Israël : Le directeur de Human Right Watch expulsé et un militant de Bt'selem brutalisé

06-11-2019 europalestine.com 2 min #163977

La Cour suprème israélienne vient de rejeter le pourvoi d'Omar Shakir, directeur de HRW pour Israël et la Palestine, et l'expulse en raison de son soutien au mouvement BDS. En même temps un militant de l'ONG israélienne B'Tselem a été arrêté et hospitalisé après son interrogatoire, pour avoir documenté l'implantation de colonies illégales dans la Vallée du Jourdain.

Omar Shakir devant la Cour suprème

"Après la décision ce mardi de la Cour Suprème, qui a approuvé le non renouvellement du visa de travail du directeur de Human Rights Watch pour Israël et la Palestine, Israël franchit une étape de plus pour rejoindre le groupe des régimes autoritaires qui violent les droits de l'homme et interdisent toute critique", écrit dans son éditorial le Journal Haaretz de ce mercredi.

"En fait toute personne qui critique l'occupation est désormais un ennemi. Un pays qui n'aurait rien à cacher accueillerait à bras ouverts les organisations de défense des droits de l'Homme", poursuit le quotidien.

"Il est pourtant clair que le mouvement BDS est une méthode de lutte non violente. Israël ne peut crier au terrorisme. A quand le tour des opposants israéliens qui luttent contre l'occupation ?"

Aref Daraghmeh arrêté la semaine dernière au checkpoint de Tayasir dans la Vallée du Jourdain (Cisjordanie occupée)

Après avoir été arrêté au checkpoint, il a été attaché à une chaise en plein soleil, et un soldat lui a donné des coups dans le dos. Quatre heures plus tard, Aref Daraghmeh s'évanouissait.

D'abord conduit vers un dispensaire, il a ensuite été transporté au commissariat de la colonie d'Ariel, puis interrogé pendant plusieurs heures sur les raisons de sa présence lors de la manifestation contre la colonie ("avant-poste de Shirat ha'Asabim"). Il prenait alors des images sur la manière dont les forces armées réprimaient les manifestants.

Quant il a été relâché le lendemain, les avocats israéliens, Gabi Lasky et Itay Lasky, n'avaient toujours pas réussi à savoir où se trouvait Daraghmeh, la police refusant de donner la moindre information sur le lieu où il était détenu ni sur son état de santé

Source Haaretz

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter