Le harcèlement de Peter Handke

17-10-2019 reseauinternational.net 7 min #163095

par Rafael Poch de Feliu.

Le prix Nobel de littérature fait obstacle aux apologistes de la guerre humanitaire de l'OTAN.

Les prix Nobel de littérature - ne parlons pas de ceux de la paix - ont toujours été controversés et politisés. Il y a quelques années, le prix littéraire a été décerné à Patrick Modiano, auteur d'un roman unique qui se répète encore et encore dans toute son œuvre. En 2010, il a été décerné à Mario Vargas Llosa, un grand écrivain qui, curieusement, est devenu médiocre (et même plagiaire, voir  l'article d'Enrique Serbeto sur « La Fête au Bouc«), en devenant plus réactionnaire. En 2016, il y a eu la blague de considérer Bob Dylan comme un grand écrivain...

Politiquement, il est assez courant de récompenser les écrivains critiques des gouvernements de pays adversaires, ce qui rend particulièrement remarquable que les auteurs non dissidents de ces pays aient accès au titre, comme ce fut le cas avec Mo Yan en 2012. Compte tenu de tout cela, il est doublement remarquable que le prix Nobel de littérature ait été attribué cette année au poète et dramaturge autrichien Peter Handke.

Non seulement Handke a plus qu'assez de mérites pour ce prix, mais depuis les années 90, il est inclus dans l'index des pestiférés, une circonstance qui avait convaincu tout le monde, et en premier lieu l'auteur lui-même, qu'il ne recevrait jamais de prix. La raison en est que Handke a critiqué à juste titre le rapport des médias occidentaux contre la Serbie qui a préparé les guerres en Bosnie (1992-1995) et au Kosovo (1999). Sans cela, nous n'aurions jamais compris que les bombes de Javier Solana, expliquées par l'infâme Jamie Shea, étaient nécessaires et humanitaires, que l'agression de l'OTAN en violation du droit international visait à prévenir le génocide.

C'est pourquoi sa publication, en janvier 1999, du texte significatif Gerechtigkeit für Serbien (« Justice pour la Serbie ») a été le scandale littéraire de l'année dans le monde germanophone. Quelque chose de similaire est arrivé à Régis Debray en France, avec sa « Lettre d'un voyageur au Président de la République » (1999). Des moutons noirs qui étaient dépareillés dans le troupeau. Des notes désaccordées dans l'orchestre discipliné et grégaire.

Similaires mais de qualité différente. Parce que  les Nouveaux Chiens de garde qui s'en sont pris à Debray en France étaient les clowns habituels de la droite parisienne, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy et autres, tandis que les apologistes de la guerre en Allemagne qui ont dénigré Handke étaient des gens de plus grande catégorie, Jürgen Habermas, souvent décrit comme « le principal philosophe allemand vivant », Hans Magnus Enzensberger ou Peter Schneider. Habermas voyait l'attaque de l'OTAN contre la Serbie comme un « saut sur le chemin qui mène du droit international classique des États au droit cosmopolite d'une société civile mondiale«. En l'absence d'institutions chargées de maintenir l'ordre mondial, l'OTAN devait agir comme « instrument d'un droit supérieur«.

Le texte de Handke est basé sur un voyage que l'auteur a fait avec des amis en novembre et décembre 1995 à travers la Serbie. Son but était de dire la vérité sur la Serbie et le conflit. « Quand les criminels de l'OTAN bombardent le pays, ma place est en Serbie«, a-t-il déclaré dans un contexte dominé par les accusations unilatérales et les distorsions médiatiques les plus graves.

Handke est retourné en Yougoslavie en 1999, lorsque les bombes tombaient pendant la dite guerre du Kosovo, et a publié ses notes « Unter Tränen fragend » (Demandant en larmes). Catholique pratiquant, il a annoncé qu'il quittait « l'Eglise actuelle » en signe de protestation parce que dans son message de Pâcques, le Pape ne condamnait pas « l'assaut massif de l'OTAN contre un petit pays«. Il a ensuite rendu visite Slobodan Milošević à La Haye et a écrit de nouveaux textes incorrects à son sujet.

Pour sa compréhension de Milosevic, Handke a été comparé à Ezra Pound pour son éloge de Mussolini, et à Louis-Ferdinand Céline, cet énorme écrivain qui était fan de Hitler, mettant un signe d'égalité entre des attitudes, des situations et des personnages si différents. Comme l'a écrit l'historien Kurt Gritsch il y a quelques années dans le magazine Hintergrund, « la motivation de Handke a été à peine comprise, dans l'autre sens : sa crédibilité et son intégrité étaient remises en question«. C'est une façon modérée de le dire.

Ce qui s'est passé, c'est un lynchage, particulièrement révoltant lorsque les bourreaux de la victime parlent allemand, ce qui est inévitablement associé à des chiens et des barbelés. On l'a qualifié de « négationniste », « d'idiot utile », etc., et tout cela pour justifier une énormité : la première participation de l'Allemagne à une guerre depuis Hitler. Ce n'était pas le cas en France.

Habermas a reçu le prix de la paix des libraires allemands en 2001. Handke a été nominé en 2006 pour le prix Heinrich Heine, mais le conseil municipal de Düsseldorf a protesté, rappelant « l'attitude pro-serbe de l'auteur » et le président de la région de Rhénanie du Nord-Westphalie, Jürgen Rüttgers, a déclaré indigne de ce prix « à celui qui a relativisé la Shoah ».

Ces accusations et reproches malhonnêtes ont continué jusqu'à ce jour et ont refait surface à l'occasion de l'attribution du prix Nobel de littérature.

« Personne n'a transformé les massacres, la guerre et la souffrance dans les Balkans en une mesquinerie aussi déplorable que Peter Handke, pour les victimes, la décision de Stockholm recèle un message dévastateur«, a déclaré le Frankfurter Allgemeine Zeitung, il y a quelques jours.

« L'Allemagne était en guerre contre Milosevic pour de très bonnes raisons humanitaires, n'honorons-nous pas aujourd'hui les apologistes du dictateur«, demande l'ambassadeur et lobbyiste du complexe militaro-industriel allemand Wolfgang Ischinger dans le Tagespiegel.

Les mêmes personnes qui ont contaminé le rapport yougoslave, à propos duquel nous avons maintenant  des images beaucoup plus complètes et réalistes, continuent de manipuler et de déformer. Pour une fois, le prix Nobel de littérature a croisé leur chemin.

source :  El acoso a Peter Handke

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter