08/02/2020 wsws.org  6 min #168695

Trump se réjouit du résultat de sa mise en accusation, mais l'opposition populaire continue de monter contre son administration

Par Andre Damon
8 février 2020

Jeudi, le président Donald Trump a salué son acquittement dans la campagne de destitution des démocrates par une tirade grossière et décousue dans laquelle il a qualifié ses opposants de «mauvais», «corrompus» et de «racaille».

Dans une émission de 90 minutes diffusée sur toutes les grandes chaînes de télévision américaines, Trump a qualifié la mise en accusation de «connerie», forçant les présentateurs à s'excuser d'avoir violé les directives de la FCC sur les blasphèmes.

L'ancienne vedette de la télé-réalité a qualifié l'ancien directeur du FBI, James Comey, d'«ordure» et a qualifié la mise en accusation de «bataille» dans une «guerre». Cela s'est produit quelques heures seulement après que l'attachée de presse de la Maison-Blanche, Stephanie Grisham, ait déclaré que les opposants de Trump devraient être «obligés de payer». Trump a ajouté qu'en d'autres circonstances, ses adversaires seraient «déjà en prison pour une longue période».

Le président Donald Trump tient un journal titré «Trump acquitté» lors d'une conférence à la Maison-Blanche, le jeudi 6 février 2020, à Washington [Source: AP Photo/Evan Vucci]

Les médias, dont la campagne de mise en accusation est en ruine, ont répondu à cette diatribe dérangeante par une acceptation muette.

À ce stade, personne ne devrait se faire d'illusion sur ce que représente Trump. Le capitalisme américain a vomi une figure de proue qui exprime ses traits les plus prédateurs et criminels: sa cupidité, sa violence, sa réaction et son ignorance.

Trump représente l'intersection de deux puissantes impulsions au sein de la société américaine: la croissance parasitaire de l'inégalité sociale et la perpétuelle pulsion guerrière de l'impérialisme américain.

Moins de dix ans avant l'élection de Trump, l'administration Obama a procédé à un sauvetage des banques qui a permis de remettre des billions de dollars à l'oligarchie financière, alors même que des millions de personnes perdaient leur maison et leur emploi à la suite d'une orgie d'escroquerie criminelle sans précédent dans l'histoire américaine et pour laquelle personne n'a été puni.

Depuis le sauvetage des banques en 2008, le marché boursier a presque quadruplé, enrichissant massivement les 10 % les plus riches de la société, qui possèdent 84 % des actions, alors même que les revenus de la classe ouvrière ont stagné ou baissé.

Dans ce contexte, la diatribe de Trump, dans laquelle il divaguait sans but d'un sujet à l'autre, s'est naturellement affinée sur son appel central à la classe dirigeante: il la rendra plus riche. Il a déclaré:

[blockquote]Laissez-moi vous dire que si nous n'avions pas gagné, la bourse se serait effondrée, et le marché était en forte hausse avant les élections parce qu'il semblait que nous avions de bonnes chances de gagner. Ensuite, la bourse a énormément augmenté entre le moment où nous avons gagné les élections et celui où nous sommes entrés en fonction, c'est-à-dire du 8 novembre au 20 janvier, et c'est tout à notre honneur.[/blockquote]

Au même moment, des décennies de guerre continue ont brutalisé le pays et miné ce qui restait du régime démocratique.

Après l'échec de la campagne de destitution des républicains contre Bill Clinton, George W. Bush, avec la bénédiction de la Cour suprême, a volé l'élection présidentielle de 2000. Il a ensuite utilisé les attaques terroristes du 11 septembre 2001 pour lancer une attaque frontale contre les droits démocratiques sous le couvert de la «guerre contre le terrorisme».

Les États-Unis ont ensuite envahi l'Afghanistan en 2001 et l'Irak en 2003, ont mené une guerre aérienne pour renverser le gouvernement de la Libye en 2011 et ont fomenté une guerre civile dévastatrice la même année pour tenter de faire tomber le gouvernement de la Syrie. Ces guerres ont tué des millions de personnes et détruit des sociétés entières.

Dans le cadre de la «guerre contre le terrorisme», les États-Unis ont torturé des milliers de personnes: un exemple qui a été révélé par les horribles photos de la prison d'Abu Ghraïb. Ils ont mené des opérations d'espionnage domestique de masse sans mandat et commis des milliers d'assassinats extrajudiciaires, y compris de citoyens américains.

Toutes ces guerres et attaques contre les droits démocratiques ont été menées sur une base bipartite, exprimant les impulsions de l'oligarchie financière qui domine la société américaine.

Ces tendances s'incarnent dans la personne de Trump, le bigot et démagogue de droite descendant de la souche fasciste «America First» de la politique américaine qui était alignée sur l'Allemagne nazie dans les années 1930.

Ces pulsions réactionnaires ont été renforcées par la débâcle de la mise en accusation. La démoralisation des démocrates au lendemain de la victoire de Trump a été résumée dans un éditorial publié jeudi par le New York Times. Le Times a écrit que le discours de Trump sur l'état de l'Union a montré que «M. Trump, contrairement au Parti démocrate, a un message simple et puissant».

Le journal a ajouté que «c'était peut-être une réaction humaine de la part de la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, de mettre en lambeaux [le discours sur l'état de l'Union]». Mais, poursuit-il, «il était toujours décevant de la voir s'abaisser au genre de combine du président et, comme elle le sait certainement aussi bien que quiconque, un tel geste ne fera pas échec à l'argument du président. Alors, qu'est-ce qui le fera?

«Certainement pas la réaction incohérente, pour ne pas dire chaotique, du Parti démocrate jusqu'à présent».

L'éditorial ne répond pas à la question qu'il pose dans le titre: «Qu'est-ce qui va finalement vaincre Donald Trump? Le «journal de référence» est tout simplement à court d'idées.

La stratégie des démocrates s'est soldée par un échec. Depuis le début de la présidence de Trump, les démocrates ont poursuivi les méthodes de la révolution de palais, dans le but premier de détourner et de désorienter l'opposition populaire à l'administration Trump.

Encore et toujours, Trump a été sauvé par les démocrates. Leur lâcheté et leur inefficacité sont déterminées par les intérêts des couches sociales privilégiées dont ils sont les porte-parole.

Les démocrates ont cherché une escalade du conflit avec la Russie. Au-delà de cela, ils n'ont aucun différend fondamental avec Trump. S'ils étaient contraints de choisir un camp entre Trump et un mouvement de la classe ouvrière, ils soutiendraient sans réserve Trump.

C'est peut-être le dernier mot pour le Times, mais ce ne sera pas le dernier mot pour des masses de travailleurs et de jeunes en Amérique. Il est facile pour Trump d'intimider un parti d'oligarques sans scrupules qui n'a pas les tripes pour le combattre. C'est une chose très différente de faire face à un mouvement populaire insurgé.

Des millions de personnes ont défilé pour s'opposer à Trump au lendemain de son investiture. Il reste détesté, avec un taux d'approbation parmi les plus bas de tous les présidents de l'après-guerre. Ses crimes contre les enfants immigrés, ses ouvertures racistes aux fascistes, son plaidoyer pour la torture et son militarisme sadique ont fait de son nom un blasphème, synonyme de vulgarité, de criminalité et de brutalité.

Les processus qui ont créé Trump - surtout, la croissance sans précédent de la polarisation sociale et de l'inégalité économique - créent également la base sociale de son renvoi. Des millions de travailleurs à travers les États-Unis vivent dans la misère et l'oppression, peinant chaque jour pour l'enrichissement de l'oligarchie, totalement exclus de la vie politique, tout en aspirant à l'égalité, à la paix et à la démocratie.

Cette large opposition populaire à Trump doit trouver et trouvera son expression. Mais elle ne le fera que dans la mesure où elle se détachera du Parti démocrate.

Trump ne peut être battu qu'en mobilisant la classe ouvrière américaine, en alliance avec la classe ouvrière du monde entier, et en réunissant tous les éléments progressistes au sein de la population.

Le Socialist Equality Party (SEP) présente des candidats aux élections américaines de 2020. Notre candidat à la présidence est Joseph Kishore, le secrétaire national du SEP. Notre candidate à la vice-présidence Norissa Santa Cruz est une membre éminente du SEP. Nous défendons un programme internationaliste et socialiste sur lequel doit se baser la lutte contre Trump et le système capitaliste oligarchique qu'il représente.

(Article paru en anglais le 7 février 2020)

 wsws.org

 Commenter