03/12/2019 reseauinternational.net  18 min #165405

La guerre secrète en Afrique (2ème partie)

par Steve Brown.

Les grandes puissances ont leurs « États clients » pour assurer l'extraction des ressources, alors que cette extraction entraîne la corruption, les conflits, l'agression armée et même le soutien aux organisations terroristes dans ces États.

 La guerre secrète en Afrique (partie 1) couvrait la prédominance stratégique globale des bases militaires US/OTAN - certaines secrètes - en Afrique, et l'expansion des Sociétés Militaires Privés (SMP) en Afrique au profit des intérêts des entreprises et nationaux selon les grandes puissances.

Dans la deuxième partie, nous examinerons les associations géopolitiques en Afrique qui varient selon les nations, où les grandes puissances ont un intérêt direct dans une ressource particulière, amenant cette grande puissance à adopter une attitude agressive pour « protéger » ses intérêts nationaux en dominant ou en renversant l'État africain qui possède cette ressource.

Ces ressources sont généralement le gaz naturel, le pétrole, l'or, les diamants, l'argent, l'uranium, le charbon, les éléments des terres rares et les minéraux, etc. Ainsi, les grandes puissances ont leurs « États clients » pour assurer l'extraction des ressources, alors que cette extraction entraîne la corruption, les conflits, l'agression armée et même le soutien aux organisations terroristes dans ces États.

En cette ère post-coloniale, l'extraction des ressources par les grandes puissances dans une région où les peuples autochtones sont exhortés à avoir leur propre droit à l'autodétermination est un défi important pour les entreprises mondiales et les anciens occupants coloniaux en Afrique comme la Grande-Bretagne, la Belgique, la France, l'Allemagne, l'Italie, etc.

Lorsque les intérêts des entreprises entrent en conflit ou sont de connivence avec les intérêts de l'État, l'insurrection locale peut être grave, comme le géant minier Rio Tinto l'a  découvert à Bougainville. D'autres exemples concernent le charbon et le gaz naturel au Mozambique, l'uranium et l'or au Niger et au Mali, le pétrole au Soudan, les diamants en République Centrafricaine, etc.

La France en Afrique

L'élément le plus notable pour l'OTAN - et plus particulièrement pour la France - est peut-être l'uranium nécessaire à la conduite de ses opérations nucléaires. La majeure partie de cet uranium provient d'Afrique, même si la France a réduit sa capacité de production d'énergie nucléaire. Malgré cela, la France continue de recevoir plus des deux tiers de son électricité d'origine nucléaire via la société anciennement appelée Areva, aujourd'hui Framatome.

L'uranium extrait pour les réacteurs nucléaires de Framatome se trouve en général dans  la région du Sahel en Afrique d'où provient la majeure partie de l'uranium français, principalement le nord du Niger et du Mali. Le Tchad 1 et la Mauritanie possèdent également d'énormes réserves de matières dangereuses. Le Mali est également le quatrième plus grand fournisseur d'or, et avec la baisse des  réserves d'or enregistrées et la confiscation déjà accomplie de l'or à ses États en faillite par l'Occident, le Mali est une cible particulièrement attrayante... en particulier pour les  banques en difficulté de l'UE.

Après que les populations indigènes du Sahel aient souffert de graves maladies dues à l'exploitation minière de l'uranium - l'eau potable étant fréquemment contaminée - le dirigeant militant  Almoustapha Alhacen et l' ONG Aghirin ont coopéré pour s'opposer au géant minier français Areva au Niger et au Mali après 2001.

En 2006-2009, les protestations à Agadez et au Mali sont devenues massives contre Areva. Et en 2011 - coïncidant étonnamment avec le « Printemps Arabe » d'Hillary Clinton - de nouvelles  cellules terroristes mystérieuses sont apparues au Sahel après la destruction par l'OTAN du gouvernement de Kadhafi, notamment :

  • Mouvement pour l'Unicité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) financé par les services secrets France/Maroc.
  • Ansar Dine financé par les services de renseignements France/Maroc
  • Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) financé par la CIA des États-Unis

Avant 2011, une rébellion touareg menée par le Mouvement pour la Libération de l'Azawad (MNLA) a connu quelques succès contre le gouvernement malien et contre Areva. Le MNLA est un groupe rebelle laïque légitime et n'est financé par aucun service de renseignement occidental. Le succès du MNLA a finalement conduit à des attaques aériennes et terrestres de la France au Mali dans le cadre de l' Opération Serval (avec des bases à Bamako et N'Djamena) en 2014.

Sous prétexte de frapper Al-Qaïda et Daech en Afrique - un continent où ces groupes n'existaient pas avant 2010 - la France a invoqué des frappes aériennes et des attaques au sol contre les peuples autochtones les plus endurcis dans leur résistance contre Areva.

L'armée française utilise l'aéroport de Bamako au Mali (qui accueille la mission MINUSMA) et celui de N'Djamena au Tchad où ces installations ne constituent certainement pas des bases idéales pour frapper la population autochtone rebelle de la région 2. Malheureusement pour l'ordre mondial ultra-haute technologie de Macron, les aérodromes de Bomako et N'Djamena sont mal équipés pour les avions militaires modernes.

Aujourd'hui, avec la mise en service de la base aérienne  US Niger Air Base 201 à partir du 1er novembre 2019, la question se pose de savoir si Macron sera autorisé à utiliser cette base pour bombarder les rebelles touareg. L'OTAN et l'armée US ne révéleront pas si la Base 201 du Niger peut être utilisée conjointement, toutes ces communications semblent être classifiées. Cependant, le Camp 201 peut être considéré de facto comme une base aérienne « secrète » de l'OTAN.

À noter que les États-Unis importent moins de 3% de leur uranium du Niger alors que la France en importe plus de dix fois plus (en pourcentage). Alors que les États-Unis importent très peu de pétrole d'Afrique, la France en importe en revanche de grandes quantités. La France importe du pétrole du Nigeria, de l'Angola, de la Libye et de l'Algérie, ce qui représente un quart de l'ensemble des importations françaises de pétrole.

Ces « objectifs divergents » et le clivage entre les États-Unis et la France sont apparus récemment. La position de la France en Afrique a été modifiée par l'arrivée de Donald Trump, sous le régime Obama, les États-Unis et la France avaient marché au pas de l'oie... ou, de concert... mais plus maintenant, du moins pour le moment.

Les États-Unis ont demandé à la France et à tous les autres pays de l'OTAN de contribuer davantage au financement de la construction et de l'exploitation des bases - notamment la base aérienne 201 et les autres bases de l'OTAN. Mais même si la France dispose de la base 201 du Niger, il est clair que Macron préfère voir une telle base détenue et contrôlée par l'Union Européenne. Dans l'ensemble, ce qui précède peut donner un aperçu des  mots radicaux de Macron, à savoir que l'OTAN est « en mort cérébrale ».

De toute évidence, la France s'efforce d'obtenir une position prédominante au sein de l'UE en tant que grande puissance qui a (peut-être) amené l'OTAN à garder le silence sur ses bases en Afrique. Actuellement, toutes les bases de l'OTAN en Afrique sont utilisées secrètement ou clandestinement par l'OTAN parce que l'OTAN ne finance aucune base militaire US

Bases US en Afrique

Les États-Unis ont bien sûr leur propre programme pour les trente-quatre bases militaires qu'ils exploitent en Afrique (et beaucoup d'autres sont en construction). On ne peut que présumer de la  croissance rapide des bases qui s'y trouvent depuis 2016. Il semble que cette croissance rapide ne soit pas basée sur un objectif particulier d'abattage des ressources en Afrique à l'heure actuelle, mais plutôt sur l'intention des États-Unis de maintenir leur rôle d'hégémon mondial, de gérer leur  empire par la terreur dans la région et de résister à toute exploitation naissante des ressources africaines ou expansion par la Russie ou la Chine.

Les États-Unis sont bien sûr tournés vers l'avenir dans leur rôle d'hégémon mondial unilatéral et comprennent qu'ils ne seront pas toujours autosuffisants en pétrole. À un moment donné, le schiste argileux et la fracturation se feront là où le  prix du pétrole indique que le schiste argileux a des difficultés à se fracturer, ce qui pourrait arriver d'ici à 2024.

Dans ce cas - et puisque les États-Unis ont déjà détruit la majeure partie du Moyen-Orient - l'Afrique deviendra une source importante de pétrole pour les États-Unis à l'avenir. Dans le même temps, les États-Unis prévoient d'étendre leurs  projets au gaz naturel en provenance du Mozambique et d'autres pays d'Afrique, et ce, à un rythme soutenu.

En résumé, les bases US en Afrique servent ces objectifs :

  • Décapiter n'importe qui à l'aide d'un drone au besoin
  • Une passerelle vers les ressources africaines si et quand elles sont nécessaires
  • Prévenir et décourager la Russie et la Chine d'exploiter les ressources en Afrique
  • Utilisation des bases par l'OTAN si cet intérêt coïncide avec celui des États-Unis
  • Renforcement de l'hégémonie mondiale des États-Unis

Base russe en Erythrée

La Russie n'a qu'une seule base en Afrique. Le Centre logistique érythréen de Russie est un développement récent et l'objectif prévu pour ce site n'est pas encore clair et il se peut que ce ne soit pas une base militaire. Cependant, les dirigeants russes ont publiquement exprimé leur intérêt pour le développement des ressources en Afrique, en particulier pour  fournir de l'énergie nucléaire sûre au continent, et ce site pourrait avoir une certaine relation.

Comme indiqué dans la partie 1, des sociétés militaires privés russes ont assuré activement la sécurité dans les États africains suivants :

  • République Centrafricaine, Ressources : or, bois, diamants
  • Libye : Pétrole, gaz naturel, minerai de fer
  • Mozambique : Le géant russe Gazprom était en concurrence avec l'Étasunien Exxon pour un important contrat de gaz naturel dans une région sans loi du Mozambique qui a été attribué à Exxon
  • Angola : minerai de fer, diamants, pétrole, bauxite, uranium, feldspath et pétrole
  • Ouganda : cuivre, cobalt, or, platine
  • Cameroun : huile, bois, énergie hydroélectrique, caoutchouc, huile de palme, gaz naturel, cobalt, nickel.

Les ressources pertinentes sont énumérées parce que les entrepreneurs des Sociétés Militaires Privées (SMP) sont généralement engagés pour protéger ces ressources au nom de leurs clients privés - aucune base de la Fédération de Russie en Afrique ou aucune ambition du gouvernement russe ne sont impliquées. Les Sociétés Militaires Privées soutiennent soit les intérêts des entreprises russes, soit les intérêts locaux de leurs hôtes et clients en Afrique.

Quoi qu'il en soit, la présence de Sociétés Militaires Privées en Afrique qui ont des liens avec des entreprises privées russes n'a aucun rapport - pas même une comparaison lointaine - avec la présence militaire massive et exagérée des États-Unis en Afrique.

Base d'appui militaire de l'APL de la Chine à Djibouti

La base militaire chinoise de Djibouti a été établie en 2017, peut-être pour contrer la menace croissante de l'unilatéralisme US. Depuis l'ouverture de la base, un certain nombre de  rapports alarmants sont apparus dans les principaux médias US, notamment un rapport développant l'idée que les États-Unis pourraient « perdre leur seule base en Afrique » en raison de la présence de la Chine alors que Washington possède en fait un grand nombre de bases en Afrique.

La Chine déclare que son objectif à Djibouti est de maintenir la paix dans la région et de soutenir les opérations humanitaires en Afrique. Que la Chine apprécie les ressources africaines et leur potentiel de développement est tout aussi pertinent que de dire que toutes les autres grandes puissances apprécient la même chose.

La Chine a un intérêt particulier à patrouiller dans le Golfe d'Aden pour s'assurer que la piraterie contre son trafic maritime est maîtrisée.

Résumé

Il y a un dicton banal qui dit que la dernière frontière est l'espace, mais pour ceux d'entre nous sur terre, il est clair que l'Afrique est la dernière frontière. L'Afrique est un continent de ressources et de promesses qui pourrait être développé et prospérer de manière responsable s'il y avait une volonté dans le monde de le faire.

Le changement climatique et le déclin de l'ordre mondial rendent sombres les perspectives de l'Afrique, ainsi que la résurgence de la pensée coloniale occidentale qui voit l'Afrique non pas comme un trésor de promesses, mais comme un trésor de ressources.

Il y a de minuscules lueurs d'espoir pour l'Afrique avec l'Algérie, la Tunisie et même l'Erythrée... mais le désordre mondial de l'Ouest contre l'Est et la corruption toujours croissante en Occident en déclin constant n'épargnent peut-être pas l'Afrique. La « guerre secrète » en Afrique est et restera secrète tant que le nouveau désordre mondial - principalement engendré par l'Occident - se poursuivra dans sa spirale de mort.

--------- 1 Au Tchad, la France a connu des problèmes majeurs, notamment pendant la guerre civile tchadienne. Rappelons que la France, ancienne puissance coloniale, exporte beaucoup au Tchad, au Mali et au Niger. Au Tchad, la France représente 30% de l'ensemble des importations tchadiennes. La menace soudanaise contre le Tchad a été contrée par la France.

2 Bien que cela puisse sembler une déclaration extrême, rappelez-vous la dialectique hégélienne uniquement comme un outil pour l'impérialisme occidental comme discuté dans  Empire by Terror, Afghanistan à la Syrie : La doctrine d'Al-Qaïda de Brzezinksi. Il ne fait aucun doute que la destruction de la Libye par les États-Unis et l'OTAN et la création d'un État en déliquescence ont contribué à une pléthore d'armes dans la région du Sahel, mais tous les troubles dans cette région ne sont pas directement attribuables aux terroristes takfiri.

source :  The Secret War in Africa (Part 2)

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter