Baqura et Al Ghamr reviennent à la Jordanie et les acclamations affluent de tout le Royaume

11-11-2019 ism-france.org 6 min #164222

Par Rana Husseini, Maram Kayed
AMMAN, 10.11.2019 - Les militants politiques, les jeunes et les citoyens ont exprimé leur joie et leur fierté devant la décision du Royaume de mettre fin aux annexes de Baqura et d'Al Ghamr dans le traité de paix israélo-jordanien.

Les Forces armées jordaniennes hissent le drapeau national à Baqura, rétablissant pleinement la souveraineté de la Jordanie sur la région. (Al Rai photo)
Dans son discours du Trône, lors de l'ouverture des sessions ordinaires du Parlement, le Roi a déclaré : "Aujourd'hui, je proclame la fin de la validité des annexes de l'accord de paix concernant Baqoura et Ghoumar, et le rétablissement de notre souveraineté totale sur ces territoires."

Pendant le discours, l'armée jordanienne a hissé le drapeau du Royaume au-dessus de Baqura. Peu après le discours, des vidéos d'Israéliens quittant la région ont commencé à circuler sur les médias sociaux, et le hashtag #Baqura_Al Ghamr s'est répandu sur Twitter et Facebook.
"Merci, Votre Majesté, et félicitations à tous les Jordaniens, hommes et femmes... Baqura et Al Ghamr sont de retour chez eux", a déclaré le chanteur jordanien Hussein Alsalman.

Le Secrétaire général du Parti démocratique populaire jordanien, Abla Abu Olbeh, a déclaré que c'était un jour pour célébrer une importante décision nationaliste et souveraine.
"C'est une grande réalisation et ce qui s'est passé aujourd'hui devrait marquer le début du travail de la Jordanie pour protéger ses intérêts en annulant le Traité de paix de Wadi Araba, qui va à l'encontre des intérêts du Royaume à tous les niveaux", a déclaré Abu Olbeh au Jordan Times.

Mohammad Absi, chef de la campagne anti-normalisation "Etharrak" et membre du parti populaire Al Wihda, a déclaré que c'est "un grand jour pour la Jordanie, qu'il faut célébrer et retenir comme une réalisation importante, mais il y a de nombreuses questions de souveraineté à résoudre, notamment l'accord gazier [avec Israël] et nos droits sur les eaux".
"Il y a beaucoup de domaines qui permettront aux Israéliens d'exploiter la Jordanie à l'avenir dans d'autres questions souveraines qui sont mentionnées dans le traité de paix, et qui finiront par constituer une grande menace pour notre sécurité, notre stabilité et nos intérêts", a déclaré Absi au Jordan Times.

Carte montrant la localisation des deux zones cédées à Israël par la Jordanie en 1994
(ndt : la Cisjordanie de cette carte n'a rien à voir avec la réalité).

Eva Abu Halaweh, directrice exécutive de Mizan Law Group, a déclaré : "Aujourd'hui, nous avons retrouvé notre dignité."
"Je pense qu'Israël va peut-être chercher à se venger, mais indépendamment de cela, récupérer notre terre est notre dignité et voir notre drapeau flotter sur ces zones est une source de fierté", a dit Abu Halaweh. "C'est aussi une source de fierté et de confiance dans notre diplomatie ", a-t-elle déclaré au Jordan Times.

Umm Mohammad, mère de cinq enfants, a dit : "C'est une victoire pour la Jordanie et nous sommes reconnaissants au roi Abdallah pour son initiative."
"Nous sommes très heureux qu'Al Ghamr et Baqura soient de retour en Jordanie sous notre contrôle total, mais nous espérons que nous ferons bon usage de la terre et que nous en profiterons pleinement ", a déclaré Umm Mohammad au Jordan Times.

Une enseignante de 23 ans, qui a préféré garder l'anonymat, a déclaré qu'elle ne s'est jamais attendue à ce que "le gouvernement israélien rende quelque chose à la Jordanie".
"Nous espérons que nous aurons la pleine souveraineté sur ces deux belles régions et que nous n'aurons pas à renoncer à d'autres choses en retour ", a déclaré l'enseignante au Jordan Times.

Des milliers d'autres Jordaniens ont tweeté des photos des terres nouvellement rendues, dont beaucoup ont été sous-titrées : "Bienvenue en Jordanie, Baqura et Al Ghamr !"

Obeida Yehya, citoyen jordanien, a tweeté : "Quelle belle matinée. Un matin hachémite, devrions-nous dire."

"Cette génération, guidée par Sa Majesté le Roi Abdallah, ne laissera aucun pouce de la Jordanie être occupé, loué ou vendu", a tweeté Abed Olimat, un autre citoyen.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux Jordaniens ont dit qu'ils attendaient ce bonheur "depuis 25 ans", période pendant laquelle les terres ont été louées depuis le Traité de paix israélo-jordanien de 1994. La décision de mettre fin à l'accord de location des terres a été prise en octobre 2018.

Le soutien à la décision du roi Abdallah exprimé sur les médias sociaux s'est étendu au-delà de la population jordanienne. Salah Ali Salah, du Yémen, a déclaré dans un tweet qu'il "espère que d'autres dirigeants arabes suivront les pas de Sa Majesté le Roi Abdallah en faisant passer les intérêts de leurs nations en premier".

Raed Mamoni, de Palestine, a tweeté qu'il "demande à son gouvernement de suivre l'exemple de la Jordanie et de mettre le holà quand il s'agit des droits et intérêts de son peuple".

Les médias locaux palestiniens et israéliens ont rapporté que la Jordanie a informé les autorités israéliennes d'évacuer la zone et des photos et  vidéos des forces israéliennes fermant leurs points d'entrée dans la zone ont circulé sur les médias sociaux.

L'événement vu du côté israélien  ici.

Source :  Jordan Times

Traduction : MR pour ISM

 ism-france.org

 Commenter