplémentaires aux travailleurs de l'entreprise.

Alors, que penser de cette déclaration - qui ne vaut pas mieux que celles d'Al Capone soulignant que la mafia dirigeait une œuvre de bienfaisance à Chicago?

Cette déclaration nous montre que les capitalistes prennent peur. Ils savent que l'idéologie dominante du néolibéralisme n'a plus de crédibilité. Ses mensonges ont été révélés. Ils savent que les institutions au pouvoir, y compris les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, ne fonctionnent plus et sont méprisés. Ils savent que les médias, Wall Street et les grandes banques ont perdu la confiance du public et sont détestés. Ils savent que le système de justice pénale, qui criminalise la pauvreté et légalise la fraude dans les entreprises, est une imposture. Ils savent que l'ascenseur social est une farce. Et surtout, ils savent que le système financier, bâti sur l'échafaudage de milliards de dollars que le gouvernement leur a prêtés à des taux d'intérêt minimes, n'est pas viable et déclenchera une autre récession, voire une dépression. Ils savent aussi qu'ils sont responsables de tout ça.

Les capitalistes sont déterminés à protéger leurs richesses. Ils sont déterminés et probablement capables d'empêcher les candidates de gauche, Elizabeth Warren et Bernie Sanders, d'obtenir la candidature démocrate pour la présidence. Mais ils sont également conscients que les politiciens tels que Hillary Clinton, Nancy Pelosi, Chuck Schumer et Joe Biden, qui ont passé leur carrière au service du pouvoir des entreprises, sont de plus en plus difficiles à vendre à l'électorat. Les mensonges et l'hypocrisie du Parti démocrate apparaissent comme évidents avec la présidence de Barack Obama, qui s'était présenté comme un outsider et un réformateur à la suite de la crise financière de 2008. Obama - que  Cornel West a qualifié de «  mascotte noire de Wall Street » - a trahi de façon flagrante la base du parti. Les mesures qu'il a prises, ainsi que Clinton et d'autres dirigeants démocrates après la débâcle financière de 2008, ont ouvert la porte au démagogue Donald Trump. Bien qu'il fût un escroc et un menteur invétéré, Trump a été assez astucieux pour dire aux électeurs, en particulier ceux de la classe ouvrière blanche, ce qu'ils voulaient entendre.

La déclaration du mois d'août de la Business Roundtable est une tentative pathétique de redéfinir les rôles que doivent tenir les capitalistes dans la société, une tentative de donner à ces escrocs professionnels un visage plus gentil. Ça ne marchera pas. Les capitalistes ont le pouvoir de détruire, mais plus celui de créer. De leur incessante et inarrêtable campagne de destruction émergeront des troubles sociaux qu'ils craignent tant, mais aussi des monstruosités plus terrifiantes encore que Donald Trump.

Source originale:  Truthdig

Traduit de l'anglais par Investig'Action

Source:  Investig'Action

 investigaction.net

 Commenter