Russie, Chine et la péninsule européenne

05-11-2019 reseauinternational.net 25 min #163923

par Godfree Roberts.

L'Eurasie possède la plus grande partie de la richesse, des ressources et de la population du monde, pourtant il n'existe qu'une faible connectivité économique. Un partenariat sino-russe peut créer collectivement une attraction gravitationnelle qui leur permet de saisir les leviers géoéconomiques du pouvoir en créant une alternative au modèle centré sur l'Occident. Cela implique le développement de nouvelles chaînes de valeur mondiales qui englobent les activités à forte valeur ajoutée dans les industries stratégiques et les marchés de l'énergie, le développement de nouveaux corridors de transport à travers l'Eurasie et l'Arctique, et la construction de nouveaux instruments financiers tels que les banques de développement, les devises de commerce et de réserve, les normes techniques et les régimes commerciaux.

L'avantage comparatif de la Russie découle de son étendue géographique en développant un corridor est-ouest reliant l'Asie du Nord-Est à l'Europe et un corridor nord-sud qui relie l'Inde, l'Iran et la Russie. Moscou se considère comme un facteur de stabilisation en Eurasie en réunissant l'ensemble du continent avec une connectivité économique pour s'assurer qu'il devienne multipolaire et qu'aucun État ou région ne puisse dominer. L'UE a beaucoup à perdre des ambitions de la Russie pour la Grande Eurasie. Le projet initial de la Grande Europe de la Russie, que l'UE a rejeté, aurait doté l'UE d'un allié puissant pour exercer collectivement une influence sur le continent eurasiatique. En revanche, la nouvelle initiative russe pour la Grande Eurasie marginalisera le rôle de l'UE dans toute l'Eurasie, puisque les décisions socio-économiques et politiques seront prises par le BRICS, l'Union Économique Eurasienne, l'Organisation de Coopération de Shanghai et l'Initiative Ceinture et Route. L'UE est confrontée à un dilemme car elle a de fortes incitations économiques à coopérer au développement de la Grande Eurasie, mais cela contribuerait à l'abandon de l'infrastructure géoéconomique centrée sur l'Occident.

Halford Mackinder[1] dit que nous ne voyons pas l'Asie et l'Europe comme un seul continent parce que les marins ne peuvent pas en faire le tour. Aujourd'hui, le passage du Nord-Est, le long de la côte nord de la Russie, relie les côtes du Pacifique et de l'Atlantique, tandis qu'un réseau de pipelines et de routes aériennes, ferroviaires, routières et fluviales transforment l'île de Mackinder en « l'Eurasie » malgré  l'avertissement de Kissinger, « Domination par une seule puissance parmi les deux sphères d'influence de l'Eurasie - Europe ou Asie - reste une bonne définition du danger stratégique pour les États-Unis. Un tel groupement aurait la capacité de surpasser les États-Unis économiquement et, en fin de compte, militairement«.

Alors que l'Occident poursuit un avenir de plus en plus dystopique, la Russie et la Chine sont en train de faire de l'île de Mackinder une communauté vaste et de plus en plus prospère. Leur vision est si séduisante, leur alliance si forte, leurs armes si avancées et leurs poches si profondes que leur élan est presque imparable. Les dirigeants russes - Poutine, Lavrov, Nabioulina, Siluanov et Shoygu - sont les meilleurs de l'histoire du pays et, comme l'a fait  remarquer le président Trump, la Chine est tout aussi remarquable : « On dit que vous n'aimez pas la Chine«. « Non, je les adore. Mais leurs dirigeants sont beaucoup plus intelligents que les nôtres. C'est comme prendre les New England Patriots et Tom Brady et les faire jouer contre ton équipe de football du lycée«. Le président  Xi s'est rendu à Moscou plus que dans n'importe quelle autre capitale et, en août 2019, il avait rencontré son homologue russe Vladimir Poutine trente fois et  Xi a remis à Poutine la toute première médaille de l'amitié de la Chine, l'appelant « mon meilleur ami le plus intime«. Voici les blocs actuels de l'Eurasie en matière de commerce, de sécurité et de coopération. Après la Conférence sur les Mesures d'Interaction et de Confiance en Asie (CICA) qui s'est tenue en juin 2019 à Douchanbé (Tadjikistan), Poutine a souligné que toutes ces mesures devraient être intégrées.

***

Les nations coloniales ont perdu leur liberté politique et économique parce que les centres impériaux du capital avaient besoin de contrôler des ressources cruciales pour leur survie, leur richesse et leur pouvoir[2]. C'est le vrai sens des termes « sécurité nationale » et « intérêt national ». La « sécurité nationale » des nations puissantes est le contrôle d'un empire économique d'États sujets et les stratégies par lesquelles cela est réalisé sont des « secrets de sécurité nationale ». Elles pratiquent l'antithèse de ce qu'elles prêchent. Leur trompette de la paix, de la liberté, de la justice, des droits, de la démocratie et de la règle de la majorité déguisent ces stratégies pour contrôler les autres et garder leurs ressources secrètes. Le plus pernicieux est que la démocratie multipartite et la liberté de la presse doivent précéder un développement réussi. En fait, une telle combinaison met fin à tout espoir de développement. Aucune nation ne s'est jamais développée sous une démocratie multipartite ni, comme l'a fait remarquer Lee Kwan Yew[3], avec une presse libre.

La presse philippine jouit de toutes les libertés du système US, mais déçoit le peuple : une presse sauvagement partisane a aidé les politiciens philippins à inonder le marché des idées de déchets et à embrouiller et tromper le peuple afin qu'il ne puisse voir quels étaient leurs intérêts essentiels dans un pays en développement. Et, parce que des questions vitales comme la croissance économique et la distribution équitable étaient rarement discutées, elles n'ont jamais été abordées et le système démocratique a mal fonctionné. Regardez Taïwan et la Corée du Sud : la liberté de la presse y est omniprésente et la corruption s'y déchaîne. La critique elle-même est corrompue, mais la théorie veut que, si vous avez une presse libre, la corruption disparaisse. Je vous le dis, ce n'est pas vrai. La liberté de la presse, la liberté des critiques de l'information, doit être subordonnée aux besoins primordiaux de l'intégrité de Singapour et à la primauté de l'objectif d'un gouvernement élu.

La Russie et la Chine offrent une alternative au modèle impérialiste : la sécurité sans coercition, l'aide sans conditions et, au lieu des accords de l'Organisation Mondiale du Commerce qui empêchent le développement durable, des pactes commerciaux et de développement pour le promouvoir.

Les blocs en jeu sont l'Union Européenne, l'Union Économique Eurasienne, l'Organisation de Coopération de Shanghai, l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est, le Partenariat Économique régional Global, l'Initiative Ceinture et Route. Notez que tous sauf un d'entre eux sont russo-chinois. Examinons-les plus en détail.

L'Union Européenne, qui occupe la péninsule occidentale de l'Eurasie, en a assez du statu quo. Le président  Macron a déclaré : « Nous vivons sans doute la fin de l'hégémonie occidentale sur le monde... Les choses changent, et elles ont été profondément ébranlées par les erreurs des Occidentaux dans certaines crises, par les choix que font les États-Unis depuis plusieurs années... Et puis il y a l'émergence de nouvelles puissances dont nous avons probablement sous-estimé depuis longtemps l'impact. La Chine est à l'avant-garde, mais aussi la stratégie russe, qui a, il faut le dire, été poursuivie avec plus de succès ces dernières années... Ils pensent à notre planète avec une vraie logique, une vraie philosophie, une imagination que nous avons un peu perdue«.

 Mark Carney, gouverneur de la Banque d'Angleterre, a ajouté : « La dépendance du monde à l'égard du dollar US ne tiendra pas et doit être remplacée par un nouveau système monétaire et financier international... Il vaut la peine d'examiner comment une SHC (monnaie hégémonique synthétique) au FMI pourrait favoriser de meilleurs résultats mondiaux«.

L'Allemagne achève Nord Stream II et installe Huawei malgré les menaces des États-Unis et la Hongrie, la Grèce et l'Italie se tourne vers l'est. Un nouveau ralentissement de l'économie US (où l'industrie manufacturière est déjà  en récession) et le reste de l'UE suivra. Le président turc Erdogan[4], sur le flanc est de l'OTAN, a déclaré avoir acheté le S-400 russe pour que la Turquie puisse se retirer en toute sécurité de l'OTAN : son pays est déjà un partenaire de dialogue dans la plus grande association de sécurité au monde, l'OCS.

L'Organisation de Coopération de Shanghai, OCS. (Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Inde, Chine et Pakistan ; avec l'Afghanistan, l'Iran, la Mongolie et la Biélorussie comme observateurs et l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Cambodge, le Népal, Sri Lanka et la Turquie comme partenaires de dialogue)

L'OCS est la plus grande organisation de sécurité au monde et compte quatre puissances nucléaires parmi ses membres. Ses objectifs sont les suivants :

1- Renforcer les relations entre les États membres

2- Promouvoir la coopération dans les domaines politique, économique et commercial, scientifico-technique, culturel et éducatif et dans les domaines de l'énergie, des transports, du tourisme et de la protection de l'environnement

3- Sauvegarder la paix, la sécurité et la stabilité régionales

4- Instaurer un ordre politique et économique international démocratique et équitable. Les membres de l'Organisation de Coopération de Shanghai ont conclu un accord intergouvernemental facilitant le transport routier international et sont en train d'en finaliser un sur le transport ferroviaire. La Déclaration de Bichkek, adoptée par les membres de l'Organisation de Coopération de Shanghai, souligne les garanties de sécurité du Traité sur une zone exempte d'armes nucléaires en Asie centrale, le caractère inacceptable des tentatives visant à assurer la sécurité d'un pays au détriment de celle d'autres pays, et condamne « la mise en place unilatérale et illimitée de systèmes de défense antimissile par certains pays ou groupes d'États«. Le président iranien Hassan Rouhani, s'adressant aux présidents Poutine, Xi, Modi et Imran Khan, a qualifié les États-unis de « risque sérieux pour la stabilité dans la région et le monde » et offert à tous ses partenaires, entreprises et entrepreneurs, un traitement préférentiel pour investir sur le marché de l'Iran. Xi a répondu que Pékin continuera de développer des liens avec Téhéran « quelle que soit l'évolution de la situation«.

ASEAN

Créée en 1967, l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (Brunei Darussalam, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam) a convenu d'accélérer la croissance économique, le progrès social et le développement culturel de leur région par des efforts conjoints dans un esprit d'égalité et de partenariat afin de renforcer le fondement d'une communauté prospère et pacifique et de promouvoir la paix et la stabilité régionales en respectant la justice et la légalité entre pays de cette région et les principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, dans les relations qui existent dans la région. La Russie et la Chine sont des partenaires stratégiques de l'ASEAN mais, bien que l'ASEAN ait eu un dialogue beaucoup plus long avec les pays occidentaux comme les États-Unis et l'UE, aucun d'eux n'a proposé un accord de libre-échange avec l'ASEAN. La Chine l'a fait en 1988, puis a conclu l'Accord de Libre-Échange ASEAN-Chine en un temps record, de sorte que le commerce total entre l'ASEAN et la Chine, qui s'élevait à 8 milliards de dollars en 1991, a atteint 600 milliards de dollars en 2018 et un objectif de 1 billion de dollars en 2024.

Le Partenariat Économique Régional Global (RCEP)

(Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Chine, Japon, Inde, Corée du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande). Le plus grand bloc commercial du monde, le RCEP[5] représente la moitié de l'économie mondiale et, contrairement à l'OMC, est orienté en faveur des pays en développement et exclut les mécanismes de règlement des différends entre investisseurs et États[6] qui favorisent les entreprises privées plutôt que les États.

L'Initiative Ceinture et Route

La BRI, dont le lancement est prévu pour le 1er juin 2021, intègre quatre milliards de personnes dans cent trente pays en Eurasie, en Afrique, en Amérique Latine et dans le Pacifique Sud. La BRI se concentre sur la coordination des politiques, la connectivité des infrastructures, le commerce sans entrave, l'intégration financière et les liens interpersonnels. Elle construit des centrales électriques au Pakistan, des lignes ferroviaires en Hongrie et des ports entre l'Afrique et la Grèce, remplace les institutions occidentales, remodèle l'ordre économique mondial, forge de nouveaux liens, crée de nouveaux marchés, approfondit les liens économiques et renforce les liens diplomatiques. L'Iran est un nœud clé de la BRI et Téhéran y voit le moyen de s'intégrer pleinement dans l'écosystème économique eurasien. Le transit de marchandises en provenance de toute l'Inde via le Corridor International de Transport Nord-Sud, INSTC, vers le port iranien de Bandar Abbas réduit les frais de transport vers l'Europe de 40%. L'INSTC fusionnera bientôt avec le réseau mondial de transport de la BRI.

Établir des connexions - Toute la portée de l'Initiative Ceinture et Route de la Chine est opaque parce que le pays n'a jamais publié une liste de projets. La Banque Mondiale a développé une base de données sur la construction routière et ferroviaire le long des corridors économiques dans lesquels la Chine investit entre l'Asie orientale et l'Europe. Bon nombre de ces projets chevauchent des points stratégiques de biodiversité reconnus à l'échelle internationale.

Le pont terrestre eurasien de la BRI illustre bien son modèle coopératif. La production à valeur ajoutée - comme l'assemblage de parties de composants d'origines différentes - peut être effectuée hors taxes dans ses zones franches frontalières, où les salaires représentent un cinquième de ceux de la Chine. Cela permet d'ajouter une main-d'œuvre à moindre coût, en fonction de l'endroit, à l'ensemble des coûts de production plutôt que d'être exposé à une seule fourchette salariale dans un seul pays. Les marchandises entrant dans ces zones franches sont considérées comme se trouvant en dehors des frontières douanières et ne sont donc soumises à aucun droit de douane ni TVA, et les entreprises qui y opèrent sont exonérées de toute taxe. Les noeuds : Zone franche industrielle de Huoergousi (frontière Chine-Kazakhstan) ; Zone économique spéciale de Khorgos Eastern Gate (Kazakhstan) ; Zone économique spéciale d'Aktau (Kazakhstan) ; Zone franche de Alat (Azerbaïdjan) ; Zone industrielle de Poti (Géorgie) ; Hualing-Kutaisi (Géorgie). La zone de libre-échange d'Anatolie orientale de la Turquie est la plus intéressante, puisque l'Union douanière de la Turquie avec l'UE admet les marchandises d'origine turque hors taxes. Plus de 6 300 trains ont fait le voyage l'an dernier, un toutes les 90 minutes. Le temps de transit transeurasien est passé de trois à deux semaines et devrait être de 10 jours d'ici 2024.

Le Transsibérien et le Chemin de fer oriental chinois - avec Chita en Chine et Khabarovsk en Russie - sont déjà totalement interconnectés. Moscou vise à maximiser le rendement des joyaux de la couronne de l'Extrême-Orient russe : agriculture, ressources en eau, minéraux, bois d'œuvre, pétrole et gaz. La construction d'usines de gaz naturel liquéfié (GNL) à Yamal profite grandement à la Chine, au Japon et à la Corée du Sud. Il en va de même pour la porte d'entrée de Vladivostok, point d'entrée de l'Eurasie pour la Corée du Sud et le Japon, ainsi que pour la Russie en Asie du Nord-Est. Le Kazakhstan montre comment la Grande Eurasie et la BRI sont complémentaires : Astana est membre de la BRI et de l'Union Économique Eurasiatique.

Les outils du commerce

La route maritime de la Route Polaire de la Soie est plus courte de cinq mille milles que la route de Suez, qui passe principalement dans les eaux côtières russes. En 2010, le premier cargo a parcouru toute la route sans l'aide d'un brise-glace et en 2017, le Christophe de Margerie est devenu le premier méthanier brise-glace à transporter du GNL de la péninsule de Yamal jusqu'au Japon et en Chine en passant par le détroit de Bering.  Sovcomflot (Russie) et Novatek ont signé un accord avec Cosco Shipping (Chine) et le Silk Road Fund en vue de créer une coentreprise de transport maritime dans l'Arctique pour gérer une flotte de pétroliers brise-glace pour le transport du GNL destiné aux projets Novatek actuels et prévus, notamment Yamal LNG et Arctic LNG 2.

Pipelineistan. L'Agence Internationale de l'Énergie (AIE)  calcule que le pétrole restera la principale source d'énergie mondiale en 2040, représentant un quart de la consommation énergétique mondiale. La Russie fournit 15% des réserves énergétiques mondiales et la région du Golfe Persique 65 %. Les gazoducs russes et chinois distribuent cette richesse énergétique à travers le continent en ressuscitant le gazoduc South Stream pour approvisionner l'Europe dans le prolongement du TurkStream, après que l'administration Trump se soit furieusement opposée au  Nord Stream 2. Le gaz russe commencera à être acheminé vers la Turquie via le TurkStream cette année et la Russie et la Bulgarie ont commencé à travailler sur le gazoduc Balkan Stream pour acheminer le gaz vers le sud de l'UE.

L'Interconnexion Électrique Mondiale. Pékin a lancé GEIDCO en 2016, un réseau à ultra-haute tension qui transmettra continuellement de l'énergie propre dans le monde entier, en suivant le soleil. GEIDCO compte sept bureaux régionaux, quarante bureaux mondiaux, six cents membres régionaux et nationaux et a investi 1,6 billion de dollars dans 80 projets de production et de transport en Eurasie, Amérique latine, Afrique, Europe et Amérique du Nord.

La Route de la Soie Numérique. La RSN renforce l'infrastructure Internet, approfondit la coopération spatiale, élabore des normes technologiques communes et améliore l'efficacité des systèmes de police dans les pays de l'Initiative Ceinture et Route. Elle recueille des données de télédétection spatiale pour de multiples projets le long de la BRI et la Chine fait la promotion de BeiDou-2, son système mondial de navigation par satellite, comme alternative au GPS US. Le Pakistan, le Laos, Brunei et la Thaïlande ont déjà adopté BeiDou. La construction du Pakistan East Africa Cable Express, qui relie le Pakistan au Kenya et à Djibouti, a commencé. En 2012, moins d'un pour cent de la population du Myanmar disposait d'un accès à large bande, mais le pays prévoit de lancer un service à large bande 5G d'ici 2025, dépassant même Singapour.

La Route de la Soie des Fonds Électroniques de la Russie et de la Chine remplacera le réseau SWIFT dominé par les États-Unis.

La Banque Internationale de la Route de la Soie AIIB garantit un billion de dollars par an en prêts à long terme à faible taux d'intérêt pour les infrastructures régionales, la réduction de la pauvreté, la croissance et l'atténuation du changement climatique et permet aux quatre milliards d'épargnants de l'Eurasie de mobiliser une épargne locale qui auparavant avait peu de débouchés sûrs ou créatifs. Rien ne pourrait être plus sensé pour le nouvel accord sur le Pipelineistan que de le régler en yuan. Pékin paierait Gazprom dans cette monnaie (convertible en roubles) ; Gazprom accumulerait le yuan ; et la Russie achèterait alors une myriade de biens et services fabriqués en Chine en yuan convertible en roubles. La fusion du système de paiement russe Mir et du système de paiement chinois Union Pay semble inévitable car leur commerce bilatéral augmente d'un demi-milliard de dollars par mois et le yuan numérique entièrement convertible de Pékin pourrait être lancé dès cette année, ce qui ajoute au succès.

Invulnérabilité à l'attaque. Au cours des dix-huit derniers mois, la Russie et la Chine ont démontré leur capacité à se défendre contre toute attaque et, à leur tour, à détruire chaque ville des États-Unis en quarante-cinq minutes. Elles opèrent aujourd'hui en position de force, notamment en Eurasie.

Hégémonie et leadership humanitaire

Selon le philosophe chinois Xunzi, il y avait trois types de leadership : autorité humaine, hégémonie et tyrannie. L'autorité humaine commence par la création d'un modèle souhaitable au pays qui inspire les gens à l'étranger. Xunzi[7], a proposé que, bien que les hégémons sachent comment gagner des guerres, « le dirigeant qui fait correctement agir son propre État atteindra la primauté internationale«. L'intérieur détermine l'international et, puisque l'autorité humaine fondée sur la moralité plutôt que sur le pouvoir est supérieure à l'hégémonie, il est plus important de gagner les gens que le territoire. Les États désireux d'exercer une autorité humaine doivent être les premiers à respecter les normes qu'ils défendent et les dirigeants ayant une réputation éthique élevée et une grande capacité administrative attireront d'autres États. « Être compatissant dans les grandes affaires et ignorer les petites rend apte à devenir seigneur des alliances. Aimer ses amis, être amical avec les grands, récompenser ses alliés et punir ceux qui s'opposent à vous, le seigneur des alliances a un devoir bien défini et sa position morale doit être à la hauteur«. La présidence des réunions d'autres États accorde une reconnaissance internationale de l'autorité humaine. Deux siècles plus tard, Confucius résumait ainsi Xunzi : « Les supérieurs et les inférieurs moraux sont en relation les uns avec les autres comme le vent et l'herbe : l'herbe doit plier quand le vent souffle sur elle«.

Un vent chaud et moral souffle sur l'Eurasie et les pièces s'assemblent.

----------- Notes

[1] The Geographical Pivot of History, Royal Geographical Society, 1904, Mackinder a étendu la portée de l'analyse géopolitique au monde entier.

[2] Economic Democracy: The Political Struggle of the 21st Century. Par J. W. Smith

[3] A Third World Perspective on the Press. RH Lee Kwan Yew, Premier ministre de Singapour. C-SPAN, LE 14 AVRIL 1988

[4] Le président Erdogan a déclaré qu'il avait acheté des S-400 russes pour pouvoir se retirer de l'OTAN et rejoindre l'OCS et le Tadjikistan (avec la Moldavie en considération) est consacré à la libre circulation des biens, des services, des capitaux et de la main-d'œuvre et aux politiques coordonnées, cohérentes et communes dans tous les secteurs économiques clés. Au cours des deux dernières années, les échanges commerciaux de la Russie avec l'EAEU ont augmenté de manière spectaculaire : avec l'Arménie (30%), le Belarus (10%), le Kazakhstan (21%) et le Kirghizstan (17%). La Chine négocie actuellement des droits de douane sur les produits dans le cadre de son accord de libre-échange existant et, au cours des deux dernières années, ses échanges commerciaux avec l'EAEU ont également augmenté rapidement : Arménie (29%), Belarus (35%), Kazakhstan (48%) et Kirghizistan (31%). Minsk et Moscou cherchent à unifier leurs politiques douanières et énergétiques d'ici 2021 et le code des impôts de l'Union devrait être adopté d'ici le printemps 2021, et un code des impôts unique, un code civil et une liste de règles du commerce extérieur, en plus des régulateurs unifiés des marchés pétroliers, gaziers et électriques d'ici 2022. En termes de puissance douce, le russe reste la lingua franca en Mongolie, en Asie centrale et dans le Caucase.

[5] Selon PwC, le PIB des États membres du RCEP s'élèvera à 250 billions de dollars d'ici 2050, les PIB combinés de la Chine et de l'Inde représentant plus de 75 % de cette somme. La part du RCEP dans l'économie mondiale pourrait représenter la moitié du PIB mondial de 0,5 quadrillion de dollars d'ici 2050.

[6] Les clauses du ISDS permettent aux investisseurs étrangers de poursuivre les gouvernements nationaux pour toute mesure qui nuit à leurs profits. Les ONG, les entreprises plutôt que les syndicats d'État, les organismes caritatifs et les groupes confessionnels affirment qu'ils représentent une menace pour les droits de la personne, la santé et l'environnement.

[7] Pensée chinoise ancienne, puissance chinoise moderne. Par Yan Xuetong

source :  Russia, China, and the European Peninsula

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter