Certains racontent ce qu'ils veulent à propos du #glyphosate ...

06-10-2019 les-crises.fr 6 min #162617

Source :  Twitter, La Lince, 15-09-2019

Certains racontent ce qu'ils veulent à propos du  # glyphosate, l'exemple qui m'a le plus interpellé récemment est celui d'@emma_ducros dans des propos relayés par @SamGontier. Des travaux récents sont omis ou ignorés.  # NoFakeScience

Rappel sur le  thread en question, qui a beaucoup fait jaser :

Remarque préliminaire d'importance. Je suis un écologue. Agroécologue à la base. J'en tiens mon intérêt poussé pour l'écologie appliquée aux agroécosystèmes.

Si j'annonce cela, c'est pour insister sur le fait que je me fiche du glyphosate en tant que tel. Je suis un chercheur, ce qui m'intéresse, ce sont les faits.

Je n'ai pas envie que le  # glyphosate soit interdit s'il ne le mérite pas, ou que lui soit reproché ce dont il n'est pas coupable. Je veux simplement qu'on arrête d'affirmer qu'il est inoffensif, car cela peut être clairement mis en doute. Son innocuité n'est pas un fait.

Si le glyphosate était sans aucun doute inoffensif pour la biodiversité, cela me conviendrait parfaitement. Or il y a des faits qui vont à l'encontre de cette affirmation. Et ces études récentes ne sont pas négligeables. Elles ne peuvent pas être balayées d'un revers de la main.

Il faut être d'autant plus prudent qu'il s'agit d'un herbicide qui est utilisé massivement à l'échelle planétaire. On ne peut pas balancer des affirmations sur sa supposée innocuité comme cela, à l'emporte-pièce.

Intéressons-nous d'abord à l'effet du glyphosate sur la biodiversité du sol, qui est essentielle à l'agriculture, puisqu'il est souvent répété qu'il a un effet bénin, voire carrément pas d'effet du tout.

Stellin et al. (2018) ont trouvé que sur le long terme (30 ans), le glyphosate a un impact négatif sur les populations de vers de terre. Par ailleurs, il favorise ainsi la pollution des sols par excès de phosphates et nitrates (Gaupp-Berghausen et al., 2015).

Le glyphosate réduirait aussi l'habitat souterrain des collemboles, petits pancrustacés auxiliaires de l'agriculture importants pour la dégradation de la matière organique (Damgaard, 2016).

Concernant sa dégradation, puisque c'est un argument souvent évoqué par le dogmatisme proglypho (oui les dogmatiques n'ont pas de camp), il y a des preuves qu'il persiste en fait dans le sol en étant piégé dans les résidus végétaux (Helander et al., 2018; Mamy et al., 2016).

Ensuite, parlons de sa supposée innocuité sur la biodiversité en général. Les herbicides commerciaux contenant du glyphosate ont une plus grande toxicité que le glyphosate seul, notamment à cause des interactions avec les adjuvants (Janssens and Stoks, 2017; Ledoux et al., 2019).

La dégradation du glyphosate entraîne une pollution en phosphores dans les nappes phréatiques (Hébert et al., 2019).

Le glyphosate a ainsi un effet néfaste avéré sur la biodiversité aquatique, très sensible aux changements environnementaux (Gonçalves et al., 2019; Héritier et al., 2017; Siroski et al., 2016).

Concernant la flore, le glyphosate empêche le développement normal des mycorhizes de toutes les plantes pulvérisées (Helander et al., 2018) et il réduit la diversité des espèces végétales sur des surfaces voisines de celles directement pulvérisées (Florencia et al., 2017).

A cela, il faut ajouter le fait qu'il est acquis que la réduction de la diversité végétale réduit la diversité en générale (Plantureux et al., 2012), et que cela a un effet négatif sur l'efficacité des agroécosystèmes (Letourneau et al., 2011).

Enfin, des revues démontrent que tests d'approbation du glyphosate ne permettent pas d'en définir la réelle écotoxicité (Ledoux et al., 2019; Mertens et al., 2018).

Tout cela ne prouve en rien qu'il faut interdire le glyphosate. En revanche, ça prouve qu'on ne peut pas dire que son effet est anodin voire positif pour la biodiversité en général, en l'état actuel des connaissances.

Si j'avais voulu faire un thread qui dit que le glyphosate n'a pas ou peu d'effet sur la biodiversité, je pense que j'aurais pu. Toutefois, l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence.

Ensuite, on a là des preuves que cet herbicide n'est pas anodin pour la biodiversité. Dans des études nombreuses et récentes, et je n'ai évidemment pas été exhaustif ; ce qui prouve que cette discussion n'est pas bouclée chez les scientifiques.

Ces preuves seront peut-être réfutées un jour, mais elles ne le sont pas pour le moment. Pourtant, ça n'empêche pas certains de mettre le sujet sous le tapis, voire d'affirmer des mensonges ou des erreurs dans des grands médias, afin de conforter les préjugés.

Les revues que j'ai avancées en conclusion sont d'importance : les méthodes d'évaluation de l'écotoxicité du glyphosate aujourd'hui, et des autres pesticides, sont insuffisantes. Pourtant, nous parlons d'un produit utilisé à l'échelle mondiale dans des quantités importantes.

Je n'ai pas l'intention de sans cesse débunker ce qui se dit sur ce sujet. Je ne suis pas payé pour ça, et l'élaboration de ce thread m'a pris un temps qui m'est pourtant rare et précieux.

Seulement, j'en ai un peu assez que certains se réclament du rationalisme scientifique en ayant une approche myope et partisane de questions qui ne peuvent être traitées par-dessus la jambe, car elles concernent notre avenir commun.

Et voici la biblio :

Source :  Twitter, La Lince, 15-09-2019

 les-crises.fr

 Commenter