08/02/2020 lesakerfrancophone.fr  12 min #168704

Les actions de Chesapeake Energy sont tombées sous la barre des 1 $

mais cette entreprise de forage prévoit de dépenser plus de 1 milliard de dollars pour d'autres travaux de fracturation

Par  Sharon Kelly - Le 6 novembre 2019 - Source  DeSmog

La nuit de l'arène énergétique de Chesapeake. Crédit : Urbanative, via WikiMedia Commons.

L'entreprise emblématique de la montée et des écueils du forage et de la fracturation hydraulique dans le schiste, Chesapeake Energy, a vu son cours de bourse s' effondrer aujourd'hui, chutant de 29,15 % en une seule journée.

En fin de journée, le 6 novembre, une action de Chesapeake (NYSE : CHK) valait moins d'un dollar, au prix de 0,91 $.

Jusqu'à quel niveau peut-il descendre ?

C'était le cours le plus bas pour la société depuis le 5 mars 1999, bien en-dessous des 1,35 $ que valait l'action de Chesapeake le premier jour où ses actions ont été inscrites à la cote en 1993.

Pendant cette période, Chesapeake est devenue le deuxième plus grand producteur de gaz naturel du pays après ExxonMobil - un titre qu'elle a perdu il y a moins de deux ans.

$CHK plunges, losing $0.37 (-28.91%) within a single day on high volume:
$CHK  plonge, perdant 0,37 $ (-28,91 %) en une seule journée sur un volume élevé.
Sentiment : Baissier #CHK

Au cours de la dernière décennie, la société a également  accumulé des milliards de dollars de dettes, est devenue la cible d'une  enquête antitrust fédérale (réglée en 2018) et a été condamnée à des amendes de plusieurs millions de dollars pour avoir pollué illégalement l'eau et causé d'autres dommages environnementaux. Chesapeake a également perdu son ancien PDG Aubrey McClendon, autrefois surnommé «  le roi du schiste«, qui est mort dans un  accident de SUV en 2016 peu après avoir été inculpé par le ministère de la Justice, laissant derrière lui un  labyrinthe de dettes, d'actifs et d'obligations dans une succession que les avocats ont mis des années à passer au crible.

Chesapeake a  averti la Securities and Exchange Commission (SEC) dans un document déposé mardi que si les prix du pétrole et du gaz naturel n'augmentent pas, la société risque une série de défaillances en cascade sur ses dettes qui pourraient soulever « un doute important sur notre capacité à poursuivre nos activités ».

Environ  une heure plus tôt, Chesapeake a publié  des résultats financiers qui n'ont pas répondu aux attentes des analystes en matière de bénéfices - ce qui signifie qu'il n'a pas répondu aux attentes de Wall Street chaque trimestre cette année.

Ed Crooks  06/11/2019 17:59:41 52 43  40246/17540
Shares in Chesapeake Energy, once the second-largest gas producer in the US, have dropped again this morning: down 20% to a 20-year low. The company said on Tuesday it might might not be viable as a going concern if low oil and gas prices persist.
Les actions de Chesapeake Energy, autrefois deuxième producteur de gaz aux États-Unis, ont encore chuté ce matin : de 20 % pour atteindre leur plus bas niveau en 20 ans. La société a déclaré mardi qu'elle pourrait ne pas être viable en tant qu'entreprise en activité si les prix du pétrole et du gaz  restent bas.

À son sommet en 2008, Chesapeake était évalué à environ 37 milliards de dollars. Mais après plus d'une décennie de forage et de fracturation agressifs et d'acquisition de terrains, à la clôture de la bourse aujourd'hui, la capitalisation boursière de la société était de 1,48 milliard de dollars.

Cette année, le prix du pétrole West Texas Intermediate s'est établi en moyenne à plus de 56 $ le baril (inférieur à celui de l'an dernier, mais  supérieur au prix moyen de 2017, 2016 ou 2015, après plusieurs années où le pétrole se situait en moyenne à près de 100 $ le baril).

Pour les conducteurs, cela s'est traduit par des prix de l'essence qui sont restés entre 2 et 3 $ le gallon en moyenne cette année, selon les données de  GasBuddy.com.

Pour les entreprises de forage de schiste, ces prix ont semblé  catastrophiquement bas.

Chesapeake Energy n'est pas la seule entreprise à être en difficulté financière. En juin, Steve Schlotterbeck, ancien PDG d'EQT, qui est maintenant le plus grand producteur de gaz naturel aux États-Unis, a décrit en  termes forts la décennie de mauvais résultats financiers de l'industrie.

« La révolution du gaz de schiste a franchement été un désastre complet pour tout investisseur qui a acheté et conservé des actions d'entreprises travaillant autour du gaz de schiste, à quelques rares exceptions près », a déclaré Steve Schlotterbeck. « En fait, je ne suis pas au courant d'un autre cas de changement technologique perturbateur qui a fait autant de mal à l'industrie qui a créé ce changement. »

Pourquoi s'arrêter maintenant ?

Chesapeake a déclaré hier aux investisseurs qu'elle prévoyait de réduire - mais pas d'arrêter - ses activités de forage et de fracturation, et qu'elle s'attendait à dépenser plus d'un milliard de dollars pour continuer à le faire.

« Je n'ai pas encore déterminé exactement où se situera le nombre d'appareils de forage l'an prochain, mais nous savons que 1,3 à 1,6 milliard de dollars seront affectés aux actifs pétroliers à marge plus élevée », a déclaré le PDG Robert D. Lawler lors d'un appel aux résultats mardi. « Donc vous verrez deux à trois plates-formes dans le Powder River Basin, dans le Montana et le Wyoming, deux à trois dans le sud du Texas, deux à trois dans la vallée de Brazos et deux à trois dans le champ Marcellus. »

La présentation de la société aux investisseurs pour le troisième trimestre de 2019 indique que, dans le champ Marcellus de Pennsylvanie, Chesapeake a loué suffisamment de terres pour lui permettre de poursuivre ses activités de forage pendant une décennie et d'atteindre le seuil de rentabilité si les prix du gaz naturel se situent entre 1,50 $ et 1,75 $ par millier de pieds cubes (mcf). (Toutefois, on peut pardonner aux investisseurs un certain scepticisme à l'égard des calculs du « seuil de rentabilité » ; en décembre, le Wall Street Journal a  examiné comment il se fait que les sociétés de schiste semblent si souvent perdre de l'argent à tour de bras, même lorsque les prix du pétrole et du gaz sont bien supérieurs à leurs estimations du « seuil de rentabilité ».)

La présentation montre que Chesapeake a jusqu'à présent foré 30 puits dans le Marcellus cette année, et prévoit d'en forer quatre autres au cours des trois derniers mois de 2019. Au Texas, Chesapeake énumère 154 nouveaux puits de pétrole et de gaz jusqu'à présent cette année, plus 55 dans le bassin de Powder River, et 24 en Louisiane.

Il n'a signalé aucun nouveau puits au cours du dernier trimestre dans son État d'origine, l'Oklahoma, après avoir signalé 14 nouveaux puits au cours du premier semestre de l'année.

« Avec une dette massive, l'effet de levier ne diminue pas chaque trimestre où vous continuez à dépenser », a  déclaré Neal Dingmann, un analyste de SunTrust Robinson Humphrey à Bloomberg.

Le problème de l'endettement de la fracturation hydraulique

L'entreprise doit générer des revenus en partie parce qu'elle doit faire des paiements sur sa dette - comme beaucoup d'entreprises dans l'industrie du schiste. Mais si l'industrie a sans aucun doute produit de vastes volumes de pétrole et de gaz, elle n'a pas non plus réussi à vendre ce pétrole et ce gaz pour plus d'argent qu'ils n'en ont injecté dans la production, disent les analystes, citant les  problèmes de l'industrie à générer des flux de trésorerie disponibles à partir de leurs opérations.

« L'industrie admet ce que les indépendants qui ont foré avec des partenaires de l'industrie ont compris très tôt : Vous ne pouvez pas gagner de l'argent en forant à ce prix », a déclaré un cadre anonyme à la Fed de Dallas en septembre, selon  NASDAQ.com. « Un programme de forage en cours consomme tous vos rendements et continue à exiger de l'argent frais. »

Une plate-forme pétrolière en Californie en 2010. Crédit photo, Justin Vidamo, via  Flikr.

Certains observateurs ont averti qu'il était beaucoup trop tôt pour déclarer la fin de la ruée vers le schiste.

« Est-ce que chaque baril de la production américaine durant cette période a été rentable ? Bien sûr que non », ont  écrit les rédacteurs de OilPrice.com dans un article publié aujourd'hui, soutenant que les foreurs de schiste continueront à pomper du pétrole et du gaz malgré toutes leurs difficultés financières. « Mais avec des taux d'intérêts faibles et des prix élevés des actions, les producteurs de schiste devraient être en mesure de trouver de nouveaux capitaux pour maintenir les pompes en marche. Comme le dit le proverbe, ne sous-estimez jamais la volonté d'une entreprise américaine de forage sauvage de faire des trous dans le sol avec l'argent des autres. Avec les banques centrales du monde qui baissent encore une fois les taux, l'argent des autres devrait être abondant. »

Si les choses vont dans l'autre sens, le cours actuel de l'action de Chesapeake, qui est inférieur à 1 $, suggère qu'elle pourrait éventuellement se retrouver en risque d'être radiée de la Bourse de New York, qui entame généralement son  processus de radiation lorsqu'une action se négocie à moins de 1 $ pendant 30 jours.

En 2011, le New York Times a signalé pour la première fois que certains analystes de l'industrie étaient profondément sceptiques face à la ruée vers le gaz de schiste. « L'argent afflue des investisseurs même si le gaz de schiste est intrinsèquement non rentable », a  écrit un analyste de PNC Wealth Management, une société d'investissement, à un entrepreneur dans un courriel de février. « Ça nous rappelle les dot-coms »,  selon le Times.

Historiquement, Chesapeake a cherché à faire de l'argent en grande partie en vendant sa superficie louée à d'autres sociétés de forage (une stratégie que McClendon a  vantée aux investisseurs tout au long de 2008, en disant : « Je peux vous assurer qu'acheter des baux pour X et les vendre pour 5X ou 10X est beaucoup plus rentable que d'essayer de produire du gaz à 5 ou 6 $/mcf »).

Mais les activités de fusions et d'acquisitions ont  ralenti de façon spectaculaire dans l'industrie du schiste plus récemment, atteignant  leur point le plus bas en dix ans au cours des trois premiers mois de 2019. L'activité a augmenté aux deuxième et troisième trimestres de cette année, mais les transactions de schistes des trois derniers mois n'ont représenté que la  moitié de la moyenne trimestrielle historique de l'industrie.

Bien qu'il ne soit pas encore clair si Chesapeake Energy pourrait être entraînée par ses dettes d'environ 10 milliards de dollars, ce qui est clair, c'est que le pionnier de la fracturation a laissé dans son sillage d'importants dommages environnementaux. En 2015, le Natural Resources Defense Council a classé l'entreprise comme la société pétrolière et gazière la plus « recherchée »,  calculant que Chesapeake avait provoqué 669 déversements et violations de la loi, plus que tout autre foreur aux États-Unis.

 Sharon Kelly

Note du Saker Francophone Cet article est tiré d'une série :  L'industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par Marcel pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter