Les excuses de l'armée israélienne n'y feront rien : seuls des criminels de guerre tuent neuf civils innocents dans leur sommeil

28-11-2019 tlaxcala-int.org 7 min #165204

 Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Si les FDI l'avaient voulu, elles auraient pu savoir exactement qui se trouvait dans la cabane qu'elles visaient à Gaza. Mais elles s'en fichaient, et maintenant une petite fille est restée seule au monde.

Des Palestiniens assistent à la procession funèbre de membres de la famille Al-Sawarkah qui ont été tués au cours d'une attaque aérienne israélienne à Deir al-Balah, Gaza, le 15 novembre 2019. Photo AFP

Quiconque bombarde des maisons à partir d'un avion de chasse au milieu de la nuit sans vérifier qui est à l'intérieur est un criminel de guerre. Quiconque prétend qu'il n'avait pas l'intention de tuer les neuf membres de la famille palestinienne Al-Sawarkah essaie d'induire en erreur et de s'en laver les mains, mais leurs mains ne sont pas propres. Elles dégoulinent du sang d'innocents.

Ils n'avaient peut-être pas l'intention d'assassiner neuf personnes dans leur sommeil - cinq étaient des enfants, dont deux nourrissons - mais ils n'ont certainement pas fait tout leur possible pour ne pas les frapper. Aucune excuse ne servira à justifier les actions des Forces de défense israéliennes, des services de renseignement israéliens et, bien sûr, des pilotes des Forces aériennes israéliennes.

Les déclarations audacieuses du chef du Commandement Sud, le général de division Herzi Halevi, sont un exemple remarquable d'apathie et de perte d'humanité : « De telles choses peuvent arriver », dit-il innocemment. Sa déclaration faisait peut-être référence à celle de l'ancien chef d'état-major des FDI, Dan Halutz, qui avait dit que « c'est comme une légère bosse sur l'aile de l'avion » lorsqu'on lui a demandé ce qu'il ressentait quand il avait largué une bombe qui avait tué des civils innocents.

Pas un mot de culpabilité, pas une phrase exprimant des regrets, pas une acceptation de responsabilité, pas d'excuses. Bien sûr, il ne sert à rien de parler d'indemnisation, parce que l'armée ne considère pas ceux qui sont morts comme importants. Les FDI sont l'armée la plus morale du monde, et le Hamas et le Djihad islamique palestinien sont des organisations terroristes. Et ceux qui tuent neuf civils sans défense qui dorment dans leur propre lit dans leur propre maison, comment les appeler ?

Que faut-il faire d'autre pour que les Israéliens commencent à comprendre que leurs FDI tant aimées et admirées sont une armée brutale qui a perdu toutes ses inhibitions et que Gaza n'est pas une banque de cibles ? Qu'une armée qui a inventé un homme recherché qui n'a jamais existé pour justifier le meurtre d'une famille est une armée malade. Qu'il est impossible de frapper Gaza avec des avions de combat sans tuer des innocents. Qu'il n'y a pas un seul endroit dans l'enclave densément peuplée sans civils qui n'ont aucun abri pour le salut, aucune sirène d'alerte à la fusée et aucun système de défense genre « Dôme de fer ». Que Gaza n'est pas seulement un nid de frelons et le foyer d'installations terroristes, mais avant tout le foyer horriblement peuplé de gens misérables soumis à l'occupation israélienne qui n'a jamais pris fin dans la bande de Gaza.

Les réfugiés des quatrième et cinquième générations, qu'Israël a emprisonnés il y a 13 ans dans la plus grande cage du monde et attend d'eux qu'ils s'assoient tranquillement, se rendent et jettent du riz sur les avions qui les bombardent et sur la barrière qui les enferme.

Des Palestiniens prient devant les corps de membres de la même famille qui ont été tués pendant la nuit dans une attaque aérienne israélienne à Deir al-Balah. Photo AFP

Les révélations qui empêchent de dormir rapportées par Yaniv Kubovich de Haaretz ce jeudi rejoignent le rapport de Kubovich du 15 novembre, décrivant la chaîne des événements de Deir el-Balah dans leur intégralité : Une réalité incroyable dans laquelle l'armée bombarde des cibles sans vérifier ce qui et surtout qui est à l'intérieur.

Aujourd'hui, ce n'est plus seulement une erreur, il s'avère que ne pas vérifier est une routine. Prêtez attention à la formulation horrifiante utilisée dans les déclarations publiées par l'Unité du porte-parole des FDI : "Incriminer la maison", comme si la maison pouvait être incriminée. "Valider l'incrimination", comme s'il s'agissait d'une carte de bus, et bien sûr "banque de cibles". Quiconque voit un lieu sinistré comme une "banque de cibles" ne peut éviter de tuer des enfants dans leur sommeil.

L'idée que les services de renseignement des FDI, qui connaissent la couleur des sous-vêtements de chaque scientifique nucléaire iranien à Fordow, ne savent pas qui se trouve dans une cabane à Deir el-Balah avant de la bombarder, est bien sûr ridicule. Si l'armée l'avait voulu, elle aurait pu savoir exactement quoi et qui se trouvait dans la frêle cabane. Mais ce n'était tout simplement pas assez important pour les FDI. D'abord, vous lâchez une bombe intelligente JDAM sur une cabane en tôle dans une attaque « tire et oublie », puis vous vérifiez.

Mais cela s'est avéré être un incident oubliable, insignifiant et inintéressant. La plupart des Israéliens n'ont pas entendu parler de ce qui s'est passé en leur nom à Deir el-Balah, et ils s'en moquent. À l'exception de Haaretz, les médias israéliens n'ont presque pas rendu compte de ce qui s'est passé le lendemain de l'attaque. Les lecteurs du quotidien gratuit Israel Hayom n'ont pas entendu dire que l'armée avait tué neuf personnes, tandis que les lecteurs du quotidien de masse Yedioth Ahronoth ont dû ramer pour trouver l'article. Un tel massacre n'est pas approprié pour la une de l'ancien "journal national". Quoi qu'il en soit, ses correspondants militaires, pour la plupart les plus grotesques de la presse israélienne, étaient occupés à décrire le championnat de fitness de combat des FDI.

Des élèves palestiniens avec des photos commémoratives de leur camarade de classe Moaz Abu Malhous dans son école à Deir al-Balah à Gaza, le 16 novembre 2019. Photo AFP

« C'était une cible simple, où des civils n'étaient pas censés se trouver », explique la machine de propagande de l'armée. Et une fois de plus, les Arabes sont à blâmer pour leur propre mort. Ils n'auraient pas dû être là. Et où devraient-ils être ? Dans la mer ? Dans les airs ? « Nous agissons méticuleusement » dit Halevi, en champion olympique de la langue fourchue. « Ceinture noire » est le nom que l'armée a donné à l'opération à Gaza, plus audacieuse que jamais auparavant, avec un drapeau noir flottant sur elle.

Et Nariman ? Qui se soucie de Nariman ? Nariman al-Sawarkah est une fillette de 10 ans des cabanes qui n'avait ni présent ni avenir. Dans la nuit du 14 novembre 2019, des pilotes de l'armée de l'air israélienne ont tué sa mère, son père, trois frères, son oncle, sa tante et deux petits cousins. Nariman est resté seule au monde. Le chef du Commandement Sud a dit que ce genre de choses peuvent arriver. Ce genre de choses doivent être portées devant la Cour pénale internationale à La Haye.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  bit.ly
Publication date of original article: 28/11/2019

 tlaxcala-int.org

 Commenter