Octobre : mois d'élections en Amérique Latine

08-10-2019 legrandsoir.info 8 min #162679

Granma (Enrique Moreno Gimeranez) 8/10/19

Le dixième mois de 2019 revêt une grande importance pour la carte politique de l'Amérique latine. Trois pays de la région tiendront des élections présidentielles et les résultats de ces processus influenceront directement la reconfiguration des forces progressistes ou néolibérales dans la région.

Dans ces moments de restauration néoconservatrice de notre Amérique, plusieurs événements internationaux ne doivent pas être ignorés, parmi lesquels le départ de John Bolton et le processus de destitution du président Donald Trump aux États-Unis ; le Premier ministre Boris Johnson, sans majorité au Parlement, a dû chercher des alternatives pour concrétiser le Brexit au Royaume-Uni ; l'élection d'Andrés Manuel López Obrador au Mexique ; les turbulences économiques et sociales en Argentine gouverné par Mauricio Macri ; la mauvaise performance de l'administration de Jair Bolsonaro face aux incendies en Amazonie et son discours honteux à l'Assemblée générale des Nations Unies, qui a exaspéré divers secteurs au Brésil ; le récent scandale de corruption du gouvernement de Martin Vizcarra au Pérou ; les manifestations contre le "paquet" économique du président Lenin Moreno en Équateur et la résistance héroïque du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba contre les attaques impériales.

Profiter de ce climat politique - qui révèle l'effet néfaste de la main velue du grand capital transnational sur les peuples, consolider l'alliance avec les bases sociales, défendre de nouvelles propositions économiques face aux conséquences désastreuses des gouvernements néolibéraux de la région, et ne pas sous-estimer une seconde leurs adversaires et leur machinerie médiatique, seront quelques-uns des éléments décisifs pour la victoire des propositions progressives dans ce nouveau concours.

Evo vers sa réélection en Bolivie

Le 20 octobre, des élections générales auront lieu dans cette nation andine pour élire le président, le vice-président, les sénateurs, les députés et les représentants aux organes parlementaires supranationaux de l'État plurinational de Bolivie.

Selon la plupart des sondages, le candidat du Mouvement pour le socialisme (MAS) et actuel président, Evo Morales, reste en première position dans la préférence de l'électorat. Son opposant de l'alliance Communauté Citoyenne, Carlos de Mesa, marche en deuxième position et est suivi consécutivement dans l'intention de voter par le représentant de Bolivia Dit Non, Oscar Ortiz, le candidat du Parti démocrate-chrétien, Chi Hyun Chun, et Felix Patzi, du Mouvement Troisième Système. Víctor Hugo Cárdenas, de Unidad Cívica Solidaridad, Ruth Nina pour le Parti bolivien d'action nationale, et Israel Rodríguez du Front pour la victoire figurent à la fin de cette liste.
Plusieurs spécialistes reconnaissent qu'il s'agit des élections les plus difficiles pour le premier président indigène de Bolivie et pour le Mas, produit de la guerre médiatique et de la campagne diffamatoire de l'opposition contre lui, intensifiée après les incendies dans la région de Chiquitania.

En outre, ses rivaux ont mis en œuvre plusieurs stratégies dans ces moments, dans un signe clair de désespoir politique devant le soutien indéniable de la majorité à Morales Ayma. D'abord, ils tentent de semer l'idée de fraude, même s'ils manquent de preuves valables, afin de délégitimer les résultats des élections. Ensuite, l'opposition tente de fabriquer dans l'imaginaire collectif l'idée qu'il y aura un second tour, en nette contradiction avec les études sérieuses qui donnent à Evo un avantage majeur et une victoire au le premier tour, selon le politologue José Galindo.

La députée de la mas, Sonia Brito, a déclaré à l'Agence bolivienne de l'information : "Absolument dans tous les sondages qui ont été faits récemment, Evo Morales garde la préférence des électeurs". En ce sens, le leader indigène a récemment souligné : "Bien qu'ils poursuivent leur stratégie de mensonges, je suis sûr, sœurs et frères, que nous allons gagner les élections de loin, je voyage dans toute la Bolivie et j'écoute le peuple.

Au-delà de la consolidation des résultats qui assurent la victoire à l'élection présidentielle, le plus grand défi pour le moment pour le plus grand nombre est de gagner les deux tiers de la représentation à l'Assemblée législative plurinationale (ALP), selon les déclarations du vice-président Alvaro Garcia Linera à Cadena une chaîne. Toutefois, plus il faut se préparer à toutes les options - y compris à un deuxième tour moins probable - et ne pas exclure d'autres actions violentes de la part des opposants dans les jours à venir.

Argentine : la fin du macrisme ?

Cette nation sud-américaine est prête pour les élections générales prévues pour le 27 octobre, où les électeurs choisiront le prochain président et vice-président de la République, 130 députés et 24 sénateurs nationaux.

Les votes se dérouleront dans un panorama économique et social complexe : inflation, taux de pauvreté de 40% et d'indigence de 10%, dévaluation du peso par rapport au dollar et endettement de 57 milliards de dollars auprès du Fonds monétaire international (FMI), en raison du modèle néolibéral appliqué par le président actuel Mauricio Macri.

Le rejet majoritaire de l'Argentine à l'égard de l'administration actuelle a été mis en évidence par les résultats de l'ODEPA (primaire, ouvert, simultané et obligatoire) le 11 août, lorsque la formule progressive d'Alberto Fernandez et de l'ancienne présidente Cristina Fernandez de Kirchner a obtenu presque 17 points d'avance sur le duo de droite Mauricio Macri-Miguel Angel Pichetto.

Selon le récent sondage du cabinet de consultants Oh ! Panel, 82% des Argentins émettront un vote identique à celui des primaires lors des élections de ce mois-ci. Si ces chiffres se répètent lors des élections générales du 27, Fernandez sera le nouveau président du pays du Sud, sans avoir à passer par un second tour.

Face à ces indicateurs, difficiles à inverser à ce stade de la campagne, Macri a activé sa machine électorale, qui ne doit pas être sous-estimée par ses adversaires malgré les acquis.

La victoire finale du Kirchnerisme représenterait une "fort coup de pouce" aux forces progressistes de la Grande Patrie. Cependant, si cela se produit, le duo Fernandez-Fernandez aura une tâche ardue dans la reconstruction économique et sociale du pays, après ces quatre ans de macrisme, caractérisés par la destruction des conquêtes populaires.

27-Octobre de l'autre côté du Río de la Plata

L'Uruguay élira également son prochain président et ses députés le 27 octobre, le même jour que ses voisins argentins. En raison de sa position géographique du pays, il a été touché par les tempêtes politiques de ces dernières années à Brasilia et à Buenos Aires.

Les candidats les plus forts pour ces élections sont Daniel Martínez, du Front Amplio (FA), et Luis Lacalle, du Partido Nacional. Récemment, le débat présidentiel a eu lieu à la télévision entre les deux candidats, tandis qu'un sondage réalisé par l'institut de sondage Opción Consultores indique que le parti du Front Large est en tête des intentions de vote, avec 30% de préférence populaire.

Pour la première fois, aucune des figures historiques du Front Large - comme Pepe Mujica ou Tabaré Vázquez - n'apparaîtra sur le bulletin de vote comme candidat, un défi supplémentaire pour cette force de gauche. Cependant, plusieurs analystes internationaux s'entendent pour dire qu'à ce stade, l'élection n'est pas définie.
La Colombie organisera également des scrutins régionaux le 27 pour élire les gouverneurs et les députés au niveau départemental, ainsi que les maires, les conseillers municipaux et les conseillers municipaux par municipalité. Cependant, les trois élections présidentielles d'octobre seront celles qui affecteront les destinées de la Grande Patrie. D'ici là, nous ne saurons pas dans quelle direction l'échiquier géopolitique va évoluer en Amérique du Sud. Bien qu'un cap possible soit déjà en vue, les urnes diront le dernier mot.

Le 10 octobre, Cuba verra l'élection du président, du vice-président et du secrétaire de l'Assemblée nationale du pouvoir populaire, des autres membres du Conseil d'État, ainsi que du président et du vice-président de la République, qui consolideront notre pays comme point de référence pour la gauche dans la région.

Publié dans GRANMA ce 8/oct/2019
 granma.cu
Traduit sur la base de  www.DeepL.com/Translator

 granma.cu

 legrandsoir.info

 Commenter